Le Prénçot XX
Le Prénçot XX




Mé ol arivit que le prénçot, éyant luntenp marchàe a trac lés sablles, lés challs pi lés nàeves, désabryit a la fin ine route. É lés routes alant totes che lés oumes.

« Beajhor », que le disit.

Ol étét in jhardrin fllouri de rouses.

« Beajhor », disirant lés rouses.

Le prénçot lés argardit. A reveniant totes a sa fllour.

« Qui étéz-ve  ? lou demandit-éll, ébaroui.

I sun daus rouses, disirant lés rouses.

Ah ! » fasit le prénçot…

É le se sentit réde malurous. Sa fllour li avét alénguét qu’al étét souc de soun enjhence den l’univérs. Pi vela t-o pa qu’ol en avét cénc miles, totes parélles, den in souc jhardrin !

« A se bouqueràe bén, que le se disit, si a véyét çheù… a tusserét que le diablle pi a ferét formance de mouri pr foujhi le riablle. É i seràe bén jhaenai de faere formance de la sognàe, pelamor que, autrment, pr m’abrjhàe màe-tou, a se laecherét mouri pr de vrae… »

Pi le se disit core : « I me créyae riche d’ine fllour unique, é i ae qu’ine rouse coumune. Çheù pi més tràes voulcans qui m’arivant au jhenell, é qu’o n’at yin qu’ét, vantàe, tuai pr trjhou, o fét ghére de màe in bén grand prénce… »

Pi, couchai den l’arbe, le brallit.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel