Le Prénçot XXVII
Le Prénçot XXVII




É avoure bén sur, o fét sis ans déjha… I ae jhamae core aléngai quéle istoere. Lés camarades qui m’avant revéyu avant étai bén cuntents de me revére vivant. I étàe amorni mé i lou disàe : « Ol ét la role… »


Avoure i m’ae in petit recunsolai. O vaut dire… poet de bout en bout. Mé i sé bén que l’at revénghu a sa pllanéte, pasque, a l’écllerzie, i retroui poet sun corp. Ol étét poet in corp télement lourd… É la neùt i aeme acoutàe lés étéles. Ol ét coume cénc cents milluns de grlàuds…


Mé velat qu’o se passe quauque chouse d’étranjhe. Le mouràud qu’i rimajhi pr le prénçot, i ae anbllidai de li apéçàe la couràie en pea ! L’arat jhamae poghu l’amaràe a l’oelle. Aloure i me demande : « Qu’ét-o qui s’at passai su sa pllanéte ? Vantàe bén que l’oelle menjhit la fllour…


Quauquefés i me di : « Bérale nun ! Le prénçot enfroume sa fllour totes lés neùts sou sun gllobe de vére, pi le surjhe bén soun oelle… » Aloure i seù urous. Pi totes lés étéles jhobllinant pllanjhement.


Quauquefés i me dis : « I sun ballàuds ine fés ou l’àutre, é o baste ! L’at anbllidai, in sér, le gllobe de vére, ou bén l’oelle ét srtie sen rabatàe durant la neùt… » Aloure lés grlàuds se chanjhant trtots en égraemes !...





Ol ét lae in bén grand mistaere. Pr vousàutres qu’aeméz étou le prénçot, coume pr màe, rén de l’univérs ét paréll si quauque part, sen savér voure, ine oelle qu’i couneùssun poet at, voué ou nun, menjhai ine rouse…


Argardéz le ciàu. Demendéz-vous : l’oelle voué ou nun at-éle menjhai la fllour ? » Pi ve véréz coume tot chanjhe…


É pa ine grande prsoune cunprenrat jhamae qu’ol at télement d’énpourtance !




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel