Le Prénçot XXI
Le Prénçot XXI




Ol ét aloure que boutit le renard :

« Beajhor, disit le renard.

Beajhor, répounit pouliment le prénçot, qui se dévirit mé véyit rén.

I seù lae, disit la rogane, sou le poumàe…

Qui és-tu ? disit le prénçot. T’es bén aviant…

I seù in renard, disit le renard.

Vén jhouàe ac màe, li prpousit le prénçot. I seù télement amorni…

I pe poet jhouàe ac tàe, disit le renard. I seù poet aprivai.

Ah ! Pardun », fasit le prénçot.

Mé, apràe sunjhance, l’apécit :

« Qu’ét-o qu’o senifie « aprivàe » ?

T’es poet de çhi, disit le renard, qu’ét-o que te trches ?

I trche lés oumes, disit le prénçot. Qu’ét-o qu’o senifie « aprivàe » ?

Lés oumes, disit le renard, l’avant daus fousalls pi le chaçant. Ol ét bén jhaenant ! L’afiant daus jhelines étou. Ol ét lour souc éntéràet. Te trches daus jhelines ?

Nun, disit le prénçot. I trche daus amis. Qu’ét-o qu’o senifie « aprivàe » ?

Ol ét ine chouse trot anbllidàie, disit le renard. O senifie « créyàe daus lians … ».

Créyàe daus lians ?

Bén sur, disit le renard. Pr màe t’és core qu’in draulea paréll que cent miles drauleas. É i ae poet de besén de tàe. Pi t’as poet de besén de màe nun pu. I seù pr tàe qu’in renard paréll que cent miles renards. Mé, si te m’aprives, i arun de besén l’in de l’àutre. Te seras pr màe unique au munde. I serae pr tàe unique au munde…

I coumence de cunprendre, disit le prénçot. Ol at ine fllour… i cré qu’a m’at aprivai…

Ol ét poussiblle, disit le renard. O se vét su la Tiare bén daus ordres de chouses…

Oh ! ol ét poet su la Tiare », disit le prénçot.

Le renard paraeghit éntrigai :

« Su ine àutre pllanéte ?

Voué.

Ol at daus chaçours, su quéle pllanéte ?

Nun.

Çheù, ol ét éntéraessant ! É daus jhelines ?

Nun.

Rén ét choene », quenit le renard.

Mé le renard revénghit a soun idàie :

« Ma vie ét bibllante. I chace lés jhelines, lés oumes me chaçant. Totes lés jhelines se revenant é tots lés oumes se revenant. I m’enneùye dun in petit. Mé, si te m’aprives, ma vie serat coume soulallàie. I couneùtrae in talbotajhe diférent de tots lés àutres. Lés àutres pas me fasant me muçàe sou tiare. Le tén m’apelerat en-lae dau teruchàud, coume ine musique. Pi argarde ! Te vés, lae-bas, lés enbllésuns ? I menjhe poet de pén. Le bllai pr màe ét malinutile. Lés enbllésuns me rapelant rén. É çheù, ol ét cadru ! Mé t’as lés piàus coulour d’aur. Aloure o serat mirpous quoure que te m’aras aprivai ! Le bllai, qu’és asorai, me ferat me remembràe de tàe. Pi i aemerae le brut dau vent den le bllai… »

Le renard se taesit pi argardit luntenp le prénçot :

« Soupllét… aprive-mou ! que le disit.

I vau bén, répounit le prénçot, mé i ae poet réde de tenp. I ae daus amis a décachàe é tot pllén de chouses a counétre.

I counéssun que lés chouses qu’i aprivun, disit le renard. Lés oumes avant pu le tenp de rén counétre. L’ajhetant daus chouses totes fasues che lés marchands. Mé coume ol éxiste poet de marchands d’amis, lés oumes avant pu d’amis. Si te vaus in amic, aprive-mou !

Qu’ét-o qu’o fàut faere ? disit le prénçot.

Fàut étre réde pacient, répounit le renard. Te te siteras d’abord in petit lén de màe, de ménme, den l’arbe. I te mirerae pi te diras rén. Le parlement ét cause de ménfalles. Mé cha jhor, te peras te sitàe in petit pu pràe… »

Le lendemén revénghit le prénçot.

« Ol oghisse meù valu reveni a la ménme oure, disit le renard. Si te véns, métun, a quatres oures dau tantout, dés tràes oures i coumencerae a étre urous. Tant mae l’oure atouquerat, tant mae i me sentirae urous. A quatre oures, déjha, i me froullerae pi m’inçhéterae : i échoutirae le coutement de l’urousetai ! Mé si te véns n’énporte quant, i sarae jhamae a quaul oure me poullàe le çheùr… Fàut daus rites.

Qu’ét-o qu’ol ét in rite ? disit le prénçot.

Ol ét étou quauque chouse trot anbllidai, disit le renard. Ol ét çheù qui fét qu’in jhor ét diférent daus àutres jhors, ine oure, daus àutres oures. Ol at in rite, métun, che més chaçours. Le dançant le jheùdi ac lés draulléres dau vilajhe. Aloure le jheùdi ét jhor mirpous ! I va me proumenàe toche qu’a la vegne. Si lés chaçours danciant n’énporte quant, lés jhors se revéndriant trtous, é i arae poet de lési. »



De ménme, le prénçot aprivit le renard. Pi quoure que l’oure dau partement sit prche :

« Ah ! disit le renard… I brallerae.

Ol ét ta fàute, disit le prénçot, i te hétàe poet de màu, mé t’as velu qu’i t’aprive…

Bén sur, disit le renard.

Mé te vas brallàe ! disit le prénçot.

Bén sur, disit le renard.

Aloure t’y gangnes rén !

I yi gangne, disit le renard, raport a la coulour dau bllai. »

Pi l’apécit :

« Vas revére lés rouses. Te cunprenras que la téne ét unique au munde. Te revénras me dire adé, pi i te ferae ballajhe d’in segrét. »



Le prénçot se nalit revére lés rouses :

« V’étéz pa la brigue parélles a ma rouse, v’étéz core rén, lou disit-éll. Prsoune vous a aprivàies é v’avéz aprivai prsoune. V’étéz coume étét mun renard. Ol étét rén qu’in renard paréll a cent mile àutres. Mé i en ae fét mun amic, é avoure l’ét unique au munde. »

É lés rouses étiant bén jhaenàies.

« V’étéz béles, mé v’étéz vides, lou disit-éll core. Prsoune pet mouri pr vousàutres. Bén sur, ma rouse a màe, in passajhàe coumùn crérét qu’a vous senblle. Mé tote soule al at mae d’énpourtance que totes vousàutres, pisqu’ol et lai qu’i arousi. Pisqu’ol ét lai qu’i saqui sou gllobe. Pisqu’ol ét lai qu’i abrijhi ac le paravent. Pisqu’ol ét lai qu’i escofi lés chenelles (sàuve lés deùs ou tràes pr lés parpalluns). Pisqu’ol ét lai qu’i acouti deloere, ou se valissàe, ou maeme a daus fés se taesàe. Pisqu’ol ét ma rouse. »



Pi i revénghit devér le renard :

« Adé, que le disit…

Adé, disit le renard. Veçhi mun segrét. L’ét vrae sénplle : i véyun bén qu’ac le çheùr. Çheù qu’ét de funs ol ét invesiblle pr lés élls.

Çheù qu’ét de funs ol ét invesiblle pr lés élls, repétit le prénçot, a quéle fin de se remenbràe.

Ol ét le tenp que t’as pardu pr ta rouse qui fét ta rouse si cunséquente.

Ol ét le tenp qu’i ae pardu pr ma rouse…, fasit le prénçot, a quéle fin de se remenbràe.

Lés oumes avant anbllidàe quéle vretai, disit le renard. Mé te dés poet z-ou anbllidàe. Te devéns gariant pr trjhou de çheù que t’as aprivai. Te garies ta rouse…

I garie ma rouse… », repétit le prénçot, a quéle fin de se remenbràe.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel