Le Prénçot IX
Le Prénçot IX




I cré que l’atenit, pr soun échape, ine migraciun d’oseas sauvajhes. Au matin dau partement l’arenjhit bén sa pllanéte. Le ramounit d’énpourtance sés voulcans comants. L’avét deùs voulcans comants. Ol étai bén d’amén pr faere chaufàe le déjhunàe dau matin. L’avét in voulcan crvai étou. Mé, coume le disét : « I savun jhamae ! » Le ramounit dun étou le voulcan crvai. Si le sant bén ramounais, lés voulcans ardant pllanjhement, sen éruciun. Lés éruciuns voulcaniques sant coume daus feùs de cheminàe. Bén sur, su noutre tiare i sun bén trot petit pr ramounàe nous voulcans. Ol ét pr çheù que le nous causant tot pllén de chacots.

Le prénçot arboulit étou, ac in petit de mérancolie, lés deràes jhituns de baobabs. Le créyét que le revénrét jhamae. Mé tot qués ouvrajhes d’acoutume li pareùghirant, quou matin-lae, réde dous. Pi, quoure que l’arousit ine derére fés la fllour, é que le s’arouit a la boutàe a l’abric sou in gllobe, le s’échoutit l’envie d’égraemàe.

« Adé », que le disit a la fllour.

Mé a li répounit poet.

« Adé », que le repétit.

La fllour tussit. Mé ol étai poet raport a sun roumia.

« I si birote, qu’a li disit a la fin. I te demande prdun. Tache d’étre urous. »

Le sit ébrlobai pr l’apsentement de bllames. Le raechtét lae tot ballàud, le gllobe en l’aer. Le cunprnét poet quéle douçour carme.

« Mé voué, i t’aeme, li disit la fllour. T’en as rén soghu, pr ma fàute. Çhèu ol a poet d’énpourtance. Mé te sis aussi birot coume màe. Tache d’étre urous… Laeche quou gllobe trançhile. I en vau pu.

Mé le vent…

I seù poet tant enrouenchàie… L’aer fràe de la neùt me ferat dau bén. I seù ine fllour.

Mé lés bàetes…

Fàut bén qu’i dure deùs ou tràes chenelles s’i veù counétre lés parpalluns. D’apràe qu’ol ét télement bea. Autrment qui me vesiterat ? Te seras lén, tàe. Tant qu’aus grousses bàetes, i crén rén. I ae més gripes. »

É a boutrét nicement sés quatre picots. Pi al apécit :

« Adaralle-tou poet de ménme, ol ét zinant. Te t’és avisai de te nalàe. Marche t’en dun. »

Pasqu’a velét poet que le la véyisse brallàe. Ol étét ine fllour si faràude…




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel