Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
simple (français) - Le mot du jour - Forum Babel
simple (français)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
max-azerty



Inscrit le: 11 Jan 2006
Messages: 800
Lieu: arras

Messageécrit le Saturday 17 Jun 06, 7:33 Répondre en citant ce message   

simple vient du latin simplex, soit un seul pli.
expliquer reviendrait donc à retirer le pli, qui, lorsqu'il est multiple, donne complexe ou compliqué.
Pour simple, l'allemand dit einfach, qui renvoie à la même construction. FAUX (voir rejsl plus bas)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Liliane



Inscrit le: 20 Mar 2006
Messages: 791
Lieu: Côtes d'Armor

Messageécrit le Saturday 17 Jun 06, 21:38 Répondre en citant ce message   

Les plantes médicinales sont appelées Les Simples...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Nina Padilha



Inscrit le: 15 Mar 2006
Messages: 552

Messageécrit le Saturday 17 Jun 06, 22:59 Répondre en citant ce message   

L'innocent d'un village était appelé "simplet".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques
Animateur


Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6510
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Saturday 17 Jun 06, 23:04 Répondre en citant ce message   

angl. simpleton : simple d'esprit
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le Monday 19 Jun 06, 18:43 Répondre en citant ce message   

Un simple

C'est aussi le nom donné à une partie de tennis ou de tennis de table entre deux joueurs seulement, par opposition à : un double.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Liliane



Inscrit le: 20 Mar 2006
Messages: 791
Lieu: Côtes d'Armor

Messageécrit le Monday 19 Jun 06, 18:58 Répondre en citant ce message   

Un temps simple en grammaire est une forme verbale sans auxiliaire de conjugaison...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le Monday 19 Jun 06, 19:02 Répondre en citant ce message   

Ce qui me fait penser à l'aller simple en opposition à l'aller retour.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Liliane



Inscrit le: 20 Mar 2006
Messages: 791
Lieu: Côtes d'Armor

Messageécrit le Monday 19 Jun 06, 19:18 Répondre en citant ce message   

"Dans son plus simple appareil" ; plus joli que : "nu comme un ver"...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Vassiliki



Inscrit le: 27 Feb 2006
Messages: 192
Lieu: ATHENES

Messageécrit le Monday 19 Jun 06, 20:32 Répondre en citant ce message   

Sancta simplicitas !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8285
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Wednesday 31 Aug 11, 4:58 Répondre en citant ce message   

On retrouvera simple au sein de la grande famille PLEXUS.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 692

Messageécrit le Tuesday 27 Sep 11, 14:19 Répondre en citant ce message   

Pour préciser un peu ce qui a été dit plus haut, notons qu’en latin, simplex est composé de la racine indo-européenne *sem qui exprime l’unité et l’identité (ensemble, singulier, similaire), et de la racine *plek, plier, tresser, dont parle la page à laquelle Papou nous renvoie. Littéralement, est simplex ce qui n’est formé que d’un seul pli, ce qui est élémentaire, ce qui n’est pas complexe.

Dans les textes latins qui nous ont été conservés, avant Cicéron, simplex a toujours ce seul sens d’élémentaire, unique, isolé, s’opposant à la multiplicité. Les premières attestations chez Plaute et Térence opposent simplex à duplex, à centumplex ; Lucrèce parle de la simplicitas des atomes.

C’est avec Cicéron qu’apparaissent des emplois plus métaphoriques de ce mot, dans différents contextes.

Ce qui a attiré mon attention, c’est l’apparition du concept de simplicitas comme valeur morale, souvent une qualité mais aussi un défaut : la simplicité est le contraire non plus seulement de la complexité mais de la duplicité : en latin, le nom duplicitas est tardif, prend valeur morale chez Saint Augustin, et l'adjectif duplex lui-même prend valeur morale à l'époque augustéenne, désignant aussi bien une qualité, la ruse (duplex Ulysses chez Horace), qu'un défaut, la fourberie (Ovide).

Dans le De Republica (livre III) de Cicéron, la simplicitas est une qualité de l’homme de bien tel qu’il faut le définir : de viro bono quem apertum et simplicem volumus esse. Je ne peux m’empêcher de voir ici une référence à la République de Platon (livre II), où là également, l’homme juste est défini comme simple et généreux : τὸν δίκαιον, ἄνδρα ἁπλοῦν καὶ γενναῖον. Les Romains, se mettant à philosopher comme des Grecs, chargent leur mot simplicitas des mêmes connotations morales que l’exact équivalent grec ἡ ἁπλότης (sur la formation de ce mot, voir toujours ce qu’en dit la page de Papou) : il s’agit de la droiture, de la sincérité, de la franchise.
A l’époque augustéenne, Tite-Live, à son tour, emploie à plusieurs reprises ce terme de simplicitas pour parler de la franchise, la droiture, la sincérité.

C’est aussi dans les textes de cette époque que la simplicitas est utilisée pour désigner le train de vie, opposé au luxe et à l’excès de dépense : elle devient une notion clé dans une pensée inspirée de l’épicurisme telle que la développe Horace. Comme la mediocritas, la simplicitas est « toute d’or ». Et, puisque le luxe excessif est le fruit d’une civilisation trop avancée, à une époque où les écrivains se retournent vers le passé de Rome, la simplicitas devient une valeur des temps passés : on parle de l’ « antiqua simplicitas » (Tite-Live 40 ; Ovide, Art d’aimer III 113). Elle apparaît comme une qualité rare chez les Romains de l’époque, pervertis par la richesse, alors qu’elle était de mise dans la Rome de l’ancien temps, et qu’on la trouve encore chez des peuples moins civilisés (comme les Germains de Tacite : Germanie V 4). Il est peut-être notable, en tout cas curieux, que, quelques générations avant, quand un Salluste se plaignait de la décadence romaine, quand un César décrivait les mœurs des Gaulois, le mot simplicitas n’était jamais employé.
Au premier et deuxième siècle après JC, la simplicitas apparaît régulièrement comme une valeur morale importante, qui en accompagne d’autres assez proches, la fides, la constantia, la veritas : par exemple, chez Sénèque, chez Pline le Jeune, chez Fronton (son élève, Marc-Aurèle, qui écrit en grec parle d’ἁπλότης), chez Tacite, aussi, qui note combien il est aisé de la contrefaire pour mieux tromper quelqu’un.


Voilà pour le pôle gréco-romain de la notion. Mais la simplicitas est également une qualité évangélique. Le conseil que Saint Mathieu met dans la bouche de Jésus « γίνεσθε οὖν φρόνιμοι ώς οἱ ὄφεις καὶ ἀκέραοι ώς αί περιστεραί » est traduit par Saint Jérôme « Estote ergo prudentes sicut serpentes et simplices sicut columbae » : « soyez prudents comme des serpents et simples comme les colombes ». La pureté, comme absence de mélange, de souillure (ἀκέραοι) est exprimée par le mot simplicitas. Le conseil a été souvent commenté et est passé à l’état de proverbe, le couplage prudentia / simplicitas étant conçu comme nécessaire. La prudence sans la simplicité est malignité, la simplicité sans prudence est stupidité.

Enfin, il faut en venir au proverbe cité par Vassiliki : « Sancta simplicitas ! ». C’est à l’origine une exclamation de Saint Jérôme vantant le style simple et banal des Evangiles (la simplicitas était un concept de la rhétorique antique païenne). Mais elle a pris un sens plus large : simplicitas désignant alors la qualité évangélique, elle devient même chez certains pères de l’Eglise et théologiens une composante essentielle de la sainteté.
De nos jours, l’expression est plutôt employée dans un sens ironique pour désigner une personne crédule, souvent par allusion à une anecdote concernant Jan Hus qui, condamné au bûcher en 1415, attendant qu’on l’exécute, se serait exclamé « Sancta simplicitas ! » en voyant un paysan , à l’aspect doux et jovial, déposer un fagot à ses pieds. (Réf : Dictionnaire des sentences latines, R Tosi).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3190
Lieu: Massalia

Messageécrit le Sunday 02 Oct 11, 0:27 Répondre en citant ce message   

Max Azerty a dit, en début de message:
Citation:
Pour simple, l'allemand dit einfach, qui renvoie à la même construction.

Sauf que c'est faux!

Cet internaute a confondu deux termes qui se traduisent aujourd'hui tous deux par "simple" : Einfalt et einfach.

Le substantif Einfalt (simplicité, modestie) renvoie effectivement à une construction morphologique similaire: ein= un/une et le deuxième élément étant dérivé du verbe falten: plier.

Sauf que pour l'adjectif einfach, le plus utilisé pour signifier simple, l'étymologie et la morphologie sont complètement différentes.

Au départ, ce terme signifiait tout ensemble, simple, modeste, sobre, pas compliqué et unique, fait en une fois. Son antonyme : mehrfach ( en plusieurs fois, ou en plusieurs exemplaires) supérieur à zweifach ( en double). De même on trouve tausendfach (mille fois) hundertfach, etc...

Si le premier élément ein correspond bien à l'idée de "un", le deuxième élément -fach signifiait "partie, élément". En ancien haut-allemand fah désigne un mur, en ancien saxon fak est une paroi, une partie d'un mur, en ancien anglais fæc un espace intermédiaire ou aussi un espace de temps, un moment.

En moyen haut-allemand, il y a l'adjectif gevach (fréquent, qui arrive plusieurs fois), tout ceci à ramener à un étymon du germanique occidental (*faka-, venant lui-même de l'étymon indo-européen *pak-, *pag- (deux variantes) auxquelles on peut rattacher le latin pangere renforcer, le grec pêgnunai (πηγνύναι).

Ce terme Fach apparaît encore dans ses premières acceptions dans plusieurs mots appartenant au vocabulaire de différents métiers (Fachwerk). Dach und Fach (toit et tous les espaces intermédiaires) signifiait la maison entière . Un Fachwerkhaus est une maison à colombage (les espaces intermédiaires entre les poutres porteuses sont remplis de torchis, de glaise ou de tuiles). Le terme a évolué vers une notion de discipline : Facharzt= médecin spécialiste, Schulfach = discipline scolaire, etc...

Enfin, utilisé comme élément suffixe pour former des adjectifs, il va indiquer une multiplication, une augmentation de fréquence ou de nombre.

Einfach en une fois, donc oui, simple !

Mais rien à voir avec la morphologie un + pli ! croyez-moi, ça ne fait pas un pli !

Un p'tit coup de vert en haut !


Dernière édition par rejsl le Sunday 02 Oct 11, 11:55; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8285
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 02 Oct 11, 6:34 Répondre en citant ce message   

On retrouvera donc le mot allemand einfach - et son équivalent grec ἁπαξ [hapax] - au sein de la grande famille PACTE.

Dernière édition par Papou JC le Monday 03 Oct 11, 10:12; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10774
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 03 Oct 11, 10:04 Répondre en citant ce message   

rejsl a écrit:
Max Azerty a dit, en début de message:
Citation:
Pour simple, l'allemand dit einfach, qui renvoie à la même construction.

Sauf que c'est faux!

Il faudrait ouvrir dans la partie Café Babel un Fil répertoriant les approximations et énormités de ce virus nommé Max-Azerty.
Et saluer en passant le travail de ceux qui passent la serpillère derrière.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008