Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
décrépit (français) / crepare (latin) - Le mot du jour - Forum Babel
décrépit (français) / crepare (latin)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 avr 2008
Messages: 689

Messageécrit le samedi 27 avr 13, 18:37 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

décrépit : "Dont l'âge a fortement altéré la vigueur physique et même parfois les forces morales, intellectuelles" (TLFi)

Le mot est attesté en ancien français dès le XIIe siècle. On le retrouve de façon tout à fait identique (decrépito) en italien et en espagnol. En latin, decrepitus a exactement le même sens dans les quelques attestations qu'on lui trouve (Plaute, Cicéron...).

Le sens est clairement métaphorique, mais il n'est pas si évident que cela d'expliquer cette métaphore. Et ce qui a attiré mon attention sur ce mot, c'est justement la variété avec laquelle on explique cette métaphore.

Le mot est formé du préfixe de- et de crepitus, participe de crepare:
crepare : craquer, pétiller; se dit de tout ce qui se fend ou éclate avec bruit, notamment du bois, par suite "se fendre, se rompre" (Ernout Meillet)
Michel Bréal a supposé que "la vieillesse décrépite est comparée à un mur qui se lézarde, ou à un arbre qui se fend."

Cependant, le préfixe de- (qui marque d'habitude le manque, la cessation) pose problème : on pourrait alors supposer qu'il marquerait ici l'achèvement.

En fait, ce sens métaphorique est également attesté, à l'époque tardive, avec le simple crepare, employé pour des êtres vivants au sens de mourir :
Ad quam (Semelem) cum fulmine veniens (Juppiter), illa crepuit.
Quand Jupiter apparut à Sémélé avec son foudre, elle mourut.
(Hygin, fabulae)

Ce sens se retrouve dans l'italien crepare, comme dans le français crever.

Autre interprétation moderne de la métaphore, celle de Walde, qui rapproche cette expression d'une autre : "animam ebullire" (ebullire : bouillonner) : rendre l'âme (expression attestée chez Sénèque et Perse, notamment).
Il faudrait ainsi rapprocher l'idée de crépiter, de pétillement, et celle de bouillonnement



Dans l'Antiquité, des interprétations populaires différentes étaient données pour expliquer ce mot. Festus en donne deux, coup sur coup :
decrepitus est desperatus crepera jam vita, ut crepusculum extremum diei tempus. Sive decrepitus dictus, quia propter senectutem nec movere se, nec ullum facere potest crepitum.
Est décrépit celui qui n'a plus rien à espérer d'une vie déjà assombrie, comme le crépuscule est le dernier instant du jour. Ou bien, on dit qu'un homme est décrépit, parce que, à cause de son âge, il ne peut plus bouger et ne peut plus faire de bruit.

Isidore de Séville en suggère une autre un peu différente:
quod iam crepare desierit, id est loqui cessauerit
parce qu'il a cessé de se faire entendre, c'est-à-dire de parler.


La 1ère interprétation de Festus ne rattache pas decrepitus à crespo mais à creper, via crepusculum (creper = obscur, douteux : le crépuscule est le moment incertain entre jour et nuit). Elle explique de- par référence à desperatus (déspespéré)
La 2e interprétation de Festus et celle d'Isidore rattachent bien decrepitus à crepare, mais en expliquant la métaphore différemment de Bréal, ce qui offre au moins l'avantage de donner son sens habituel au préfixe de- : de - (cessation) + crepitum (au sens de bruit ou au sens de parler)



Mais il n'y a pas que dans l'Antiquité que des étymologies populaires se sont développées autour de ce mot.

Dans la représentation commune, "décrépit" est associé au verbe "décrépir", qui n'a pourtant aucun lien étymologique originel.
Saussure signale ce phénomène d'étymologie populaire : "Aujourd'hui, il est certain que la plupart des personnes voit un rapport entre un mur décrépi et un homme décrépit".
Le verbe "décrépir : Enlever le crépi d'un mur" n'est cependant attesté par les dictionnaires que depuis le XIXe siècle. Le verbe crépir et son doublet crêper expriment l'idée de froncer, friser, onduler (latin crispare) : le premier a été utilisé, entre autres, dans le domaine de la tannerie avant de finir par se spécialiser dans le domaine de la maçonnerie (crépir, c'est enduire un mur d'une couche de mortier, sans la lisser) ; le second sert dans le domaine du textile (cf un crêpe) et dans celui de la coiffure (cf crépu). Quant à la crêpe (que l'on mange), son nom est une allusion à l'aspect ondulé qu'elle prend en cuisant.



Bref, résumons-nous :

- décrépit vient de crepare (craquer). Mais l'interprétation métaphorique n'est pas évidente
- Une étymologie populaire antique rattachait décrépit à creper (obscur).
- Une étymologie populaire actuelle tend à rattacher décrépit à crispare (onduler).
Ce dernier rattachement est presque officialisé par certains emplois littéraires. Ainsi, Huysmans, dans Les Soeurs Vatard, écrit :
"Tous ces amours au débotté lui décrépissaient la face"
On est bien là dans la métaphore de la maçonnerie, mais pour exprimer l'idée de déchéance physique et morale, que contient l'adjectif décrépit !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7882
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le samedi 27 avr 13, 21:26 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Y a-t-il beaucoup d'autres verbes latins du premier groupe (-are) qui font leur participe en -itus alors que la majorité le font en -atus ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 nov 2007
Messages: 3203
Lieu: Massalia

Messageécrit le samedi 27 avr 13, 21:43 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Allemand l'allemand a le verbe krepieren issu de l'italien crepare , entré en allemand au 17eme siècle via le jargon des soldats. Signifie crever et s'emploie pour les animaux ou pour les hommes s'il s'agit d'une mort misérable.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 avr 2008
Messages: 689

Messageécrit le dimanche 28 avr 13, 10:08 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Papou JC a écrit:
Y a-t-il beaucoup d'autres verbes latins du premier groupe (-are) qui font leur participe en -itus alors que la majorité le font en -atus ?

Dans sa morphologie, Ernout donne une courte liste de ces verbes où la voyelle -ā- n'apparaît qu'au présent : exemples pris parmi les plus fréquents :

- domo, as, are, domui, domitum : dompter
- sono, as, are, sonui, sonitum : sonner
- veto, as, are, vetui, vetitum : interdire
- et, avec élision de la voyelle au participe : seco, as, are, secui, sectum : couper
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7882
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le dimanche 28 avr 13, 12:06 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Merci ! En général, dans ces cas-là, on imagine une fusion de deux radicaux différents, non ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 avr 2008
Messages: 689

Messageécrit le dimanche 28 avr 13, 13:53 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le radical verbal est le même, c'est crep-
Simplement, la voyelle thématique -ā- ne s'y ajoute qu'au thème du présent.

C'est un phénomène plus fréquent quand il s'agit d'une voyelle thématique -ē- (verbes de deuxième conjugaison) qui n'apparaît souvent qu'au thème de l'infectum :
- candeo / candui
- iaceo / iacui
- habeo / habui
...

Je préfère ne pas trop en dire sur tout cela, car je ne suis pas linguiste et j'aurais peur de dire des imprécisions.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 oct 2006
Messages: 10630
Lieu: Lyon

Messageécrit le mardi 01 avr 14, 11:20 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

- (In a statement late Monday, it said the final words received by ground controllers at 1:19 a.m. on March 8 were “Good night Malaysian three-seven-zero.” Earlier the government said the final words were “All right, good night.”) The statement didn’t explain the discrepancy.
= (Le gouvernement malaisien a donné 2 versions concernant les derniers mots des pilotes) Le communiqué n'explique pas la divergence (= entre les 2 versions).

[ The NY Post - 01.04.2014 ]


Royaume-Uni discrepancy
- divergence - désaccord - contradiction - opposition

etymonline a écrit:

discrepancy (n.)

mid-15c. (discrepance), from Latin discrepantia "discordance, discrepancy,"
from discrepantem (nominative discrepans), present participle of discrepare "sound differently, differ,"
from dis- "apart, off" (see dis-) + crepare "to rattle, crack."



Italien discrepanza
- discordance
- différence

discrepare
- (rare - littéraire) discorder - différer
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008