Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Langues germaniques - Arbre des langues - Forum Babel
Langues germaniques
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Arbre des langues
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Charles
Animateur


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 2464
Lieu: Düſſeldorf

Messageécrit le Tuesday 31 May 05, 9:31 Répondre en citant ce message   

Question : ne peut-on pas considérer le frison et le bas-francique comme des variantes du bas-allemand ? Les dialectes rhénans et le Limbourgeois sont très proche et j'ai lu sur un site consacré au rhénan de Düsseldorf que jusqu'au XIXe les Limbourgeois avaient plus de facilité à parler Hochdeutsch que Néerlandais... de même les émissions en limbourgeois à la radio sont plus compréhensible pour un allemand que les émissions en néerlandais.

L'afrikaans ne serait-il lui pas mieux placé comme descendant du néerlandais ?

Et si on inclus le yiddisch on pourrait ajouter les dialectes allemands parlés en Amérique du Nord...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles
Animateur


Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3137
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Tuesday 31 May 05, 11:23 Répondre en citant ce message   

C'et une excellent idée: Les Amish, qui parlent l'alémanique, par exemple.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2049
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Tuesday 31 May 05, 16:38 Répondre en citant ce message   

A partir de maintenant, je m'en remet aux germanistes. Je n'enterviendrai plus que pour les mises à jour de l'arbre quand vous êtes d'accord sur un paquet de modifications Clin d'œil

J'ai juste encore trois questions pour alimenter la discussion. N'oubliez pas que je n'y connais RIEN Clin d'œil

Un collègue flamand ( prof de langues germaniques ) me dit que le limbourgeois est plus proche du bas-allemand moderne que des langues du groupe du néérlandais. Qu'en pensez-vous ? En tout cas, je compte bien lui soumettre notre arbre et écouter attentivement ses remarques Clin d'œil

Et le terme thiois que l'on entend souvent par chez nous pour désigner les langues et dialectes du groupe du néérlandais ? Quel est sa vraie significations ? Est-il pertinent dans une discussion lingusitique ?

Je connais quelques mots d'afrikaans et l'influence de l'anglais est évidente, ne fut-ce qu'au niveau de la prononciation. On peut le faire dériver du néérlandais ( ou du hollandais ? ) et mettre une ligne en pointillé depuis l'anglais. On avait déjà retenu un solution de ce type pour le catalan.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Wednesday 01 Jun 05, 19:26 Répondre en citant ce message   

L'objectif de Maisse était de faire simple ! or on commence à entrer dans les détails. je trouve déjà formidable ce qu'il a fait.
J'ai ajouté le yiddish parce que c'est une langue officielle en Israël et elle a un statut international reconnu. S'il faut ensuite mettre les petits dialectes des communautés religieuses, autant enlever le yiddish !

Pour l'afrikaans que je n'avais mis dans mes propositions, mais que Maisse a ajouté à raison puisque c'est aussi une langue officielle, la filialité au néerlandais est indiscutable.
C'est l'organigramme qui mal interprété : le bas-francique. connaissant certaines sensibilités chez les néerlandophones (Belgique et NL) j'ai préféré listé l'une à côté de l'autre les différentes variantes de cette branche sans rechercher de filialité autre que le bas-francique.

C'est le même problème pour le bas-allemand et le bas-francique. Sensibilité NL - D cette fois. La majorité des chercheurs évitent de mettre le Nl dans le bas-allemand par consensus !! j'ai repsecté cette sensibilté : sinon d'un point de vue neutre, le bas francique est de faciès bas-allemand indubitable si l'on tient juste compte de la 2ème mutation consonantique. La différence s'explique jsute par le fait que le terme bas-francique distingue la famille bas-allemande de l'évolution historico-linguistique de la partie NL dont on ne peut nier la différence audible d'avec le bas-allemand (exception faite de ques régions frontalières)

l'autre argument qui m'a fait mettre le bas-francique à part c'est qu'en réalité le francique est supra-zone !! il es tdans les trois, d'un peuple initial, l'histoire a engendré des mutations importantes mais des lignes directrices sont encore repérables.

le terme thiois es tla forme welsche (Lorraine pour nous) du mot deutsch ou theodiscus au sens d'origine, c'est--à-dire tout ce qui parle une langue tudesque. chacun a son thiois, les wallons ont les flamands ou néerlandais , nous avons les Mosellans et les Alsaciens. Inversement les thiois ont leurs welsches ! Ce mot est archaïque et s'est réduit à un usage régional.

Pour le Limbourgeois c'est vrai, mais le problème est dans l'intervention de la modernité. je comprends effectivement mieux des limbourgeois avec de l'allemand standard qu'un hollandais. C'est un problème de filialité de nouveau: le francique est présent en limbourgeois. C'est pour cette raison que j'ai déjà écrit que si on travaille par organigramme, on aura toujours des soucis avec les zones tampons, en géolinguistique ce débat est caduc, il y a forcément un dégradé de l'un à l'autre.

J'ai oublié la remarque sur l'afrikaans et l'anglais. oui entièrement d'accord. on se rapproche d'une langue pidginisée n'est-ce pas?

Pour le frison, Charles, je suis d'accord dans le principe, s'il l'on s'arrête aux seules critères de la deuxième mutation consonantique à l'origine de la séparation tripartite.
Là aussi le schéma me dérange un peu car le frison est une famille en soi quoi s'est développée comme le francique sur trois zones de la hollande jusqu'au Danemark. Autant le frison oriental a été très marqué par le bas-allemand, autant les autres peu. quand je dis bas-allemand, je parle de la langue hanséatique dans sa forme d'expansion majeure, et non la famille de la 2ème MC.
je viens de regarder dans l'atlas linguistique des langues allemandes, il sépare également le frison du bas-allemand

EN CONCLUSION : si tout le monde me dit qu'on peut enfin oublier les sensibilités nationales, les connotations gênantes etc, on peut faire très simple:
le bas-allemand toutes les zones qui ont gardé le PTK dans toutes les positions (donc + NL + frison )
l'allemand supérieur pour toutes les zones qui ont changé le PTK en PF Z CH
l'allemand moyen pour la zone mixte.
On enlève le départ gênant des germains de ci de là et on a simplifié la chose.
reste à vous mettre d'accord sur le sens d'allemand, notamment pour le bas !!
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Charles
Animateur


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 2464
Lieu: Düſſeldorf

Messageécrit le Wednesday 01 Jun 05, 19:35 Répondre en citant ce message   

D'accord, laissons l'arbre tel quel, car sinon la complexité deviendrait trop importante et il faudrait avoir des branches qui se croisent (le limbourgeois, par exemple, partant du bas francique pour finir vers le néerlandais).
Faut-il toutefois conserver la notion de "Hochdeutsch" en l'associant à une des branches allemandes ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Wednesday 01 Jun 05, 19:54 Répondre en citant ce message   

je l'ai fait pour toi !!! comme tu parlais du Hochdeutsch, j'en pensé qu'il fallait au moins signaler son origine plurielle.
mais sinon je l'enlèverais effectivement.
penses-tu que je devrais réexpliquer ici la 2ème mutation consonantique ? est-ce clair pour tout le monde?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2049
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Wednesday 01 Jun 05, 19:55 Répondre en citant ce message   

J'ai imprimé l'arbre et je l'ai montré à mon collègue. Il l'a repris pour l'étudier à son aise et me donner une version remaniée. Je lui ai demandé de se concentrer sur le groupe du néérlandais. Il m'a déjà fait quelques remarques :

Le bas-francique bifurquerait de la branche menant aux bas-allemand plutot que de partir directement du germanique oriental.

Il pense qu'il ne faut pas séparer le frison entre plusieurs branches mais qu'il doit avoir sa propre branche.

Il est d'accord avec l'influence de l'anglais sur l'afrikaans. Je vais ouvrir une discussion à ce sujet !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
brennos



Inscrit le: 19 Nov 2004
Messages: 616
Lieu: La Nouvelle-Orléans

Messageécrit le Wednesday 01 Jun 05, 23:09 Répondre en citant ce message   

Pour le Frison d'accord. Ceci dit, quid de l'Anglo-Frison ?

Par contre j'ai été surpris par votre discution sur l'Afrikkan : j'ai une amie sud-africaine et quand elle parle afrikaan je n'est pas du tout la sensation d'une influence anglaise. Par contre, en le comparant avec le néerlandais, la similitude est vraiment frappante, et d'apres ce qu'elle me disait, la compréhension est possible si on parle lentement. Ceci dit, l'anglais a peut-etre influencé la simplification grammaticale de l'afrikaan.
Par contre, autant le catalan est à mis-chemin entre gallo-roman et ibéro-roman, autant l'afrikaan est bas-allemand, tres lié au néerlandais. Donc je ne pense pas que les pointillé avec l'anglais soient vraiment auportuns. De plus un occitanophone peut comprendre assez facilement un catalan, un castillanophone aura plus de difficultés mais ça restera dans le domaine du possible, par contre je ne vois pas comme un anglophone pourrait comprendre l'afrikaan...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Thursday 02 Jun 05, 10:11 Répondre en citant ce message   

Clarifions les choses pour nos lecteurs !

1) Le plus simple est de garder à l'esprit qu'il y a un socle germanique qui au fil des siècles a connu des mutations successives qui permettent aux anlaystes de dire que des sous-familles se sont formées. Cela ne signifie en rien qu'on a affaire à des nouvelles langues ou qu'il n'y a pas d'intercompréhension possible. Il faut voir le phénomène sur la durée.

2) Il est important de rappeler que les impressions modernes sur la base des langues actuelles ne servent pas à grand'chose dans une typologie des langues germaniques.
L'exemple scandinave l'illustre bien : on place le danois et le suédois dans le nordique oriental, le norvégien et l'islandais dans l'occidental. Quiconque connaît ces langues actuelles vous confirmera que phonologiquement le suédois et le norvégien se ressemblent beaucoup plus et graphiquement le danois et le norvégien sont plus proches. (voir comparaison plus bas)

3) En utilisant la répartition tripartite issue de la linguistique allemande, on s'enferme un peu dans un schéma réducteur, certes pratique, mais pas idéal dès l'instant où on veut intégrer les autres langues germaniques.
C'est d'autant plus vrai que si l'on recherche une langue actuelle la plus proche possible du germanique commun ce n'est certainement pas le Hochdeutsch qui va nous aider. Il a subi trop de mutations. Mais pas plus le nordique.

4) L'interpénébrabilité des langues germaniques à partir de l'une d'entre elles est une réalité, surtout à l'écrit. Personnellement, j'ai abordé les langues germaniques à partir de l'allemand, puis du scandinave. J'ai mieux perçu l'anglais dans sa généalogie, et j'arrive à lire les autres langues germaniques par recontruction et déduction.
La connaissance des quelques mutations majeures des langues germaniques permet de jongler.

5) L'histoire peut influer sur ces considérations historiques de manière telle qu'une famille de langues peut se déchirer au fil des siècles. L'expansion des Francs en est un exemple, le saxon en est un autre.
Là-dessus, il faut rajouter les sensibilités politiques et nationales des derniers siècles impérialistes où le mot "allemand" n'a plus la même coloration qu'avant 1870. Les welsches en Lorraine appelaient le pays de l'autre côté des Vosges "l'Allemaigne" jusqu'au 18ème , la partie germanophone du duché lorrain était le bailliage d'Allemagne. Dire d'un Alsacien après 14-18 et 39-45 qu'il est Allemand est compliqué. Combien de fois, j'ai entendu des Hollandais me dire qu'ils ne sont pas allemands, ni ne parlent allemand. Même chose pour certains locuteurs franciques en Moselle qui revendiquent l'antériorité à l'allemand. Le système à trois familles allemandes est du 19ème siècle !
Le linguiste fait fi de tout cela, mais les termes utilisés trahissent certains compromis.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Thursday 02 Jun 05, 10:17 Répondre en citant ce message   

Généalogie simplifiée des langues scandinaves.

germanique commun (fællesgermanisk) -> proto-nordique (urnordisk) (jusque 500 ap.JC) -> nordique commun (fællesnordisk) (jusque 1200) -> langues scandinaves actuelles

Pendant la phase nordique commun qu'on désigne souvent par norrois, il y a une lente séparation en nordique oriental (østnordisk) et occidental (vestnordisk).

Passage du germanique commun au nordique commun et norrois

Le nordique ne subit aucun des changements connus de la 2ème mutation consonantique vers la fin du 7ème siècle qui portait sur les consonnes P T K .
(Notons que le Nord de l'Allemagne est dans le même cas ! la raison pour laquelle, on le rattachera à l'allemand n'est donc pas lié à cette mutation ? C'est aussi la raison pour laquelle l'anglais appartient à cette catégorie car les migrants angles et saxons sont partis avant la la 2ème MC)

Langues du nord : plog, plough, plug langues du sud : Pflug (P / PF)
Langues du nord : apple, appel, eple langues du sud : Apfel (P / PF)
Langues du nord : ship, skip langues du sud : Schiff (P / F)
Langues du nord : ten, teen, ti langues du sud : zehn (T / Z)
Langues du nord : sit, sitte langues du sud : sitzen (T / TZ)
Langues du nord : hate, hat langues du sud : Hass (T / SS)
Langues du nord : book, bok, boek langues du sud : Buch (K / CH)
Langues du nord : Korn, corn langues extrême sud :Chorn,kchorn (K / CH)

Le nordique reste fidèle aux P T K du germanique commun. Mais cela ne signifie pas qu'il ne subit pas d'autres mutations que l'allemand du sud ou du nord n'adopteront pas par exemple.

Les mutations spécifiques au nordique commun sont :

a) la syncope = sons inaccentués qui ne sont plus prononcés (petit -> p'tit)
C'est souvent à cause de l'accent tonique qui se généralise sur la première syllabe, donc l'inverse du mot français ci-dessus où on élude le "e" )

vieux nordique stainaR - norrois : stain (pierre)

b) Inflexions (trémas) ou changements de timbre de voyelle devant un i ou un u

gastir -> gestr (invité) ungr -> yngri (jeune) hnot -> hnøtr (noix) landu -> lånd (pays)

Donc de 5 voyelles nordiques (a,e, i, u, o), on obtient 4 nouvelles æ , y, ø , å (è,u,eu,o)

c) la fracture ou mouillure : ajout d'un "j " devant la voyelle E surtout E -> JA, JO

hjalpa (aider) disctint de help, helfen
hjalmr (casque) distinct de helmet, Helm
jorth (terre) distinct de earth, Erde
bjårn (ours) distinct de bear, Bär

d) Mutation de JJ en GG

germanique "ajja" (?uf) -> norrois egg (allemand resté en J , Ei)

e) Mutation de WW en GGW

germanique "trewwiaz" (fidèle) -> norrois tryggr (allemand resté en W , treu)

f) le N tombe en final ou devant S
in -> i uns -> os Gans -> gas

Les infinitifs ( ?an, -en) sont dans cette catégorie : binda, singa / bindan, singen

g) Le J disparaît à l'intial

nordique commun "jara" -> norrois ar contre Jahr, year,
nordique commun "jungaR" -> norrois ungr contre jung, young

(sauf les mots non nordiques)

h) Disparition du W devant O et U

norrois orth contre word, Wort
norrois ull contre wool, Wolle
norrois ormr contre worm, Wurm

i) HT devient TT (donc le son vélaire guttural CH commence à disparaître en norrois)

vieux nordique naht, allemand Nacht, néerlandais nacht mais norrois -> nátt
vieux nordique dohter, allemand Tochter, néerlandais dochter mais norrois -> dóttin

j) NK devient KK

trinken, drink, drinken contre norrois drekka
danken, thank contre norrois thakka

Arrêtons-nous là !

On peut déjà en tirer quelles leçons:

- les nordiques se reconnaissent à la fracture (je, ja), au KK, au J et W supprimés à l'initiale, au N supprimé en finale.
- d'autres caractéristiques se rajoutent à la période viking : l'article postposé par exemple

Les Allemands du Nord et les Néerlandais pourtant proches des nordiques par la 2ème mutation consonantique sur PTK restent dans le giron germanique occidental.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Thursday 02 Jun 05, 10:26 Répondre en citant ce message   

Différenciation simplifiée des langues scandinaves

C'est à l'époque des Vikings que la séparation commence, en gros à partir du 9ème siècle.

Toutes adoptent l'article postposé :

mannen -> der Mann , the man , de man

Toutes adoptent le passif morphologique issu du pronom réfléchi:

gera (faire) -> gerast : se faire, être fait (moderne gøres)

Norvégien et islandais adoptent la diphtongaison ei, au, øy , ai , ey
Danois et suédois adoptent la monophtongaison e, ø

stein - sten øy - ø auga - øje ou öga (pierre, île, oeil)

Le son germanique TH écrit þ ð disparaît en norvégien, en suédois. En danois, il reste la prononciation ð très atténuée pour le D en finale ou intervocalique. (gade = gæðe)
En revanche, le TH est maintenu en islandais comme en anglais.

Le danois subit d'autres mutations consonantiques et vocaliques vers le 12ème siècle. C'est là qu'on s'aperçoit que le danois se distance du suédois, malgré la même famille.

1) P, T, K -> affaiblies en B D G ( D et G sont encore affaiblis par la suite en danois moderne)
gate, gata -> gade en danois gripa -> gribe

2) on reconnaît à l'écrit et à l'oral l'affaiblissement des voyelles non accentuées.
sumar -> sommer opinn -> åben mikit -> meget

Le danois se reconnaît à la suprématie du E, un peu comme en allemand. le suédois et le norvégien, surtout Nynorsk, ont maintenu un vocalisme plus important.

3) le G devient J ou V - Même chose pour le D intervocalique
suédois vög - danois vej
suédois öge - danois øje
suédois mage - danois mave
suédois väder - danois vejr

Une tendance globale à affaiblir ou supprimer les V, D et G intervocaliques

4) les voyelles sont plus colorées
Le A rappelle plus celui de l'anglais dans "man" "cat" etc ja = jæ
Le O ou ÿ se rapproche plus du ø bjorn -> bjørn

5) Le A devient ÿ ar -> år (année) gathr -> gård (cour)

6) le poids du bas-allemand est très important en moyen-danois, partiellment aussi en moyen-suédois:

- Termes administratifs et maritimes issus de la Hanse.
- Adoption progressive de nombreux préverbes et suffixes allemands comme :
be- er- an- , -hed , -skab
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Thursday 02 Jun 05, 10:55 Répondre en citant ce message   

Le lien entre les Nordiques et les Anglo-Saxons

Avant l'arrivée des Vikings en Angleterre, l'île était découpée en trois parties dialectales germaniques: le nord d'expression angle, le sud d'expression saxonne avec des îlots jutlandais. La zone de friciton entre les deux donnera naissance à l'anglo-saxon ou vieil anglais.

Au 9ème siècle, les invasions nordiques commencent, essentiellement danoises au sud et norvégiennes au nord. De toute façon on est en période norroise où la différenciation linguistique n'est pas encore très marquée. Le danois ne se distingue qu'à partir du 12ème siècle.

L'anglo-saxon va absorber de multiples mots norrois dans tous les domaines, mais surtout pour la vie quotidienne et le monde militaire. Mais la grammaire va aussi s'inspirer des langues scandinaves de telle sorte que la structure bas-allemande ne se reconnaît plus aujourd'hui.
Certains mots bas-allemands seront conservés, mais prendront des sens nuancés. L'exemple le plus connu est to starve et to die . le bas-allemand "starve" (de sterfen) devient "mourir de faim" alors que le norrois "die" prend le sens général de "mourir".

les formes grammaticales résolument nordiques en anglais sont :
pronoms : they, their, them
conjugaison du verbe être : dans "are " (en scandinave moderne "er" )

Les mots scandinaves dès le moyen anglais sont :call, husband, law, wrong, die, haven, hit, knife, root, take, skin, they, guest, leg, loan, scathe, wing, ilde, anger, cast, want, gape, again, till.

Même plus tard, à partir du 13ème siècle, on constaste que le mot nordique s'impose lentement comme:
birth, gate, sister, sky, window, big, cake, get, mire, egg, whole, shirt, gift, dwell,

Les toponymesz en ?by, thorp, thwaite ou toft, les patronymes en ?son, -ing rappelent aussi la présence scandinave.

Si vous observez cette phrase:
take the eggs, they are near the window

elle est quasi nordique, en danois :
tage æggene, de er ved vinduet.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Friday 03 Jun 05, 17:50 Répondre en citant ce message   

Pour revenir au frison, si on est d'accord pour faire fi des aspects nationaux et donc de remettre la famille bas-francique dans le bas-allemand, il est littéralement rocambolesque de vouloir faire une famille frisonne à part. S'il est vrai que le vieux frison a dû exister avant l'arrivée des Francs saliens, on en sait peu de chose.
Le dénomminateur commun est l'appartenance à la famille bas-allemande qui n'a pas subi la 2ème mutation consonantique (PTK).

Si j'ai séparé le frison oriental des autres, c'est que le premier a été le plus influencé par le bas-allemand. Alors qu'on reconnaît indubitablement une plus grande proximité à une langue frisonne originelle dans le frison occidental. Aux Pays-Bas, cette langue a connu plus de liberté, on a toujours parlé frison sans discrimination majeure. Pas de rouleau compresseur prussien!

Avec l'allemand et quelques notions de langues nordiques, je comprends à l'écrit toutes les pages web en frison oriental (oostfreesk) ; en revanche, je ne peux que défricher le frison des Groningeois (?)
Voyez par vous-mêmes :

Oostfreessk

Moin! 7 Jahr gifft dat nu al diesel-online.de ? un wi sünd tofree, dat d'r alltied weer Minsken up kieken un ok 'n papieren DIESEL bestellen. (DIESEL gifft dat nu al 13 Jahr, 51 Utgaven, un dat >>Register is 32 Sieden lang. Dat kann man runnerladen un drucken, dann hebben Ji maal 'n Overblick, wat d'r all in steiht.) För DIESEL-ONLINE bruken wi mehr Schrieverslü, de mitdoon! Ji könen wat van Jo Texten in 't Nett stellen, Jo Biographie, 'n Liste mit Jo Boken, anbeden, dat Ji koomt to lesen.... Ji könen Texten vörlesen up uns DIESEL-Sieden. Kiekt Jo dat maal an, lüstert maal, stüürt denn ok 'n Text up Spegelplaat of up Kassette. Meldt Jo an as Bruker /User. Dat köst nix, man wi könen Jo hen un weerdenn wat tostüren, un Ji hebben up de DIESEL-Sieden de een un anner lüttje Vördeel.

(in : http://www.diesel-online.de/html/index.php )

Wesfreesk

Nei in ekstreem stressfol stúdzjejier is it der dan dochs einlings, de simmer. Nei de maaitiidsjerappel en metaal?moeheid? oerwûn te hawwen is der foar jim noch in lêste kâns om flink oan te sterkjen. Wy ha it oer jim ?energyboost? by útstek foar de simmer fan 2005. Mei as ynhâld fansels FEESTels, Fitaminen en mineralen. Stel jim foar! Trije dagen strân, see en sinne. Better as in kueroard, in Spa Resort of it Hilton. It Amelânkamp fan 10 oant en mei 12 juny!!! (Miskien net better, mar wol it bêste dat jim krije kinne foar dy priis!) Dit alles yn it rustike doarpke Buren yn fakânsje resort Licht der Zee. Gean mei en kom ta rêst: Suver Genietsje wurdt it. Wa wit wachtet jim sels in tropyske ferrassing! Klik op Lês mear foar mear ynformaasje.

(in : http://www.bernlef.com/ )

Vous remarquerez l'influence néerlandaise manifeste dansle frison occidental (surtout la graphie)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Friday 03 Jun 05, 18:40 Répondre en citant ce message   

Pour le babélien qui mettait le Amisch en alémanique, je mets un extrait de ce qu'on appelle aussi Pennsylvnian Deitsch / Dutch.

Es Yaahr hot vier Monet; der Friehling, der Summer, der Haerrebscht, un der Winder. Ich gleich der Haerrebscht am beschde. In Haerrebscht, falle die Bledder un ich ess viel im Haerrebscht. Was escht? Ich ess viel brot mit budder un seifleesch. Sauergraut esse mer zimmlich oft. Im Harrebscht iss mei Maage immer voll! Hinner mer esse, geh die Kinner naus un schpiele. Sie spiele Beesballe un Schteckle oftmols.

(in : http://members.tripod.com/~AndersR/lesson3.html )

En fait les Amisch sont d'horizons différents suivant les communautés. Certes nés dans le pays alémanique de Ste-Marie-aux-Mines, ils ne sont pas tous partis aux USA après le rattachement de l'Alsace à la France intolérante, une grande communauté a fui en Lorraine indépendante(essentiellement thioise) où ils ont été en contact avec le francique rhénan (Pays de Sarrebourg par exemple). De là, ils quittent la lorraine vers les USA. certains parlent plus proche du rhénan sarrebourgeois, plus teinté d'alémanique qu'au nord.

La communauté de langue "daitsch" en Pennsylvanie est composite. La forte majorité des émigrants était des franciques rhénans, palatins pour beaucoup, mais le mélange s'est fait avec le temps.
la lecture du texte ci-dessus montre sans hésitation l'apaprtenance au moyen-allemand (diphtongaison majoritaire, NN au lieu de ND) mais on repère un diminutif alémanique ( - le ).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pascal
Responsable projet


Inscrit le: 14 Nov 2004
Messages: 361
Lieu: Alsace-Lorraine- Allemagne

Messageécrit le Friday 03 Jun 05, 19:28 Répondre en citant ce message   

Après discussion, il semblerait qu'ons'accorde sur l'arbre suivant:
[/img]
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Arbre des langues Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Page 2 sur 4









phpBB (c) 2001-2008