Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Hymnes nationaux - Cultures & traditions - Forum Babel
Hymnes nationaux
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Cultures & traditions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le Thursday 20 Jan 05, 22:29 Répondre en citant ce message   

A lire :
- Hymnes en portugais (Portugal, Brésil)
- Hymnes en allemand (Allemagne, Autriche)
- Hymne de Suisse
- La Marseillaise
- Hymne national espagnol sans paroles




L'hymne national c'est le reflet historique du pays

Je vous propose une recherche sur les hymnes nationaux dans tous les pays, il serait intéressant de trouver les paroles dans la langue locale et si possible les traductions

Comme je n'ai pas commencé la recherche je vous communique en premier l'hymne de la république d'Haïti
(Un des plus facile, il est en français)

Voici donc les paroles de La Dessalinienne

Pour le Pays, pour les Ancêtres
Marchons unis, marchons unis
Dans nos rangs point de traîtres
Du sol soyons seuls maîtres
Marchons unis, marchons unis
Pour le Pays, pour les Ancêtres
Marchons, marchons, marchons unis
Pour le Pays, pour les Ancêtres


Pour les Aïeux, pour la Patrie
Béchons joyeux, béchons joyeux
Quand le champ fructifie
L'âme se fortifie
Béchons joyeux, béchons joyeux
Pour les Aïeux, pour la Patrie
Béchons, béchons, béchons joyeux
Pour les Aïeux, pour la Patrie


Pour le Pays et pour nos Pères
Formons des Fils, formons des Fils
Libres, forts et prospères
Toujours nous serons frères
Formons des Fils, formons des Fils
Pour le Pays et pour nos Pères
Formons, formons, formons des Fils

Pour le Pays et pour nos Pères


Pour les Aïeux, pour la Patrie
O Dieu des Preux, O Dieu des Preux
Sous ta garde infinie
Prends nos droits, notre vie
O Dieu des Preux, O Dieu des Preux
Pour les Aïeux, pour la Patrie
O Dieu, O Dieu, O Dieu des Preux
Pour les Aïeux, pour la Patrie


Pour le Drapeau, pour la Patrie
Mourir est beau, mourir est beau
Notre passé nous crie:
Ayez l'âme aguerrie
Mourir est beau, mourir est beau
Pour le Drapeau, pour la Patrie
Mourir, mourir, mourir est beau
Pour le Drapeau, pour la Patrie

Suite à une demande de Masterches
Voici un complément et la traduction de la Dessalinienne en haïtien.


Traduction de l'intro : La Dessalinienne est l'hymne national haïtien depuis l'année 1904. Les paroles ont été écrites par Justin Lherisson et mis en musique par Nicolas Geffroy.

Le titre rend hommage à Jean-Jacques Dessalines, premier empereur de Haïti.

"Ladesalinyèn se im nasyonal Ayiti depi lane 1904. Pawòl yo te ekri pa Jisten Lerison e misik te fè pa Nikola Gèfra.

Tit se pou Janjak Desalin, prèmye anperè Ayiti.

Pawòl

Pou Ayiti peyi zanset yo
Se pou n mache men nan lamen
Nan mitan n pa fet pou gen tret
Nou fet pou n sel met tet nou
Annou mache men nan lamen
Pou Ayiti ka vin pi bel
Annou, annou met tet ansanm
Pou Ayiti onon tout zanset yo.

Pou Ayiti onon zanset yo
Se pou n sekle se pou n plante
Se nan te tout fos nou chita
Se li k ba nou manje
Ann bite te ann voye wou
Ak ke kontan fok te a bay
Sekle wouze fanm kou gason
Pou n rive viv ak sel fos ponyet nou.

Pou Ayiti ak pou zanset yo
Fo nou kapab vanyan gason
Moun pa fet pou ret avek moun
Se sa k fe tout manman ak tout papa
Dwe pou voye timoun lekol
Pou yo aprann pou yo konnen
Sa Tousen, Desalin, Kristof, Petyon
Te fe pou wet Ayisyen anba bot blan.

Pou Ayiti onon zanset yo
Ann leve tet nou gad anle
Pou tout moun mande Granmet la
Pou l ba nou pwoteksyon
Pou move zanj pa detounen n
Pou n ka mache nan bon chimen
Pou libete ka libete
Fok lajistis blayi sou peyi a.

Nou gen yon drapo tankou tout pep
Se pou n renmen l mouri pou li
Se pa kado blan te fe nou
Pou nou kenbe drapo nou wo
Se pou n travay met tet ansanm
Pou lot peyi ka respekte l
Drapo sila a se nanm tout Ayisyen.

Source : Wikipedia.


Dernière édition par Pierre le Friday 04 Apr 08, 16:07; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
tvs



Inscrit le: 14 Dec 2004
Messages: 25

Messageécrit le Thursday 20 Jan 05, 22:46 Répondre en citant ce message   

L'Inde Hymne de Rabindranath Tagore

जन गण मन

जन गण मन अधिनायक जय हे
भारत भाग्य विधाता
पंजाब सिंधु गुजरात मराठा
द्राविड उत्कल वंग
विंध्य हिमाचल यमुना गंगा
उच्छल जलधि तरंग
तव शुभ नामे जागे
तव शुभ आशिश मागे
गाहे तव जय गाथा
जन गण मंगल दायक जय हे
भारत भाग्य विधाता
जय हे जय हे जय हे
जय जय जय जय हे

Version Romanisée
Jana-gana-mana

Jana-gana-mana-adhinayaka, jaya hé
Bharata-Bhaguya-Vidhata
Punjaba-Sindhou-Goujarata-Maratha
Dravida-Outkala-Banga
Vindhya-Himachala-Yamouna-Ganga
Ouchhala-Jaladhi-Taranga
Tava shoubha namé jagué
Tava sboubha ashisha magué
Gahé tava jaya gatha.
Jana-gana-mangala dayaka, jaya hé
Bharata-Bhaguya-Vidhata
Jaya hé, jaya hé, jaya hé
Jaya, jaya, jaya, jaya hé

Traduction

Tu es le souverain des âmes

Tu es le souverain des âmes du peuple
Toi qui diriges le destin de l'Inde !
Ton nom résonne dans le coeur du Penjab,
Du Sind, du Gujerat, du Mahârashtra,
Du Dravida, de l'Orissa et du Bengale !
Il résonne dans les montagnes des Vindhyas et des Himâlayas,
Se fond dans la musique de la Yamouna et du Gange
Et est chanté par les vagues de l'Océan Indien !
Ils prient pour avoir ta bénédiction et chantent tes louanges,
Le salut du peuple est dans tes mains !
Tu es le souverain des âmes du peuple,
Tu es Celui qui dirige le destin de l'Inde !
Victoire, victoire, victoire à toi


je ne l'ai pas mis dans les 18 langues de l'Union Indienne :-?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le Thursday 20 Jan 05, 22:51 Répondre en citant ce message   

Pour l'hymne national d'Haïti

La Dessalinienne (Présenté en français plus haut)

Voici le début en créole haïtien..........

Pou Ayiti Peyi zanset yo
Se poun mache men dan la men
Nan mitan pa fet pou gen tret
Se san zanset nou yo ki te koule
Se poun mache men dan la men
Pou Ayiti ka vin pi bel
Se poun, se poun met tet ansanm
Pou Ayiti e pou tout zanset yo
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2051
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Thursday 20 Jan 05, 23:05 Répondre en citant ce message   

Voici Li Tchant dès Walons / Le Chant des Wallons

Il fut écrit en 1900 par Théophile Bovy et mis en musique en 1901 par Louis Hillier. Le Parlement Wallon l'a adopté comme hymne officiel seulement en 1998.

La version originale est en wallon liégeois, ce qui est révélateur de l'importance de Liège dans l'identité wallonne, ainsi que du prestige de cette ville et de sa production culturelle.


Nos-èstans fîrs di nosse pitite patrèye,
Ca lådje èt long, on djåse di sès-èfants.
ÿ prumi rang on l' mèt' po l' industrèye
Et d'vins lès-årts èle riglatih ot'tant.
Nosse tére èst p'tite, mins nos-avans l' ritchèsse
Dès-omes sincieûs qu'anôblihèt leû nom.
Et nos-avans dès libèrtés timpèsse:
Vola poqwè qu'on-z-èst fîr d' èsse Walon!
Et nos-avans dès libèrtés timpèsse:
Vola poqwè! Vola poqwè qu'on-z-èst fîr d' èsse Walon!

Di nosse passé, qwand c'èst qu'on lét l'istwère,
On s'rècrèstêye vormint à chaque foyou,
Et nosse coûr crèh' qwand c'èst qu'on tûse al glwère
Di nos vis péres qui n'avit måy pawou.
C'est gråce a zèls qui n'djouwihans dèl påy,
Il ont språtchî l'inn'mi d'zos leû talon;
On l'z-a r'clamé lès pus vaillants qu'i-n-åye
Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon!
On l'z-a r'clamé lès pus vaillants qu'i-n-åye
Vola porqwè! Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon!

On s'veût vol'tî inte frés dèl Walon'rèye
Et l'on-z-èst prèt'onk l'aûte a s'diner l'main;
On s'fait plaisir bin sovint sins qu'on l'dèye,
Nouk ni s'hågnêye qwand c'èst qu'i vout fé l'bin
Li tcharîté qui mousse èl mohinète
N'î va qu'al nut' avou mèye précôcions;
Li pô qu'on done on nèl donne qu'è catchète:
Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon!
Li pô qu'on done on nèl donne qu'è catchète:
Vola porqwè! Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon!

Pitit payîs, vos qu'a tant d'grandeûr d'âme,
Nos v's-inmans bin, sins qu'nos l'brèyanse tot haut;
Qwand on v'kidjåse, ås-oûy montèt nos låmes
Et nos sintans nosse coûr bate a gros côps!
N'åyiz nole sogne èt vikése è liyèsse
Di vos èfants lès brès èt l'coûr sont bons,
Et nos avans lès dj'vès fwèrt près dèl tièsse:
Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon!
Et nos avans lès dj'vès fwèrt près dèl tièsse:
Vola porqwè! Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon!



Il existe diverses version françaises. Certaines sont très littérales. D'autres sont plus libres et changent même le nombre et l'ordre des couplets !!! la traduction officielle est de celles-là. Je vousdonne ici une traduction la plus littérale possible avec explications pour certaines expressions idiomatiques.



Nous sommes fiers de notre petite partie
car, jusque très loin, on parle de ses enfants
Au premier rang pour les nouvelles technologies,
et par ses arts, elle brille tout autant
Notre terroir est petit, mais nous avons la richesse,
des homems savants, qui ennoblissent leur nom.
Et nous avons des libertés à foison
Voilà pourquoi nous sommes fiers d'être Wallons.
Et nous avons des libertés à foison
Voilà pourquoi nous sommes fiers d'être Wallons.

De notre passé, quand on regarde l'histoire,
on se redresse certainement avec fierté à chaque étape.
Et notre coeur se gonfle quand on pense à la gloire
de nos ancêtres qui n'avaient peur de rien.
Grâce a eux, nous vivons aujourd'hui en paix,
Ils ont écrasé l'ennemi sous leur talon
On les a proclamés les plus braves qui soient
Voilà pourquoi nous sommes fiers d'être Wallons.
On les a proclamés les plus braves qui soient
Voilà pourquoi nous sommes fiers d'être Wallons.

On s'aime bien entre frères de Wallonie,.
Et on est prêt l'un-l'autre à l'entraider,
On fait plaisir sans souvent qu'on le dise,
Nul ne s'affiche, quand il veut faire le bien,
La charité visitant la chaumière
S'y prend le soir avec mille précautions :
On donne peu, mais c'est d'un c?ur sincère :
Voilà pourquoi l'on est fier d'être Wallons !
On donne peu, mais c'est d'un c?ur sincère :
Voilà pourquoi l'on est fier d'être Wallons !

Petit pays qui avez tant de grandeur d'âme
Nous vous aimons sans le clamer bien haut
Quand on médit de vous, aux yeux montent nos larmes
et nous sentons notre coeur battre à gros coups
N'ayez pas peur et vivez dans la liesse
de vos enfants les bras et le coeur sont bons
Nous avons les cheveux fort près de la tête
= la tête près du bonnet
Voilà pourquoi on est fier d'être Wallon! ...
Nous avons les cheveux fort près de la tête
Voilà pourquoi on est fier d'être Wallon! ...


Dernière édition par Maisse Arsouye le Thursday 20 Jan 05, 23:07; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le Thursday 20 Jan 05, 23:31 Répondre en citant ce message   

L'Hymne national de l'Italie

Fratelli d'Italia


Fratelli d'Italia (Frères d'Italie), dont le vrai titre est Il Canto degli Italiani [le Chant des Italiens] mais qui est connu en Italie surtout comme l'Inno di Mameli [l'Hymne de Mameli], est l'hymne national italien, dont les paroles ont été écrites par Goffredo Mameli et la musique composée par Michele Novaro. Cet hymne est né à Gênes. Il est davantage connu comme l' Hymne de Mameli (Inno di Mameli). Ecrit en automne 1847 par Goffredo Mameli, un jeune étudiant patriote de 20 ans, mis en musique peu après à Turin par un autre Gênois, Michele Novaro, le Chant des Italiens est né dans le climat de ferveur patriotique qui précédait la guerre contre l'Autriche. Le caractère immédiat des vers et la vigueur de la mélodie en firent le chant préféré de l'unification italienne, pas seulement pendant le Risorgimento mais également dans les décennies qui suivirent. Ce n'est pas un hasard si Giuseppe Verdi, dans son Inno delle Nazioni de 1862, attribua justement au Canto degli Italiani - et non à la Marcia Reale (Marche royale, hymne du royaume italien) - le rôle de symbole italien, en le mettant aux côtés du God Save the Queen et de la Marseillaise. Ce fut donc très naturellement que le 12 octobre 1946, l' Hymne de Mameli est devenu l'hymne national de la jeune République italienne.
(Source Encyclopédie en ligne . com)

Voici les paroles :


Fratelli d'Italia,
L'Italia s'è desta;
Dell'elmo di Scipio
S'è cinta la testa.
Dov'è la Vittoria?
Le porga la chioma;
Ché schiava di Roma
Iddio la creò.

Refrain :
Stringiamoci a coorte!
Siam pronti alla morte;
Italia chiamò,

Noi fummo da secoli
Calpesti, derisi,
Perché non siam popolo,
Perché siam divisi.
Raccolgaci un'unica
Bandiera, una speme;
Di fonderci insieme
Già l'ora suonò.

Refrain:
Stringiamoci a coorte!
Siam pronti alla morte;
Italia chiamò,

Uniamoci, amiamoci;
L'unione e l'amore
Rivelano ai popoli
Le vie del Signore.
Giuriamo far libero
Il suolo natio:
Uniti con Dio,
Chi vincer ci può?

Refrain :
Stringiamoci a coorte!
Siam pronti alla morte;
Italia chiamò,

Dall'Alpe a Sicilia,
Dovunque è Legnano;
Ogn'uom di Ferruccio
Ha il core e la mano;
I bimbi d'Italia
Si chiaman Balilla;
Il suon d'ogni squilla
I Vespri suonò.

Refrain :
Stringiamoci a coorte!
Siam pronti alla morte;
Italia chiamò,

Son giunchi che piegano
Le spade vendute;
Già l'Aquila d'Austria
Le penne ha perdute.
Il sangue d'Italia
E il sangue Polacco
Bevé col Cosacco,
Ma il cor le bruciò


Refrain :
Stringiamoci a coorte!
Siam pronti alla morte;
Italia chiamò,
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Breizhadig
Animateur


Inscrit le: 12 Nov 2004
Messages: 877
Lieu: Penn ar Bed / Finistère

Messageécrit le Thursday 20 Jan 05, 23:57 Répondre en citant ce message   

Voici l'hymne du Pays de Galles (Cymru) :

Hen Wlad Fy Nhadau


Mae hen wlad fy nhadau yn annwyl i mi,
Gwlad beirdd a chantorion, enwogion o fri;
Ei gwrol ryfelwyr, gwladgarwyr tra mâd,
Tros ryddid gollasant eu gwaed.


Gwlad, Gwlad, pleidiol wyf i'm gwlad,
Tra môr yn fur i'r bur hoff bau,
O bydded i'r hen iaith barhau.


Hen Gymru fynyddig, paradwys y bardd,
Pob dyffryn, pob clogwyn, i'm golwg sydd hardd;
Trwy deimlad gwladgarol, mor swynol yw si
Ei nentydd, afonydd, i mi.

Os treisiodd y gelyn fy ngwlad dan ei droed,
Mae hen iaith y Cymry mor fyw ag erioed,
Ni luddiwyd yr awen gan erchyll law brad,
Na thelyn berseiniol fy ngwlad.

Français :

Le vieux Pays de mes Pères


La terre de mes ancêtres m'est chère ;
Pays ancien où les trouvères sont honorés et libres;
Les guerriers si nobles et sa vaillants
Donnent leur sang et leur vie pour la Liberté.


O mon foyer, je te suis fidèle,
Alors que les mers protègent la pureté de mon pays,
puisse être éternelle, ma langue ancienne.


Vieux pays de montagnes, l'Eden des bardes,
chaque gorge, chaque vallée conserve son charme;
Pour l'amour de mon pays, des voix clameront avec enchantement
Pour moi, ses torrents, ses rivières.


Bien que les ennemis aient foulé au pied ma patrie,
La langue de Cambrie ne connaît maintenant aucun repli;
La Muse n'est pas vaincue par la main cruelle des traitres,
Ni réduite au silence, la harpe de mon pays.



Hymne de la Bretagne (Breizh) :

Bro Goz ma Zadoù



Ni Breizhiz a galon karomp hon gwir Vro,
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-dro.
Dispont kreiz ar brezel hon tadoù ken mat,
A skuilhas eviti o gwad


O Breizh, ma Bro me 'gar ma Bro,
Tra ma vo ar mor 'vel mur en he zro,
Ra vezo digabestr ma Bro !


Ar Vretoned zo tud kalet ha kreñv,
N'eus pobl ken kalonek a-zindan an neñv.
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O pegen kaer ez out ma Bro !

Breizh douar ar sent kozh, douar ar varzhed,
N'eus Bro all a garan kement 'barzh ar bed.
Pep menez, pep traonienn da'm c'halon zo kaer,
Enno kousk meur a Vreizhad taer !

Mard eo bet trec'het Breizh er brezelioù bras,
He Yezh zo bepred ken bev ha biskoazh.
He c'halon birvidik a lamm c'hoazh en he c'hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh !

Français :

Le vieux Pays de mes Pères



Nous Bretons, aimons notre vraie Patrie
L'Armor est célèbre dans le reste du monde
Bravement au coeur des guerres, nos père si bon
Répendirent pour elle leur sang


O Bretagne, mon Pays, j'aime mon Pays

Tant que sera la mer comme un mur autour d'elle
Que soit libre mon Pays


Les Bretons sont des gens robustes et forts
Il n'y a pas de peuple plus courageux sous les cieux
Les complaintes tristes, les chansons amusantes y naissent
O que tu m'est chère, mon Pays

Bretagne, terre des vieux saints, terre des bardes
Il n'y a aucun autre Pays que j'aime autant au monde
Chaque montagne, chaque vallée, à mon coeur est chère
Ici repose plus d'un Breton fier

Si la Bretagne a été vaincue dans les grandes guerres
Sa Langue est toujours aussi vivante que jamais
Son coeur vivace bat encore dans sa poitrine
Tu est désormais réveillée, ma Bretagne



Hymne de la Cornouailles (Kernow) :

Bro Goth Agan Tasow



Bro goth agan tasow, dha fleghes a'th kar!
Gwlas ker an howlsedhes, pan vro yw dha bar?
War oll an norvys, 'th on ni skoellys a-les,
Mes agan kerensa yw dhis.


Kernow! Kernow, y keryn Kernow!
An mor, hedra vo, Yn fos dhis a-dro,
'Th on onan hag oll rag Kernow!


Gwlaskor Myghtern Arthur, an Sens kyns, ha?n Gral
Moy kerys genen nyns yw tiredh arall,
Ynnos sy pub karn, nans, menydh ha chi
A gows yn Kernewek dhyn ni.

Yn tewlder an bal ha war donnow an mor,
Pan esen ow kwandra dre diryow tramor
Yn pub le pynag hag yn keniver bro
Y treylyn kolonnow dhiso.

------------------------------------------------------------

Je suis pas assez avancé en Cornique pour donner une traduction parfaite, j'en comprend en gros le sens, il est dans le même esprit que les autres... Ces trois hymnes ont le même titre dans leur langue respective, "Le vieux Pays de mes Ancètres", Bro Gozh ma Zadoù, Hen Wlad fy Nhadau, Bro Goth agan Tasow...

Source, le site d'à coté » http://www.lexilogos.com/galles_hymne.htm

Kenavo, dha weles ha hwel fawr !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2051
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Friday 21 Jan 05, 9:54 Répondre en citant ce message   

Il serait intéressant de donner, pour chaque hymne, l'année où il a été composé et si il remplace un autre hymne.

Certains hymnes sont très jeunes, d'autres ont plusieurs siècles. Certains ont été créés spécialement pour un nouvel état, d'autres ont été officialisés plus tard...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2051
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Friday 21 Jan 05, 10:05 Répondre en citant ce message   

La Brabançonne

Ecrite en septembre 1830 ( la révolution avait eu lieu en juillet-août ) par Alexandre Dechet. La Musique est de François Van Campenhout

Version française :



ÿ Belgique! ÿ Mère chérie!
A toi nos coeurs, à toi nos bras
A toi notre sang, ô Patrie
Nous le jurons, tous, tu vivras
Tu vivras, toujours grande et belle
Et ton invincible unité
Aura pour devise immortelle
Le Roi, la Loi la Liberté (Ter)

Après des siècles, des siècles d'esclavage,
Le belge sortant du tombeau
A reconquis par son courage
Son nom ses droits et son drapeau.
Et ta main souveraine et fière,
Peuple désormais indompté,
Grava sur ta vieille banière :
"Le Roi, la Loi, la Liberté" (Ter)

Marche de ton pas énergique,
Marche de progrès en progrès!
Dieu qui protège la Belgique
Souris à tes males succès.
Travaillons! Notre labeur donne
A nos champs la fécondité
Et la splendeur des arts couronne
Le Roi, la Loi, la Liberté (Ter)

ÿ Belgique! ÿ Mère chérie!
A toi nos coeurs, à toi nos bras.
A toi notre sang, ô Patrie
Nous le jurons tous, tu vivras.
Tu vivras toujours fière et belle,
Plus grande en ta forte unité
Gardant, pour devise éternelle
Le Roi, la Loi, la Liberté (Ter)



Il semble que la version néérlandaise soit plus tardive. Les deux versions sont différentes !



O dierbaar België, o heilig land der vaad'ren,
Onze ziel en ons hart zijn U gewijd,
Aanvaard ons kracht en het bloed van ons aad'ren,
Wees ons doel in arbeid en in strijd,
Bloei, o land, in eendracht niet te breken,
Wees immer u zelf, en ongeknecht,
Het woord getrouw dat g' onbevreesd moogt spreken.
Voor Vorst, voor Vrijheid en voor Recht.
Het woord getrouw dat g' onbevreesd moogt spreken.
Voor Vorst, voor Vrijheid en voor Recht,
Voor Vorst, voor Vrijheid en voor Recht.

O Vaderland, o edel land der Belgen,
Zo machtig steeds door moed en werkzaamheid,
De wereld ziet verwonderd uwe telgen,
Aan 't hoofd van kunst, van handel, nijverheid.
De vrijheidszon giet licht op uwe wegen,
En onbevreesd staart gij de toekomst aan.
Gij mint uw Vorst, zijn liefde stroomt u tegen,
Zijn hand geleidt u op de gloriebaan.
Gij mint uw Vorst, zijn liefde stroomt u tegen,
Zijn hand geleidt u op de gloriebaan.
Zijn hand geleidt u op de gloriebaan.

Juicht Belgen, juicht in brede vol' akkoorden
Van Haspengouw tot aan het Vlaamse strand,
Van Noord tot Zuid, langs Maas- en Scheldeboorden,
Juicht, Belgen juicht, door gans het Vaderland.
Een man'lijk volk moet man'lijk kunnen zingen,
Terwijl het hart naar eed'le fierheid streeft.
Nooit zal men ons van onze haard verdringen
Zolang een Belg, 't zij Waal of Vlaming leeft.
Nooit zal men ons van onse haard verdringen
Zolang een Belg, 't zij Waal of Vlaming leeft.
Zolang een Belg, 't zij Waal of Vlaming leeft.



On voit que la version française ne mentionne ni les Wallons, ni les Flamands. La version flamande, par contre, insiste sur le fait que les Wallons et les Flamands sont Belges avant tout.

Vlaamse Leeuw ( le lion flamand )

Il a été écrit par Hippoliet Van Peene et mis en musique par Karel Miry en 1845. C'est donc un hymne ancien !!!



Zij zullen hem niet temmen, de fiere Vlaamse Leeuw,
Al dreigen zij zijn vrijheid met kluisters en geschreeuw.
Zij zullen hem niet temmen, zolang een Vlaming leeft,
Zolang de Leeuw kan klauwen, zolang hij tanden heeft.

Zij zullen hem niet temmen, zolang een Vlaming leeft,
Zolang de Leeuw kan klauwen, zolang hij tanden heeft.

De tijd verslindt de steden, geen tronen blijven staan:
De legerbenden sneven, een volk zal nooit vergaan.
De vijand trekt te velde, omringd van doodsgevaar.
Wij lachen met zijn woede, de Vlaamse Leeuw is daar

Zij zullen hem niet temmen, zolang een Vlaming leeft,
Zolang de Leeuw kan klauwen, zolang hij tanden heeft.

Hij strijdt nu duizend jaren voor vrijheid, land en God;
En nog zijn zijne krachten in al haar jeugdgenot.
Als zij hem machteloos denken en tergen met een schop,
Dan richt hij zich bedreigend en vrees'lijk voor hen op.

Zij zullen hem niet temmen, zolang een Vlaming leeft,
Zolang de Leeuw kan klauwen, zolang hij tanden heeft.

Wee hem, de onbezonnen', die vals en vol verraad,
De Vlaamse Leeuw komt strelen en trouweloos hem slaat.
Geen enkle handbeweging die hij uit 't oog verliest:
En voelt hij zich getroffen, hij stelt zijn maan en briest.

Zij zullen hem niet temmen, zolang een Vlaming leeft,
Zolang de Leeuw kan klauwen, zolang hij tanden heeft.

Het wraaksein is gegeven, hij is hun tergen moe;
Met vuur in't oog, met woede springt hij den vijand toe.
Hij scheurt, vernielt, verplettert, bedekt met bloed en slijk
En zegepralend grijnst hij op's vijands trillend lijk.

Zij zullen hem niet temmen, zolang een Vlaming leeft,
Zolang de Leeuw kan klauwen, zolang hij tanden heeft.


Je n'en ai pas encore trouvé la traduction... je cherche...


Dernière édition par Maisse Arsouye le Friday 21 Jan 05, 18:06; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2051
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Friday 21 Jan 05, 18:24 Répondre en citant ce message   

Comme je l'ai déjà dit dans un autre sujet, les Wallons ont un esprit de clocher très marqué. Ils se diront namurois, liégeois, ardennais, condruziens, hesbignons, hennuyers,... avant d'être wallons. Une hypothèse est que la Wallonie est une entité politique récente et que les divisions féodales ont fortement imprégné nos mentalités. Ceci entrenant celà, il existe chez nous de nombreux hymnes régionaux, parallèles au Chant des Wallons. Certains sont en wallon, d'autres en français. Je vous livre quelque noms et renseignements :

Liège : Valeureux Liégeois

Ce texte date d'avril 1790, durant la Révolution Liégeoise. Car les Liégeois ce sont souvent battus pour leurs libertés et certaines villes de la principautés jouissaient de privilèges et de libertés ( cf. Chant des Wallons "libèrtés timpesses..." ) extraordinaires pour l'époque. Le Peron, au coeur de la "Cité Ardente", symbolise les libertés conquises par les Valeureux Liégeois.

Namur : Li Bia Bouquet

Oeuvre de Nicolas Bosret qui a son buste sur le trône du Roi des Menteurs, face au théatre ( photo sur le site de mon pote Pierrot ) . Cette hymne date de 1951. On l'évoque même dans d'autres chants comme "Nameûr po tot". Vous pouvez le télécharger sur votre mobile

Verviers : les Franchimontois

Charleroi : Pays de Charleroi

Si vous passez par la gare de Charleroi-Sud, vous entendrez les première notes cette chanson avant toutes les annonces.

Malmédy : le chant d'Henry Bragard

Nivelles : èl carïon

Mons : le Doudou

Tournai : Cheonq Clotiers


Dernière édition par Maisse Arsouye le Friday 21 Jan 05, 18:31; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2051
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Saturday 22 Jan 05, 11:20 Répondre en citant ce message   

J'ai oublié de signaler deux anecdotes.

Il existe aussi un Chant des Wallons dans le folklore estudiantin. Il date de 1913 et est donc presque aussi vieux que l'hymne officiel.

Il existe une parodie très connue de la Brabançonne. Attention ! Il s'agit d'une version classée X ! Réservée aux adultes donc....
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
djpd



Inscrit le: 15 Nov 2004
Messages: 10
Lieu: Condroz-Wallonie

Messageécrit le Sunday 23 Jan 05, 17:38 Répondre en citant ce message   

Je puis vous confirmer que le "Vlaamse Leeuw", hymne national des Flamands est bien une adaptation de la chanson allemande de Becker.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2051
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Monday 24 Jan 05, 10:14 Répondre en citant ce message   

En parlant de La Marseillaise, il faut savoir que les Wallons l'ont entonnée lorsqu'ils ont marché sur Bruxelles pour en déloger les Néérlandais.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zabuza



Inscrit le: 13 Feb 2005
Messages: 8
Lieu: Marsiho, Prouvènço

Messageécrit le Sunday 13 Feb 05, 13:21 Répondre en citant ce message   

Voilà l'hymne de la Provence :

Coupo Santo :

Prouvençau, veici la Coupo
Que nous vèn di Catalan ;
A-de-rèng beguen en troupo
Lou vin pur de noste plant.

Coupo Santo
E versanto
Vuejo à plen bord
Vuejo abord
Lis estrambord
E l'enavans di fort !

D'un vièi pople fièr e libre
Sian bessai la finicioun ;
E, se toumbon li Felibre
Toumbara nosto nacioun.

D'uno raço que regreio
Sian bessai li proumié gréu ;
Sian bessai de la patrìo
Li cepoun emai li priéu.

Vuejo-nous lis esperanço
E li raive dóu jouvènt,
Dóu passat la remembranço
E la fe dins l'an que vèn.

Vuejo-nous la couneissènço
Dóu Verai emai dóu Bèu,
E lis àuti jouïssènço
Que se trufon dóu toumbèu.

Vuejo-nous la Pouësio
Pèr canta tout ço que viéu,
Car es elo l'ambrousìo
Que tremudo l'ome en diéu.

Pèr la glòri dóu terraire
Vautre enfin que sias counsènt
Catalan, de liuen, o fraire,
Coumunien tóutis ensèn !

Coupe Sainte :

Provençaux, voici la coupe
Qui nous vient des Catalans
Tour à tour buvons ensemble
Le vin pur de notre cru.

Coupe sainte
Et débordante
Verse à pleins bords
verse à flots
Les enthousiasmes
Et l'énergie des forts !

D'un ancien peuple fier et libre
Nous sommes peut-être la fin ;
Et, si les Félibres tombent
Tombera notre nation.

D'une race qui regerme
Peut-être somme nous les premiers jets ;
De la patrie, peut-être, nous sommes
Les piliers et les chefs.

Verse nous les espérances
et les rêves de la jeunesse,
Le souvenir du passé
Et la foi dans l'an qui vient.

Verse nous la connaissance
Du Vrai comme du Beau,
Et les hautes jouissances
Qui se rient de la tombe.

Verse nous la Poésie
Pour chanter tout ce qui vit,
Car c'est elle l'ambroisie
Qui transforme l'homme en Dieu.

Pour la gloire du pays
Vous enfin nos complices
catalans, de loin, ô frères,
Tous ensemble, communions !

La fameuse Coupe offerte parles félibres Catalans aux Félibres Provençaux, represente la fraternité qu'il y a toujours eu entre ces deux peuples... Les deux femmes sur la Coupe représente les deux soeurs, La Catalogne et La Provence...
Sur le socle de la Coupe il y est écrit :
"Morta diuhen qu'es mès jo la crech viva"
"On la dit morte mais moi je la crois vivante"
V. Balaguer

"Ah ! Se me sabien entèndre ! Ah ! Se me voulien segui !"
"Ah ! Si on voulait me comprendre ! Ah ! Si on voulait me suivre !"
F. Mistral


Voilà la Coupe

Les drapeaux catalans et provençaux se ressemblent beaucoup, mêmes couleurs(9 rayures rouges et jaunes), seulement que le drapeau catalan a des rayures horizontales et celui de la Provence a des rayures verticales...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 Sep 2005
Messages: 1066
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 1:02 Répondre en citant ce message   

Petite correction pour la traduction de l'hymne hongrois, qui est une prière :
Dieu, bénis les Hongrois ! et non "Dieu honore les Hongrois" qui prête à confusion.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Helene



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 2865
Lieu: Athènes, Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 10:18 Répondre en citant ce message   

Pour l'Hymne National grec Grec de Dyonisios Solomos il y a 158 couplets, ici je ne mettrai que les neuf premiers, la suite je l'ai sur mon site :
http://users.hol.gr/~helen/index.files/HISTOIRE_JO/HYMNEGREC/Hymnegrec1.htm


1
Σε γνωρίζω από την κόψη
του σπαθιού την τρομερή,
σε γνωρίζω από την όψη
που με βία μετράει τη γη.
2

Απ' τα κόκαλα βγαλμένη
των Ελλήνων τα ιερά,
και σαν πρώτα ανδρειωμένη,
χαίρε, ω χαίρε, Ελευθεριά!
3

Εκεί μέσα εκατοικούσες
πικραμένη, εντροπαλή,
κι ένα στόμα ακαρτερούσες,
«έλα πάλι», να σου πεί.
4

'Αργειε νάλθει εκείνη η μέρα,
κι ήταν όλα σιωπηλά,
γιατί τά 'σκιαζε η φοβέρα
και τα πλάκωνε η σκλαβιά.
5

Δυστυχής! Παρηγορία
μόνη σού έμενε να λές
περασμένα μεγαλεία
και διηγώντας τα να κλαις.
6

Και ακαρτέρει και ακαρτέρει
φιλελεύθερη λαλιά,
ένα εκτύπαε τ' άλλο χέρι
από την απελπισιά,
7

Κι έλεες: «Πότε, α, πότε βγάνω
το κεφάλι από τσ' ερμιές;».
Και αποκρίνοντο από πάνω
κλάψες, άλυσες, φωνές.
8

Τότε εσήκωνες το βλέμμα
μες στα κλάιματα θολό,
και εις το ρούχο σου έσταζ' αίμα,
πλήθος αίμα ελληνικό.
9


1.
Je te reconnais au tranchant
de ton glaive redoutable;
je te reconnais à ce regard rapide
dont tu mesures la terre.
2.
Sortie des ossements
sacrés des Hellènes,
et forte de ton antique énergie,
je te salue, je te salue, ô Liberté !
3.
Depuis longtemps tu gisais dans la poudre,
couverte de honte, abreuvée d'amertume,
et tu attendais qu'une voix généreuse
te dît : « Sors de la tombe! »
4.
Combien il tardait ce jour tant désiré !
Partout régnait un morne silence;
les coeurs étaient glacés de crainte,
et comprimés par l' esclavage.
5.
Malheureuse! il ne te restait
que la triste consolation de redire
tes grandeurs passées, de les redire
d'une voix entrecoupée de sanglots.
6.
De jour en jour tu attendais
le cri de l'indépendance,
et tu te meurtrissais
le sein dans ton désespoir.
7.
Tu te disais: Ah! quand repousserai-je
de ma tête le poids de l'infortune!
Et, d'en haut, l'on te répondait par des pleurs,
des gémissements et des chaînes.
8.
Alors tu élevais ton regard obscurc
i par les larmes; et sur la robe
découlaient des flots de sang,
le sang des Grecs !
9.
Sous un vêtement ensanglanté,
tu sortis, je le sais, d'un pas furtif
et silencieux, pour aller mendier
l' assistance des nations étrangères.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Cultures & traditions Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 1 sur 6









phpBB (c) 2001-2008