Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
calotte (français) - Le mot du jour - Forum Babel
calotte (français)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7667
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le vendredi 22 avr 16, 7:52 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Pour les sens de ce mot, renvoyons les lecteurs à l'article très bien fait du TLF.

Nous allons probablement nous attarder plus longuement sur son origine.
Voyons ce qu'en dit le même TLF :

Empr. à l'a. prov. calota, attesté au xiiies. par le lat. médiév., de même forme (1253, Marseille, cité par Bambeck Boden, p. 179) et au xves. ds Levy (E.) Prov. Le prov. est d'orig. obsc.

1. soit, le prov. ne possédant pas le mot-souche corresp., dér. avec suff. -ota (-otte), de l'a. fr. cale3 « coiffure », véhiculé par le franco-prov. où le mot est largement attesté (FEW t. 17, p. 79a)

2. soit
a) formé à partir du b. lat. calautica « sorte de coiffure pour les femmes » (ives. Scholia Ciceronis, p. 336 ds TLL s.v., 126, 81), lui-même d'orig. obsc. (Ern.-Meillet), avec assimilation de la finale au suff. lat. -otta (Bambeck Boden, loc. cit.; v. aussi DEI et EWFS2)
b) empr. à l'ar. kalláu̮ta « coiffure » (xiiies. d'apr. Cor., s.v. galota; v. aussi Dozy t. 2, p. 482a et Dozy (A.) Vêt., p. 387).

Dans ce second groupe d'hyp., cale3 « coiffure » est
- ou bien dér. régr. de calotte,
- ou bien un mot différent à rattacher à écale.

Vous avez compris ? Ce qu'on comprend surtout, c'est qu'on ne sait pas d'où sort le mot calotte. Il y a quelques candidats comme étymons possibles, mais comme ils sont eux-mêmes d'origine obscure, on n'est guère avancé.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
AdM



Inscrit le: 13 déc 2006
Messages: 367
Lieu: L-l-N (Belgique)

Messageécrit le vendredi 22 avr 16, 22:30 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Papou JC a écrit:
Pour les sens de ce mot, renvoyons les lecteurs à l'article très bien fait du TLF.

J'ajouterai quand même qu'en Belgique, la calotte désigne aussi plus spécifiquement un couvre-chef estudiantin, une toque d'astrakan portée par les étudiants (des universités et hautes écoles) catholiques.
(Voir le sujet Folklore estudiantin.)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7667
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le samedi 23 avr 16, 6:57 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Merci pour cet important ajout, et pour le renvoi. On consultera aussi avec profit la page calotte de Wikipedia.

Je reviens à l'origine du mot.

Il semble difficile que calotte, même emprunté au provençal calota, ne soit pas un diminutif de l'ancien français cale. Auquel cas il serait une variante de calette, dont Godefroy nous dit : diminutif de cale, sorte de bonnet. Il n'est pas sans intérêt que le même Godefroy, tout de suite après calette, nous donne le mot disparu calhotte "éteignoir de cierges". Je serais assez porté à penser que ce calhotte, au vu de sa forme obligée étant donné sa fonction, n'est lui aussi - avec influence de hotte - qu'un diminutif de cale et donc une autre variante de calotte. Pour faire bonne mesure, ajoutons la forme masculine calot.

À partir de là, à mon avis, ce n'est pas l'origine de calotte qu'il faut chercher, ni celle du provençal calota, mais celle du vieux mot cale, dont le TLF nous dit ceci :

Vx. ,,Coiffure de femme ou d'homme, petit bonnet à brides ; au xvie, ce bonnet se porta sans brides`` (Leloir 1961).
Étymol. et Hist. xiies. « filet pour retenir les cheveux, sorte de coiffe » (Adam Du Petit Pont, De utensilibus..., 91, 32 ds T.-L.); 1374 « sorte de bonnet » (Ol. de La Marche, Mém., t. I, ch. 1, p. 194 ds Gdf. Compl.); Rich. 1680 note ,,ces sortes de cales commencent à n'être plus en usage``. Terme du nord-est du domaine gallo-rom. (Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, FEW t. 17, p. 79a), d'orig. obsc.


Je m'arrête là, car la suite ne fait que reprendre les hypothèses vues plus haut.

Une mise en garde avant de poursuivre : les mots cale et calot ont plusieurs homonymes. Nous ne parlons ici que des mots ayant plus ou moins le sens de bonnet, couvre-chef.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7667
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le samedi 23 avr 16, 8:25 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Diverses hypothèses rencontrées :

1. cale serait un dérivé régressif de calotte (TLF) : pourquoi de calotte et pas de calot ou calette ? Cape est-il un dérivé régressif de capote ? Charles de Charlotte ? Ça ne tient pas debout.

2. cale serait à rattacher à écale (TLF et Robert historique) : je ne vois pas de rapport sémantique entre ces deux mots ; une chose est une coquille, qui est une enveloppe complète, et autre chose un bonnet qui couvre une partie de la tête. Quant à un rapport sémantique avec écaille, il est encore moins clair : une écaille est une partie d’un tout et qui a tendance à s’en détacher, ce qui n’est pas le cas d’un bonnet.

3. écale serait dérivé de cale, lequel viendrait du latin callum « peau dure » (P. Guiraud), ou plus exactement de son pluriel calla pris pour un féminin. Là je crois que Guiraud y va un peu fort : penser que le même mot latin a pu donner le cal des pieds et la cale de la tête, c’est pousser le bouchon un peu loin. Son obsession pour une origine gallo-romaine de la quasi totalité du vocabulaire français lui fait dire quelques sottises, me semble-t-il.

Quelqu'un a-t-il trouvé d'autres hypothèses ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 mars 2011
Messages: 2627
Lieu: Paris

Messageécrit le samedi 23 avr 16, 11:14 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Papou JC a écrit:
2. cale serait à rattacher à écale (TLF et Robert historique) : je ne vois pas de rapport entre ces deux mots ; une chose est une coquille, qui est une enveloppe complète, et autre chose un bonnet qui couvre une partie de la tête.

Le Robert historique dit, mais la chose reste un peu vague quand même :
Citation:
l'ancien français cale "filet, sorte de bonnet", dérivé de l'ancien écale* "brou, enveloppe extérieure de la noix", parce que le genre de coiffe désigné par calotte évoque le brou de la noix qui, à maturité, se détache de la coquille par le bas tout en y restant collé vers le haut.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Juglans_regia_Echte_Walnussfrucht_3.jpg?uselang=fr
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7667
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le samedi 23 avr 16, 11:19 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Pendant que les Babéliens s'activent fébrilement à la recherche de l'origine de cale, je fais une parenthèse pour parler de deux mots cités plus haut par le TLF :

1. L'arabe kalláu̮ta « coiffure ». Il s'agit en fait de كلّوتة kallawta - inconnu de Kazimirski - dont Dozy (Suppl. t. 2, p. 482) donne la définition suivante : bonnet qu’on portait avec ou sans turban.

Dozy ajoute : Je n’ose pas me prononcer sur l’origine de ce mot, qui est le français calotte. Le persan l’a aussi (كلوته kulūta).

De ce mot persan, voici ce que dit Johnson : a kind of veil of net-work worn by Persian ladies or a sort of angular cap wadded with cotton worn by children.
Ce mot pourrait être dérivé de كلاه kulāh défini ainsi par Johnson : a cap, cowl, night-cap, especially one worn by the Muhammadan monks or dervishes; also in general any similar head-dress. Pour Ali Nourai, ce mot se rattache par le pehlevi kulāf (même sens) à la racine IE *kel- couvrir, cacher. Nous y reviendrons.


2. Le latin călautĭca "sorte de coiffe pour les femmes" (Gaffiot)

Pour A Latin Dictionary, founded on Andrews' edition of Freund's Latin dictionary. revised, enlarged, and in great part rewritten by Charlton T. Lewis, Ph.D. and Charles Short, LL.D. Oxford. Clarendon Press. 1879 :
peut-être apparenté à καλύπτω [kalúptô], que l'on trouvera dans la grande famille CELER. Racine IE : *kel- couvrir, cacher.

Dans l'article que Chantraine consacre à ce verbe et à ses dérivés, on trouve κάλυμμα [kálumma] "voile" (notamment comme coiffure de femme) et καλύπτρα [kalúptra] "voile, mantille portée par les femmes".

J'avoue m'être demandé si le provençal calota n'avait pas lui aussi quelque lien de parenté avec ces mots grecs. La calotte du prêtre et le calot de l'enfant de choeur ont d'abord été et sont longtemps restés des couvre-chefs distinctifs des gens d'église, et le grec a longtemps été la langue de la religion chrétienne avant de céder la place au latin. Mais sémantiquement il semble peu probable qu'un voile ou une mantille de femme en soient venus à désigner un bonnet d'homme.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7667
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le samedi 23 avr 16, 19:44 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

NB : Il ne semble pas y avoir de rapport autre que fortuit entre les divers mots ci-dessus et le mot arabe قلنسوة qalansuwa qui a aussi le sens de calotte.

En revanche, je ne suis pas aussi sûr qu'il n'y en ait pas avec كلّة killa voile de femme ; moustiquaire. Plur. كلل kilal pompons ornementaux en laine rouge.

Je n'ai pas d'autre pièce à verser au dossier. La nuit portant conseil, à demain pour les hypothèses !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7667
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le dimanche 24 avr 16, 10:31 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le moment est venu, au moins pour moi, de conclure, disons de tirer quelques hypothèses de mes observations.

- La première observation, c'est que tous les mots du domaine indo-européen que nous avons rencontrés semblent bien être issus de la racine *kel- couvrir, cacher, notamment le visage ou la tête, pour les protéger du froid, des insectes, de la pluie, des coups, etc. C'est le point commun entre un bonnet et un voile, leur fonction protectrice. D'où le heaume français et le helmet anglais.
En effet, le k initial de cette racine devient h en germanique, mais il reste k en grec, c en latin et c en vieil irlandais. Dans ces deux dernières langues, le c est une graphie qui se prononce /k/, comme en grec.
Je fais l'hypothèse que cale est un vieux mot d'origine celtique qui pouvait avoir les deux sens de voile pour les femmes et de bonnet pour les hommes et les enfants. J'ai bien noté que c'est un terme de la Champagne, de la Bourgogne, et de la Franche-Comté, et j'ai lu quelque part que les Gaulois se couvraient la tête d’un bonnet d’étoffe ou de poil. Je laisse le soin aux historiens et aux spécialistes des langues celtiques d'infirmer ou de confirmer cette hypothèse. Si elle était confirmée, il faudrait ajouter une branche celtique dans la famille CELER.

- Deuxième observation : il semble bien que Nourai (ou sa source) se trompe lorsqu'il rattache le pehlevi kulāf et le persan كلاه kulāh à la racine indo-européenne *kel-, alors qu'il n'a aucun mot vieux perse ou avestique permettant de confirmer ce choix. En effet, si j'en crois Calvert Watkins, le k initial indo-européen devient th en vieux perse (puis s en pehlevi et en persan), et non k. Ce qui veut dire qu'il y a de fortes chances pour que le pehlevi kulāf (et le persan qui en est issu) soit plutôt d'origine sémitique, et apparenté à l'arabe كلّة killa voile de femme ; moustiquaire.

- Troisième observation : le cas de calotte est effectivement troublant. Il pourrait tout aussi bien
1. être un diminutif de cale, comme je l'ai dit plus haut.
2. être issu par le provençal calota d'un mot du vocabulaire clérical grec altéré mais dérivé de καλύπτω [kalúptô].
3. être issu par le provençal calota de l'arabe كلّوتة kallawta qui doit être un mot dialectal apparenté à كلّة killa mais que l'arabe classique n'a pas conservé.
4. être le résultat de la fusion de deux ou trois des étymons éventuels mentionnés ci-dessus.
Je doute qu'il y ait une cinquième possibilité.

Et je ne sais pas si des textes nous permettront un jour d'élucider la question...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008