Le Prénçot IV
Le Prénçot IV




Ol ét de ménme qu’i aprenghi ine deùsiaeme chouse réde cunséquente : ol étét que sa pllanéte orinale étét a paene mae grande qu’ine mésun!

O pevét poet m’ébafàe beacop. I savàe bén qu’en defore daus grousses pllanétes coume la Tiare, Jhupetér, Mar, Vénu, a qués la qu’i avuns dounai daus nums, ol en a daus centaenes d’àutres qui sant a daus fés si petites qu’ol ét vrae malaesai de lés avisàe au téléscope. Quoure qu’in astrenoume décache ine d’entréles, le li doune coume num in limérot. Le la noume, pr éxenplle : « l’astéroide 325 ».

I ae de sériouses résuns de crére que la pllanéte de voure que venét le prénçot ét la pentecoute B 612. Quoul astéroide a étai avisai rén qu’ine fés au téléscope, en 1909, pr in astrenoume turquién.

L’avét fasu aloure ine grande remuntraciun de sa décache a in cungraes entrnaciounàu d’astrenoumie. Mé prsoune l’avét créghu raport a sun coustume. Lés grandes prsounes sant de ménme.

Urousement pr la renoumàie de l’astéroide B 612, in dictatour turquién énposit a sun péplle, ac amalicerie de mort, de s’abenàe a l’eùropéyéne. L’astrenoume refasit sa remuntraciun en 1920, tot endimenchai. Pi quéle fés tot le munde sit de soun évis.

Si i vous ae racuntai tots qués détalls su l’astéroide B 612 é si i vous ae dounai sun limérot, ol ét pr lés grandes prsounes. Lés grandes prsounes aemant lés chiffres. Quoure que ve lou causéz d’in novél amic, a vous quésciounant jhamae su le funs. A vous disant jhamae : « Coument ét le sun de sa rogane ? Quaus jheùs que l’aeme meù ? Coléccioune t-éll lés parpalluns ?» A vous demandant : « Quaul ajhe que l’at ? Cunbén de fraeres que l’at ? Cunbén que le pése ? Cunbén que le gangne sun paere?» Sement aloure a créyant le counétre. Si ve diséz aus grandes prsounes : « I ae véyu ine béle chaboese en briques rouses, ac daus jhéromioms aus croesaies é daus couluns su le tét… » Al abenant poet a émajhinàe quéle chaboese. O fàut lou dire : « I ae véyu ine chaboese de cent miles frans. » A s’ébrallant aloure : «Coume ol ét jheli !»

De ménme, si ve lou diséz, « La proue que le prénçot at éxisti ol ét que l’étét aviant, que le jhobllinét, pi que le velét ine oelle. Quoure que quauquin veùt ine oelle, ol ét la proue que l’éxiste », a défrougnerant pi vous tréterant de draule ! Mé si ve lou diséz : « La pllanéte de voure que le devenét ol ét l’astéroide B 612 », alour a serant vrae d’assent, é a vous laecherant trançhile ac lours quesciuns. A sant de ménme. Fàut poet lou en velér. Lés draules devant étre réde bounasses ac lés grandes prsounes.

Mé, bén sur, nousàutres qui cunprnun la vie, i nous foutun bén daus limérots ! I aràe aemàe coumençàe quéle istoere a la manére daus cuntes de fàies. I aràe aemàe dire :

« Ol avét ine fés in prénçot qui rechtét su ine pllanéte a paene mae grande que li, é qu’avét de besén d’in amic… » Pr qués qui cunprnant la vie, ol arét oghu l’aer bén mae vrae.

A cause qu’i aeme poet que le munde lijhant mun livre en galinét. I éprmunte tant de cagne a aléngàe qués remenbrances. O fét déjha sis ans que moun amic s’at nalai ac soun oelle. Si, çhi, i assaye de le dépéntràe, ol ét pr poet l’anbllidàe. Ol ét amornant d’anbllidàe in amic. Tot le munde a poet oghu in amic. Pi i pe deveni coume lés grandes prsounes qui s’éntéraessant pu que pr lés chifres. Ol ét dun core pr çheù qu’i ajheti ine boete de coulours é daus créuns. Ol ét malaesai de se ressacàe a la rimajhure, a moun ajhe, quoure que jhamae in àutre assaye que quéle d’in boha tapai é d’in boha duvért a étét fasue, dépeùs l’ajhe de sis ans ! I assayerae, bén sur, de faere daus rimajhes le mae paucrais poussiblle. Mé i seù poet tot cértén d’abenàe. Ine rimajhure vat, pi l’àutre retire pu. I me gore in petit su la bàujhe étou. Çhi le prénçot ét trot grand. Lae l’ét trot petit. I barjhegne étou su la coulour de sun coustume. Aloure i barjhigalle coume çhi é coume çheù, a la ripe et a la rape. I me gore a la fin su quouques détalls mae cunséquents. Mé çheù, faurat me z-ou prdounàe. Moun amic dounét jhamae d’ésplliques. Mé màe, malurousement, i sé poet vére lés oelles a trac lés caesses. I seù vantàe in petit coume lés grandes prsounes. I ae deghu véllesi.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel