Le Prénçot XIX
Le Prénçot XIX




Le prénçot fasit l’assensiun d’ine hàute muntane. Lés soules muntanes que l’avét jhamae counéghu étiant lés tràes voulcans qui li ariviant au jhenell. Pi le se sarvét dau voulcan tuai coume d’in assitall. « D’ine muntane hàute coume quéle-çhi, se disit-éll, i aviserae d’in cot tote la pllanéte é tots lés oumes… » Mé l’avisit rén que daus aguelles de rochàe bén aghusàies.

« Beajhor, que le disit a tot asard.

Beajhor… Beajhor… Beajhor…, répounit la rebunbe.

Qui étéz-ve ? disit le prénçot.

Qui étéz-ve  … qui étéz-ve… qui étéz-ve… répounit la rebunbe.

Séjhéz més amis, i seù souc, disit-éll.

I seù souc… i seù souc… i seù souc… », répounit la rebunbe.

« Quau draule de pllanéte ! sunjhit-éll aloure. Al ét tote hare, pi tote poéntuse é tote salàie. Pi lés oumes écortant d’émajhinaciun. Le repétant çheù qu’i lou z-ét dit… Che màe i avàe ine fllour : a causét trjhou la prmére.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel