Le Prénçot XIV
Le Prénçot XIV




La cénquiaeme pllanéte étét ben bijharouse. Ol étét la mae petite de totes. Ol avét lae jhusce prou de larjhe pr calàe in révrbére é in alumour de révrbéres. Le prénçot enfinissét poet de s’éspllicàe a quàe que pevét sarvi, quauque-part den le ciàu, su ine pllanéte sen mésun ni populaciun, in révrbére é l’oume pr lés alumàe. Prtant le se disit den li-maeme :

« Vantàe bén que quoul oume é apsurde. Prtant l’ét moén apsurde que le ràe, que le faràud, que le fesant é que le bouvour. Au moén soun ouvrajhe at in sens. Quoure que l’alume sun révrbére, ol ét coume si le fasét naetre ine étéle en su, ou ine fllour. Quoure que le tue sun révrbére, ol assoumélle la fllour ou l’étéle. Ol ét in oçhupaciun bén jhelie. Ol ét vrae utile pisqu’ol ét jheli. »

Quoure que l’abordit la pllanéte, le salutit réspécteùsement l’alumour :

« Beajhor. Prquàe que te véns de tuàe tun révrbére ?

Ol ét la cunsegne, répounit l’alumour. Beajhor.

Qui’ét-o qu’ol ét la cunsegne ?

Ol ét de tuàe mun révrbére. Bunsér. »

Pi le le ralumit.

« Mé prquàe véns tu de le ralumàe ?

Ol ét la cunsegne, répounit l’alumour.

I cunpren poet, disit le prénçot.

Ol at rén a cunprendre, disit l’alumour. La cunsegne ol ét la cunsegne. Beajhor. »

Pi le tuit sun réverbère.

É pi le s’épunjhit le frunt ac in mouchét a careas rojhes.

« I fé lae in métàe épourablle. Ol étét résounablle d’àutrefés. I tuàe le matin pi i alumàe le sér. I avàe le rechte de la jhornàie pr me recalàe, pi le rechte de la nèut pr dormi…

Pi, dépèus quéle alunàie, la cunsegne at chanjhai ?

La cunsegne at poet chanjhai, disit l’aviour. Ol ét bén lae le drame ! La pllanéte annàie apràe annàie at virounai que de mae vite, pi la cunsegne at poet chanjhai !

Aloure ? disit le prénçot.

Aloure avoure qu’a fét in vroll totes lés minutes, i ae pu ine segunde de repous. I alume é i tue ine fés totes lés minutes !

Ol ét draule ! Lés jhors che tàe durant ine minute !

Ol ét poet de l’ordre d’étre draule, disit l’alumour. O fét déjha in moes qu’i causuns ensenblle.

In moes ?

Voué. Trente minutes. Trente jhors ! Bunsér. »

Pi le ralumit sun révrbére.

Le prénçot l’argardit é l’aemit quoul alumour qu’étét si télement fidéle a la cunsegne. Le se remenbrit daus couchements de soulall que li-maeme alét d’autrefés trchàe, en tirant sa chaere. Le velit ajhudàe soun amic :

« Te sés… i counèu ine manique de te repousàe quoure que te vauras…

I vàu trjhou », disit l’alumour.

Pasqu’ol ét poussiblle d’étre en maeme tenp fidéle é landous.

Le prénçot aroumit :

« Ta pllanéte é si télement petite que t’en fés le tor en tràes arpàies. T’as qu’a marchàe tot cha petit pr rechtàe trjhou au soulall. Quoure que te vauras te repousàe te marcheras… pi le jhor durerat oussi luntenp que te vauras.

O m’avenjhe moén que mae, disit l’alumour. Çhèu qu’i aeme den la vie, ol ét dormi.

Ol ét poet de chance, disit le prénçot.

Ol ét poet de chance, disit l’alumour. Beajhor. »

Pi le tuit sun réverbère.

« Quau-çhi, se disit le prénçot, tandisque le cuntinuét mae lén sun véyajhe, quau-çhi serét bafutai pr tots lés àutres, pr le ràe, pr le faràud, pr le bouvour, pr le fesant. Prtant ol ét le souc qui me parét poet mocablle. Ol ét, vantàe, pelamor que le s’oçhupe d’àutre chouse que de sàe. »

L’oghit ine quenàie de regrét pi le se disit core :

« Quau-çhi ét le souc qu’arét poghu deveni mun amic. Mé sa pllanéte ét bén trot petite. Ol at poet de larjhe pr deùs… »

Çhèu que le prénçot ousét poet recounétre, ol ét que le regrétét quéle pllanéte bénie pelamor, sultout, daus mile quatre-cénts quarante couchements de soulall pr vént-quatre oures !




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel