Le Prénçot XXII
Le Prénçot XXII




« Beajhor, disit le prénçot.

Beajhor, disit l’aghullour.

Qu’ét-o que te fés çhi ? disit le prénçot.

I fé la trie daus véyajhours, pr trochàies de mile, disit l’aghullour. I envéye lés traens qui lés enmenant, daus cops devér la dréte, daus cops devér la gàuche. »

Pi in rapide éluminai, bourbounant coume le tounaere, fasit trenbllàe le tét d’aghullajhe.

« Le sant bén galopais, disit le prénçot. Qui que le trchant ?

L’oume de la loquemotive l’égnore li-maeme », disit l’aghullour.

Pi bourbounit, en sens énvarse, in deùsiaeme rapide éluminai.

« Le revenant déjha ? demandit le prénçot…

Ol ét poet lés ménmes, disit l’aghullour. Ol ét in échanjhe.

L’étiant poet cuntents, voure que l’étiant ?

Prsoune ét jhamae cuntent voure que l’ét », disit l’aghullour.

Pi bourbounit le tounaere d’in tràesiame rapide éluminai.

« Le coursant lés prmàes véyajhours ? demandit le prénçot.

Le coursant rén de rén, disit l’aghullour. Le dormant lae-deden, ou bén le ballant. Lés draules soucs éboullant lour nàes decuntre lés careas.

Sement lés draules savant çheù que le trchant, fasit le prénçot. Le pardant dau tenp pr ine catin de guenelles, é a devént réde cunséquente, pi si i lou divrtissun, le brallant…

Le chançant », disit l’aghullour.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel