Le Prénçot VII
Le Prénçot VII




Le cénquiaeme jhor, trjhou a cause de l’oelle, quou segrét de la vie dau prénçot me sit émudai. Le me demandit tot braque, sen enferàie, coume le frut d’in proublléme luntenps remachai sen brut :

« Ine oelle, si a menjhe daus petits abres, a menjhe lés flleùrs étou ?

Ine oelle menjhe tot çheù qu’a rencuntre.

Ménme lés flleùrs qu’avant daus picots ?

Voué. Ménme lés flleùrs qu’avant daus picots.

Aloure lés picots, a quàe que le sarvant ? »

I z-ou savàe poet. I étàe aloure réde oçhupai a assayàe de dévissàe in chevellai trot sarai de mun moteùr. I étàe vrae sorcellous pasque ma pane coumencét de me paraetre réde grave, pi l’aeve a bére qui s’éçhuchàe me fasét créndre le pire.

« Les picots, a qui que le sarvant ? »

Le prénçot renunciét jhamae a ine quesciun, ine fés que le l’avét demandàie. I étàe aghinai pr mun chevellai é i repouni n’émporte déque :

« Lés picots, o sart a de rén, o vént rén que de la chétivetai daus flleùrs !

Oh ! »

Mé apràe ine sogue le me garochit, ac ine manére de grgne :

« I te cré poet ! Lés fllours sant fragues. A sant nices. A se rassurant coume a pevant. A se créyant épourablles ac lours picots...

I répouni rén. De quou tenp i me disi :

« Si quou chevellai vaut poet se léchàe faere, i le ferae coti d’in cop de martea.» Le prénçot déturbit core més sunjhances :

« É te crés, tàe, que lés fllours…

Me nun ! Mé nun ! I crés rén ! I ae repounai n’énporte déque. I m’oçhupe, màe, de chouses sériouses ! »

Le m’argardit ébaroui.

« De chouses sériouses ! »

Le me véyét, mun martea a la mén, é lés déts nérs de calard, çhénchai su ine chouse qui li sénbllét réde zirablle.

« Te causes coume lés grandes prsounes ! »

O me fasit in petit hunte. Mé, sen pidai, l’apécit:

« Te cunfunds tot… te maeles tot! »

L’étét aghinai vrae de vrae. Le craulét den le vent daus piàus tot asorais :

« I counèu ine àutre pllanéte voure qu’ol at in mossieù rojhe coume in pabou. L’a jhamae alenai ine fllour. L’a jhamae argardai ine étéle. L’a jhamae aemai prsoune. L’a jhamae rén fét d’àutre que daus adiciuns. Pi tote la jhornàie le repéte coume tàe : « I seù in oume sérious ! I seù in oume sérious ! », é çheù o le fét se gormàe. Mé ol ét poet ine oume, ol ét in potirun !

In quae ?

In potirun ! »

Le prénçot étét avoure tot bllan de coulére.

« Ol at daus milluns d’annàies que lés fllours fabricant daus picots. Ol at daus milluns d’annàies que lés oelles menjhant quant maeme ménme (oubli) lés flleùrs. É ol ét poet sérious de trchàe a cunprendre prquàe qu’al arçhinant tant pr se fabricàe daus picots qui sarvant jhamae a rén ? Ol ét poet cunséquent la ghaere daus oelles é daus fllours ? Ol ét poet mae sérious é mae cunséquent que lés adiciuns d’in grous mossieù rojhe ? É si i couneù, màe, ine fllour unique au munde, qu’éxiste a nule part, sàuve den ma pllanéte, é qu’ine petite oelle pet acassinàe en rén qu’in cop, de ménme, in matin, sen avér aprçue de çheù qu’a fét, ol ét poet cunséquent çheù ! »

Le bassit, pi reprenghit :

« Si quauqu’in aeme ine fllour qu’éxiste rén qu’a in modéle den daus milluns é daus milluns d’étéles, o baste pr que le séjhe urous quoure que lés argarde. Le se dit : « Ma fllour ét lae, quauque part… » Mé si l’oelle menjhe la fllour, ol ét pr li coume si, aranti, totes lés étéles se tuiant! É ol ét poet cunséquent çheù ! »

Le poghit rén dire en su. Le s’en pernit a sés élls. La neùt étét venue. I avàe lachàe més aplléts. I me foutàe bén de mun martea, de mun chevellai, de la sàe pi de la mort. Ol avét, su ine étéle, ine pllanéte, la méne, la Tiare, in prénçot a recunsolàe ! I le prenghi a braçàies. I le brçàe. I li disàe : « La flleùr que t’aemes ét poet en danjhàe…I li rimajherae in mouràud, a toun oelle… I te rimajherae ine armure pr ta fllour… I … » I savàe poet trot quàe dire. I me sentàe maladrét. I savàe poet coument le jhéndre, ou le rejhéndre… Ol ét télement mistaerious, le paes daus égraemes !




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel