Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
sémaphore (français) - Le mot du jour - Forum Babel
sémaphore (français)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Patriccke



Inscrit le: 10 Feb 2005
Messages: 434

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 15:23 Répondre en citant ce message   

Pour continuer dans la famille φόρος, si pour certains mots, ce qui est porté ou apporté est facile à deviner (par exemple la lumière pour le phosphore et la photophore), il y a d'autres mots où je sèche complètement. Sémaphore par exemple...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 Sep 2005
Messages: 1068
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 15:39 Répondre en citant ce message   

Cela m'étonne vraiment d'un Babélien. Cela ne vous rappelle pas la la racine de "sémantique", "sémiologie" ?
Un sémaphore est, sinon porteur de sens, du moins porteur de signes ("sèmes" en linguistique, du grec "semeion").
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patriccke



Inscrit le: 10 Feb 2005
Messages: 434

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 15:58 Répondre en citant ce message   

L'étymologie exacte de sémaphore n'était pas une évidence pour moi. Et le pire c'est que je n'en ai même pas honte.

En bon informaticien, je vois les sémaphores comme porteurs d'une autorisation et non d'un sens plus général. Idée confortée par le fait qu'un semáforo est un "feu rouge" dans plusieurs langues

Dans le doute je préfère toujours demander plutôt que de chercher de mon côté. Ca permet à tout le monde de profiter de la réponse
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 Sep 2005
Messages: 1068
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 16:06 Répondre en citant ce message   

Je n'ai aucune idée de la signification du mot en informatique.
Racontez, s.v.p. si c'est compréhensible pour le commun des mortels et faites-en profiter tous.

Sinon, je crois qu'un sémaphore peut aussi bien porter un feu rouge qu'un feu vert, non ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patriccke



Inscrit le: 10 Feb 2005
Messages: 434

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 16:31 Répondre en citant ce message   

Le cas le plus simple de sémaphore peut être vu comme un panneau libre/occupé. Il a pour but d'empêcher d'accéder à une donnée en cours d'utilisation.

Exemple simple typique: un compte en banque a un solde de 1000?, on y vire 100? et on y verse 50? en liquide. Sans protection, on pourrait avoir le scenario suivant:
1. Le "gestionnaire des virements" regarde le solde (1000) et commence à calculer 1000 + 100
2. Le "gestionnaire des versements" regarde le solde (1000) et commence à calculer 1000 + 50
3. Une fois 1000 + 100 calculé, le gestionnaire des virements écrit que le nouveau solde est 1100
4. Une fois 1000 + 50 calculé, le gestionnaire des versements écrit que le nouveau solde est 1050
Le virement est perdu. Fâcheux !

Le sémaphore permet de dire au gestionnaire des versements d'attendre que le gestionnaire des virements ait fini son calcul et écrit le nouveau solde

Pour la petite histoire, ceux qui en ont manipulé savent certainement que les primitives d'accès ont des noms néerlandais (merci monsieur Dijkstra): P(s) (Passeren) et V(s) (Vrijgeven)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 Sep 2005
Messages: 1068
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 16:50 Répondre en citant ce message   

Donc, c'est exactement comme le sémaphore des chemins de fer qui permet au train de passer (feu vert = la voie est libre) ou non (feu rouge = la voie est occupée).
Merci.
Je crois (d'après la chanson de Brassens "Les copains d'abord") que le mot s'emploie aussi dans la marine et il s'agit de différents signes (pas seulement libre et occupé).
Qui en sait qc ?

Toujours au sujet de l'élément -phoros /-phore :

Dans la théologie orthodoxe, on dit de l'?uvre du Christ : "Dieu est devenu sarcophore pour que l'homme puisse devenir pneumatophore."

sarcophore = porteur de la chair
pneumatophore = porteur de l'Esprit
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patriccke



Inscrit le: 10 Feb 2005
Messages: 434

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 17:05 Répondre en citant ce message   

Oui, sémaphore, semáforo, sémaphore de chemin de fer, tout cela est certainement lié.

La première fois que j'ai entendu sémaphore en français, il s'agissait d'un bâtiment sur la côte qui transmettait des informations aux bâteaux (j'étais jeune à l'époque pour penser à en demander plus)

Pneumatophore, voilà typiquement le genre de mots qui m'induit facilement en erreur. L'étymologie semble évidente, et pourtant on a vite fait de mal le traduire: par exemple "qui apporte de l'air" (ou qui porte des pneus, le bibendum quoi!)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 Sep 2005
Messages: 1068
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le Thursday 06 Oct 05, 18:51 Répondre en citant ce message   

Le mot pneu(matique) vient évidemment du grec "pneuma", qui veut dire souffle ou esprit. Il est normal que le sens soit voisin, non ?
On respire l'air. Dans le mot "respirer" il y a aussi l'idée d'esprit.
Spiro en latin = respirer, vivre même (d'où le proverbe : "Dum spiro spero = Tant que je vis, j'espère) est aussi la racine de spirituel, spiritualité etc.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9747
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 19 Jul 11, 18:25 Répondre en citant ce message   

Pour l'élément -phore, voir la grande famille FERTILE.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patrick



Inscrit le: 03 Apr 2007
Messages: 598
Lieu: Βέλγιο: Βαλλωνία

Messageécrit le Tuesday 19 Jul 11, 18:55 Répondre en citant ce message   

Juste une petite correction. Je lis que pour certains, un sémaphore est un feu rouge ! Ce n'est qu'une partie de la vérité.

C'est très étonnant de lire cela, car un sémaphore peut être rouge, orange, vert, jaune... il clignote ou alterne ses couleurs, voire reste fixe !

--> Rappel: σῆμα (sêma: “signe”), et-φωρος (-phoros), du verbe φέρω (porter)

Notre sémaphore a donc les couleurs changeantes ! Le sémaphore, ce n'est pas la couleur, "il porte les signes" qui ont des significations utiles mais variées.

Revenons un peu en arrière : le sémaphore à l'origine est un poste sur le littoral qui permet de communiquer de manière optique avec un navire en mer et ce depuis 1812 (cf. Le Petit Robert).
De même, le sémaphore est utile pour le conducteur de train puisque ce petit mat au bras articulé le long du chemin de fer lui indique si la voie est libre ou non. Il ne s'agit pas d'un signal lumineux ici.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
dawance



Inscrit le: 06 Nov 2007
Messages: 1695
Lieu: Ardenne (belge)

Messageécrit le Tuesday 19 Jul 11, 22:00 Répondre en citant ce message   

En effet, au départ il s'agissait de:
Citation:
L’alphabet sémaphore appelé dans la marine nationale signaux à bras est un moyen de communication visuelle utilisant des pavillons tenus à bout de bras pour coder les caractères de l’alphabet latin. Il est principalement utilisé par les officiers de la marine, surtout les militaires dans des conditions particulières (silence radio, entraînements) entre bateaux à proximité.(...) Ce code était couramment utilisé pour les communications entre les navires au début du XIXe siècle-Napolkéon Ier, avant l’invention de la radiotélégraphie puis de la radiotéléphonie. Il ne doit pas être confondu avec l’alphabet des pavillons, également utilisé dans la marine.
Cet alphabet ici:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alphabet_s%C3%A9maphore
Cet alphabet est également utilisé par les scouts pour le loisir. (NDLR: Celui que je connaissais)

Il existe deux alphabets sémaphores : le sémaphore traditionnel, et le sémaphore morse qui fait correspondre au point, au trait et à l’espace une position particulière des pavillons.
Voir aussi l'histoire du sémaphore sur Wikipedia à: "Sémaphore(signalisation maritime)", dont l'adresse est mal répertoriée.
En signalisation ferroviaire française, le sémaphore est un signal de cantonnement.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1191

Messageécrit le Wednesday 20 Jul 11, 1:42 Répondre en citant ce message   

L’article Sémaphore (signalisation maritime) que tu signales, Dawance, est intéressant et inclut de belles photos. Il parle de guetteur sémaphorique. Je pense que dans la Marine l’on dit plus souvent guetteur sémaphoriste, ou sémaphoriste, le terme administratif étant guetteur de la Flotte.

Si les sémaphores montrent encore des signaux, en particuliers des signaux de coup de vent, que plus beaucoup de gens ne surveillent, puisque il existe tant d’autres sources d’information, leur mission est surtout d’observer la mer et les mouvements des navires. Aujourd’hui il s’agit donc beaucoup plus de voir que d’être vu.

En France les sémaphores sont du ressort de la Marine nationale, mais il existe aussi un sémaphore civil, le seul à ma connaissance, à l’entrée de la rivière d’Étel. Sa fonction est plus conforme au sens étymologique puisque ce sémaphore porte un signal, une flèche orientable, destiné à guider les navires lors du passage difficile de la barre. En effet cette barre pouvant se déplacer d’un jour à l’autre, un balisage fixe serait inadapté. Bien entendu, comme aujourd’hui presque tous les bateaux sont équipés d’une radio VHF, le guidage se fait surtout par ce moyen. Le sémaphore est tenu par une sémaphoriste.

Ce signal s’appelle un mât Fenoux, du nom de son inventeur. Il en existait autrefois sur d’autres points de la côte, comme à Audierne. L’on a dit aussi mât-pilote.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9747
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 22 Feb 19, 7:01 Répondre en citant ce message   

L'élément séma-, dont il serait temps de parler, est issu du grec σῆμα [sêma] "signe (de toutes sortes), signal, marque". L'étymologie de ce mot, au moins d'après Chantraine, demeure obscure, en dépit du rapprochement tenté par certain avec le sanskrit dhyā-man "pensée", "ce qui va pour la forme mais moins bien pour le sens". Effectivement.
J'invite donc les esprits curieux à examiner la possibilité que ce mot puisse être d'origine sémitique (sans jeu de mots !).

Ils auront, selon leurs connaissances, compétences et curiosités diverses, la possibilité de se tourner vers une ou plusieurs des langues suivantes :
- Akk shumu, Heb shem, Syr shema, Meh ham, Hrs hem, Amh sem, Tig sem, Uga shm, Phoen shm.
Il s'agit d'une seule et même racine signifiant "nommer, donner un nom aux gens et aux choses, les désigner"
- Pour l'arabe, sans fausse modestie, je crois bien que la seule étude sérieuse sur le sujet soit de mon fait. On la trouvera à cette adresse.
On y retrouvera des choses dites à propos de la mousson.

On constatera (sous mousson, page 2) qu'Outis réfute évidemment l'hypothèse sémitique. Je le dis ici pour lui éviter d'avoir à se répéter. Il a ses respectables arguments. Les lecteurs jugeront. De plus savants que nous trancheront un jour, pièces en mains.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3420
Lieu: Nissa

Messageécrit le Friday 22 Feb 19, 12:51 Répondre en citant ce message   

En sanskrit le verbe DHYĀ-, présent dhyāyati « il pense » est classiquement rapprochée de DHĪ- « penser », dont les formes verbales sont moins claires.

Il faut poser des thèmes *dʰi-eh₂- > dhyā- et, au degré zéro de l'extension, *dʰi-h₂- > dhī-.

Avec une suffixation en -ma (< *mn) formateur de noms neutres indiquant le résultat du procès on obtient bien dhyāma « pensée » qu'il ne faut pas confondre avec l'adjectif dhyāmaḥ, -ā, -am « sombre, noir ».

En grec, exactement le même *dʰi-eh₂-mn aboutit tout aussi régulièrement (cf. Lejeune, Phonétique historique … pour les détails) à σῆμα, grec commun σᾱμα.

Voilà pour la forme. Reste le problème du sémantisme, qui ne trouble ni Mayrhofer (KEWA, s.u. dhyāma, t. II, p. 114), ni Schwytzer (GG, I 322) mais qui voit Chantraine un peu réservé. C'est son droit. Pour moi, je suis moins pointilleux, parmi les sens du verbe sanskrit, MMW note « to call to mind, recollect » [se rappeler, se souvenir] ce qui est bien exactement la fonction générale d'un signe. On n'oubliera pas qu'un des sens très courant du grec σῆμα est « monument funéraire », Pausanias en est truffé. J'accepte cette étymologie sans sourciller le moins du monde …

En fait, la seule difficulté sémantique qui apparaît entre *dʰi-eh₂-mn et σῆμα qui en est régulièremant issu, est que le premier indiquerait un résultat de l'action de penser (une pensée, nom d'action) alors que le mot grec dans son sens de signe indique quelque chose qui fait penser à (nom d'agent). On passerait en quelque sorte de la voix passive à la voix active.
Mais ce pourquoi cette subtile distinction ne me gêne nullement, c'est le statut particulier de la notion de penser qui peut aussi bien être perçue comme agie que subie, la pensée étant en quelque sorte réfléxive : penser que l'on pense étant un procès que les philosophes ont, à l'envi, compliqué. Et il est bien difficile en outre de connaître là-dessus le ressenti de nos ancêtres du Bronze récent.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9747
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 23 Feb 19, 7:36 Répondre en citant ce message   

1. J'ai lu Lejeune, trouvé le paragraphe où le sigma initial de σᾱμα est expliqué. Bien. On aurait aimé deux ou trois autres exemples, mais on fait confiance à l'auteur.

2. La nuit portant conseil, je vais quand même voir Chantraine à la recherche de ces autres exemples. Je n'ai pas le temps ce matin de tout vérifier, je me suis limité à sigma + alpha, et là, grosse surprise : je ne vois que des étymologies ignorées, obscures, douteuses, inexpliquées, et des emprunts à l'Orient. Un ou deux cas du type "Lejeune" et encore, plutôt avec un w en sanskrit qu'avec un y...
Si tu as d'autres exemples sous le coude avec un y en sanskrit, je suis preneur... Sinon, je les chercherai, ce soir ou demain. J'aime bien vérifier qu'une "règle" en est vraiment une. Pour le moment, en ce qui me concerne, je dirais que l'étymologie des mots grecs ayant un sigma à l'initiale reste majoritairement très problématique.

Finalement, moi, c'est plutôt la forme qui me gêne que le sens.

Car oui, le passage de l'actif (faire) au factitif (faire faire), termes que je préfère uitliser en l'occurrence, ne me gêne pas moi non plus, c'est monnaie courante. Sauf que la fonction d'un signe me semble plus proche du faire voir ou savoir que du faire penser. Mais je t'accorde qu'il puisse aussi avoir la fonction de "rappeler sous forme visuelle et ramassée une information donnée précédemment", une fonction d'activation de la mémoire. Pour que le signe parle, il faut qu'il ait d'abord été expliqué puis appris et mémorisé.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008