Le Prénçot VI
Le Prénçot VI




Ah ! Le prénçot, i cunprenghi, a cha petit, de maeme, ta petite vie mérancolique. T’avàes oghu luntenps coume dévrtissement que la douçour daus couchements de soulall. I aprenghi quou novea détall, le quatriaeme jhor au matin, quoure que te me dissis :

« I aeme bén lés couchements de soulall. Alun vér in couchement de soulall…

Mé fàut ateni…

Ateni quàe ?

Ateni que le soulall se couche. »

Te senbllit réde mévoe d’abord, pi t’as jhobllinai de tàe-maeme. É te me disis :

« I me cré core che màe ! »

De fét. Quoure qu’ol ét méjhor aus États-Unis, le soulall, tot le munde z-ou sét, se couche su la France. O basterét de pere alàe en France en ine minute pr assestàe au couchement dau soulall. Malurousement la France ét bén trot lén. Mé, su ta si petite pllanéte, o te bastét de tiràe ta chaere de quauques pas. Pi t’argardàes la brunesie cha fés que te z-ou deguenàes…

« In jhor, i ae véyu le soulall se chouchàe quarante-quatre fés ! »

Pi in petit mae tard t’apéçàes :

« Te sés… quoure que quauqu’in ét télement amorni, l’aeme lés couchements de soulall…

Le jhor daus quarante-quatre fés, t’étàes dun télement amorni ? »

Mé le prénçot répounit poet.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel