Le Prénçot V
Le Prénçot V




Cha jhor i aprenàe quauque chouse su la pllanéte, su le partement, su le véyajhe. O venét tot pllanjhement, a l’asard daus sunjhances. Ol ét de ménme que, le traesiaeme jhor, i couneùghi le drame daus baobabs.

Quéle fés-çhi o sit core grace a l’oelle, pasque aranti le prénçot me quésciounit, coume vrae endoutai :

« Ol ét bén vrae, parae, que lés oelles menjhant lés petits abres ?

Voué. Ol ét vrae.

Ah ! I seù cuntent ! »

I cunprenghi poet prquàe ol étai si cunséquent que lés oelles menjhissiant lés petits abres. Mé le prénçot apécit :

« O fét dun qu’a menjhant daus baobabs étou ? »

I fasi remarcàe au prénçot que lés baobabs sant poet daus petits abres, mé daus abres grands coume daus églléses pi que, ménme si l’enmenét ac li tot in soulas d’éléfants, quou soulas peràet poet fini ménme rén qu’in baobab.

L’idàie daus soulas d’éléfant fasit jhobllinàe le prénçot :

« O faudrét lés sacàe lés in su lés àutres… »

Mé le remarquit, ac sajhéce :

« Lés baobabs, avant de grandzi, o coumence pr étre petit.

Ol ét adounant ! Mé prquàe que te vaus que tés oelles manjhant lés petits baobabs ? »

Le me répounit : « Bén ! Véyun! », coume si ol étét ine évidence. É o me faughit ine grousse halàie d’entende pr cunprendre rén que tot soul quou proublléme.

Pi de fét, su la pllanéte dau prénçot, ol avét, coume su totes lés pllanétes, daus bounes arboulajhes é daus mouvaeses arboulajhes. Pi dun daus bounes granes de bounes arboulajhes é daus mouvaeses granes de mouvaeses arboulajhes. Mé lés granes a sant poet véyablles. A dormant den le segrét de la tiare jhusqu’a tenp qu’o li prénjhe le vrdin a ine d’entréles de se s’évellàe. Aloure a s’étirolle, é jhite d’abord seùgnement devér le soulall ine aviante petite bréngalle qui pet poént faere de màu. Si ol ét quesciun d’ine bréngalle de radi ou de rousàe, ol ét poussiblle de la laechàe prfitàe coume a vaut. Mé si ol ét quesciun d’ine mouvaese arboulajhe, fàut arboulàe la pllante auste, désqu’ol ét poussiblle de l’acounétre. Mé ol avét daus granes épourablles su la pllanéte dau prénçot… Ol étét lés granes de baobabs. Le soulajhe de la pllanéte en étét aniai. Pi in baobab, si le munde s’en oçhupant trot tard, ol ét pu jhamae poussible de s’en delapassàe. L’encanche tote la pllanéte. Le la crve ac sés racines. Pi si la pllanéte ét trot petite, é si lés baobabs sant de trot dessu, le la fasant petàe.

« Ol ét ine quesciun de diciplline, me disét mae tard le prénçot. Quoure qu’i avun fini noutre pllume dau matin, o fàut faere bén coume o fàut la pllume de la pllanéte. O fàut s’oubllijhàe pllanjhement a arboulàe lés baobabs désque le se disténgant daus rousàes a qui que le revenant grous quoure que le sant réde jhénes. Ol ét in ouvrajhe vrae vassant, mé vrae aesi.»

Pi in jhor le me cunsellit de me tabutàe a abounàe ine béle rimajhure, pr bén faere rentràe çheù den la taete daus draules de che màe. « Si le véyajhant in jhor, que le me disit, o perat lou sarvi. A daus fés ol ét sen a-de-màus de laechàe pr mae tard soun ouvrajhe. Mé, si ol ét quesciun daus baobabs, ol ét trjhou ine avrdàie. I ae couneghu ine pllanéte, voure que rechtét in fllanbi. L’avét méssognai tràes petits abres… »

É, ac lés boutrances dau prénçot, i rimajhi quéle pllanéte. I aeme poet ghére prendre le tun d’in moralisce. Mé le danjhàe daus baobabs ét si poe couneghu, é lés risques prenghu pr quau qui s’écarterét den in astéroide sant si graves, que, pr ine fés, i fé éccépciun a moun échapajhe. I di : « Lés draules ! Défiéz vous daus baobabs !» Ol ét pr préveni més amis d’in danjhàe que l’abouchiant dépeù luntenps, coume màe-ménme, sen le counétre, qu’i ae tant ouvrajhai quéle rimajhure-lae. La léçun qu’i dounae en valét la paene. Ve vous demanderéz vantàe : Prquàe qu’ol at poet, den quou livre, d’àutres rimajhures oussi grandiouses que la rimajhure daus baobabs ? La répounance ét bén sénplle : I assayi mé i poghi poet abounàe. Quoure qu’i rimajhi lés baobabs i étét émouvai pr le ressentiment de la chaumance.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel