Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Expressions ou slogans détournés (volontairement ou non) - Expressions, locutions, proverbes & citations - Forum Babel
Expressions ou slogans détournés (volontairement ou non)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
pgmam



Inscrit le: 29 May 2010
Messages: 39
Lieu: Puy-de-Dôme

Messageécrit le Saturday 29 May 10, 18:50 Répondre en citant ce message   

Je me souviens d'avoir lu (je ne sais plus où) cette «mise en garde» à propos d'une fame, ou fâme, d'ailleurs, (réputation) qui se serait changée en femme. Peut-être est-ce vrai. En plus ça ressemble à un conte. Mais un «remède de bonne femme» n'est justement pas forcément un remède qui a très bonne réputation. Juste une sorte de pis-aller.
Et pour m'être plongé de très près récemment dans l'édition originale (rapatriée depuis Gallica) des Essais de Montaigne (1580), je peux vous assurer que les typographes de l'époque composaient indifféremment, voire sur la même page, femme ou fame. Je me demande donc si le redresseur de tort qui s'est avisé le premier de relever cette «grossière erreur» n'a pas parlé un peu vite…
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Quevenois



Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 219
Lieu: Bretagne

Messageécrit le Sunday 06 Jun 10, 16:21 Répondre en citant ce message   

Fier comme un petit banc, ou Fier comme un bar-tabac

au lieu de : fier comme Artaban.


C'est connu comme le houblon
au lieu de : c'est connu comme le loup blanc.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1227
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Monday 06 Dec 10, 18:38 Répondre en citant ce message   

Je suis de l'autre côté de la médaille.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6475
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Tuesday 07 Dec 10, 0:02 Répondre en citant ce message   

Il ne faut pas prendre le Hennessy pour du Sauternes.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6475
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Friday 24 Dec 10, 15:16 Répondre en citant ce message   

En tapis noir au lieu de en tapinois.

Au milieu de la nuit, il se glissa sur le sol en tapis noir.

atilfr.fr a écrit:
Étymol. et Hist. 1. a) 1456-69 en tapinays « sournoisement, par des voies détournées » (Pathelin, éd. J.-Cl. Aubailly, 828); b) 1539 en tapinois « d'une manière secrète, cachée » (Est.); 2. a) 1546 adj. « qui se cache, clandestin » (Rabelais, Tiers Livre, XXXVIII, éd. M. A. Screech, p. 264, 86); b) 1636 subst. « personne qui agit en cachette » (Monet). Issu de l'anc. loc. en tapin, a tapin « en cachette, en secret »
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Larbalétrier



Inscrit le: 08 Mar 2009
Messages: 40
Lieu: L'Oeil de l'Oye

Messageécrit le Sunday 30 Jan 11, 11:23 Répondre en citant ce message   

"Tranche de cake" pour "tronche de keck" (francien : keck : téméraire, qui ose s'en prendre à plus fort que lui => irrespectueux, effronté ; allemand : Keck, alsacien : Kack = audacieux).

Entendu pour "être au bout du rouleau" : "être au bord du rouleau" ; nouvelle expression du monde du surf ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1234

Messageécrit le Saturday 21 May 11, 1:04 Répondre en citant ce message   

L’homme propose, la femme dispose.

Déformation coquine de la formule, L’homme propose et Dieu dispose, au moins aussi ancienne que l’Imitation de Jésus-Christ.

« Car l'homme propose et Dieu dispose, et la voie de l'homme n'est pas en lui. ».
Imitation de Jésus-Christ
, I, 19, 2. Traduction de Félicité de Lammenais.

Il en existe d’autres variantes plaisantes :
L'Homme propose, dieu dispose et le diable s'interpose.
L'homme propose, Dieu dispose, la femme s'interpose.

Etc.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3735
Lieu: Paris

Messageécrit le Saturday 21 May 11, 8:27 Répondre en citant ce message   

l'homme propose, la femme indispose ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3632
Lieu: Massalia

Messageécrit le Saturday 21 May 11, 10:55 Répondre en citant ce message   

Je ne le connais ni des lèvres ni des dents au lieu de ni d'Eve ni d'Adam.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11006
Lieu: Lyon

Messageécrit le Saturday 21 May 11, 11:07 Répondre en citant ce message   

- Pauvre comme zob

Lire la version originale dans le Fil Références d'origine biblique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3632
Lieu: Massalia

Messageécrit le Sunday 22 May 11, 20:07 Répondre en citant ce message   

Je ne sais si ce post s'inscrit dans la bonne rubrique... Ce n'est pas tant un détournement ( quoique), mais plutôt une acception complètement différente en fonction d'une autre langue, d'une autre culture.

Épicurien, en français, désigne soit un partisan de la théorie philosophique d'Epicure soit par extension et déformation, une personne qui s'adonne aux jouissances. "Carpe diem (quam minimum credula postero)" disait le poète Horace. Dans notre culture, le terme a pris une connotation plutôt positive, l'épicurien étant considéré comme quelqu'un qui sait apprécier les plaisirs de la vie.

En yiddish, existe le terme apikoyres (אַפּיקורס) venant, lui aussi, en droite ligne d'Epicure. Mais il désigne un mécréant, un hérétique et a même valeur d'insulte. Du apikoyres!

L' apikoyres était dans le monde yiddishophone, celui qui ne respectait plus les interdits et devoirs religieux, un mauvais Juif donc, la pire punition pouvant arriver dans un monde marqué par la religion.

En témoignent deux exemples: -1) le début d'une berceuse ( qu'il est possible de trouver interprétée par la chaude voix de Shura Lipovski ): une maman berce son enfant, pleure et se lamente, son mari est devenu un apikoyres , malheur à ses vieux jours! Il a même juré de ne marier son enfant qu'à dix-huit ans ! ( Bien trop tard pour la tradition)
Citation:
Dayn tate, vey tsu zayne yorn, An apikoyres iz er gevorn — Khasene makhn vil er dikh gor, Ven du vest alt vern akhtsn yor'.


- 2) Un proverbe yiddish qui traite le problème par l'humour:

אַז גאָט וויל שטראָפֿן אַן אַפּיקורס גיט ער אים אַ פֿרום ווײַב.
= " Az got vil shtrofn an apikoyres git er im a frum vayb."

Si Dieu décide de punir un apikoyres, il lui donne une femme pieuse!
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2283

Messageécrit le Sunday 22 May 11, 21:58 Répondre en citant ce message   

Est-ce vraiment une dérivation ?
Épicure professait que les dieux sont tellement lointains, qu'ils ne se préoccupent pas des hommes, et qu'il est donc inutile de pratiquer un culte. Son vulgarisateur Lucrèce va très loin : la religion pousse au crime, pour preuve, le sacrifice d'Iphigénie.
Dans le monde grec déjà, un épicurien est un athée... comme en yiddish !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3632
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 23 May 11, 0:11 Répondre en citant ce message   

Je suppose que le yiddish apikoyres est effectivement plus proche du modèle grec original que cet épicurien français, fin jouisseur. Et pourtant, il me semble qu'il y a bien des différences.

J'imagine mal d'abord, le terme grec passé dans la langue de tous les jours dans l'Antiquité et s'appliquant simplement au mode de vie d'un citoyen lambda. Je suppose que seuls les lettrés, les adeptes ou disciples d'Epicure reprenaient ces idées et les assumaient, une élite de philosophes?
Tandis qu'en yiddish, le terme était surtout employé par des gens, souvent des femmes qui navaient même jamais entendu parler d'Epicure, ne l'avaient pas lu et n'en connaissaient pas les théories. Qu'imaginaient-elles à travers ce mot? Quelque chose de mauvais, un comportement non conforme donc inspiré par le Mal, des entorses à la tradition intolérables. Or , dans toute société traditionnelle, les femmes qui assurent l'éducation des jeunes enfants sont en quelque sorte garantes et porteuses de cette tradition.

Le terme apikoyres a pris son essor au moment de la haskala ( mouvement de pensée juif, inspiré de l'esprit des Lumières, qui s'est développé dans cette Europe Centrale vers le XIXème siècle essentiellement.) Était alors un apikoyres un homme qui souhaitait par exemple voir ses enfants étudier des disciplines profanes telles que les sciences, la géographie, les techniques et ne voulait pas qu'ils se contentent d'une yeshiva , sorte d'école supérieure religieuse , où les étudiants passaient des années à uniquement étudier, décortiquer et commenter les passages des textes sacrés ( Torah et Talmud). Etait apikoyres celui qui pensait qu'il fallait s'habiller et vivre dans un monde moderne comme les peuples qu'ils cotoyaient. Prendre le tramway le samedi, se vêtir d'un costume-cravate et non d'un caftan , fumer ou jouer aux cartes un samedi.
Finalement, ce terme d'apikoyres désignait des gens qui ne se considéraient pas obligatoirement comme athées, qui étaient seulement tenants de réformes au sein de la religion ou un peu occidentalisés, assimilés et qui par là, s'opposaient à la forme la plus stricte , conservatrice de cette religion.

D'où sa connotation si négative dans la langue populaire et l'humour qui en résulte, réaction des concernés, amusés par ce qui était quand même une dérive. Différente de l'acception française, car ces apikoyres- là restaient quant aux moeurs, des enfants de choeur en regard du sens français.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2283

Messageécrit le Monday 23 May 11, 21:11 Répondre en citant ce message   

Finalement, le mot ne constitue un détournement que d'un point de vue strictement francophone.
Ailleurs en Europe, où l'on voit en Épicure le grand rationaliste de l'Antiquité (c'est Marx qui aurait dit cela, d'après Jean Brun), le terme apikoryes est on ne peut plus pertinent.

Donc, ce n'est pas le yiddish qui dérive, c'est le français qui fait contre-sens, AMHA.


Dernière édition par Glossophile le Tuesday 24 May 11, 0:06; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3632
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 23 May 11, 22:22 Répondre en citant ce message   

Oui, je pense que vous avez raison. En français, il est évident que le sens s'est complètement éloigné du rationalisme ou de la réflexion philosophique. En yiddish, celui qui se déclarait apikoyres indiquait par là son refus d'une croyance aveugle et d'une obéissance stricte aux rites. Cela correspond donc à votre explication, même si beaucoup de gens l'employaient sans aucune référence réelle à un philosophe dont ils n'avaient aucune idée.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
Page 6 sur 10









phpBB (c) 2001-2008