Le Prénçot XXIV
Le Prénçot XXIV




I n’étiun au uitiaeme jhor de ma pane den le désart, é i avàe acoutai l’istoere dau marchand en bouvant la derére goute de ma passance d’aeve :

« Ah ! qu’i disi au prénçot, a sant bén aviantes, tés remenbrances, mé i ae poet core arenjhai moune aviun, i ae pu rén a bére, é i seràe urous, màe-tou, si i pevàe marchàe cha petit devér ine funt !

Moun amic le renard, que le me disit…

Mun petit ga, ol ét pu quesciun dau renard !

Prquàe ?

A cause qu’i alun mouri de sàe… »

Le cunprenghit poet mun résounement, le me répounit :

« Ol ét bén d’avér oghu in amic, ménme si i alun mouri. Màe, i seù bén cuntent d’avér oghu in amic renard… »

« Le baujhe poet le danjhàe, qu’i me disi. L’at jhamae ni fém ni sàe. In petit de soulall li baste… »

Mé le m’argardit é répounit a ma sunjherie :

« I ae sàe étou… trchun in poes… »

I oghi in jhésce d’arasse : ol ét apsurde de trchàe in poes, a l’asard, den l’imenjhe dau désart.

Prtant i nous métirun en anjhe.



Quoure qu’i oghirun marchai, daus oures, sen brut, o s’aneùssit, é lés étéles coumencirant a s’aclléretàe. I lés traveyàe coume den in redat, éyant in petit de févre, raport a la sàe. Lés mouts dau prénçot danciant den ma souvenence :

« T’as dun sàe, tàe-tou ? » qu’i li demandi.

Mé le répounit poet a ma quesciun. Le me disit pllanjhement :

« L’aeve pet étre boune pr le çheùr étou… »

I cunprenghi poet sa répounance mé i me taesi… I savàe bén qu’o felét poet le quesciounàe.

L’étét faticai. Le se sitit. I me siti decuntre li. Pi, apràe ine sogue, le disit core :

« Lés étéles sant béles, pelamor d’ine flleùr qu’i véyun poet… »

I répouni « bén sur » é i argardi, sen causàe, les plléts dau sablle sou la lune.

« Le désart ét bea », que l’apécit…

Pi ol étét vrae. I ae trjhou aemàe le désart. I nous situn su ine dune de sablle. I véyun rén. I entendun rén. É prtant quauque chouse raye sen brut…

« Çheù qu’abélesit le désart, disit le prénçot, ol ét que le cape in poes en quauque part… »

I sit étounàe de cunprendre d’in randun quou mistaerious rayement dau sablle. Quoure qu’i étàe in petit ga, i rechtàe den in véll oustàu, é la léjhende cuntét qu’ine marvalére y étét abrjhàie. Bén sur, jhamae prsoune at soghu le décachàe, ni vantàe ménme l’at trchai. Mé le carminét tot quél oustàu. Moun oustàu capét in segrét au funs de sun çheùr…

« Voué, qu’i disi au prénçot, qu’o séjhe quesciun de l’oustàu, daus étéles ou dau désart, çheù qui fét lour beatai ét invesiblle !

I seù cuntent, que le disit, que te séjhes d’assent ac mun renard ».

Coume le prénçot s’aboumissét, i le prenghi den més bras, pi i me remetis en anjhe. I étàe émouvai. O me senbllét ménme qu’ol oghisse rén de mae frale su la Tiare.

I argardàe, a la lumére de la lune, quou frunt bllan, qués élls clleùs, qués ricouéts qui trenblliant au vent, pi i me disàe : « Çheù qu’i vé lae ét qu’ine pelasse. Le mae cunséquent ét invesiblle… »

Coume sés lipétes badàies ébouriant in mejhe-chauri i me disi core : « Çheù qui m’émouve si fort de quou prénçot aboumi, ol ét sa fidéletai pr ine fllour, ol ét l’émajhe d’ine rouse qui raye en li coume la fllanbe d’ine calebunde, ménme quoure que le dort… » É i le devinàe core mae frale. O fàut bén garanti lés calebundes : ine bufàie pet lés tuàie…

Pi, marchant de ménme, i décachi le poes a patrun-minét.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel