Le Prénçot III
Le Prénçot III




O me faughit luntenp pr cunprendre de voure que le devenét. Le prénçot, qui me quésciounét beacop, senbllét jhamae entendre més quesciuns. Ol ét daus mouts prnunçais pranture qui, cha petit, m’avant tot décachai. De ménme, quoure que l’avisit pr la prmére fés moun aviun (i rimajherae poet moun aviun, ol ét ine rimajhure bén trot enbrlificotàie pr màe) le me demandit :

« Qu’ét-o dun que quéle afaere ?

Ol ét poet ine afaere. O vole. Ol ét ine aviun. Ol ét moun aviun.”

É i étàe faràud de li aprendre qu’i volàe. Aloure le s’ébrallit :

« Coument ! T’as cheù dau ciàu !

Voué, qu’i disi sénpllement. Ah ! Ol ét draule !... »

Pi le prénçot partit d’in rire tot megnun qui me fasit réde migràe. I deguene que més malours séjhant prenghus sériousement. Pi l’apécit :

« Aloure, tàe-tou te véns dau ciàu ! De quau pllanéte que t’és?

I travi aussetout ine odou, den le mistaere de sun présentement, é i quesciouni aranti :

« Te véns dun d’ine àutre pllanéte ?»

Mé le me répounit poet. Le ghénchét pllanjhement tot en argardant moun aviun :

« Ol ét vrae que, lae-dessu, te pes poet véndre de bén lén …»

Pi le s’afunzit den ine raeverie qui durit luntenp. Pi apràe, srtant soun oelle de sa foullouse, le se calaudit den l’adoraciun de sa marvalére.

V’émajhinéz coume i avàe poghu étre ébiojhai pr quéle mejhe-cunfidence su « lés àutres pllanétes ». I fasi dun ine halàie pr en savér mae lun :

« De voure que te véns, mun petiot ? Voure ét-o qu’ol ét « che tàe » ? Voure que te vaus émeniàe moun oelle ? »

Le me répounit apràe ine sogue sunjhouse :

« Çheù qu’ét bén, ac la caesse que te m’as dounàie, ol ét que, la neùt, o li sarvirat d’oustàu.

Pr sur ! Pi si t’es megnun, i te ballerae étou ine corde pr l’amaràe pendant le jhor. Pi in piquét. »

La prpousiciun senbllit machàe le prénçot :

« L’amaràe ? Quau draule d’idàie !

Mé si te l’amare poet, l’érat n’énporte voure, pi le s’écarterat. »

É moun amic partit d’in rire core in cop :

“Mé voure que te vaus que l’anjhe!

N’énporte voure. Drét davant li… »

Aloure le prénçot remarquit sériousement :

« O fét rén, ol ét si petit, che mae ! »

Pi, ac in petit de mérancolie, vantàe, l’apécit :

« Drét davant sàe, ol ét pa fésablle d’alàe bén lén …»




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel