Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Parole d'autrui - Dictionnaire Babel - Forum Babel
Parole d'autrui

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Dictionnaire Babel
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
tskapo



Inscrit le: 10 Dec 2004
Messages: 103

Messageécrit le Sunday 20 Nov 05, 14:01 Répondre en citant ce message   

Il existe en géorgien un mode, une tournure qui est appelé სხვათა სიტყვა (Parole d'autrui) et il sert à "répéter" une narration, une phrase... Ce mode se construit avec des particules, il y en a trois :

1) -მეთქი;
2) -თქო;
3) *ო.

On utilise -მეთქი quand on répète qq. chose que la première personne avait dit. Imaginons une situation quand je raconte à un ami ma conversation avec ma mère, pour éviter de dire chaque fois "მე მას ვუთხარი“ (mot à mot: je lui ai dit), je rajoute à mes phrase -მეთქი.
- ჰოდა, დე, ხაჭაპური მომენატრა-მეთქი (donc, je lui ai dit: Maman, khatchapouri (galette géorgienne au fromage) me manque).
Cette même particule est utilisée lorsque notre interlocuteur nous a mal entendu et quand nous répétons ce que nous venons de dire:

- სამ საათზე შევხვდეთ ერთმანეთს რუსთაველზე (rencontrons-nous à trois heures à Roustavéli).
- რომელზე? (à quelle heure?).
- სამზე-მეთქი (à trois heures, je t'ai dit).

Le -თქო est utilisé quand on demande à un tiers de transmettre à quelqu'un nos paroles. Poursuivons ma conversation avec mon ami au moment quand le lui donnais RDV:

- გიას უთხარი, წკაპომ რუსთაველზე მოდი სამზე-თქო. (Dis à Guia, tskapo te dit viens à trois à Roustavéli - la traduction est mot à mot, pour garder toute la particulairité de ce mode),

რუსთაველზე მოდი სამზე - Viens à Roustavéli à trois - cette phrase que mon ami doit transmettre à Guia est construite comme si je m'adressais directement à Guia, le -თქო se charge du reste - plus besoin du subjonctif.

Le -ო est le plus utilisé des trois. Il est employé quand on répète les paroles, le récit de quelqu'un. Reprenons ma conversation avec mon ami là où je lui racontais ma conversation avec ma mère:
- მაგაზე ადვილი არაფერია, შვილო. (Rien n'est plus facile, mon fils). Remarquez bien შვილო, le premier ო est du vocatif qui ne peut être utilisé que dans une conversation directe.
- რა? (Qu'a-t-elle dit?).


Connaissez-vous un cas pareil dans d'autres langues ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
mansio



Inscrit le: 19 Feb 2005
Messages: 1125

Messageécrit le Sunday 20 Nov 05, 15:29 Répondre en citant ce message   

En turc on fait suivre de Turc diye (un participe du verbe demek = dire) des paroles que l'on rapporte.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11021
Lieu: Lyon

Messageécrit le Thursday 01 Mar 12, 12:03 Répondre en citant ce message   

A lire (car intéressant et bien présenté) et à compléter.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3624
Lieu: Massalia

Messageécrit le Thursday 01 Mar 12, 22:55 Répondre en citant ce message   

Allemand L'allemand possède un mode qui sert essentiellement à rapporter avec neutralité les paroles d'autrui .

Ex: La chancelière allemande a déclaré qu'il n'y a guère d'alternative à l'augmentation des impôts.

Elle a dit " Zu der Steuererhöhung gibt es kaum Alternativen "

Trois possibilités pour moi qui suis locuteur et souhaite rapporter ces paroles:

1) Je m'identifie à elle, je partage ce point de vue, je considère qu'il est conforme à la réalité et je tiens à le transmettre. J'utilise le mode Indikativ.

Die Kanzlerin sagte, zur Steuererhöhung gibt es kaum Alternativen.

2) Je ne désire pas prendre position. Je me contente d'un rapport objectif, j'utilise le mode Konjunktiv 1

- Die Kanzlerin sagte, zu der Steuererhöhung gebe es kaum Alternativen.

3) Je désire prendre mes distances et montrer ma désapprobation, mon doute, tout en rapportant fidèlement ses paroles. J'utilise le Konjunktiv 2.

Die Kanzlerin sagte, zu der Steuererhöhung gäbe es kaum Alternativen.


Par défaut, le Konjunktiv 1, celui de la phrase deux, est le mode du discours indirect.

