Le Prénçot XXV
Le Prénçot XXV




« Lés oumes, disit le prénçot, le se calant den lés rapides, mé le savant pu çheù que le trchant. Aloure le se vrtant é le virounant… »

Pi l’apécit :

« O vaut poet le cop… »

Le poes qu’i aviun jhoént retirét poet aus poes saharéns. Lés poes saharéns sant tot uniment daus crèus chavais den le sablle. Quou-lae retirét mae a in poes de vilajhe. Mé ol avét lae pa in vilajhe, é i créyàe redàe.

« Ol ét bijharous, qu’i disi au prénçot, tot ét pràet : la poulie, le séll é la corde…. »

Le jhobllinit, touchit la corde, fasit marchàe la poulie.

Pi la poulie guenit coume guene ine vélle jhirouéte quant le vent at luntenp dormi.

« T’entens, disit le prénçot, i ébaudun quou poes pi le chante… »

I velàe poet que le fasisse ine halàie :

« Laeche mou faere, qu’i li disi, ol ét trot lourd pr tàe. »

Tot cha petit i haussi le séll toche qu’a la dorne dau poes.

I l’apunti dessu é l’alloti. Den més oralles durét le chant de la poulie é, den l’aeve qui trenbllét core, i véyàe trenbllàe le soulall.

« I ae sàe de quéle aeve-lae, disit le prénçot, balle-mou a bére… »

É i cunprenghi çheù que l’avét trchai !

I sourjhi le séll toche qu’a sés lipétes. Le bouvit, lés élls tapais. Ol étét dou coume ine fàete. Quéle aeve étét bén d’àutre chouse qu’in alément. Al étét naessue de la marche sou lés étéles, dau chant de la poulie, de la halàie de més bras. Al étét boune pr le çheùr, coume in ballajhe. Quant qu’i étét in petit ga, la lumére de l’abre de Nàu, la musique de la màesse de méneùt, la douçour daus chaurires fasiant, de ménme, tot le rayement dau naulét qu’i recevàe.

« Lés oumes de che tàe, disit le prénçot, afiant cénc miles rouses den rén qu’in jhardrin… é le z-y trouant poet çheù que le trchant…

Le z-ou trouant poet, qu’i répouni…

É prtant çheù que le trchant perét étre trouai den rén qu’ine rouse ou in petit d’aeve…

Bén sur », qu’i répouni.

É le prénçot apécit :

« Mé lés élls sant avéglles. Fàut trchàe ac le çheur. »



I avét béghu. I alenàe bén. Le sablle, a l’écllérzie, ét coulour de miàu.

Prquàe felét-o qu’i oghusse de la paene…

« Fàut que te ténjhes ta proumésse, me disit pllanjhement le prénçot, qui, ine àutre fés, s’avét sitai decuntre màe.

Quau proumésse ?

Te sés, in mouràud pr moun oelle… i garie quéle fllour ! »

I srti de ma foullouse més éboures de rimajhure. Le prénçot lés avisit é disit en jhobllinant :

« Tés baobabs, le revenant in petit a daus chous…

-Oh ! »

Màe qu’étét si faràud de més baobabs !

« Tun renard… sés oralles… a revenant in petit a daus cors… pi a sant trot lunjhes ! »

Pi le jhobllinit core.

« T’és pa jhusce, petit ga, i savàe rimajhàe rén que lés bohas tapais é lés bohas duvérts.

Oh ! Ol érat, que le disit, lés draule savant. »

I créouni dun in mouràud. É i oghi le çheùr sarai en li ballant :

« T’as daus entrzuns qu’i égnore… »

Mé le me répounit poet. Le me disit :

« Te sés, ma cheùte su la Tiare… demén ol en serat l’anivrsaere… »

Pi, apràe ine sogue le disit core :

« I avàe cheù rac çhi… »

Pi le bassit.

Pi ine àutre fés, sen cunprendre prquàe, i éprmunti ine cagne bijharouse. Prtant ine quesciun me vénghit :

« Aloure ol ét poet pranture que, le matin quoure qu’i te couneùghi, ol at tràes jhors, te te prmenàes de ménme, soulét, a mile miles de tots lés cantiaemes enrinais!

Te tornàes devér le poént de cheùte ? »

Le prénçot bassit core.

Pi i apéci, en barjhegnant :

« Raport, vantàe, a l’anivrsaere ?... »

Le prénçot bassit de novea. Le répounét jhamae aus quesciuns, mé, quoure que quauquin bassit, o segne « voué », pa vrae ?

« Ah ! qu’i li disi, i ae pour… »

Mé le me répounit :

« Te dés avoure ouvrajhàe. Te dés te renalàe devér ta mécanique. I t’aten çhi. Revéns demén au sér… »

Mé i étàe poet trançhile. I me remenbràe le renard. Ol at in risque de brallàe in petit apràe s’étre laechai aprivàe…




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel