Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
korrigan (breton) - Le mot du jour - Forum Babel
korrigan (breton)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 802
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 04 Apr 19, 21:33 Répondre en citant ce message   

Le nom korrigan [kɔ'ri:gɑ̃n] désigne en breton une espèce de lutin, souvent associée aux sites mégalithiques, parfois surnommés ti korriganed "maison de lutin".

Les korrigans sont connus des francophones, grâce notamment à un conte populaire breton Les Deux bossus et les korrigans, que l'on retrouve souvent dans les compilations à destination des enfants, telles les Histoires du Père Castor. Il s'agit d'une version du conte type 503 de la classification d'Aarne et Thompson que les frères Grimm ont également collecté et édité sous le titre Les Présents du peuple menu. On peut lire sur Wikisource la version collecté en Bretagne par François-Marie Luzel au XIXème siècle. Deux bossus surprennent les korrigans qui dansent la nuit sur la lande en chantant une chanson : "Lundi, mardi et mercredi". Le plus courageux des deux se mêle à leur ronde et ajoute le jeudi et le vendredi à la chanson. En récompense, les korrigans lui enlèvent sa bosse. Le lendemain, l'autre bossu le découvre, il retourne sur la lande, danse avec les korrigans et ajoute le samedi et le dimanche à la chanson. Ces mots déplaisent et il reçoit la bosse du premier bossu.

C'est sans doute à ce conte que fait allusion Michelet dans son Journal lorsqu'il écrit :

"En sortant de Quimperlé, premier dolmen, maison des korrigans, selon notre conducteur, ou nains, qui, certains jours de la semaine, vous arrêtent et vous forcent de danser avec eux."

Cette citation, trouvée par Moutik, est donnée par le Robert comme la première attestation du mot korrigan en français. En breton, la plus ancienne attestation ne remonte qu'au dictionnaire manuscrit de Pierre de Châlons (1641-1718). Le mot est pourtant ancien, comme le prouve sa formation, puisqu'il se compose de korr "nain", du diminutif toujours productif -ig-, mais aussi du diminutif archaïque -an.

L'Atla linguistique de Basse-Bretagne ne donne la forme korrigan, au pluriel korriganed [kɔri'gɑ̃:nəd/t], qu'en un point de Basse-Cornouaille et un point du Vannetais, mais sa variante phonétique torrigan occupe tout le Bas-Vannetais. La thèse de Favereau sur le breton de Poullaouen range korrigan parmi les mots rares et se contente de noter :

"korrigan'', compris en breton ou en français.

Korrigan est attesté dans le Diksionêr Kreis-Breizh, Gurvan Lozac'h l'a collecté au Huelgoat, probablement auprès du conteur Jean-Marie Le Scraigne :

Me vo da gontañ ur wech ur mod boutiked, korriganed
Je vais raconter une fois ce qui concerne les nymphes les korrigans


Le mot français korrigan accepte le féminin korrigane qui, nous le rappelle embatérienne est le titre d'un ballet de Widor. La version du Geriadur bras de Favereau donne divers pluriels bretons, surtout attestés en vannetais : korriganenn, torriganenn, korriganell, korriges...

Le mot korr "nain" existait déjà en gaulois : *corro-, attesté par l'anthroponyme Corus. Les attestations sont difficiles à débrouiller de celle de *coro- "fermeture", dont l'antonyme a donné notre breton digor "ouvert". On hésite ainsi sur la traduction de la ligne in dore core de la tuile de Châteaubleau : "dans une petite étable" ou "à porte fermée" ? Le gaulois *corro- remonte à un proto-celtique *kor-so- "coupé".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9752
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 3:57 Répondre en citant ce message   

Je vois plusieurs raisons pour placer cette racine celtique sous la dépendance de la racine indo-européenne *(s)ker- "couper (des parts de viande)" (voir la grande famille CORIACE), en compagnie de l'anglais short et du latin curtus (> français court et espagnol corto), entre autres. Cette famille aurait donc aussi une branche celtique au moins grâce à korrigan.
S'il y a des traces en toponymie, elles doivent être difficiles à distinguer de celles laissées par curtus.
Mais je m'avance sans doute trop et préfère laisser à de plus savants le soin de confirmer ou d'infirmer.
Juste une information encore : ni ce mot ni cette racine celtique ne figurent dans la nomenclature du livre de Pierre Gastal, Nos racines celtiques. C'est bien une des rares fois où je le prends en défaut !

Une question quand même : ce petit korrigan, dont j'ignorais jusqu'à hier l'existence, n'a-t-il pas des cognats dans les autres langues celtiques ? Il sonne tellement irlandais à mes oreilles...

Voir aussi Wikipedia.
Dans la version anglaise on trouve ceci : It is closely related to the Cornish word korrik which means "gnome". Voilà donc au moins un cognat.

Voir aussi toutes les crêperies et restaurants ayant nom "Korrigan" ou "Le korrigan"... Les Babéliens pourront désormais y frimer à table !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3423
Lieu: Nissa

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 8:54 Répondre en citant ce message   

La racine eurindienne *(s)ker- « couper » (cf. Pokorny (s)ker-4, (s)kerə-, (s)krē-) possèderait déjà de nombreux représentants celtiques. Voici ce qu'en dit Pokorny, où j'ai un peu traduit l'allemand pour la clarté :

air. scar(a)im (*skerā-mi) `ich trenne [je sépare]', cymr. ysgar `Trennen [séparation]', gwa-sgar `zerstreuen'; Kaus.-Iterativ air. scu(i)rim `spanne die Pferde ab [dételer les chevaux ?]', scor `Gehege für abgespannte Zugtiere [enclos pour bêtes de trait dételées ?]';
auf einem to-Partiz. dazu beruht mir. aurscartad (*air-uss-scart-) `Fegen, Reinigen [balayage, nettoyage]', diuscart(a)im (*dī-uss-scart-) `entferne [enlève]'; cymr. ysgarthu, dyscarthu `reinigen [nettoyer]', ysgarth `Kehricht, Spülicht [ordures]', carthen `purgatoria' u. dgl.;
mir. scairt `Netz um die Gedärme, Zwerchfell [crépine, diaphragme]'; ir. cert `klein [petit]';
nicht sicher [non sûr] belegt ist mir. coire `Schwert [épée]' (s. unten got. haírus); ir. curach, cymr. corwg, cwrwg `Hautboot [coracle]' zu gr. κώρυκος?


Mais il est difficile de séparer cette racine de *(s)ker-1 « rétrécir » de Pokorny dont les extensions en dentale du germanique méritent un arrêt :

mit Dental-Erweiterung: norw. dial. skranta `mager werden [maigrir]' (usw.);
mhd. schraz, mit germ. d: ahd. scrato `larvae, lares mali, pilosus', nhd. Wald-schratt, mit germ. tt: aisl. skratti `monstrum, Zauberer [magicien]', schwed. skratte `Kobold, Gespenst [revenant]', ahd. scraz, screz, mhd. schraz, schrez `Kobold', nhd. bair. schrätz `im Wachstum zurückgebliebener Mensch [adolescent arriéré ?]';
norw. skrinn (*skrenþa-) `dürr, mager, unfruchtbar [maigre, malingre, stérile]'; skreda `Schwächling [faiblard]', mnd. schrāde `dünn, mager, kümmerlich [maigre, misérable]'; lit.skrentù, skręsti `sich mit einer trockenen Kruste beziehen [se rapportant à une croûte séchée ?]';


En fait, seul le suédois skratte « kobold » pourrait évoquer notre korrigan mais, hélas, les outils de Lexilogos ne nous montrent proches dans cette langue que skratte « rire » et skratta « ricaner » …

D'aucuns diront que le ricanement est un des traits du Petit Peuple, mais moi, I resign.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9752
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 9:18 Répondre en citant ce message   

Qu'en est-il de ir. cert `klein [petit]' ? Que signifie "ir." ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3417
Lieu: Massalia

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 9:43 Répondre en citant ce message   

Juste une précision sur la citation de Pokorny , afin de mieux éclaircir ce qu'il dit :
Citation:
Nicht sicher belegt ist mir. coire Schwert
=
Le mot du moyen irlandais Coire = épée n'est pas attesté de façon certaine ( comme venant de cette racine ) .

@ Papou : mir. = moyen irlandais

@ Outis :

Citation:
im Wachstum zurückgebliebener Mensch [adolescent arriéré ?)

Cela signifie " une personne dont la croissance physique s'est arrêtée" .Comme Toulouse-Lautrec, par exemple.


Dernière édition par rejsl le Friday 05 Apr 19, 12:35; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9752
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 10:26 Répondre en citant ce message   

Et ir. signifie donc irlandais. Je m'en doutais un peu mais sait-on jamais.
J'ai demandé à Google ce que cert signifiait en irlandais et j'ai obtenu "panier"... Ça doit être un homonyme.

(Un peu plus tard)
Dans le dictionnaire eDIL gaélique>anglais, et dans lui seul, j'ai effectivement trouvé cert "small, little".
(Il y a des homonymes, mais aucun avec le sens de "panier"...)
Deuxième cognat, probablement.
(NB : Quand je parle de cognat, je ratisse moins large que Pokorny, je me contente du sème "petit, nain, court")
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
anton-sklaer kasteler



Inscrit le: 22 Jul 2006
Messages: 18
Lieu: Bro Neñnèit

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 11:25 Répondre en citant ce message   

[reproduction d'un ancien message posté le 16 sep 07]

Le korrigan (pluriel korriganed) est un personnage légendaire breton, chaque pays breton a ses propres korrigans:
En Léon et Cornouaille côtière : c'est le "Korik", dans le Léon, centre Bretagne et Trégor, c'est "Kornandon", dans le vannetais : "Korrigan", "Spontailh" "Torrigan", "Nozegan", "Fozegan", dans la Basse Vilaine c'est Poulpikan, dans le nantais : "Kourikan" et "Crapadoz", En Ille et Vilaine c'est "gnome Fion" ou "Jetin"

Mis à part les deux derniers qui sont d'origine romane, les autres sont généralement formés de "korr" (dans korik, korrigan, et kourikan par exemple) qui signifie "nain" en breton, du diminutif "ig" et de "an" (encore un diminutif), le nom est souvent en rapport avec l'activité ou le lieu de vie du nain : spontailh (spont= effroi), fozegan (Foz= fossé), poulpikan (poull = étang).

On attribue souvent les menhirs et dolmens comme lieux de vie aux Korrigans, chaque endroit a son histoire de korrigans, mais la trame de l'histoire est souvent la même (les korrigans gardent un trésor, caché sous un dolmen), dans beaucoup de légendes on retrouve une certaine "reine" des korrigans".

Étant de Loire Atlantique j'ai entendu ces trois histoires : une légende met en scène la reine des "kourikaned" à Batz sur mer, où un habitant découvre le trésor de la "grotte aux korrigans" (site naturel situé entre le Pouliguen et Batz), on attribue aussi la garde du trésor de la cité engloutie du roi Waroc'h à des korrigans au large de Piriac, enfin en Brière les marais seraient hantés par les crapadoz.

La légende la plus connue de korrigans, est celle des deux bossus, le premier découvrant les korrigans en train de danser leur chante une chanson : "dilun, dimeurzh, dimerc'her aio'ta aio'ta ! ha diriaou ha digwener aio 'ta aio'ta" qui signifie "lundi, mardi, mercredi aio'ta aio'ta ! et jeudi et venredi aio'ta aio'ta. En récompense les korrigans lui enlèvent sa bosse, l'ancien bossu va raconter son aventure à son ami bossu, qui va rejoindre les korrigans, et chanter un autre couplet "ha disadorn ha disul, setu echu ar sizhun" (et samedi et dimanche voilà la semaine est finie", mais ayant prononcé le jour saint, les korrigans le punissent en lui rajoutant une deuxième bosse.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11122
Lieu: Lyon

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 12:16 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
Les korrigans sont connus des francophones, grâce notamment à un conte populaire breton Les Deux bossus et les korrigans, que l'on retrouve souvent dans les compilations à destination des enfants, telles les Histoires du Père Castor.

Ce n'est pas par ce conte que j'ai eu connaissance des korrigans.
Dans les années 80, deux clubs de football de Vannes jouaient en 3ème division : le Véloce et l'UCK.

- L'Union Clissons Korrigans (plus connue sous le sigle UCK) est un club sportif de Vannes (Morbihan). Depuis 1992, il a fusionné avec la NEF (Nouvelles Équipes féminines) au sein de l'UCK-NEF. L'UCK prit le nom de FC Vannes en 1991, puis fusionna avec le Véloce en 1998 sous le nom de Vannes Olympique Club. [ Wikipedia ]

Que signifie clissons / Clissons ?


Jeannotin a écrit:
Le mot est pourtant ancien, comme le prouve sa formation, puisqu'il se compose de korr "nain", du diminutif toujours productif -ig-, mais aussi du diminutif archaïque -an.

Un korrigan c'est donc un tout petit nain ! sourire


Lire les Fils suivants :
- Créatures & animaux imaginaires
- nain (Dictionnaire Babel)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3825
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 12:17 Répondre en citant ce message   

Le korrigan est connu pour être une sorte de génie (ou gnome ?) qui dérobe les enfants.
On le trouve en particulier dans le Barzas Breiz de Villemarqué (chants populaires de Bretagne, 1839)

quelques extraits :
Les principaux agents surnaturels de la poésie populaire de Bretagne, sont les nains et les fées.
Les noms généraux de celles-ci sont Gan, ou Gwen, korr ou korrig, qui, réunis, donnent korrigan et korrigwen.

Nous pensons donc que nos fées Bretonnes portent le même nom que les prêtresses et déesses des nations celtiques; mais ce n'est pas le seul trait qu'elles aient de commun avec elles.

Leur but, en volant les enfants, est, disent les paysans, de régénérer leur race maudite. C'est aussi pour cette raison qu'elles aiment à s'unir aux hommes: pour y arriver elles violent toutes les lois de la pudeur en se laissant profaner, tantôt comme la prêtresse Gauloise, tantôt comme la nymphe antique.

Les êtres qu'elles substituent parfois aux enfants des hommes, sont comme elles de la race naine et passent pour leur progéniture; comme elles, ils portent les noms de korr, korrig et korrigan, qui s'appliquent aux deux sexes. On les appelle aussi kornandon, gwazig-gan (petit homme-génie), et dus ou lutin.


Villemarqué cite Le Gonidec pour le sens : korr (diminutif korrig) : nain, naine.


Et cette histoire :
Le seigneur Nann et la Korrigan : Aotrou Nann hag ar C'horrigan

Dans cette histoire, ce n'est pas l'enfant mais le seigneur Nann qui meurt.
Villemarqué fait un rapprochement avec une histoire répandue au Danemark et en Suède :
Sire Olaf dans la danse des Elves

De même pour Grimm dans sa Deutsche Mythologie :
In Bretagne the korr, pl. korred answers to our elf, the korrigan to our elfin.
je reproduis la traduction en anglais

On peut aussi évoquer le Roi des Aulnes de Goethe : le titre allemand Erlkönig peut faire penser à un aulne (c'est en tout cas ainsi que le lit un Allemand) mais l'origine est danoise et il s'agit d'un elfe : le roi des Elfes.
La confusion est venue dans le passage du danois à l'allemand.

Du coté de l'anglais, L'Oxford etymological dictionary présente l'origine du terme comme bretonne (Villemarqué). Il signale aussi le cornique coryk
la première attestation date de 1855 :
The History of Sir Thomas Thumb, de Jemima Blackburn
In Glamorganshire there is a like legend, though there, as in Brittany, the remedy is slightly different. We subjoin a prose translation of one of Villemarque's collection of ballads, from the dialect of Cornouailles. According to the religious spirit which mixed in all the Breton popular legends, it is to the Blessed Virgin that the mother has recourse in her distress, with a supplication too touching and characteristic to be omitted.

"Mary is in deep distress; she has lost her dear little Louis; the Korrigan has taken him"

Le Korrigan s'est emparé du pauvre petit Louis
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3825
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 12:51 Répondre en citant ce message   

José a écrit:
Que signifie clissons / Clissons ?

Il s'agit d'une union (fusion) entre deux clubs. Donc, deux noms propres. Peut-être lié à Olivier de Clisson ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11122
Lieu: Lyon

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 13:18 Répondre en citant ce message   

Oui, ce sont deux patros.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3215
Lieu: Paris

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 14:19 Répondre en citant ce message   

José a écrit:
Jeannotin a écrit:
Jeannotin a écrit:
Le mot est pourtant ancien, comme le prouve sa formation, puisqu'il se compose de korr "nain", du diminutif toujours productif -ig-, mais aussi du diminutif archaïque -an.

Un korrigan c'est donc un tout petit nain !

Dans le dictionnaire celto-breton ou breton-français de Le Gonidec (1821),
https://books.google.fr/books?id=5q8aEAp2hCMC&pg=PA107#v=onepage&q&f=false
on distingue effectivement
Korr : le nain, celui qui est d'une taille beaucoup plus petite que la taille ordinaire
et le
Korrik : Petit nain, on entend plus particulièrement par ce diminutif une sorcière, une fée.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9752
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 14:40 Répondre en citant ce message   

Tout comme le qualificatif petit et ses équivalents dans d'autres langues, le diminutif a souvent une valeur affective, et l'on peut vouloir apporter cette notation à un être humain ou imaginaire petit par la taille, qu'il soit nain ou enfant. Il est alors peut-être raisonnable de penser que les suffixes -ig et -an n'en rajoutent pas sur la petite taille du korr mais qu'ils n'ont que cette valeur affective, car même malfaisant, le korrigan n'en reste pas moins "mignon". C'est plutôt un farceur qu'un démon, à ce qu'il me semble. Comme souvent les enfants.
On peut aussi vouloir traiter de "mignon" (par antiphrase euphémique) un être vraiment malfaisant pour tenter de l'amadouer. Cf. les Euménides.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1191

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 14:56 Répondre en citant ce message   

On aurrait donc :

korr liorzh "nain de jardin",
korrigan "nain des bois".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3825
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Friday 05 Apr 19, 16:53 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
Le mot korr "nain" existait déjà en gaulois

Dans le dictionnaire de la langue gauloise de Xavier Delamare (2003)
corro-, coro- : nain ? (ou fermé ?)
Il se retrouve dans des noms propres. Mais le sens n'est pas clair : est-ce l'idée de "nain" ou de "fermé" ?

Le vieil irlandais corr a deux sens (a priori distincts)
-pointu, saillant, inégal
-nain

le brittonique a *corros (nain) de *kor-sos (coupé)
d'où gallois et cornique cor, vieux breton corr (nain)

selon lui, apparenté au grec κορσόω (tondre), donc à κείρω (couper) (Chantraine), donc dans ce cas à l'indo-européen *(s)ker- (couper)

Voir aussi Celtic Lexicon :
*korro- : stunted, dwarfish (nain, rabougri)
*korro- : top, summit

L'anglais stunt est dérivé d'une racine germanique : *stunto- short, truncated (petit, tronqué)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008