Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Sonner les cloches à quelqu'un - Expressions, locutions, proverbes & citations - Forum Babel
Sonner les cloches à quelqu'un

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9849
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 01 Nov 08, 18:54 Répondre en citant ce message   

J'ai cherché quelle pouvait bien être l'origine de cette expression mais ne l'ai pas trouvée dans les ouvrages dont je dispose ni sur Internet.
Alors j'ai une explication à vous proposer : vous connaissez probablement le mot charivari et ce qu'il signifie. L'étymologie du mot est obscure, oublions la, ce n'est pas notre propos. Le sens premier du mot est le vacarme nocturne et durable que les jeunes gens faisaient autrefois - ou font encore - dans certains villages d'Europe sous les fenètres de certains "jeunes" mariés, notamment lorsque les noces étaient ou sont considérées comme plus ou moins normales, légitimes, naturelles (cas d'un barbon épousant une jeunesse, par exemple, ou l'inverse). Les objets permettant de faire le charivari sont les plus divers, les casseroles des cuisinières jouant généralement un rôle prépondérant à cette occasion. Or il se trouve que l'équivalent espagnol de charivari est cencerrada, de cencerro qui signifie, devinez quoi ? la "cloche qui pend au cou des vaches et moutons" et qui permet de les repérer lorsqu'ils s'éloignent dans les pâturages. Bref, pour faire leur charivari, les jeunes villageois de Castille et León (et probablement d'ailleurs), n'empruntent pas les casseroles de leurs mères mais les cloches de leurs bêtes, et ainsi armés, vont littéralement "sonner les cloches" sous les fenêtres de qui de droit. Je sais bien que sonner les cloches à quelqu'un a de nos jours un sens différent, mais tout de même, sachant que les sens des mots et des expressions évoluent sans cesse au fil des siècles, je ne serais pas étonné que cette expression trouve là son explication. Mon hypothèse est qu'on sonne ces cloches au cours d'un charivari, au sens propre et au sens figuré, et qu'on le fait probablement dans un certain nombre de lieux divers en Europe, ce qui reste à vérifier, évidemment. Merci d'avance à qui voudra bien confirmer ou infirmer mon hypothèse.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3437
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 02 Nov 08, 10:28 Répondre en citant ce message   

Le « charivari aux veufs » (i.e. aux veufs et veuves qui se remarient avec des jeunes) est discuté par Arnold van Gennep dans Le Folklore français, tome I, p. 527 et suiv. et, comme objets bruyants utilisés, il donne : « chaudrons, casseroles, sonnettes, cloches à vaches, grelots de chevaux ou de mulets, faux, morceaux de fer et de zinc, trompe en corne, en terre cuite ou en écorce, sifflets rustiques ou industriels, cri de la belle-mère ».

(note : pour ceux qui ne le connaissent pas, « cri de la belle-mère » est le nom français traditionnel de la zambomba espagnole ou du Waldteufel allemand ;
pour en parler, ouvrir un nouveau fil : ici, tout sera supprimé)

Mais c'est plus haut (p. 188) qu'il donne toute l'extension du charivari :

Citation:
… il s'adresse non pas seulement aux veufs et aux veuves qui se remarient, mais aussi aux maris battus par leur femme ; aux avares, notamment dès la période enfantine, aux parrains et marraines chiches de dragées et de sous ; aux étrangers qui, venus s'installer ou même de passage, ne paient pas la bienvenue ; aux filles folles de leur corps ; aux femmes adultères ; aux ivrognes invétérés, brutaux et tapageurs ; aux dénonciateurs et calomniateurs ; aux maris qui courent trop le guilledou : bref, à tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, excitent contre eux l'opinion publique de la communauté locale.

Il s'agit donc clairement d'une réprimande populaire et il n'y a aucun glissement de sens dans l'usage actuel des expressions « sonner les cloches à … » ou « se faire sonner les cloches ». L'interprétation de J.-C. Papou semble bien légitime, même sans faire appel à la cencerrada qui n'est ici qu'une cerise sur le gâteau …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9849
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 17 Nov 08, 11:41 Répondre en citant ce message   

Merci beaucoup pour confirmer ainsi - et savamment - mon intuition. Mais la cencerrada n'a pas été pour moi "la cerise sur le gâteau" : c'est bien l'utilisation claire des cloches dans la cencerrada qui m'a mis sur la piste, car le peu que je savais du charivari, c'est qu'on s'y servait surtout de casseroles.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6480
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Sunday 13 Dec 09, 20:42 Répondre en citant ce message   

Citation:
n'empruntent pas les casseroles de leurs mères mais les cloches de leurs bêtes, et ainsi armés, vont littéralement "sonner les cloches"


Extrait du fil : Übersitz - Sonneurs de cloches de Meiringen (Suisse)
Jacques a écrit:
Quand j 'étais étudiant, j’ai travaillé 3 hivers dans des camps de ski français en Suisse, dans l’Oberland Bernois.

Un soir, vers le Nouvel An, vers minuit peut-être, une douzaine de gars du village sont entrés dans la grande salle du chalet, sans rien dire, chacun portant a` 2 mains devant lui une cloche de vache qui semblait énorme et qu'il faisait sonner en la poussant d’un genou, puis de l’autre . C'était comme une danse lente, dans un vacarme du diable. Nous, Français, les avons observés. Il nous ont tocsinnés pendant 10 minutes, puis sont partis, sans rien dire, toujours en sonnant en cadence cette marche infernale.
Citation:
Lors de la semaine des sonneurs de cloches, les indigènes ont le coeur qui bat la chamade. La coutume traditionnelle qui consiste à chasser les mauvais esprits durant la dernière semaine de l’année se réveille à nouveau. Les tonalités rythmées des cloches et les frappes cadencées des tambours contribuent à éloigner les démons. A l’issue de cette semaine – le dernier jour ouvrable de l’année – les cortèges de sonneurs de cloches provenant des différents villages de la vallée, se rencontrent à Meiringen pour le « Ubersitz ». Les divers trains de sonneurs éloignent avec leurs impressionnants cortèges à travers le village tous les mauvais esprits de la vallée et attirent de nombreux indigènes et touristes.


Dernière édition par Jacques le Monday 21 Apr 14, 17:04; édité 3 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11109
Lieu: Lyon

Messageécrit le Saturday 19 Apr 14, 13:55 Répondre en citant ce message   

Lire le MDJ cloche.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6480
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Monday 21 Apr 14, 16:54 Répondre en citant ce message   

Si un vacarme rituel de cloche permet de faire partir les mauvais esprits, alors, en toute logique, sonner les cloches à quelqu'un devrait le débarrasser de ses mauvaises intentions ou de ses humeurs indésirables.

Si vous avez des enfants insupportables ou des éléments perturbateurs dans votre salle de classe, essayez donc de leur sonner les cloches.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008