Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
حراك [ḥirāk] (arabe) - Le mot du jour - Forum Babel
حراك [ḥirāk] (arabe)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3948
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 13:38 Répondre en citant ce message   

حراك ḥirāk est un mot arabe (fusha) qui est passé en français, sous la forme hirak pour désigner le mouvement algérien.

Le déclenchement fut le meeting de la Coupole à Alger, le 9 février 2019, annonçant la 5e candidature d'Abdelaziz Bouteflika à la présidence de la république.
Rappelons qu'il avait été élu 4 fois de suite au premier tour avec des scores dignes d'un dictateur : 74%, 85%, 90%, 81%.

Sur le site d'El Watan : du hirak au harak, tentative de lexique (2019)
Hirak el Djanoub» (Mouvement du Sud) du Yémen créé en 2007 et à sa branche armée, Résistance du Sud. En 2016 est apparu dans le Rif marocain le mouvement de protestation nommé «hirak» en arabe et «Anhezzi» en tamazight local. Son épicentre se situait dans les villes d’Al Hoceïma et de Nador avec des impacts dans les grandes villes marocaines ainsi que dans l’émigration (Belgique notamment). «Hirak» a été appliqué au mouvement algérien en cours, avec parfois la variante «hirak algérien» pour limiter la confusion, car au Yémen, il s’agit d’un mouvement séparatiste et militaire et au Maroc, d’un mouvement fortement régional à base sociale (première revendication : le réseau routier) déclenché par la mort atroce d’un poissonnier dans une benne à ordures. Or, dans le cas de l’Algérie, il s’agit d’un mouvement populaire national, pacifique et à revendication politique. De plus, la prononciation de «hirak» n’est pas très usitée en Algérie, où l’on utilise plutôt «harak».


Dans Le Monde du 22 février 2020 :
Le Hirak source de réflexion pour l'Algérie (Frédéric Bobin)
je note l'apparition du terme hirakologie :
l'étude du hirak (mouvement) cette mobilisation dont l'Algérie est le théâtre sans relâche, commence à chahuter les disciplines des sciences sociales sans le pays.

Il cite Lazhari Rihani, professeur de linguistique et du langage au département arabe de l'université Alger II, qui doit être à l'origine de ce terme :
"La hirakologie est un discours raisonné sur un mouvement social si mérite d'être analysé"


Interview sur le site Middle East Eye de Mahdi Berrached : Les Algériens ont trouvé dans leur derdja une langue radicale qui a permis d’élever le plafond des revendications
(Le journaliste et chercheur Mahdi Berrached scrute le langage du hirak algérien qui réinvente une nouvelle créativité et donne un nouveau souffle au derdja, la langue algérienne)

C’est à ce moment que les termes cachir et cachiristes sont apparus, des termes qui seront de plus de plus employés même au-delà du hirak et qui intéresseront les laboratoires de recherche en linguistique.
Ces termes sont nés d’une anecdote : une vidéo montre un jeune participant à un meeting du FLN [ex-parti du pouvoir] pro-Bouteflika qui se plaint de ne pas avoir eu un morceau de cachir [sorte de saucisson de viande hachée] dans son sandwich, et qu’on ne lui a pas remis les 500 dinars [environ 3 euros] promis par les organisateurs pour attirer du monde dans la salle.
Le terme cachir quitta alors son sens propre pour devenir un mot chargé de connotations politique et morale. Il désigne, finalement, le plus haut degré de la corruption et l’achat des consciences.
montre un jeune participant à un meeting du FLN [ex-parti du pouvoir] pro-Bouteflika qui se plaint de ne pas avoir eu un morceau de cachir [sorte de saucisson de viande hachée] dans son sandwich, et qu’on ne lui a pas remis les 500 dinars [environ 3 euros] promis par les organisateurs pour attirer du monde dans la salle.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3530
Lieu: Paris

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 14:03 Répondre en citant ce message   

Ce terme actuellement populaire en Algérie est de la même famille que les moins populaires harka et harki !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10435
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 18:24 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
حراك ḥirāk est un mot arabe (fusha)

Voire.
Le changement de voyelle dont tu parles ensuite n'est pas anodin.
En fait, la seule forme vraiment fusha, c'est ḥarāk, nom d'action du verbe haraka "se mouvoir, bouger", donc synonyme du plus connu haraka "mouvement".
En fusha, la forme ḥirāk ne pourrait être que l'un des deux masdars (= noms d'action ou infinitifs) de la forme dérivée III. Or cette forme n'existe pas pour cette racine.
Il y a deux possibilités :
- soit ḥirāk est une prononciation dialectale du canonique ḥarāk.
- soit c'est un néologisme consciemment forgé sur le modèle de mots comme ḥirāb "guerre contre qqn" ou qitāl "lutte contre qqn" dans le but de bien montrer que ce mouvement a un objectif précis, qu'il est dirigé contre le pouvoir en place.
Des Algériens nous diront peut-être ce qu'il en est exactement.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3530
Lieu: Paris

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 19:06 Répondre en citant ce message   

En fait, ce serait plutôt aux Yéménites de le dire, puisqu'ils sont, semble-t-il, les premiers à avoir employé le mot.
Mais voici la réponse d'un Algérien :
Citation:
Depuis quelques mois, les mouvements qui s’affirment dans le monde arabe ont été nommés hirak. Un néologisme qui prouve que la langue arabe, comme le monde du même nom, vit, manifeste, se transforme.
Hirak, mot arabe, tiré de la racine h-r-k, signifie « mouvement ». C’est une innovation linguistique, même si sa déclinaison n’est pas erronée sur le plan grammatical. Son emploi est néanmoins récent et remonte à 2007 avec la naissance, au Yémen, du Hirak Al-Janoubi, le mouvement sudiste (ou du Sud), une formation politique séparatiste qui s’est dotée en 2009 d’un appareil militaire. Avant l’Algérie, à partir d’octobre 2016, les Marocains du Rif ont aussi utilisé ce terme pour désigner leur mouvement de protestation sociale contre le sous-développement de leur région : al- Hirak al-cha’bi fil Rif, le mouvement populaire dans le Rif.
[...]
Pourtant, des réserves existent quant à son emploi et à sa généralisation. Des médias comme Al-Jazira ou Al-Arabiya tentent de lui donner une sonorité plus littéraire en prononçant « harak », terme qui, lui, existait déjà. C’est aussi le cas de l’avocat algérien Mostefa Bouchachi, l’une des principales figures médiatiques de la contestation. Employer la forme harak permet ainsi de se rapprocher du terme usuel pour désigner un mouvement politique ou social : haraka. Ainsi, en Algérie, si l’on évoque le mouvement national qui mena à l’indépendance, on emploiera l’expression « haraka wataniya » (mouvement national).
Pourquoi alors utilise-t-on désormais hirak ou harak (termes masculins) plutôt que haraka (mot féminin) ? Impossible de répondre avec exactitude à cette question. On peut supposer que l’intérêt pour ce mot vient du fait que sa prononciation brève et claquante ainsi que sa ressemblance avec le mot hariq, qui signifie brûlant, peuvent induire l’idée d’un mouvement vigoureux et incandescent.

Autre piste : en Algérie, certains avouent préférer hirak à haraka, ce dernier mot étant trop proche de harka, mot tiré de la même racine, qui signifiait « groupe mobile » durant la Guerre d’indépendance. Ces unités étaient composées de « harkis », des supplétifs musulmans de l’armée française en guerre contre le Front de libération nationale (FLN).

http://www.4acg.org/Hirak-par-ci-Hirak-par-la-ca-veut-dire-quoi-exactement-Hirak
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10435
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 19:14 Répondre en citant ce message   

