Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
peur - Dictionnaire Babel - Forum Babel
peur
Aller à la page Précédente  1, 2
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Dictionnaire Babel
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3712
Lieu: Paris

Messageécrit le Friday 29 Mar 19, 19:38 Répondre en citant ce message   

Pascal Tréguer pourra sûrement nous dater l'intensificateur "pants off s.o." qui est utilisé pour divers verbes comme to scare, to beat, to bore, to kid, mais aussi to charm. L'idée de colique dans ce dernier cas n'est pas appropriée, mais il est possible que ce ne soit qu'une ultime extension d'usage de l'intensificateur qui a probablement commencé avec des verbes où cette association peut se concevoir.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10848
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Wednesday 27 Oct 21, 18:41 Répondre en citant ce message   

J'ai appris cette année une expression espagnole Espagnol qui semble à la mode : dar yuyu "foutre la trouille".
Je ne suis pas sûr que le mot ait quelque chose à voir avec le yuyu qui désigne les pratiques superstitieuses de l'Afrique de l'Ouest.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3622
Lieu: Massalia

Messageécrit le Saturday 06 Nov 21, 16:25 Répondre en citant ce message   

José a écrit:
D'accord mais sogne vient d'où ? Et bang ?
.


Le Bang zijn néerlandais, cité plus haut , est formé du verbe " être " (zijn) et de l'adjectif " angoissé , saisi de peur" ( bang )

Tournure qu'on retrouve en allemand : mir ist bange, mir wird bange "

Signalons qu'en yiddish, ce terme " bang " a un autre sens : celui d'avoir le coeur serré par un regret, ou un sentiment de pitié. Le sens premier en moyen haut allemand dépassait le strict domaine de la peur.

עס טוט מיר באַנג = es tut mir bang = je regrette , je suis chagriné...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
AdM
Animateur


Inscrit le: 13 Dec 2006
Messages: 815
Lieu: L-l-N (Belgique)

Messageécrit le Saturday 06 Nov 21, 22:00 Répondre en citant ce message   

José a écrit:
D'accord mais sogne vient d'où ?

Wallon sogne : soin, attention mais aussi peur. Prinde sogne : prendre soin ou prendre garde.
Selon Haust, vient du francique sunnea, justification.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10848
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 06 Nov 21, 23:14 Répondre en citant ce message   

TLF :

D'apr. U. Joppich-Hagemann (Rom. Forsch. t. 90 1978, pp. 35-47) songer et soigner remonteraient au même étymon lat. somniare « rêver, avoir un songe, voir en rêve, rêver que » (v. songer),qui a pu donner aussi bien songier (v. songer) que songnier (écrit tantôt -gn-, -ign-, -ng-, -ingn-) et soin, à côté de songe*, s'expliquerait comme étant directement issu du lat. so(m)nium « songe, rêve ». L'examen du passage sém. de « rêver » à « penser » du verbe songer, est à l'orig. de cette étymol. et du postulat selon lequel penser/soigner/songer s'inscrivent dans une relation ternaire où soigner joue le rôle d'intermédiaire entre penser, dont il est le quasi-synon. et songer dont il est l'équivalent phonét. Une ét. approfondie du sémantisme de songer/soigner, songe/soin et de leurs dér. et comp. a ensuite amené U. Joppich-Hagemann à énoncer l'hyp. que le sens de « penser » peut être à l'orig. des concepts de « souci » d'une part et de « tristesse », « crainte » d'autre part; hyp. qui semble renforcée par le parallélisme sém. des mots de la famille de cogitare et pensare qui ont pour sens de base celui de « penser » et dont les sens second., représentant les notions de « souci », « chagrin, tristesse », « crainte », sont ceux de la famille de songer/soigner.

Je vote pour cette hypothèse.

On a un parallélisme sémantique avec le couple penser // panser.

penser, panser et peser sont tous trois issus du latin pensare, fréquentatif de pendere, signifiant aussi « peser », d’où, par deux développements différents, « contre-balancer, payer » et dans le domaine intellectuel, « évaluer, apprécier », d’où « réfléchir, méditer ». L’évolution phonétique régulière entraînant la chute du n devant s, pensare a donné peser. La forme penser vient de la langue écrite, tout comme panser qui s’écrivait autrefois penser et a d’abord signifié « penser à son cheval, s’en occuper, le soigner, le nourrir ». L’orthographe panser est due à l’influence d’un autre verbe panser qui signifiait « remplir la panse ». (la grande famille PENDRE)

Restent à éclaircir les origines de besoin et besogne...
N'oublions pas l'homonymie... Deux étymons, un germanique et un latin, phonétiquement rapprochés dans leur évolution, c'est toujours possible.

Un MDJ soin ne serait pas du luxe...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cligès



Inscrit le: 18 Jul 2019
Messages: 646
Lieu: Pays de Loire

Messageécrit le Sunday 07 Nov 21, 13:48 Répondre en citant ce message   

Malgré la différence d'aperture du o, on peut accepter la filiation somnium > *sonnium (niveau latin, cf. Väänänen) > sonium > soin ; somniare > *sonniare > soingnier > soigner (évidemment, je passe des étapes parce que c'est complexe, mais sans importance ici) ; on peut même ajouter AF essoigne, "excuse", puis "difficulté", plus tard essoine (chez Villon) par réfection sur soin...
Mais tous les ouvrages que je peux consulter établissent des étymons germaniques latinisés.
La question que je me pose est donc toujours la même : comment se fait-il qu'on n'y ait pas pensé avant ??? Et là, la méconnaissance des langues sémitiques n'y est pour rien ! Clin d'œil

Et je le devine : si, comme je le dis, rien ne s'oppose à ce que **sonium donne "soin" comme somnium a donné songe (cf. calumnia > chalonge (chalenge en FM), etc... , la présence de ce doublet dérivationnel paraît difficile à admettre.

Les explications sémantiques sont évidemment plausibles, mais je peux aussi bien dire, par exemple, que essoigne, qui signifiait "difficulté", "embarras" tire son sens de ex-somniare parce que les difficultés ôtent souvent le sommeil !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10848
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 07 Nov 21, 15:29 Répondre en citant ce message   

Il convient que je donne la totalité de la longue notice du TLF. Désolé de la donner à l'envers... En voici donc la première partie :

Étymol. incertaine. On note à côté du subst. masc. soing, bien qu'à une époque un peu plus récente, le subst. fém. soigne « souci, peine » (ca 1180, Proverbe au vilain, 100a ds T.-L.) et le verbe soigner* que l'on rapproche respectivement du lat. médiév. sunnis, fém. « excuse légitime ou empêchement de comparaître » (vies., Lex Sal., tit. 1, § 2 ds Nierm.; ailleurs sunnia, sonia, somnis, etc.) et du lat. médiév. soniare « procurer le nécessaire, donner ou recevoir l'hospitalité » (fin viies., Formulae Andecavenses, n o58, Form., p. 25, ibid., s.v. sonniare) dans lesquels on a voulu voir un empr au frq.: d'une part au subst. fém. *sunnia « souci », d'autre part au verbe *sun(n)jôn « s'occuper de, se soucier de ». Diez 1853 (s.v. sogna) rattache le subst. frq. à l'a. nord. syn, fém. « démenti », corresp. au got. sunja « vérité », a. sax. sunnea « excuse », a. h. all. sunne « cas de force majeure » et le verbe frq. à l'a. nord. synja « dénier, refuser, acquitter », got. sunjôn « excuser, justifier ». Wartburg écarte, en raison de la différence de genre, la possibilité d'un empr. dir. du fr. soin, masc. à l'a. b. frq. *sunnia, fém. et souligne que la chronol. s'oppose à faire de soin un déverbal de soigner; il se rallie à l'hyp. de V. Günther selon laquelle le b. lat. sonium, neutre « souci » (ves., FEW t. 17, p. 279b), auquel il convient de rattacher soin, ne peut s'expliquer, de même que le lat. soniari « se faire du souci » (vies., FEW t. 17, p. 280a), que comme un empr. à un mot germ. neutre et plus précisément au subst. neutre a. b. frq. *sun(n)i « souci, peine », d'un adj. a. b. frq. *sun(n)i « soucieux » (forme non fléchie de *sunnia), d'apr. l'adj. got. sunjis « véritable, véridique »; v. FEW t. 17, pp. 279b-280b. Cette hyp. d'un empr. au germ. que la complexité phonét. et morphol. rend difficile à admettre, se heurte essentiellement à des difficultés d'ordre sém.: on ne voit pas très bien quel est le lien qui unit le fr. soin, soigner à des mots germ. tels que le got. sunja « vérité », sunjôn « excuser, justifier » ou l'a. nord. syn « démenti », synja « dénier, refuser » et l'affirmation de Wartburg (FEW t. 17, p. 279b) selon laquelle soigner serait la survivance, en tant qu'expression du souci quotidien, du frq. *sun(n)jôn (corresp. à l'a. nord. synja, got. sunjôn) paraît peu sûre. D'apr. U. Joppich-Hagemann... (la suite plus haut)

Le préfixe germanique be- de besoin, besogne fait évidemment pencher fortement la balance en faveur d'une origine germanique de cette petite famille...

Petite remarque en passant : l'essoine d'Abélard, chez Villon, "être châtré et fait moine". me semble être plus un "châtiment", une "lourde peine", qu'une banale "difficulté". À moins que cet emploi ne relève là de la litote, de l'euphémisme...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Dictionnaire Babel Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2









phpBB (c) 2001-2008