Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
éboueur (français) / rabouilleur (Berry) / bouhérer (Limousin) - Le mot du jour - Forum Babel
éboueur (français) / rabouilleur (Berry) / bouhérer (Limousin)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Victor-Emmanuel



Inscrit le: 31 Oct 2005
Messages: 235
Lieu: Saint-Genest de Contest, Midi-Pyrénées

Messageécrit le Monday 10 Apr 06, 17:09 Répondre en citant ce message   

Le mot du jour est d'actualité à Athènes où, je viens d'apprendre, les éboueurs sont en grêve.

éboueur (1870) est formé de é- et de boue, issue du gallois baw "saleté, fange".
C'est la personne chargée de ramasser les boues et les ordures sur la voie publique.
Milieu XVIe siècle, c'était le boueur, puis le boueux (1808), les deux ont été ensuite supplantés par éboueur à la fin, donc, du XIXe.
Le mot semble aujourd'hui vieilli.
A noter que boueux est encore utilisé, du moins chez moi en Saintonge Saintonge.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le Friday 05 May 06, 17:45 Répondre en citant ce message   

Un rabouilleur. Au féminin une rabouilleuse

Ce mot du Berry vient de rabouiller, de bouille, marais.

Ce mot désigne dans cette région une personne qui trouble l'eau avec une branche pour prendre du poisson.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 06 May 06, 1:59 Répondre en citant ce message   

C'est surtout l'héroïne éponyme d'un roman de Balzac : La Rabouilleuse, Flore Brazier pour l'état-civil.
L'étymologie du mot figure dans le roman.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Mimo



Inscrit le: 04 Jun 2006
Messages: 18
Lieu: Limousin

Messageécrit le Sunday 02 Jul 06, 0:41 Répondre en citant ce message   

Bouérer est un verbe employé régulièrement en Limousin. Cela veut dire remuer, secouer. Ex. j'ai tout bouéré pour retrouver mon livre, ou encore, il a complètement bouéré mon bureau = il a mis le bazar sur mon bureau.

Cette expression vient de la façon de préparer les chataîgnes en Limousin. On les met dans un récipient et à l'aide d'un boueradou on les mélange, d'où le verbe bouérer.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Sunday 02 Jul 06, 2:10 Répondre en citant ce message   

Il me semble que c'est bouérer qui a engendré bouéradou, et non l'inverse.
Les dérivés se reconnaissent à ce qu'ils sont plus longs que leur mot-racine.
Il est plus logique de poser que c'est l'action qui a donné son nom à l'outil, et non l'outil à l'action, comme dans les couples plier/plioir, raser/rasoir, battre/batteuse...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques
Animateur


Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6529
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Sunday 02 Jul 06, 2:57 Répondre en citant ce message   

Mimo a écrit:
.... il a complètement bouéré mon bureau = il a mis le bazar sur mon bureau.
Cette expression vient de la façon de préparer les chataîgnes en Limousin. On les met dans un récipient et à l'aide d'un boueradou on les mélange, d'où le verbe bouérer.

Question :
Est-ce que l'expression argotique "c'est le bordel" (c'est le désordre, le bazar ) ne viendrait pas de "c' est le bouéradou" (le bouéradel ?) ou d'une expression proche ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Mimo



Inscrit le: 04 Jun 2006
Messages: 18
Lieu: Limousin

Messageécrit le Sunday 02 Jul 06, 16:06 Répondre en citant ce message   

D'après ce que j'en sais, c'est bien le boueradou (ou bouéradour) qui est à l'origine du verbe bouérer. C'est une pince faite en chataîgner qui servait à remuer les chataîgnes, le verbe est arrivé ensuite.

Quant à "bordel" je ne pense pas que ce soit la même origine car bouérer a plutôt un sens de remuer. Quand on remue quelque chose, on dérange et on met le bazar ou le bordel par conséquent. On peut dire aussi de quelqu'un qu'il est un peu bouéré, ce qui n'est guère sympa... Clin d'œil

Je vais faire qques recherches familiales pour compléter ce verbe.

Mimo
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
chatnoir1871



Inscrit le: 10 Feb 2007
Messages: 15
Lieu: Lemosin

Messageécrit le Saturday 10 Feb 07, 2:22 Répondre en citant ce message   

Je pense que c'est bien le verbe qui a donné l'objet... en effet en limousin le verbe boirar signifie mélanger, le boirador n'étant que l'objet servant à mélanger. Boirar ne renvoie pas seulement aux châtaignes, mais à tout ce qui peut être mélangé.
Selon les locuteurs, on ne "bouère" pas les châtaignes, on les "débouère" (desboirar)...si quelqu'un a une explication...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8183
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 06 May 11, 7:47 Répondre en citant ce message   

Je suppose que ce mot est dérivé de boue, comme éboueur et rabouilleur. Quelqu'un pourrait-il le confirmer ?

Dernière édition par Papou JC le Sunday 22 Jan 17, 13:10; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8183
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 06 May 11, 7:55 Répondre en citant ce message   

Glossophile a écrit:
Il me semble que c'est bouérer qui a engendré bouéradou, et non l'inverse.
1. Les dérivés se reconnaissent à ce qu'ils sont plus longs que leur mot-racine.
2. Il est plus logique de poser que c'est l'action qui a donné son nom à l'outil, et non l'outil à l'action, comme dans les couples plier/plioir, raser/rasoir, battre/batteuse...

1. La dérivation régressive, ça existe aussi.
2. Il y a pas mal de contre-exemples : c'est marteau qui a donné marteler, râteau qui a donné râteler, faux qui a donné faucher, etc. Mais il est vrai que, dans ces cas, le nom de l'outil est plus court que le verbe.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2682
Lieu: Nissa

Messageécrit le Friday 06 May 11, 11:18 Répondre en citant ce message   

Je peux indiquer que dans mon enfance à Paris (XIIIe arond., début des années 50) il n'y avait pas d'autre expression que « les boueux » pour désigner le service municipal chargé du ramassage des ordures.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2682
Lieu: Nissa

Messageécrit le Friday 06 May 11, 16:17 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Je suppose que ce mot est dérivé de boue

Ça me semble à moi peu vraisemblable sémantiquement, compte tenu de la forte composante péjorative de « boue » :

Ca 1170 boe « terre, poussière détrempée dans les rues, les chemins »

— du gaul. *bawa, que l'on peut déduire du gall. baw « saleté »

(source TLFi)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8183
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 06 May 11, 16:27 Répondre en citant ce message   

rabouiller n'est plus aussi péjoratif que son étymon, et il a à peu près le même sens que ce bouérer, non ?
A moins qu'il ne s'agisse d'une variante régionale de bouger, sémantiquement peut-être plus satisfaisant.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2784
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Friday 06 May 11, 18:23 Répondre en citant ce message   

Le gaulois *bawa est il aussi à l'origine de l'italien "bava" et du français "bave"?

Le CNRTL semble dire non...

http://www.cnrtl.fr/etymologie/bave

Citation:
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Début xive s. [date de composition] beve [Jean Chapuis] Trésor, 239 dans Gdf. Compl.; ca 1460 bave (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1435); b) 1690 p. ext. « liquide gluant que sécrète le limaçon » (Fur.); 1838 (Ac. Compl. 1842 : Bave [...] Multitude de fils très-fins que le ver à soie jette autour de lui avant de commencer son cocon); c) 1840 « propos médisants » (A. Barbier, Iambes et poèmes, p. 18 : la bave du mensonge et de la calomnie); 2. xve s. « bavardage, babil » (Moniage Guillaume, prose, éd. G. Schläger, 85, 26 dans T.-L. : Mais or me dy par le dieu ou tu croiz, qui tu es, qui ainssi cuides m'espoventer de baves et de ta venterie) − 1771, Trév.
Prob. empr. au lat. pop. *baba, onomat. exprimant le babil mêlé de salive des petits enfants, d'où l'a. fr. beve; la forme bave aurait été refaite sur baver*. D'apr. Dauzat Ling. fr., p. 225, bave aurait la même orig. que boue et serait empr. au gaul. *baua (gall. baw « saleté »); cette hyp. n'explique pas les formes bab- citées dans REW3 no 853 et FEW I, p. 194 et 195 (passim).


...mais les formes bab- sont ibériques...et nous savons que dans la piel de taureau on fait une grande confusion entre -b- et -v-.

Le latin populaire *baba est seulement supposé par DIEZ.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1018

Messageécrit le Thursday 19 May 11, 15:54 Répondre en citant ce message   

Un synonyme partiel d’éboueur est ripeur.
Le mot est déjà cité ici à propos de riper
Les ripeurs sont ceux qui travaillent « au cul du camion ».
« Dans sa tournée chaque chauffeur est accompagné de deux ripeurs. »
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008