C'est donc bien un néologisme perçu comme tel.
Auquel cas, je crois plus à l'influence positive - et agressive - du schème que j'ai proposée plus haut qu'à l'interprétation négative proposée par cet Algérien.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3530
Lieu: Paris

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 19:30 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
C’est à ce moment que les termes cachir et cachiristes sont apparus, des termes qui seront de plus de plus employés même au-delà du hirak et qui intéresseront les laboratoires de recherche en linguistique.
Ces termes sont nés d’une anecdote : une vidéo montre un jeune participant à un meeting du FLN [ex-parti du pouvoir] pro-Bouteflika qui se plaint de ne pas avoir eu un morceau de cachir [sorte de saucisson de viande hachée] dans son sandwich, et qu’on ne lui a pas remis les 500 dinars [environ 3 euros] promis par les organisateurs pour attirer du monde dans la salle.

Voir le MDJ Casher.
et une illustration du mouvement anti-cachiriste :

https://www.instagram.com/p/Bx-ba0mC5nh/?utm_source=ig_web_copy_link


Dernière édition par embatérienne le Saturday 22 Feb 20, 19:45; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3948
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 21:55 Répondre en citant ce message   

Merci Embatérienne pour ces rapprochements avec harki et casher.

Dans le TLF :
harka : Troupe de milice levée par une autorité politique ou religieuse (dans les pays maghrébins)
en particulier dans l'ouest : Bande d'insurgés rassemblés pour effectuer un coup de main.
et par extension, dans l'armée française : Formation de supplétifs indigènes recrutés en Afrique du Nord

Le harki est un soldat d'Afrique du Nord qui servait dans une harka.

L'administration française utilise toujours des harkas, troupes indigènes recrutées sur place (arabe [ḥarka], expédition, opération militaire) dont les soldats sont appelés harkis
Lanly (1962)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3948
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 22:00 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Le changement de voyelle dont tu parles ensuite n'est pas anodin.

C'est surtout le fait que ne maîtrise pas l'arabe et que je ne sais pas faire la différence entre le i et le a, voyelles qui sont absentes du mot écrit avec l'alphabet arabe.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10435
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 22:12 Répondre en citant ce message   

Bien sûr, pas de problème, et c'est bien pourquoi une prononciation dialectale n'était pas à exclure.
Mais les choses sont maintenant claires : le i - d'abord Yéménite puis Marocain - est intentionnel et il ajoute au mot une valeur qu'il n'a pas avec le a.
Un autre exemple du schème en question, mieux connu, malheureusement, c'est ǧihād, que je n'ai pas besoin de traduire.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10435
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 22 Feb 20, 22:40 Répondre en citant ce message   

Un Algérien a écrit:
On peut supposer que l’intérêt pour ce mot vient du fait que sa prononciation brève et claquante ainsi que sa ressemblance avec le mot hariq, qui signifie brûlant, peuvent induire l’idée d’un mouvement vigoureux et incandescent.

En fait les deux mots sont apparentés par leur commun étymon {ḥ,r}. C'est l'un des étymons du feu, avec toutes les dénotations et connotations que cela suppose : mouvement et brûlure, certes, mais aussi lumière, chaleur, guerre, liberté (cf. tahrir), désir sexuel, sexe de la femme, femme (cf. harem), etc. Quand un arabophone prononce un mot comme ḥirāk, consciemment ou non, il convoque toutes ces notions.

J'ajoute que l'arabophone en question a très certainement en tête un autre mot très usuel et phonétiquement très proche de ḥirāk, à savoir عراك ʿirāk "lutte, combat". Au point qu'on pourrait aller jusqu'à dire que notre mot du jour est une sorte de mot-valise fabriqué par la greffe de ʿirāk sur la racine ḥrk.

En bref, ḥirāk, "ça chauffe !"
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10435
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 27 Aug 20, 16:04 Répondre en citant ce message   

Même étymon dans harga, du classique حرقة ḥarqaẗ. Les deux mots se renvoient nécessairement la balle dans la tête des Algériens...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008