Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
שמאָק shmok (yiddish) - Le mot du jour - Forum Babel
שמאָק shmok (yiddish)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Wednesday 17 Aug 11, 18:48 Répondre en citant ce message   

Sur l'origine du shmok yiddish, quelques réflexions ou pistes que chacun peut compléter ou réfuter et qui permettront peut-être d'avancer:

1) Etymonline indique qu'il pourrait s'agir d'un emprunt à l'ancien-polonais ce qui m'amène à rectifier une de mes affirmations: le mot n'apparaît pas obligatoirement vers le 19 ème ou début 20 ème dans l'argot yiddish, mais c'est de là que datent les premières attestations. Auparavant, il existait une littérature qui n'était pas exactement profane.
l'essor de la littérature yiddish moderne se situe vers ces époques et s'intéresse à tous les domaines de la société.

Mais, le yiddish était auparavant surtout une langue parlée et le mot a effectivement pu exister depuis fort longtemps. La " cour des miracles " et son parler argotique existait aussi parmi ces communautés et des échanges avec les populations slaves existaient. La langue yiddish comporte pas mal de slavismes.

2) Il n'est pas certain que cette distinction ( cf post embatérienne) entre dragon et serpent soit importante dans le cas qui nous occupe. Dans la mythologie slave, l'être fabuleux que nous appelons " dragon" n'est pas exactement le même que dans la mythologie occidentale. Pour les peuples slaves, le dragon était un reptile, une sorte de serpent ( souvent à trois têtes) habitant des cavernes près de l'eau ( important quant à l'étymologie) et s'opposant aux divinités célestes.
Par exemple, on le retrouve sous diverses variantes Zmeï , zmij, zmey, zmej. En polonais, le terme zmij actuel désigne la vipère! zmija en serbe= le serpent.

Ces mots ont probablement une même étymologie que le smoc du vieux-polonais.

Ci- joint quelques ilustrations:

zmija ( polonais , serbe..)

Змеи = zmeï ( russe)

Ici , toujours Zmeï ( nom propre) mais cette fois, dragon ! =Змей Горыныч.jpg




Suite ( 3, 4) dès que possible...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Thursday 18 Aug 11, 18:01 Répondre en citant ce message   

3) Il serait intéressant de connaître la portée exacte de ce smok de l'ancien polonais, sachant qu'au niveau période, il peut coïncider avec le moyen haut-allemand , puis avec le moyen- yiddish, moment où celui-ci a intégré de nombreux mots slaves venus tant du polonais, du russe que du lituanien.

Trop difficile pour moi de chercher à partir de sites en langues slaves. Donc nouvel appel aux slavistes, si Rémi Camus passait par là ?

4) En attendant, je me suis interrogée sur la proximité phonétique du Schmuck allemand ( ornement, bijou) sachant qu'il ne peut y avoir de lien direct avec le shmok yiddish, car en moyen haut-allemand, le verbe smuken , vêtir , presser quelque chose contre soi, avait déjà un sens positif.

Cependant, cette proximité phonétique n'est pas fruit du hasard et il y a bien une étymologie commune, qui nous mènera du côté des langues slaves au smok polonais ( et autres termes donnés dans le 2) ) au sens de serpent/dragon.


En ancien haut-allemand , firsmucken = presser , il devient smüken ou smuken en moyen haut-allemand avec un sens de se glisser dans quelque chose qui vous enveloppe, adhérer, épouser une forme ( idée de souplesse et d'élasticité) , puis par extension vêtir, et enfin plus tard parer, orner.

Grimm atteste aussi un sens d'enlacement ( moyen haut-allemand) avec une connotation qui pouvait être sexuelle, mais concernant seulement les prémices ( caresses, enlacement, idée de se presser contre l'autre):
Ici, des conseils à un jeune marié pour la nuit de noces:

Citation:
wan du (der bräutigam) nu so nah bey dem platz,
solt du küsz auff küsz, schmatz auff schmatz,
schmuck auff schmuck, lieb auff lieb losz schieszen.


Dès que tu ( il s'agit du jeune marié) seras si près du lieu ( NdT: près du but, du lieu/lit, près d'elle)
Tu devras , baiser après baiser, bécot après bécot,
Caresses ( enlacement) après caresses, tendresse après tendresse... y aller!

Ce schmuck est, en fait, aussi un déverbal d'un autre verbe schmiegen auquel il se rattache par " ablautende Intensivbildung mit Gemination " ( spécialistes en phonétique: help !) .

Schmiegen: . smiegen en moyen haut-allemand, même sens que précédemment: presser tendrement contre soi, enfiler , se glisser dans une matière enveloppante. Il est de la même famille que aengl. smūgan ( vieil anglais)= ramper, se traîner, se glisser, que le suédois smyga = laisser glisser, se faufiler furtivement, glisser. Ces verbes germaniques proviennent d'une même racine indo- européenne qui donne pour les langues slaves:

- lituanien: smùkti = mouvement de haut vers le bas par glissement= s'enfoncer ,descendre en glissant

- slavon: smykati sę = se traîner

-russe: smykát’sja (смыкаться) = ramper ( puis extension: traîner/flaner)

L'étymon indo-européen: *(s)meugh-, *(s)meuk variantes de *meug-, *meuk dont le sens aurait été: glissement par un orifice, avec aussi idée d'humidité, de vase, de mouvement , glissement dans une matière humide, boueuse, visqueuse.


On comprend mieux que les langues slaves sont restées sur le plan sémantique plus proches du sens premier et le terme désignant le serpent (cf reptation) et le dragon, perçu comme un reptile vivant dans des cavernes humides où il rampe et glisse, devient lui aussi plus clair.

Ces explications traduites de Pfeifer sont confirmées par des travaux de deux linguistes, je suppose russophones,
G. Bronnikov et Phil Krylov . Leur classification étymologique qui remonte jusqu'au groupe nostratique comporte de nombreux liens.

Les explications , définitions sont souvent en allemand, mais correspondent exactement à ce que j'avais traduit d'après Pfeifer.

Citation:
Indo-européen:

Search within this database

\data\ie\piet
Proto-IE: *(s)mūk-
Meaning: to creep
Tokharian: B mäk- 'run; chase, hunt' (Adams 450); A muk-, B mauk- (PT *mauk-) 'desist' (476)
Slavic: *smɨ̄kātī, *smɨ̄kъ
Baltic: *smuk- vb. intr.
Germanic: *smūg-á-/*smiug-á- vb., *smaug-ia- vb., *smaug=
Russ. meaning: ползти
References: WP II 253 f
Comments: A contamination of two roots: *(s)mūk- 'creep' and *mAuk- 'pull'.


Les langues baltiques: :

Citation:
Proto-Baltic: *smuk- vb. intr.
Meaning: slip, creep
Indo-European etymology: Indo-European etymology

Lithuanian: smùkti (smuñka/dial. smū̃ksta, smùkō) '(ab)gleiten, -rutschen, (rutschend, gleitend) langsam sinken, fallen, einsinken, wohin schlüpfen, flink gehen, fliehen'
Lettish: smukt 'gleitend sinken', šmukt (šmùku, šmuku) 'gleiten, fliehen, entschlüpfen'


Langues germaniques: :

Citation:
Old Norse: smjūga st. `sich schmiegen, schlüpfen, kriechen'; smeygja wk. `schmiegen'
Norwegian: smjuga vb.; smöygja vb.
Swedish: smüga vb.; dial. smöga, smöja vb.
Danish: smüge vb.; smöge `schlüpfen lassen'
Old English: smūgan `schlüpfen, kriechen'; ǟ-sogu `Schlangenhaut'; smēag `durchdringend, scharfsinnig', smēagan `durchdringen, untersuchen',
English: to smuckle
Old Frisian: smūga `kruipen'; smūge `das Schmiegen'
East Frisian: smukkeln; Fris smūgen
Dutch: smuigen `heimelijk snoepen'; { smokkelen }
Low German: schmuggeln 'heimlich Waren über eine Zollgrenze transportieren Schleichhandel treiben' (> HG)
Old High German: smiogan 'sich zusammenziehen' (11.Jh.)
Middle High German: smiegen st. 'in etwas eng Umschliesssendes drücken', refl. `sich zusammenziehen, sich ducken, sich unterwerfen'; sich smougen wk. 'sich ducken'; smiuge st./wk. f. 'die biegung, krümmung; ärmlichkeit, spärlichkeit, not'
German: schmiegen


Pour le russe:
Citation:
Word: смы́кать,
Near etymology: смыкну́ть "теребить, дергать" (Даль), "стирать, мыть", петерб., новоладожск. (Даль), смыка́ться, обычно пресмыка́ться, укр. сми́кати "дергать", сми́катися "шляться", др.-русск. смыкати ся "ползать", ст.-слав. смыкати сѩ σύρεσθαι (Супр.), сербохорв. сму̑к "уж", сму́кнути, сму̑кне̑м "выхватить, выдернуть, наброситься, напасть", словен. smȋk "рывок", smíkati sе, mȋkam sе "шмыгнуть, красться", smùk, род. п. smúkа "быстрое движение", smúkati, smúkam "шмыгнуть, юркнуть", чеш. smyk "буксование, скольжение", smýkati "тащить, волочить", слвц. smýkаt᾽ -- то же, польск. smykać się "ползать, тащиться", smukać "обдергивать", в.-луж. smyk "толчок, рывок", smykać "тащить", н.-луж. smyk "толчок, удар", smykaś "тащить".
Further etymology: Родственно лит. smùkti, smunkù "сползать", smaũkti, smaukiù "стягивать, сдергивать, тянуть", итер. smaukýti -- то же, лтш. šmukt, šmùku "скользить", англос. smúgan "юркнуть", др.-исл. smjúgа -- то же, smugа "узкое отверстие", ср.-в.-н. smiegen "прижимать" (Фик, KZ 20, 366; Траутман, ВSW 271; М.--Э. 4, 83, 86; Цупица, GG 138 и сл.; Л. Блумфилд, Germanica Sievers 93; Торп 532; Мейе--Эрну 748.
Pages: 3,694-695


4) On comprend beaucoup mieux que ce déverbal de verbe slave ait pu s'appliquer au pénis . Pas seulement pour la forme ( serpent) mais par ce qu'il évoquait aussi le mouvement de ce pénis lors de l'acte sexuel, bref l'acte lui-même ( glisser, s'enfoncer en glissant, humidité...).
Ce qui expliquerait enfin pourquoi la langue yiddish a traité de façon différente les deux mots d'argot qui désignent en yiddish le pénis:

° shlang ( cf allemand: die Schlange) = sens propre: serpent
sens figuré argotique: le pénis.

Ce mot est donné comme appartenant à la langue vulgaire par les dictionnaires, mais pas d'interdit. Il évoque uniquement la forme de l'organe. L'origine de Schlange, schlingen, c'est l'idée de se lover. Rien de proprement scabreux.

° shmok : si tout ce qui a été dit au dessus est avéré, ce terme permettait aux locuteurs l'association de pensée directe avec l'acte sexuel lui-même ( nature du mouvement) d'où sans doute le tabou dans une société fortement marquée par la vie religieuse.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9955
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 18 Aug 11, 18:21 Répondre en citant ce message   

Une seule petite remarque : je crains bien que le verbe anglais to smuckle ... n'existe pas !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Thursday 18 Aug 11, 18:40 Répondre en citant ce message   

N'existe plus dans l'usage actuel.

The Royal dictionary, english and french, and french and english ( 1756)

Intéressant, car ce dictionnaire indique aussi ce sens proche de l'ancien smuken allemand : embrasser, enlacer une fille...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9955
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 18 Aug 11, 19:09 Répondre en citant ce message   

OK, si c'est une variante de smuggle, "faire de la contrebande", alors, effectivement, des portes s'ouvrent, en passant, d'après Calvert Watkins, par la racine *meug-.
Les portes s'ouvrent vers
- le latin mungo, -ere, "moucher"
- l'anglais smock, "sorte de tablier" (si je me souviens bien)
- le latin mūcus, "morve, mucus"
- le grec μύξα [muxa], "morve mucosité"
et probablement d'autres choses encore (Voir Pokorny 744) parmi lesquelles il faudra certainement faire le tri. Nous avons de quoi nous occuper !

A condition que nous parlions bien de la même chose ... Il faut être gluant et visqueux (*(s)meug-) pour se glisser (*smeugh-) facilement dans quelque chose, mais bon, comme on le voit, Etymonline distingue deux racines proches mais différentes.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Thursday 18 Aug 11, 20:06 Répondre en citant ce message   

Tout à fait, j'avais indiqué ceci traduit de Pfeifer:

Citation:
L'étymon indo-européen: *(s)meugh-, *(s)meuk variantes de *meug-, *meuk dont le sens aurait été: glissement par un orifice, avec aussi idée d'humidité, de vase, de mouvement , glissement dans une matière humide, boueuse, visqueuse.


Et bien sûr, tous ces mots que vous donnez , jusqu'aux robes à smok, le Schmuggler ( contrebandier) en allemand , etc remontent aussi à cet étymon par l'idée du glissement, de la souplesse...

Si je ne les ai pas cités , c'est que je cherchais à comprendre , à cerner le shmok , pénis.

Et ,smuggle ( au 18ème [ voir mon post précédent] ) signifiait aussi enlacer, embrasser une fille. Là encore, idée de se presser contre...

Ensuite, il y aurait parenté avec des mots comme Moder ( allemand) = boue, moisissure, chose en décomposition et la racine *meu- , d'aprèe Pfeifer qui considère ces racines comme parentes.

Mais, c'est une recherche bien plus vaste.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Saturday 20 Aug 11, 17:58 Répondre en citant ce message   

1) Le mot shmok a également eu un parcours particulier dans la langue allemande.

Tout d'abord, le côté tabou du mot en yiddish ainsi que la proximité phonétique du Schmuck (bijou) ne pouvaient qu'attirer l'attention de personnes travaillant à leur façon sur les mots et leur symbolique.
Sigmund Freud, venant lui-même d'une famille juive assimilée et parlant parfaitement l'allemand, connaissait cependant le sens premier et fort de la langue yiddish. Dans ses écrits sur le traitement de l'hystérie, il relate que certains de ses patients de même origine parlaient de l'image d'un écrin ( boîte à bijoux) qu'ils voyaient en rêve.

L'interprétation psychanalitique de Freud: le Schmuckkasten ( écrin : Schmuck= bijou; Kasten = boîte) symbolisait l'organe sexuel féminin, le vagin . Selon lui, l'inconscient des patients censurait le signifié ( Schmockkasten , avec graphie à l'allemande puisque utilisée par Freud) par un signifiant proche , Schmuckkasten. Bref, ils pensaient inconsciemment boîte à shmok .


2) Cependant, en langue allemande, le mot n'est pas référencé avec les mêmes sens qu'en anglais, par exemple. il est resté un mot étranger, employé uniquement par des yiddishophones ou leurs descendants jusqu'au moment où la littérature l'a introduit avec un sens très particulier.

En 1852, l'écrivain allemand Gustav Freytag publie une pièce satirique , die Journalisten= les journalistes, dans laquelle apparaît au second acte, un personnage secondaire, un Juif dénommé Schmok, caricature du journaliste prêt à toutes les compromissions pour plaire à sa rédaction, un homme sans âme, sans force de caractère et pitoyable. La pièce assure le succès et la notoriété de cet écrivain.

Quelques temps après, à Vienne, le journaliste et satiriste Karl Kraus publie dans sa revue die Fackel ( le flambeau) une série d'articles dans lesquels il vilipende la corruption de la presse et il reprend le patronyme Schmock pour symboliser le personnage du journaliste pourri, vendu, mercantile.
À partir de là, le terme enrtre dans la langue allemande comme substantif , attesté par le dictionnaire de référence, le Duden avec pour définition: journaliste corrompu, sans morale, le plumitif.

On pourrait le rajouter aux substantifs issus de personnages de la littérature.

3) Enfin, à Prague, où l'élite parlait allemand jusqu'à l'effondrement de l'empire austro-hongrois, le mot prit encore une nouvelle extension. Du journaliste corrompu, voulant s'intégrer dans la bonne société, on passa à toute personne utilisant un vocabulaire de convenance , apprêté et artificiel , dans le but de paraître, et le mot devint plus ou moins synonyme de ce que nous appelons le snob.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3885
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 13 Jul 19, 13:05 Répondre en citant ce message   

Un film français, Le dîner de cons (1998) a été adapté aux États-Unis en 2010 sous le titre : Dinner for Schmucks

Voir Wikipédia
où il est écrit que le sens de Schmuck a plutôt le sens de bite et estime que Dinner for Schlemiels (qui est aussi un terme yiddish) serait plus proche du sens français.

Le Robert indique :
biter : baiser / piger : ne rien biter à quelque chose : ne rien comprendre
bitable : qui peut être compris, compréhensible.

Ces termes s'emploient surtout dans un sens négatif : je n'y bite rien, son laïus n'était pas bitable.

Ces sens, familiers, ne sont cependant pas usuels.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3472
Lieu: Nissa

Messageécrit le Saturday 13 Jul 19, 18:39 Répondre en citant ce message   

rejsi a écrit:
Il n'est pas certain que cette distinction ( cf post embatérienne) entre dragon et serpent soit importante dans le cas qui nous occupe. Dans la mythologie slave, l'être fabuleux que nous appelons " dragon" n'est pas exactement le même que dans la mythologie occidentale. Pour les peuples slaves, le dragon était un reptile, une sorte de serpent ( souvent à trois têtes) habitant des cavernes près de l'eau ( important quant à l'étymologie) et s'opposant aux divinités célestes.

C'est pareil en grec ancien où le mot δράκων [drákōn] (à l'origine, via le latin, de notre dragon) alterne librement avec ὄφις [ópʰis] « serpent » (ophidien, ophiure). Les dragons n'y étaient pas ailés et n'y soufflaient pas le feu …

(cf. le MDJ « dragon »)


Dernière édition par Outis le Sunday 14 Jul 19, 9:42; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Saturday 13 Jul 19, 21:15 Répondre en citant ce message   

@ Xavier
Le sens des mots évolue ou change lorsque le mot est emprunté par une autre langue:

Schmuck , tel qu'il est présenté dans cet article de Wikipedia et dans le titre anglais du film, n'est plus un mot yiddish ( il ne l'a d'ailleurs jamais été : - le Schmuck est un mot allemand - et le mot yiddish est shmok , comme déjà dit , n'ayant pas le Schmuck ( bijoux) pour origine .

Ici, on a donc un mot américai, inspiré du shmok yiddish et ayant un sens différent . Puisque le shmok yiddish n'est pas un " con" .
Pour ce qui concerne le deuxième terme, Shlemiel, c'est exactement la même chose.
Il ne s'agit plus ici du mot yiddish, mais d'un terme américain. En yiddish, le shlemyel n'est nullement un " con" juste une personne très maladroite.

On se retrouve avec d'étranges glissements et comparaisons :
1) yiddish : shmok : a) pénis b) insulte grave, équivalente à salopard ...aucune évocation d'imbécillité.
2) argot américain : Schmuck : un crétin, un beauf ... le sens s'est affadi par rapport à la langue-source .La référence au sexe masculin et au caractère sordide, ordurier de la personne à disparu .
3) français : bite = Avec l'idée de comprendre oû pas..
c'est une analogie fortuite puisque lorsque le shmok yiddish désigne le sexe. Il n'y a aucune référence à l'intelligence ou la bêtise .
Et lorsque le Schmuck désigne le " con", il n'y a plus aucune référence au sexe masculin..
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9955
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 14 Jul 19, 10:40 Répondre en citant ce message   

Qcumber a écrit:
J'ai l'impression que l'origine est toute autre.
Je pense qu'il existe un mot rare hébreu qui serait *šemók - que je n'ai pas trouvé dans mon dictionnaire - lequel, à mon avis, serait le pendant de l'arabe samak "poisson".
Le poisson représente un homme crédule qui mord à l'hameçon.

C'est surtout l'odeur du poisson qui en fait une de ses caractéristiques principales. L'hypothèse de Qcumber n'était peut-être pas à écarter.
Voici quelques données arabes supplémentaires qui ne sont pas fortuites :

خشم ḫašima sentir mauvais, exhaler une odeur fétide
سمسم samsam renard
سموم samūm vent chaud et pestilentiel
سهم suhima être affecté par le vent pestilentiel
شخم šaḫama – IV. être gâté, sentir mauvais (lait)
شما šamā – II. flairer
شمشم šamšama respirer, renifler, prendre le vent
شمّ šamma flairer
نسم nasima se gâter et commencer à sentir mauvais

Cf. aussi l'anglais smell sentir mauvais.

rejsl a écrit:
° shlang ( cf allemand: die Schlange) = sens propre: serpent
sens figuré argotique: le pénis.
Ce mot est donné comme appartenant à la langue vulgaire par les dictionnaires, mais pas d'interdit. Il évoque uniquement la forme de l'organe. L'origine de Schlange, schlingen, c'est l'idée de se lover. Rien de proprement scabreux.

Uniquement la forme ? Peut-être aussi une certaine odeur qui expliquerait le français argotique schlinguer. Un mien cousin m'a récemment raconté qu'ayant un jour saisi une couleuvre, il eut le plus grand mal à se débarrasser ensuite de l'odeur nauséabonde que le serpent lui avait laissée sur les mains.

Un shmok, un type puant ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 15 Jul 19, 1:07 Répondre en citant ce message   

Si, l'hypothèse de Qcumber est à écarter !
Il ne sert à rien d'évoquer tous ces mots de la langue arabe évoquant une mauvaise odeur .
Parce que le shmok yiddish auquel nous nous intéressons n'´a pas une étymologie hébraïque. Il ne provient pas d'une langue sémite mais de l'indo- européen .

La langue yiddish compte environ 30% de son lexique d'origine hébraïque mais ces termes sont facilement repérables et ne prêtent pas ou peu à confusion.
Les populations qui parlaient yiddish au Moyen-Âge lorsque s'est formée cette langue à partir du moyen haut-allemand, ces populations n'étaient plus des Hébreux et l'hébreu n'était plus , depuis fort longtemps, leur langue vernaculaire.
Tous les mots d'origine hébraïque sont entrés dans le yiddish via l'étude des textes sacrés.
Pour ce vocabulaire spécifique , ce n'est pas l'oral qui aura primé mais bien l'écrit.
Ces mots sont prononcès , transformés en fonction de la langue germanique yiddish mais ils continuent à s'écrire exactement comme en hébreu. On ne change pas un iota à leur graphie .
Ils restent écrits tels que dans la Torah ou le Talmud.

Cette idée d'un mot hébreu rare est déjà non recevable. Un mot très rare dans les textes sacrés n'aurait eu pour ainsi dire aucune possibilité d'entrer dans la langue yiddish.
Le poisson en hébreu , c'est dag , דג , qui s'écrit sans voyelle, bien sûr.
Ce mot apparaît dans de nombreuses locutions hébreu et est repris en yiddish.

Le shmok , שמאָק s'écrit avec voyelle , ce qui marque immédiatement le fait que ce n'est pas un mot hébraïque.

A partir de là , tous les raisonnements concernant les odeurs ont certes de l'intérêt mais tout ceci n'a aucun rapport avec le mot traité ici.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9955
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 15 Jul 19, 6:50 Répondre en citant ce message   

rejsl a écrit:
A partir de là , tous les raisonnements concernant les odeurs ont certes de l'intérêt mais tout ceci n'a aucun rapport avec le mot traité ici.

... Comme les trois quarts des posts de ce fil.
D'où ma suggestion (repoussée) de créer deux fils distincts.
Difficile d'avoir le beurre et l'argent du beurre...


[Outis] Encore un hors-CA !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3416
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 15 Jul 19, 8:38 Répondre en citant ce message   

Quelqu'un .Qcumper, a fait une proposition d'etymologie à partir de l'hébreu.
Toi, Papou, tu l'as reprise hier, en disant qu'elle n'était peut-être pas à écarter. Et tu as donné , à l'appui, des tas d'exemples de langue arabe de mots que tu considérais pouvoir être de la même famille.

Cette discussion a bien sa place ici mais l'hypothèse étymologique proposée est erronée . Voila tout.
Ton post , lui, était bien en lien avec le sujet du mot du jour. Le mettre ailleurs n'aurait aucun sens, à mon avis.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3









phpBB (c) 2001-2008