Le Prénçot X
Le Prénçot X




Le se trouai den le cantiaeme daus astéroides 325, 326, 327, 328, 329 é 330. Le coumencit dun pr lés vesitàe pr y trchàe ine oçhupaciun é pr s’enfinesi.

Den le prmàe rechtét in ràe. Le ràe assiajhét, ghénpai de poupre é de grousse blléte, su in trone poet a manéres é prtant majhestous.

« Ah ! Velat in soujhit ! », s’ébrallit le ràe quoure que l’avisit le prénçot. É le prénçot se demandit :

« Coument que le pet m’acounétre pisque le m’at jhamae véyu ! »

Le savét poet que, pr lés ràes, le munde ét réde sénpllifai. Tos lés oumes sant daus soujhits.

« Aprche-tou qu’i te vejhe meù », li disit le ràe tot faràud d’étre le ràe pr quauquin a la fin.

Le prénçot trchit daus élls voure se sitàe, mé la pllanéte étét tote encanchàie pr le vrae bea mantea de grousse blléte. Le rechtit dun debout, pi, coume l’étét vassai, le ballit.

« Ol ét cuntrére a l’étiçhéte de ballàe en presentement d’in ràe, li disit le mounarque. I te z-ou défen.

I pe poet m’en enpaechàe, répounit le prénçot tot caunit. I ae fét in lun véyajhe é i ae poet dormi…

Aloure, li disit le ràe, i te coumande de ballàe. I ae véyu prsoune ballàe dépeùs daus annàies.

Lés balls sant pr màe daus préciotais. Alun ! balle core. Ol ét in mandement.

O m’éfourache… i pe pu…, fasit le prénçot tot rojhesissant.

Hum ! Hum ! répounit le ràe. Aloure i… i te coumande daus cops de ballàe é daus cops de… »

Le bagollét in petit é paraessét crossai.

Pelamor que le ràe velét sultout que sa maetriautai sisse réspectàie.

Le soufrét poet la déobéyissance. Ol étét in mounarque apsoulut. Mé, coume l’étét réde bun, le dounét daus mandements résounablles.

« Si i coumandàe, que le disét couranment, si i coumandàe a in jhenéràu de se tornàe a in osea de maer, é si le jhenéràu obeyissét poet, o serét poet la fàute au jhenéràu. O serét ma fàute. »

« I pe me sitàe ? s’enghimenti créntivement le prénçot.

I te coumande de te sitàe », li repounit le ràe, qui ramenit majhestousement ine liquéte de sun mantea de grousse blléte.

Mé le prénçot s’ébouissét. La pllanéte étét tote petiote. Su quàe que le ràe pevét bén régnàe ?

« Segnour, que le li disit… i vous demande pardun de vous quésciounàe…

I te coumande de me quésciounàe, s’ébrivit de dire le ràe.

Segnour… su quàe que ve régnéz ?

Su tot, répounit le ràe, ac ine grande sénplletai.

Su tot ? »

Le ràe d’in jhésce celablle désegnit sa pllanéte, lés àutres pllanétes é lés étéles.

« Su tot çheù ? disit le prénçot.

Su tot çheù… », répounit le ràe.

Pelamor qu’ol étét poet sement in mounarque apsoulut, ol étét étou in mounarque univrsàu.

«É lés étéles vous obéyissant ?

Pr sur, li disit le ràe. Al obéyissant auste. I soufre poet l’éndiciplline. »

In tàu pevér miremundit le prénçot. Si le l’avét oghu li-maeme, l’arét poghu vére, jha quarante-quatre, mé soessante-douse, ou maeme cent, ou maeme deùs cents couchements de soulall den la ménme jhornàie, sen dére jhamae tiràe sa chaere ! Pi coume le se sentét in petit amorni raport a la remenbrance de sa petite pllanéte achayàie, le se hardit a soupllétàe ine grace dau ràe :

« I veùdràe vére in couchement de soulall… Faséz mou pllési… Coumandéz au soulall de se couchàe…

Si i coumandàe a in jhenéràu de volàe d’ine fllour a l’àutre coume in parpallun, ou de grafounàe ine trajhédie, ou de tornàe a in osea de maer, é si le jhenéràu fasét poet le mandement receghu, qui, de li ou de màe, se cunfundrét ?

O serét vous, disit farmement le prénçot.

Récta. Fàut menaçàe su chaquin çheù que chaquin pet dounàe, reprengit le ràe. La maetriautai repouse d’abord su la résun. Si te coumandes a tun péplle d’alàe se jhitàe a la maer, le ferat la révoluciun. I ae le drét de menaçàe pr l’obéyissance pelamor que més mandements sant résounablles.

Aloure mun couchement de soulall ? rapelit le prénçot qui jhamae anbllidét ine quésciun ine fés que le l’avét demandàie.

Tun couchement de soulall, te l’aras. I menacerae pr çheù. Mé i atendrae, den ma sience dau govarnement, que lés cundiciuns séjhant a l’adun.

Quoure qu’o serat ? se ghémentit le prénçot.

Hem ! hem ! li répounit le ràe, qui cunsurtit d’abord in grous calendre, hem ! hem ! o serat var… var… o serat de sér devér sét oures quarante ! Pi te véras coume qu’i seù bén obéghu. »

Le prénçot ballit. Le regrétét sun couchement de soulall mancai. Pi le s’enneùyét déjha in petit :

« I ae pu rén a faere çhi, que le disit au ràe. I va reparti !

Vas t’en poet, répounit le ràe qu’étét si faràud d’avér in soujhit. T’en vas poet, i te fé menisce!

Menisce de quàe?

De… de la jhutice!

Mé ol at prsoune a jhujhàe!

I savun poet, li disit le ràe. I ae poet core fasu le tor de mun réyame. I seù réde vieù, i ae poet de rénjhe pr in carosse, é o me vasse de marchàe.

Oh ! Mé i ae déjha véyu, disit le prénçot qui se çhénchit pr boulitàe core su l’àutre coutai de la pllanéte. Ol at prsoune lae-bas nun pu…

Te te jhujheras dun tàe-maeme, li répounit le ràe. Ol ét le mae malaesai. Ol ét bén mae malaesai de se jhujhàe sàe-maeme que de jhujhàe autru. Si t’abenes a bén te jhujhàe, ol ét que t’és in vrae sajhe.

Màe, disit le prénçot, i pe me jhujhàe màe-maeme n’énporte voure. I ae poet de besén de demouràe çhi.

Hem ! hem ! disit le ràe, i cré bén que su ma pllanéte ol at quouque part in vieù rat. Te le cundaneras a mort demi le tenp. De ménme, sa vie ténrat a ta jhutice. Mé te le graceras cha fés pr le ménajhàe. Ol en at qu’yin.

Màe, répounit le prénçot, i aeme poet cundanàe a mort, pi i cré bén qu’i m’en vas.

Nun », disit le ràe.

Mé le prénçot, éyant achebai sés apréts, veùghi poet paenàe le vieù mounarque :

« Si voutre Majhestai deguenét d’étre obéghie a daus fés, A perét me dounàe in mandement résounablle. A perét me coumandàe, métun, de parti avant ine minute. O m’ét évis que lés cundiciuns sant a l’adun… »

Le ràe éyant rén répounai, le prénçot barjhegnit d’abord, pi, ac ine quenàie, s’en anghit.

« I te fé moun anbassadour », s’ébrivit aloure de huchàe le ràe.

L’avét in grand atrét de maetriautai.

« Lés grandes prsounes sant bén bijharouses », se disit le prénçot, en li-ménme, durant sun véyage.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel