Le Prénçot XXVI
Le Prénçot XXVI




Ol avét, a coutai dau poes, in fundi de vieù mur en piare. Quoure qu’i revénghi de moun ouvrajhe, le lendemén au sér, i avisi de lén mun prénçot sitai lae-hàut, lés jhanbes pendillochantes. Pi i l’entendi qui causét :

« Te t’en remenbres dun poet ? que le disét. Ol ét poet tot jhusce çhi ! »

Ine àutre rogane li répounit bérale, pisque le rentassit :

« Sia ! Sia ! ol ét bén le jhor, mé ol ét poet çhi l’endrét… »

I cuntinui ma marche devér le mur. I véyàe pi entendàe trjhou prsoune. Prtant le prénçot rentassit de novea :

« … Bén sur. Te véras voure que coumence mun patachi den le sablle. T’as qu’a m’ateni lae-bas. I yi serae quéte neùt. »

I étàe a vént métres dau mur pi i véyàe trjhou poet rén.

Le prénçot disit core, apràe ine sogue :

« T’as de la boune vrimure ? T’és sur de poet me fàere malajhàe ? »

I coti, le çheùr sarai, mé i cunprenàe trjhou poet.

« Avoure, vas t-en, que le disit… I vau dévalàe ! »

Aloure i baessi màe-maeme lés élls devér le pai dau mur, é i fasi in évrdin ! L’étét lae, drçai devér le prénçot, in de qués silans jhàunes qui ve tuant en trente segundes. Tot en trifoullant ma foullouse pr en tiràe mun révoulvér, i prénghi le pas de corse, mé, au brut qu’i fasi, le silan se laechit pllanjhement s’afunzàe den le sablle, coume ine vejhetàie d’aeve qui mourt, pi, sen trot se déhalàie, mucit entre lés piares ac in lejhàe brut de métàu.

I jhén le mur jhusce atenteùr pr z-y recevre den lés bras mun petit bounoume de prénce, pale coume la nàeve.

« Qu’ét-o que quéle istoere-lae ! Avoure te causes ac lés silans ! »

I avàe éboudinai soun étrnàu cache-col d’aur. I li avàe mollai lés tenplles pi l’avàe fét bére. Pi avoure i ousàe pu rén li demandàe. Le m’argardit gravement pi m’enfrmit le cou ac sés bras. I senti batre sun çheùr coume quaulae d’in osea qui mourt, quoure que l’at étai tirai a la carabine. Le me disit :

« I seù cuntent que t’éjhes trouai çheù qu’étét d’adire pr ta mécanique. Te vas pere t’entornàe…

-Coument que te sés ! »

I venàe jhusce li dénunçàe que, cuntre tot éspoer, i avét abenàe moun ouvrajhe !

Le répounit rén a ma quesciun, mé l’apécit :

« Màe-tou, aneùt, i m’entorne… »

Pi, érmitous :

« Ol ét bén mae lén… ol ét bén mae malaesai… »

I sentàe bén qu’o se passét quauque chouse d’étranjhe. I le saràe den lés bras coume in petit draule, é prtant o me senbllét que l’afunzét de hautour den in avalour sen qu’i pejhe rén pr le reténdre…

L’avét l’argardure sériouse, adiràie réde lén :

« I ae toun oelle. Pi i ae la caesse pr l’oelle. Pi i ae le mouràud… »

Pi le chaurit ac mérancolie.

I ateni luntenp. I sentàe que le s’achaudurét cha petit :

« Petit bounoume, t’as oghu pour… »

L’avét oghu pour, bén sur ! Mé le jhobllinit pllanjhement :

« I arae bén mae pour aneùt de sér… »

De novea i me senti gllaçai pr le ressentiment de l’irepanablle. É i cunprenghi qu’i pevét poet me faere a l’idàie de pu jhamae entendre quéle risote. Ol étai pr màe coume ine funt den le désart.

« Petit bounoume, i vau core t’entendre jhobllinàe… »

Mé le me disit :

« Quéle neùt, o ferat in an. Moun étéle serat jhusce en-su l’endrét voure qu’i ae cheù l’annàie derére…

Petit bounoume, ol ét t-o poet in mouvas redat quéle istoere de silan é de rendéz-vous é d’étéle… »

Mé le répounit poet a ma quesciun. Le me disit :

« Çheù qu’ét cunséquent, o se vét poet…

Bén sur…

Ol ét coume pr la fllour. Si t’aemes ine fllour qu’ét den ine étéle, ol ét dou, la neùt, d’argardàe le ciàu. Totes lés étéles sant fllouries.

Bén sur…

Ol ét coume pr l’aeve. Quéle que te me ballis a bére étét coume ine musique, raport a la poulie pi a la corde… te te remenbres… al étét boune.

Bén sur…

T’argarderas, la neùt, lés étéles. Ol ét trot petit che màe pr qu’i te boutre voure qu’ét la mene. Ol ét meù de maénme. Moun étéle, o serat pr tàe ine daus étéles. Aloure, totes lés étéles, t’aemeras lés argardàe… A serant totes tés amies. Pi i va te faere in ballajhe… »

Le jhobllinit core.

« Ah ! petit bounoume, petit bounoume, i aeme entendre quéle risote !

Tot jhusce, o serat mun ballajhe… o serat coume pr l’aeve…

Qu’ét-o que te vaus dire ?

Le munde avant daus étéles qui sant poet lés ménmes. Pr lés ins, qui véyajhant, lés étéles sant daus ghides. Pr d’àutres a sant rén que daus petites luméres. Pr d’àutres, qui sant savents, a sant daus proubllémes. Pr mun fesant al étiant de l’aur. Mé totes qués étéles lae se taesant. Tàe, t’aras daus étéles coume prsoune at…

Qu’ét-o que te vaus dire ?

Quoure que t’argarderas le ciàu, la neùt, pisqu’i rechterae den ine d’éles, pisqu’i jhobllinerae den ine d’éles, aloure o serat pr tàe coume si jhobllineriant totes lés étéles. T’aras, tàe, daus étéles qui savant jhobllinàe ! »

Pi le jhobllinit core.

« Pi quoure que te seras recunsolai (i nous recunsolun trjhou) te seras cuntent de m’avér counéghu. Te seras trjhou moun amic. Te degueneras jhobllinàe ac màe. Pi t’uvriras a daus fés ta croesàie, de ménme, pr le pllési… É tés amis serant bén éballais de te vére jhobllinàe en argardant le ciàu. Aloure te lou diras : « Voué, lés étéles, o me fét trjhou jhobllinàe ! » Pi le te crérant tabayot. I t’arae vilénement gobai… »

Pi le jhobllinit core.

« O serat coume si i t’avàe ballai, en eùr d’étéles, tot pllén de petit grlàuds qui savant jhobllinàe… »

Pi le jhobllinit core. É le redevénghit sérious :

« Quéle neùt… te sés… véns poet.

I te çhiterae poet.

I senbllerae pati… i senbllerae mouri in petit. Ol ét de ménme. Véns poet vére çheù, ol ét poet la paene…

I te çhiterae poet. »

Mé l’étét sorcellous.

« I te di çheù… Ol ét étou raport au silan. Fàut poet que le te fisse… Lés silans, ol ét chéti. O pet fissàe pr le pllési…

I te çhiterae poet. »

Mé quauque chouse le recunsolit :

« Ol ét vrae que l’avant pu de vrimure pr la deùsiaeme fissure… »



Quéle neùt lae i le véyi poet se métre en anjhe. Le s’étét ésbignai sen rabatàe. Quoure qu’i veni a le jhéndre le marchét émoyai, d’in pas rapide. Le me disit sement :

« Ah ! t’és lae… »

Pi le me prénghit pr la mén. Mé le se tabutit core :

« Te t’és mancai. T’aras de la paene. I senbllerae étre mort é o serat poet vrae… »

Màe i me taesàe.

« Te cunprens. Ol ét trot lén. I pe poet enmenàe quou corp-lae. Ol ét trot lourd. »

Màe i me taesàe.

« Mé o serat coume ine vélle pelasse acheyàie. Ol ét poet amorni lés vélles peas… »

Màe i me taesàe.

Le se chalit in petit. Mé le fasit core ine halàie :

« O serat megnun, te sés. Màe-tou, i argarderae lés étéles. Totes lés étéles serant daus poes ac ine poulie roullàie. Totes lés étéles me viderant a bére… »

Màe i me taesàe.

« O serat télement amusant ! T’aras cénc cents milluns de grlàuds, i arae cénc cents milluns de funts… »

Pi le se taesit étou, pelamor que l’égraemét…



« Ol ét lae. Laeche-mou faere in pas soulét. »

É le se sitit pelamor que l’avét pour. Le disit core :

« Te sés… ma fllour… i la garie ! Pi al ét télement frague ! Pi al ét télement nice. Al at quatre picots de rén-a-rac pr se garanti dau munde… »

Màe i me siti pelamor qu’i pevàe pu rechtàe debout. Le disit :

« Velat… Ol ét tot… »

Le barjhegnit core in petit, pi le se relevit. Le fasit in pas. Màe i pevàe poet grussàe.

Ol oghit rén qu’ine éloase jhàune au proche de sa chevelle. Le fasit l’idole in bollun. Le huchit poet. Le cheusit pllanjhement coume cheùt in abre. O rabatit jha tansement, raport au sablle.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel