Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Un chant yiddish recyclé en chanson de marche pour boys scouts - Forum allemand - Forum Babel
Un chant yiddish recyclé en chanson de marche pour boys scouts

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum allemand
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Ion
Animateur


Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 148
Lieu: Liège

Messageécrit le Wednesday 25 Oct 17, 11:02 Répondre en citant ce message   

Au début des années ’60, la Ville de Cologne organisait des « Camps de jeunesse internationaux » où se rencontraient des jeunes de Cologne, Liverpool et Liège, d’un âge compris entre 14 et 17 ans. On se promenait beaucoup, chansons de marche à la clé : un de nos tubes évoquait en allemand le sort de « dix frères » (Zehn Gebrüder) qui se livraient à diverses activités commerciales. Dans chaque cas, l’un des frères décidait de poursuivre l’activité présente, tandis que le reste se tournait vers une autre, en nombre toujours décroissant.

C’est un type bien connu de chant de marche : « Ma poule n’a plus qu’29 poussins… Et elle en avait tren-en-te… », « Il y a six (5, 4, 3…) oiseaux sur un arbrisseau… » Compter maintient l'attention.

Quand j’ai voulu retrouver sur le web la trace de ce chant de marche allemand pour colonies de vacances, je ne l’ai pas retrouvé tel quel, mais je suis tombé à ma grande surprise sur une chanson traditionnelle yiddish qui semble bien en être la source. Le texte est présent en ligne sous diverses formes, dont voici l'une.

Citation:

Zen Brider senen mir gewesn
hobn mir gehandlt mit Lejn
Ejner is vun unds gestorben
senen mir geblibn nejn


(Ici se place un refrain absent du chant de marche subséquent)

Nejn Brider … mit Fracht … acht
Acht … mit Ribn… sibn
Sibn … mit Gebäcks… sechs
Sechs … mit Strimpf … finef
Finef … mit Bier … vier
Vier Brider… mit Hej… drej
Drej … mit Blej … zwej
Zwej … mit Bejner

bin ich mir geblibn ejner

Ejn Bruder bin ich mir gewesn
hob ich mir gehandlt mit Licht
Sterbn tu ich jeden Tog
wejl zu essn hob ich nicht


Nous étions dix frères / Nous avons fait commerce de lin / L’un de nous est mort /Nous n’étions plus que neuf.

(pour rimer avec 8) commerce de fret
(avec 7) ... de betteraves (all. Rüben)
(avec 6) ... de gâteaux
(avec 5) ... de chaussettes (Strumpf)
(avec 4) ... de bière
(avec 3) ... de foin (allemand Heu)
(avec 2) ... de plomb (Blei)
(avec 1) ... d’os (Bein)

Fin de la strophe 9 : « je me suis resté seul »

Strophe finale
« Je me suis resté seul frère
j’ai fait commerce de chandelles
mourir, je le fais chaque jour
car je n’ai rien à manger »


Les neuf premières strophes où l’auditeur attend les rimes sur les numéraux ne sont là que pour créer un arrière-plan où vient se détacher la dixième. Le poème prépare ainsi une vision finale de solitude et de misère, climat déjà préparé par is gestorben (« est mort »). Un peu morbide : le dernier frère, qui vit encore, meurt en fait plus que les autres. Tout cela n’est pas gai, mais stylé.

Notre chant de marche était bien moins romantique, bien moins chargé d’émotion, édulcoré, mais il était surréaliste. Il comprenait vingt couplets car le nombre de frères variait de dix à… moins neuf ! Le but était simplement d’enchaîner le plus de couplets possibles pour faire durer la chanson.
D’après mes souvenirs, le texte disait :

Citation:
Zehn Gebrüder samma gewesen,
Hamma gehandelt mit Wein :
Einer ist dabei geblieben,
Samma gewesen noch neun

… mit Jacht … acht
… mit Rüben … sieben
… mit Keks …sechs
… mit Strümpf’… fünf
… mit Bier …vier
… mit Brei …drei
… mit Stroh …zwo
... mit bein ... ein
… mit Mull … null
… mit Rizinus … eins minus
… mit Bohnenstroh … minus zwo
… mit Kinderbrei … minus drei
… mit Flaschen Bier … minus vier
… mit Damenstrümpf’ … minus fünf
… mit Bahlsen Keks … minus sechs
… mit Zuckerrüben … minus sieben
… mit Hochseejacht … minus acht
… mit Moselwein … minus neun


Nous étions dix frères / Nous avons fait commerce de vin / L'un de nous est demeuré là / Nous n'étions plus que neuf.

... commerce de (8) yacht … de (7) betteraves … de (6) gâteaux … de (5) chaussettes … de (4) bière … de (3) bouillie … de (2) paille ... (1) d'os … de (0) gaze, mousseline… de (-1) ricin … de (-2) paille de haricots… (-3) bouillie pour enfants… (-4) bouteilles de bière… (-5) bas de dames… de (-6) gâteaux de la marque Bahlsen … de (-7) betteraves sucrières ... de (-8) yachts de haute mer… de (-9) vin de la Moselle


J'ai aussi trouvé la trace d'une version intermédiaire en allemand, publiée avant 1933 dans un recueil de chansons rigolotes intitulé der Kilometerstein (« la Borne kilométrique »), qui a connu d'innombrables rééditions. Sous le titre Zehne der Brüder, nous trouvons un chant de marche où le nombre de frères varie seulement de dix à zéro (surréaliste) mais où, loin de « rester » dans son commerce, chaque frère y « meurt » comme dans le chant yiddish.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3220
Lieu: Massalia

Messageécrit le Wednesday 21 Feb 18, 3:51 Répondre en citant ce message   

La première trace écrite de ce chant traditionnel du répertoire yiddish date de 1901 , dans un recueil de chant réalisé par Saul Guinzburg et Pesach Marek , publié à St Petersbourg.

Pour le refrain, il s'agit d'un ajout plus tardif , d'une recomposition à partir d'une autre chanson... Les deux ont fusionné.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Bernois



Inscrit le: 15 Dec 2017
Messages: 13

Messageécrit le Saturday 19 May 18, 8:18 Répondre en citant ce message   

Une version en yiddish de l'est est la source. Le yiddish de l'est venait de la Russie et s'élargissait vers l'allemagne par la Lituanie et la Pologne. Le yiddish de l'est était donc parlé par deux tiers des hommes européens nommés "juifs", soit onze millions de personnes, à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Souvent, cette langue importante était écrite avec des lettres hébreux.

Depuis le génocide par les nazis, au cours duquel la majorité de la population "juive" d'Europe a été exterminée, le yiddish de l'est a presque disparu.
Les versions des chants en yiddish de l'est n'existent qu'en allemand.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3220
Lieu: Massalia

Messageécrit le Saturday 19 May 18, 10:25 Répondre en citant ce message   

Désolée , Bernois, mais visiblement vous n'avez pas de connaissances réelles quant à cette langue .
Le yiddish ( occidental comme oriental ) prend sa source au Moyen Âge en Rhénane ( aux alentours de Worms , Speyer ..) , il est issu du moyen haut-allemand et s'est divisé en deux grandes branches après les migrations des populations juives vers l'Europe centrale , puis orientale.
Le yiddish oriental ne vient donc pas de Russie .

Il s'est formé par fusion de divers dialectes germaniques du Moyen haut-allemand , puis par emprunt à des éléments slaves venus fusionner dans la langue. Il faut encore y ajouter 30% du lexique issu de l'hébreu biblique .

Cette fusion a influencé la syntaxe, la grammaire, la morphologie des mots qui peut être complexe ...

En ce qui concerne l'écriture, ce n'est pas souvent qu'on utilise l'alphabet hébraïque , mais systématiquement . Le yiddish s'écrit avec l'alphabet hébraïque comme le russe avec le cyrillique , et vous ne trouverez pas un seul livre, poème ou article de journal en yiddish, écrit autrement .
Parfois , on transliitère pour permettre à ceux qui ne savent pas lire les caractères hébraïques de se faire une idée de ce qui est écrit .
Ce n'est alors qu'une translittération. Il existe d'ailleurs une norme officielle pour le transcrire , celle du YIVO.


Le yiddish occidental a lentement périclité à partir du XVIII eme siècle , car les gens ont progressivement adopté l'allemand , mais j'ai personnellement connu des personnes en Alsace qui le parlaient encore.
Quant au yiddish oriental, celui qu'on désigne par le mot yiddish ( puisque l'autre est presque éteint) , il a , certes,
connu une diminution subite du fait de la disparition brutale , en l'espace de cinq ans, de six millions ou presque de ses locuteurs par la Shoah.
Pour autant, il n'a pas " presque" disparu, comme vous le dites.
Il existe encore des communautés qui ont le yiddish pour langue vernaculaire , et à peu près un million de gens qui l'ont en deuxième langue , à côté de la langue du pays où ils vivent.
Aujourd'hui encore il y a des journaux, des revues, papier ou électronique , en yiddish .
Il y a des publications de livres, de poésie .
Il est classé comme langue en danger par l'UNESCO mais fait preuve d'une réelle vitalité , actuellement .

Quant aux versions de chants , c'est absolument faux que de dire qu'elles n' existent qu'en allemand.
Elles existent en yiddish !
Il y a des livrets et des recueils de chants, des disques et cds à foison, des chorales, et vous pouvez en écouter à loisir sur Deezer ou You tube .

Merci pour votre intérêt , mais.. vérifiez vos dires avant d'affirmer .
Sur ce sujet, visiblement , vous manquez cruellement d'information.

Je vous signale que j'enseigne cette langue .
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Bernois



Inscrit le: 15 Dec 2017
Messages: 13

Messageécrit le Sunday 20 May 18, 7:04 Répondre en citant ce message   

Merci de votre vérification intéressante, M. Rejsl. Je me suis p. e. informé ici:

"(...) Avec le départ des juifs allemands vers l'est, en réaction aux persécutions qu'ils subirent au XIVe s., naquit sous l'influence d'éléments slaves la variante appelée yiddish oriental, particulièrement en Lituanie, Pologne et Russie. (...)"

http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F11199.php


"Geographisch gesehen wurden „die westjiddischen Dialekte […] vorwiegend im deutschen Sprachgebiet gesprochen, die ostjiddischen hauptsächlich in Polen-Litauen einschließlich Weißrusslands und der Ukraine, sowie der Slowakei“ (Aptroot/Gruschka 2010: 50). Zum deutschen Sprachraum gehörten dabei auch Länder wie die Niederlande, Österreich oder die Schweiz, woher auch die veraltete Bezeichnung ‚Judendeutsch‘ für das Westjiddische rührt. So „verlief die Grenze zwischen Ost- und Westjiddisch [Mitte des 19. Jahrhunderts] dementsprechend mitten durch Ungarn und die Slowakei, durchschnitt in der Gegend um Krakau polnisches Gebiet und folge ab der Höhe von Breslau in etwa der ehemaligen Grenze Schlesiens bzw. dem Verlauf der Oder und verlor sich schließlich in einem Übergangsgebiet zwischen Berlin, Posen und Königsberg“ (ebd.: 53). Aptroot und Gruschka weisen aber darauf hin, dass sich das Gebiet des Westjiddischen in den früheren Jahrhunderten wesentlich weiter nach Osten erstreckt haben müsse, aber durch das Ostjiddische zurückgedrängt worden sei (vgl. ebd.). Das Ostjiddische schritt in seiner Entwicklung außerdem immer weiter bis hin zum modernen Jiddisch voran und findet bis heute in Alltagskommunikation und Unterhaltungsliteratur von Juden auf der ganzen Welt Verwendung. Die Weiterentwicklung des Ostjiddischen beinhaltete zudem die Erweiterung des Sprachsystems durch Elemente anderer Sprachen (z.B. englisch, spanisch, usw.)."

https://www.grin.com/document/385842
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3220
Lieu: Massalia

Messageécrit le Sunday 20 May 18, 12:27 Répondre en citant ce message   

Euh , rejsl n'est pas masculin sourire

A part ça , vous avez juste mal interprété ... Il est bien écrit dans votre premier lien que la langue parlée par les Juifs Ashkénazes au Moyen Âge, s'est enrichie et transformée , notemment par emprunt et fusion de certains éléments slaves , lorsque ces populations qui fuyaient les persécutions ( expropriations , bannissements , pogroms, etc) ont migré vers l'Est.
Du coup, votre formulation était inexacte.
Le yiddish est et reste à la base une langue germanique , il s'est transformé par l'ajout de ces éléments slaves et était parlé en Europe Centrale et orientale, d'où le nom de yiddish oriental.
Mais il ne vient pas de là-bas .
La précision a son importance. car il existe des théories fantaisistes et jusqu'à présent réfutées qui inventent un yiddish qui serait né dans les grandes plaines russes via le royaume des Kazhars .
Voilà pourquoi , il est important de bien dire que la langue yiddish est née en Rhenanie , est germanique et à évolué par la suite jusqu'au yiddish moderne .
On distingue un protoyiddish, un yiddish ancien ..jusqu'au yiddish moderne , comme pour toute autre langue, lorsqu'on arrive à se pencher sur son histoire ..


De même , lorsque vous avez écrit qu'il avait pratiquement disparu ...
Dans le dictionnaire historique que vous citez ( votre premier lien) Il est bien écrit qu'il a pratiquement disparu dans
son aire d'origine . Évidemment !
Aprés La Shoah, il ne restait pratiquement plus de Juifs Ashkénazes qui puissent parler cette langue en Ukraine, Pologne ou Lituanie ..
les aires géographiques où il reste parlé se sont déplacées .
Vous avez des communautés de langue yiddish à Vienne, en Belgique ( Anvers) , a New- York, en Amérique latine , en Israël et d'autres le parlent et l'entretiennent partout dans le monde ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum allemand
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008