Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Les devises en latin des souverains - Forum latin - Forum Babel
Les devises en latin des souverains

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum latin
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10775
Lieu: Lyon

Messageécrit le Tuesday 30 Oct 12, 11:36 Répondre en citant ce message   

Merci de donner une traduction des devises en latin que vous proposez.
Merci également aux latinisants de compléter ou développer le cas échéant.

Lire également le Fil Traduction de devises de villes en latin.



La devise d'Henri II (fils de François 1er, régna de 1547 à 1559) :
- Donec totum impleat orbem
= Jusqu'à ce qu'il emplisse le disque
= Jusqu'à ce qu'elle remplisse le monde entier


Cette devise explicite l'emblème : comme le croissant devient pleine lune, la grandeur du roi emplit le monde.


Henri II avait une autre devise :
- Plena est œmula solis
= L'émule du soleil est pleine
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 692

Messageécrit le Wednesday 31 Oct 12, 11:57 Répondre en citant ce message   

Bella gerant alii, tu felix Austria nube

Cette locution a servi pour décrire la politique de mariage des Habsbourg : "Que les autres fassent la guerre ; quant à toi, heureuse Autriche, marie-toi !".

Elle est à mettre en lien notamment avec le mariage en 1477 de Maximilien 1er avec Marie de Bourgogne, héritière du duché de Bourgogne ; et sans doute aussi avec le mariage en 1496 de leur fils, Philippe le Beau avec Jeanne la Folle, elle-même fille de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille. Leur fils, Charles Quint, héritera ainsi de tous ces États.

Je me demande dans quelle mesure cette locution n'était pas, au moins à l'origine, ironique : je vois, chez nos amis de Wikipedia, que l'expression aurait été "utilisée par la voix de Matthias de Hongrie", lequel était un concurrent de Maximilien.

Le premier hémistiche de cet hexamètre est emprunté aux Héroïdes d'Ovide (13. 84) : Ovide imagine une lettre écrite par Laodamie à son tout récent époux Protésilas qui vient de partir à la guerre : elle lui dit les craintes qu'elle éprouve de le voir mourir à la guerre, et le supplie de prendre garde à lui :

Citation:
Parcite, Dardanidae, de tot, precor, hostibus uni,
ne meus ex illo corpore sanguis eat!
fortius ille potest multo, quam pugnat, amare.
bella gerant alii; Protesilaus amet!
litt : Dardaniens (c'est à dire les Grecs, adversaires de Protésilas allié aux Troyens), je vous en prie, de tant d'ennemis, épargnez-en un, et que mon sang ne coule pas de ce corps. Lui est bien plus puissant pour aimer que pour se battre : que d'autres fassent la guerre ; et que Protésilas aime !

Les Héroïdes sont une réécriture sur le mode élégiaque, à travers un regard féminin, des grands mythes épiques. C'est donc un point de vue anti-héroïque qui est ainsi attribué aux Habsbourg.

Pourtant en même temps, quand je lis cette locution, je ne peux pas m'empêcher de penser aussi au 6e chant de l'Enéide, quand Virgile, par la voix d'Anchise, annonce que la future Rome se distinguera non pas par les beaux-arts, mais par l'art de gouverner :

Citation:
excudent alii spirantia mollius aera
(credo equidem), uiuos ducent de marmore uultus,
tu regere imperio populos, Romane, memento
(hae tibi erunt artes), pacique imponere morem,
D'autres façonneront des bronzes animés d'un souffle plus doux, ils tireront du marbre, je le crois du moins, des visages vivants ; toi, Romain, souviens-toi de gouverner les nations sous ta loi, - ce seront tes arts à toi -, et d'imposer des règles à la paix.

S'il y avait quelque chose d'ironique à employer cette locution à propos de la politique des mariages des Habsbourg, je ne serais pas surpris néanmoins que l'écho de ces vers fameux de Virgile ait permis de donner une certaine respectabilité à l'expression.

Rem : Une liste déjà riche de ces devises peut se trouver, par exemple, sur wikipedia (art. devises).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Wednesday 31 Oct 12, 21:21 Répondre en citant ce message   

Citation:
Henri II avait une autre devise :
- Plena est œmula solis
= L'émule du soleil est pleine

Je traduirais plutôt :
[Quand elle est] pleine, elle est rivale du soleil.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 692

Messageécrit le Friday 14 Dec 12, 12:46 Répondre en citant ce message   

le 10 août 2007, dans un autre fil, felyrops a écrit:
Sur une médaille, frappée en 1825 pour le Sacre de Charles X, je lis la légende "SOLIO SUBLIMIS AVITO".

Est-ce "Au trône hérité du sublime" ou y a-t-il un double sens? (je n'ose penser à la 2ème signification de solium -baignoire-).
Et 'le sublime' renvoie sans doute à Louis XVI?

Anne345 a écrit:
Tout simplement : le grand (sublime...) sur le trône ancestral .

Inspiré de ipse sedens solio Tereus sublimis avito, Ovide Métamorphoses, 6, 650.
Je ne sais pas si c'est véritablement une devise du roi Charles X, mais on trouve effectivement cette légende sur des médailles le représentant (voir google, ici).


Cette légende est intéressante historiquement : elle montre bien, je pense, l'idéologie légitimiste, qui, négligeant la parenthèse de la Révolution et de l'Empire, rattache directement Charles X à la lignée des Bourbons.

L'expression est également intéressante du point de vue philologique. Comme le dit Anne345, elle est empruntée à Ovide. Mais je crois qu'Ovide l'emprunte lui-même à Virgile : dans le chant VII de l'Enéide, Enée, arrivé en Italie, va rencontrer le roi Latinus, héros de la race latine, fils de Faunus et de Marica. Quand Latinus reçoit les ambassadeurs d'Enée, Virgile nous le présente ainsi :

solio medius consedit avito (Enéide 7. 169)
au milieu des siens, il s'est assis sur le trône de ses aïeux



L'expression "solium avitum" (trône ancestral) est d'ailleurs souvent reprise, de préférence à l'ablatif (solio avito), chez d'autres poètes latins (comme Claudien, In Eutropium 2. 457), puis à propos de divers souverains, dès le moyen-âge (à propos d'Henri II, empereur du St Empire, cf ici)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum latin
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008