Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
pacte (français) / *peh₂-G- [*pag-/*pak-] (eurindien) - Le mot du jour - Forum Babel
pacte (français) / *peh₂-G- [*pag-/*pak-] (eurindien)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3147
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 07 Aug 18, 10:04 Répondre en citant ce message   

Aisé à définir, pacte : Convention expresse ou tacite, en principe immuable, entre deux ou plusieurs parties. (TLFi)

Rien d'autre à en dire et, s'il est là, c'est en fait sous la forme PACTE, représentant privilégié d'une des Grandes familles de mots de notre ami JC Papou. Celui-ci a en effet attiré récemment mon attention sur celle-ci (je dois reconnaître à ma honte que je ne les fréquente guère, je ne suis pas un lexicographe et les listes de mots ne m'attirent guère). Mais, ayant été la lire (ce que je recommande), j'ai été surpris d'y voir réunis sous l'appellation de « radicaux » des éléments aussi variés que pai-, pay-, pac-, pag-, pal- et pel-.

Aussi, ce que je souhaite faire ici c'est de compléter son travail sur le plan phonétique en essayant de comprendre pourquoi un même thème a pris des visages si différents. Pour le sens de base, le français fixer suffit à s'imaginer la plupart des emplois et, pour le détail, se reporter au travail de JC Papou.

Examinons de plus près le thème eurindien que Pokorny note « pā̆k̂- und pā̆ĝ- » et que, de façon plus moderne, je note avec une laryngale *peh₂-G-eh₂ > ā tandis qu'au degré zéro h₂ > a bref, et où G désigne une gutturale sourde ou sonore, en fait un métaphonème dont la réalisation, k ou g dépendra du contexte et/ou de l'histoire du mot.

C'est ainsi qu'on aura au nominatif pāx « paix » < *peh₂-k-s car le s est sourd. Au contraire, pour pāgina « page » et pāgus « borne » c'est la présence d'une voyelle qui impose la sonore. En revanche, dans les formes fléchies de pāx comme le génitif pācis ou l'accusatif pācem la sourde k est analogique du nominatif et sera palatalisée en s dans un mot français comme paci-fier ou en tch dans l'italien pace.
Alors que paix est issu de l'accusatif pācem qui accentué sur le ā voit disparaître tout ce qui est post-tonique pour aboutir à un simple [pε] où le timbre ε hérite de la longue latine.

Le latin pālus « poteau » (à ne pas confondre avec palus « marais », cf. paludisme) est issu d'un *pā̆k-s-lo--lo- est un suffixe formateur de noms d'instrument (on ne peut déterminer la longueur initiale du a, le ā de pālus pourrait provenir de la simplification consonantique).

(à suivre)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
ElieDeLeuze



Inscrit le: 14 Jun 2006
Messages: 1555
Lieu: Allemagne

Messageécrit le Tuesday 07 Aug 18, 13:35 Répondre en citant ce message   

Outis a écrit:
C'est ainsi qu'on aura au nominatif pāx « paix » < *peh₂-k-s car le s est sourd. Au contraire, pour pāgina « page » et pāgus « borne » c'est la présence d'une voyelle qui impose la sonore. En revanche, dans les formes fléchies de pāx comme le génitif pācis ou l'accusatif pācem la sourde k est analogique du nominatif et sera palatalisée en s dans un mot français comme paci-fier ou en tch dans l'italien pace.

Juste une question : peut-on expliquer pourquoi cette consonne sourde par analogie au nominatif serait présente dans la déclinaison de pāx mais pas cette de rex ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3147
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 07 Aug 18, 14:41 Répondre en citant ce message   

Peut-être mais cela dépasse mes compétences. Ernout et Meillet se contentent d'un :
L'existence d'une double forme […] n'a rien que de naturel.
C'est moi qui ai fait l'hypothèse de l'analogie, banale solution de facilité, celle-ci ne s'exerçant qu'en fonction des usages parlés plus que suivant des règles : il ne s'agit en général que de fautes (attirance de formes et d'autres mots de la famille) qui deviennent des usages communs.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3147
Lieu: Nissa

Messageécrit le Thursday 09 Aug 18, 7:33 Répondre en citant ce message   

(suite)

Le dérivé thématique *peh₂-g-o-s, fournit l'adjectif grec πηγός [pēgós] (dorien πᾱγός [pāgós]) « bien fixé, solide » et le latin pāgus « borne » puis « district bien délimité », mot qui possède des dérivés intéressants.

Pour former ethniques et gentilés, le latin avait (entre autres) les deux suffixes -ensis et -ānus : sur Massilia, massiliensis > marseillais, sur burgus, burgensis > bourgeois, sur africa, africānus > africain, sur urbs, urbānus > urbain.
Sur pāgus ayant pris un sens territorial, on trouve les deux formations, pāgensis et pāgānus.
Les g intervocaliques vont évoluer en yod et, pour les deux, la deuxième syllabe portant l’accent (car longue), on aboutit à *pāyen et *pāyān. Ce dernier va donner païen (cf. ce MdJ) et le premier *pεyi (le i résiste à la nasalisation) et, le yod s'amuissant, pays, ce mot désignant primitivement un habitant (cf. encore mon pays, ma payse) sur lequel avec, cette fois, le suffixe -enc, on reformera paysan.

(à suivre)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 731
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 09 Aug 18, 11:29 Répondre en citant ce message   

Pour l'évolution pāgensis > pays, je ne crois pas que ça se soit tout à fait passé comme ça. Il doit s'agir d'un des nombreux cas de simplification du groupe -ns- > -s- à l'intervocalique en latin vulgaire. Voir sur ce point l'Appendix Probi : mensa non mesa ("table, et non tabe"). Dire que le i a résisté à la nasalisation est un anachronisme. La nasalisation est un phénomène surtout gallo-roman, qui est bien postérieur à la simplification -ns- > -s-, qui, elle, doit être pan-romane et dater des origine du latin vulgaire. Voici comment je vois les étapes intermédiaires de l'évolution pāgensis > pays :

pāgensem > *pāgese > *pāges > *pεyis > *pεyi > pays

Cette évolution permet, en plus, d'expliquer les formes romanes où le -s- s'est conservé (italien paese, espagnol país), ce qui n'est pas le cas de la forme intermédiaire **pāyen.

À part cela, merci beaucoup pour ce mot du jour extrêmement intéressant.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3147
Lieu: Nissa

Messageécrit le Thursday 09 Aug 18, 15:05 Répondre en citant ce message   

Merci de cette correction, je suis un peu léger en linguistique romane. Et j'oublie une fois sur deux de partir de l'accusatif ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3147
Lieu: Nissa

Messageécrit le Thursday 09 Aug 18, 17:17 Répondre en citant ce message   

(suite)

Sur le thème *peh₂-G- le latin comme le grec ont construit des présents à nasale.

À suffixe dans le grec πήγνυμι [pēgnumi] « coller, fixer », aoriste ἔπηξα [épēxa], adjectif verbal πηκτός [pēktós] « fixé, coagulé » d’après lequel les chimistes modernes ont nommé la pectine, ce polysaccharide à faire les confitures.

À infixe dans le latin pangō « attacher, fixer », parfait pepigi, adjectif verbal pactum « fixé », où l’on retrouve enfin le patriarche pacte de JC Papou. Malgré les tentations, pas de rapport avec le français méridional péguer « poisser, coller » qui dépend du latin pix « poix ».

Avec le degré zéro du thème, *ph₂-G-, on a le grec πάγος [págos] « rocher, falaise » mais aussi « sang figé » et « fleur de sel », sans oublier le composé πάγουρος [pág-ouros] « queue fixée > pagure », notre bernard-l’hermite dont une espèce terrestre, Coenobita clypeatus, peut faire partie des NAC !.

Je m'arrête ici, un peu lassé mais ayant aussi mieux compris d'où venaient quelques formes intrigantes. Il reste du travail mais il reste aussi des ouvriers. S'ils en ont l'envie, Jeannotin pourra nous expliquer comment le cas régime pluriel pels a évolué en pieu, et Ion pourquoi ἅπαξ [hápax] a pris le sens de « une fois ». Ou d'autres Babéliens, pourquoi pas ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9255
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 10 Sep 18, 16:49 Répondre en citant ce message   

Outis a écrit:
... où l’on retrouve enfin le patriarche pacte de JC Papou.

Non, PACTE est le nom de la famille. Ce que, dans les Grandes familles, j'appelle "patriarche", c'est la racine. Logiquement.

Outis a écrit:
... et Ion pourquoi ἅπαξ [hápax] a pris le sens de « une fois ».

N'étant pas Ion, j'avance timidement une explication.
- L'alpha initial, avec esprit rude, n'est pas le privatif mais le copulatif (terminologie de Chantraine.)
- Toujours dans Chantraine, on lit que παξ [pax] signifie "assez, ça suffit".
(Le glissement de sens de "La paix !" à "Assez !" est banal et universel, mais je le rappelle pour éviter d'éventuelles demandes d'explications.)
À partir de là, il faut supposer en amont un énoncé du genre "on rencontre ce mot à tel endroit, dans tel texte" ... "et c'est tout", autrement dit "et nulle part ailleurs", autrement dit "et cette seule fois".
Mais j'imagine qu'il y a belle lurette qu'un brillant helléniste a dit ou écrit cela quelque part.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3083
Lieu: Paris

Messageécrit le Monday 10 Sep 18, 18:27 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
- Toujours dans Chantraine, on lit que παξ [pax] signifie "assez, ça suffit".
(Le glissement de sens de "La paix !" à "Assez !" est banal et universel, mais je le rappelle pour éviter d'éventuelles demandes d'explications.)

Naguère les enfants anglais disaient aussi "Pax" là où nous disons "Pouce", dans les jeux. J'ai longtemps cru qu'il y avait un lien entre les deux mais il semble que non.
Le mot ne paraît plus être d'usage en Angleterre.
https://en.wikipedia.org/wiki/Truce_term
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 731
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Monday 10 Sep 18, 19:10 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Le glissement de sens de "La paix !" à "Assez !" est banal et universel

Le breton dit ràet poc'h, littéralement "donnez de la paix" pour "taisez-vous". Poc'h vient du latin pāx.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
dawance



Inscrit le: 06 Nov 2007
Messages: 1678
Lieu: Ardenne (belge)

Messageécrit le Tuesday 11 Sep 18, 17:49 Répondre en citant ce message   

Et en wallon sous une forme légèrement différente :
"lê-m' è paye ! [pa:j]", litt. laisse moi en paix, tranquille !
D'où l'expression : «Dji so plin d'"lê-m' è paye" !», J'ai plein de soucis.

A noter la même expression chez Chrétien de Troyes (1165) : "Leissier (aucun) an pes", (le TLF au mot paix)

A noter aussi qu'en wallon, paix et paie sont homonymes : wallon paye [pa:j]. J'apprends qu'ils sont aussi cousins sémantiques par leur ancêtre pacare !
Le fr. pays se dit w. payis [paji]. (Et à Toulouse [pajis], selon Nougaro.)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9255
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 13 Sep 18, 6:00 Répondre en citant ce message   

Revenons au grec ancien.
Si mon hypothèse est juste, le cas du grec ἅπαξ [hápax] présente tout de même un intérêt supplémentaire par rapport à l'anglais, au breton, au wallon, etc., c'est le glissement de sens de l'exclamation Assez ! à la locution adverbiale une fois. Puis au terme savant un hapax.

Wikipedia : Le terme hapax est un néologisme dû à John Trapp en 1654 (Annotations upon the Old and New Testament), créé à partir du grec ἅπαξ (λεγόμενον) / hápax (legómenon), « (dit) une seule fois ». L'expression hapax legomenon apparaît dans le Larousse pour tous de 1909 ; le substantif hapax y entra en 1922.

Ça rappelle un peu notre familier ... et basta.
Lequel basta signifie "assez, ça suffit" dans toutes les langues romanes, y compris en provençal.
(La variante baste ne s'emploie plus guère, je crois. J'ai le vague souvenir de l'avoir entendue dans mon enfance, dans la région Rhône-Loire.)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008