Dans le langage parlé, ce mode tend à disparaître, il est alors remplacé par l'indicatif. Dans les textes littéraires, le langage journalistique, il est toujours d'usage. Des le moment où l'on souhaite rapporter tout un texte, paraphraser tout un discours, le Konjunktiv 1 s'impose en quelque sorte. Il n'est alors même plus nécessaire d'user de verbes de parole ou d'opinion introducteurs.
On reprendra simplement tout le discours, au Konjunktiv 1, sans en changer la syntaxe. Tout au plus peut-on ici ou là rajouter un - so X qui précise l'identité de la personne qu'on cite.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3716
Lieu: Paris

Messageécrit le Thursday 01 Mar 12, 23:43 Répondre en citant ce message   

Le français semble moins riche en nuances :
F1 : La chancelière a dit qu'il n'y a pas d'alternative ...
F2 : La chancelière a dit qu'il n'y aurait pas d'alternative ...
F1 me paraît neutre et correspondrait alors à la formulation allemande avec Konjunctiv 1 ?
F2 laisse percer un léger doute (mais pas de réelle désapprobation), et serait peut-être plus proche du sens du Konjunctiv 2 ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
ElieDeLeuze



Inscrit le: 14 Jun 2006
Messages: 1622
Lieu: Allemagne

Messageécrit le Friday 02 Mar 12, 0:14 Répondre en citant ce message   

En allemand, il existe aussi des tournures avec les auxiliaires de mode :
wollen quand un tiers prétend que...
sollen quand un tiers affirme que...

On retrouve le second dans toutes les langues germaniques, avec skulle en danois, zullen en néerlandais sous la forme zouden ou au présent. En cherchant un peu, je suis sûr qu'on trouverait aussi pour l'islandais.


Pour le hongrois, y'a pas une histoire de mode impératif à toutes les personnes? Vague souvenir de fac...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
András
Animateur


Inscrit le: 20 Nov 2006
Messages: 1463
Lieu: Timişoara, Roumanie

Messageécrit le Friday 02 Mar 12, 9:23 Répondre en citant ce message   

En hongrois il y a en fait un impératif-subjonctif, c'est-à-dire que la 2e personne de cette forme verbale peut servir d'impératif et toutes les 6 formes personnelles peuvent servir de subjonctif, mais ce n'est pas le propos de ce fil.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Oliv



Inscrit le: 16 Oct 2011
Messages: 124
Lieu: Toulouse

Messageécrit le Friday 02 Mar 12, 12:57 Répondre en citant ce message   

En hongrois avec cet impératif-subjonctif il y a peut-être quand même quelque chose de vrai dans l'idée d'un "mode" qui ajoute une nuance même quand il n'y a pas de subordonnée avec "subjonctif", je pense à Rabok legyünk, vagy szabadok? (dans Nemzeti dal "Chant national" de Petőfi) = mot à mot: "soyons prisonniers, ou libres?", c'est-à-dire: faut-il que / voulez-vous que nous soyons ..., serons-nous ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
flo



Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 294
Lieu: La Rochelle

Messageécrit le Friday 02 Mar 12, 14:01 Répondre en citant ce message   

Dans Les cahiers science et vie n°118 d'août 2010 sur les origines des langues, étaient citées un groupe de langues de peuplades encore primitives qui marquent plusieurs niveaux de certitude (jusqu'à huit si mes souvenirs sont bons), notamment une liée à une parole rapportée.

Exemple avec la phrase "les baies sont mûres", plusieurs cas :
- c'est la saison, en tout cas elles devraient l'être
- on m'a dit qu'elles l'étaient
- je les ai vues, elles le sont
...
La notion de fiabilité de ces langues serait due, selon un auteur, à la nécessité vitale pour un peuple de chasseurs/cueilleurs de déterminer à quel point une information est crédible.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
gilou



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 1527
Lieu: Paris et Rambouillet

Messageécrit le Friday 02 Mar 12, 16:01 Répondre en citant ce message   

@ Flo :
Il y a pas besoin d'aller chercher des langues rares pour trouver des langues marquant ce qu'en linguistique on appelle l'évidentialité, il suffit d'aller voir le turc, ou selon qu'on a été témoin d'un fait ou non, on va employer le passé de constatation ou le passé de non-constatation.

L'évidentialité est un élément présent dans de nombreuses langues, en particulier des Amériques (Apache, Hopi, Quechua, Aymara, Pomo...)
Pour l'anecdote, il y a un temps en Quechua pour rapporter les faits dont on n'a pas été témoin (le parfait). C'est aussi ce temps qu'on emploie pour rapporter ce que l'on a fait en état d'ivresse.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Dictionnaire Babel
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008