Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Mots bretons dans le gallo - Forum langue d'oïl - Forum Babel
Mots bretons dans le gallo

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum langue d'oïl
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Sunday 30 Mar 14, 23:22 Répondre en citant ce message   

Je connais dans le gallo de Cancale plusieurs mots d'origine bretonne presque certaine :
- les bronnes : les seins (breton bronn de même sens)
- des margates : des sèches (breton mor-gad)
- les maos : les bas-bretons (breton mao : gaillard)
- des braies : des pantalons (breton bragou mais ce mot existe aussi en provençal)

D'autres expressions relève d'une influence possible du breton :
- y fait d'la pl.lèye : il pleut (peut-être un calque du breton glao a ra)
- eune orage : un orage (même genre qu'en breton, mais même le français standard a connu des évolutions de genre)

On peut se poser une question : cette parenté résulte-t-elle d'une conservation de mots bretons là où cette langue n'est plus parlée depuis des siècles ou s'agit-il de termes apportés par le contacte avec des Bas-Bretons ? On pourrait, je le pense, trancher la questions en enquêtant sur l'usage de ces mots en Haute-Bretagne mais aussi dans la Manche et en Vendée. Si ces mots sont connus dans toute la Haute-Bretagne mais nulle part ailleurs, alors la première hypothèse est vraie. Si ces mots sont inconnue en Haute-Bretagne dès qu'on s'éloigne des côtes et qu'ils sont au contraire utilisés sur les côtes normandes et vendéennes, alors c'est la seconde hypothèse qui est pertinente.


Dernière édition par Jeannotin le Wednesday 07 May 14, 18:39; édité 3 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
le Berton



Inscrit le: 11 Jan 2008
Messages: 134
Lieu: Bretagne

Messageécrit le Saturday 05 Apr 14, 9:52 Répondre en citant ce message   

Je connais les bronnes, même si c'est plutôt pour les animaux, c'est donc l'équivalent de "mamelles" plutôt que "sein".
Et le verbe Bronner: têter

Le problème, c'est qu'on le retrouve aussi bien dans le Maine qu'en Normandie...

Il est possible qu'il soit connu sous une autre forme dans le reste de la France, l'influence du breton a sans doute donner "bronne" pour le Nord-ouest de la France.
Par contre Braie, c'est français et ça vient du gaulois.

Le Gaulois et le Breton sont deux langues celtiques, il est difficile parfois de différencier les deux. Beaucoup mots d'origines gauloises sont passés dans le français
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Saturday 05 Apr 14, 10:15 Répondre en citant ce message   

D'après Pierre Gastal, Sous le français, le gaulois: Histoire, vocabulaire, étymologie, toponymie
*BRONIA : « sein », « mamelle ». ▻ A donné en dial. manceau bronner (têter) et vx fr. broigne (justaucorps de cuir couvrant la poitrine). ▻ Cf breton bronnan (allaiter), bronn et gallois bron (sein), irl. bruinne (poitrine).
Pour la broigne, cf.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Broigne
mais surtout
http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?p=198105#198105
http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?p=198319#198319
dans le MDJ Panzer
ainsi que l'étymologie de Brunnhilde dans le fil Burgunder/Burgunden.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Sunday 06 Apr 14, 16:09 Répondre en citant ce message   

Merci pour vos contributions sur le mot bronne. Je crois qu'il existe une carte sein dans l'Atlas linguistique de France, savez-vous si on peut la trouver sur internet ?

Je ne pense plus que le genre d'orage à Cancale soit le fait d'une influence bretonnante, une brève dans le Pour la science du mois de février le donne parmi des mots français ayant changé de genre. Le féminin n'est donc qu'un archaïsme.

Je suis d'accord sur ce qui a été dit du mot braie, je crois que ce mot a une répartition assez importante en France.

Connaissez-vous d'autres mots gallo dont vous soupçonnez une origine bretonne ? Il semblent en tout cas très peu nombreux, si on compare par exemple au nombre de mots basques en gascon.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Monday 14 Apr 14, 17:34 Répondre en citant ce message   

Dans le gallo de Saint-Gilles-le-Vieux-Marché, sur la frontière linguistique et très à l'intérieur des terre, les mots : margate, bronne et mao que j'ai cité pour le gallo de Cancale sont inconnus. Par contre, j'ai relevé :
- eune beìte de chfa : un cheval (calque du breton ur loen-kezeg ?)
- j'seu restë beìte : je suis resté interloqué (bretonnisme bien connu des Bas-Bretons)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Friday 09 May 14, 19:37 Répondre en citant ce message   

J'ai également relevé, dans le patois de Saint-Gilles-le-Vieux-Marché, le mot suivant :

- guénoù [ge'now] : bonbon, j'vas t'donnë des guénoùs, et aussi couille : j'allons faire caüpë [couper] les guénoùs au marcaùd-ilë (même métaphore qu'en français). Viens peut-être du breton genoù bouche et qui s'entend ['ge:now] dans certains des parlers archaïsants qui bordent la frontière linguistique.

On notera l’absence singulière de palatalisation du g initiale qui me fait penser à un empreint récent et imparfaitement assimilé. Mon informatrice prononce parfois [dʒe'now] puis elle s'autocorrige pour prononcer [ge'now]. Cela renforce mon opinion sur l'étrangeté de ce mot pour le système phonétique du gallo. Il me faut cependant signaler que son mari est bretonnant et qu'elle connait le mot breton, sous la forme non-palatalisée : ['ge:now].

Daniel Giraudon, natif de Binic (22) écrit, dans Gallo et Galloïsmes :
Citation:
ils venaient chercher des bonbons, des p'tits guénaos

(graisse de l'auteur)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Tuesday 13 May 14, 12:30 Répondre en citant ce message   

Ce livre présente à la page 73 des cartes d'isoglosses de mots supposément empruntés au breton.

http://books.google.fr/books?id=ZUxMXbKEqgYC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

- bran : son de farine. Il est assez contestable qu'il s'agisse d'un emprunt au breton. Ce mot est plutôt une survivance du gaulois conservée dansune bonne partie de la France.
- gâpas : paille hachée du breton gwaspell ['gwaspəl]
- trinchon : breton triñchon ['trichən] (oseille ?)
- héjeuse : je ne reconnaît pas le mot breton dont cela est censé provenir.
- berlu : breton burlu ['byrly] (digitale ?)
- pobran : breton pao-bran [paw'brã:n] (jacinthe des bois ?)

Je n'ai jamais rencontré trinchon, héjeuse, berlu ni pobran en gallo. Quand je connaissais le mot breton correspondant, j'ai indiqué son sens mais je ne puis garantir que ce soit le même en patois.

La répartition de ces mots montre qu'il ne s'agit pas de mots apportés par les contact avec les Bas-Breton. En effet, ils ne sont pas localisés sur les côtes où le long de la frontière linguistique. Il s'agit bien de survivances de l'époque où une partie de la Haute-Bretagne était bretonnante. Même s'il passe un peut plus à l'ouest, l'isoglosse gâpas rappelle singulièrement, par sa forme, la limite orientale des toponymes bretons. On retrouve l'influence romanisante de Rennes (ville qu'y ne passe pour bretonne qu'en raison de jeux politiques périmés depuis cinq siècles et qui n'a culturellement rien de breton) et d'autres grandes villes, qui créent comme un "coin" qui s'enfonce dans la vraie Bretagne.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Tuesday 27 Jan 15, 18:17 Répondre en citant ce message   

- flèche : carex, relevé à Saint-Gilles-le-Vieux-Marché. Exemple donné par mon informatrice : "La flèche, j'allions dans la jañné la caüpë o la griffe pou fëre la litiëre es beïtes" (le carex, nous allions dans la lande le couper avec la griffe pour faire la litière aux bêtes). Il me semble que ce mot doit être rapprocher du breton flach de même sens. Le breton de la Haute-Cornouailles, que l'on parlait dans la commune d'enquête avant son passage récent au gallo, remplace souvent les [a] par des [ɛ]. Flach provient de l'ancien français flache, lieu plein d'eau et de boue, lui-même issu du néerlandais vlacke, étang maritime.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Haut-Berrichon



Inscrit le: 27 Feb 2015
Messages: 30
Lieu: Saint-Amand Montrond

Messageécrit le Saturday 28 Feb 15, 19:33 Répondre en citant ce message   

Intéressant. Donc cela prouverait-il que le gallo est différent de l'angevin, du fait de ce substrat bretonnant?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Wednesday 04 Mar 15, 21:50 Répondre en citant ce message   

Vous faites une petite confusion qui me semble assez courante. Le gallo est plus proche des parlers du Maine que de ceux de l'Anjou. Il partage avec eux l'omniprésence du son [ə]. Les données de l'Atlas linguistique de France montrent plutôt bien cette parenté :

http://www.dialectometry.com/frankreich/index.php

Dans cette application java, il suffit de cliquer sur les communes de Plumelec ou de Crédin pour dessiner, en rouge, une aire d'affinité linguistique qui couvre le Maine mais non l'Anjou. Cliquer sur d'autres points d'enquête en Haute-Bretagne donne des aires qui recouvrent une bonne partie de la France d'oïl, dont Paris. Cela montre que le gallo est de toute façon peu différentié du français.

Je ne pense pas que le gallo soit différent du dialecte meuniot. Les bretonnismes que j'ai présenté ici sont peu nombreux désignent pour beaucoup des plantes sauvages, non commercialisées et dont les noms bretons étaient donc plus susceptibles d'être conservés. Il existe cependant une bande parallèle à la frontière linguistique et tardivement débretonnisée où l'influence bretonne ne touche pas seulement le lexique mais aussi la prononciation. Les consonnes finales des mots sont ainsi dévoisées en finale absolue ou devant une consonne dévoisée et il existe quelques rhotascismes qui rappellent le breton : sourè pour soleil là où l'on dit soulail, plus à l'est.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 16 Jul 15, 15:32 Répondre en citant ce message   

Le Glossaire du parler de Trémeur atteste de quelques emprunts au breton :
lucet : myrtille (breton luz)
nunu : digitale (breton boked nunu)
taraque : tique (breton teureug)
Il y en a peut-être d'autres.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum langue d'oïl
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008