Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Mots péjoratifs à l'adresse des femmes - Langues d'ici & d'ailleurs - Forum Babel
Mots péjoratifs à l'adresse des femmes
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues d'ici & d'ailleurs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3514
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 24 Mar 14, 18:47 Répondre en citant ce message   

Autriche Autriche ( et Bavière) : eine Schastrommel sein

Terme particulièrement dévalorisant qui peut avoir deux significations.

1) Désigne une sorte de concierge, une femme qui raconte n'importe quoi et particulièrement des vacheries sur les autres ( commèrage au pire des sens).

2) Par extension, désigne une vieille femme...

Origine : Schas mot argotique et dialectal désignant le bruit produit par un pet.
die Trommel : instrument de musique : tambour.

Ce serait donc un tambour dont les sons seraient du plus bas niveau, équivalent à ceux produits par les flatulences.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3514
Lieu: Massalia

Messageécrit le Tuesday 25 Mar 14, 9:12 Répondre en citant ce message   

Autriche Autriche , Bavière, peut-être Suisse

Brunzbuschn : un terme particulièrement vulgaire et injurieux pour désigner une personne laide. S'emploie surtout à l'égard des femmes.

étymologie: der Busch : le buisson
brunzen : verbe utilisé en Autriche ( dialectal) = pisser
die Brunze = la pisse


En fait, directement issu du moyen haut allemand où le verbe brunzen signifiait : jaillir en fontaine , ce qui a donné en allemand moderne der Brunnen : la fontaine.


En Autriche, ce mot composé Brunzbuschn ( buisson à pisse) est un synonyme vulgaire de Schamhaare qui désigne les poils pubiens.

Comme on peut le voir, une insulte des plus raffinées...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11048
Lieu: Lyon

Messageécrit le Friday 17 Oct 14, 10:28 Répondre en citant ce message   

Royaume-Uni dog (très familier)
- fille moche
- thon

On peut donc en anglais traiter une fille de dog [= chien =) fille moche] et de bitch [= chienne =) salope/garce/connasse].
Mais ce n'est, dans les 2 cas, ni gentil ni joli.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11048
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 27 Oct 14, 11:20 Répondre en citant ce message   

Italien - FIG ragionamenti che non stanno né in cielo né in terra
(= des raisonnements qui n'existent ni au ciel ni sur Terre)
= raisonnements de femme soûle


Une femme soûle déraisonne-t-elle plus qu'un homme saoul ?


Lire le Fil Expressions d'origine astronomique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6474
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Monday 27 Oct 14, 15:12 Répondre en citant ce message   

J'ai une autre explication qui, en fait, est plutôt défavorable aux hommes
Pourquoi Femme saoûle semble-t-il très méprisant ?

J'ai trouvé dans un courrier de 1890 d'un Parisien vivant à Londres qu'il était choqué de voir des femmes saoûles en public, car les femmes étaitent, à sa connaissance, plus responsables dans ce domaine. Apparemment l'ivrognerie féminine en France était rare et sans doute limitée aux dames descendues très bas dans d'autres domaines.

Phénomène semblable : la vulgarité du langage est, à ma connaissance moins acceptable chez les femmes que chez les hommes, je l'observe en français et en anglais.

Addendum : Notons aussi qu'avec une même quantité d'alcool, l'état l'ibriété est plus rapide et plus intense lorsque le poids corporel est faible, ce qui rend la femme de poids moyen plus vulnérable que l'homme de poids moyen.


Dernière édition par Jacques le Monday 27 Oct 14, 15:34; édité 3 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11048
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 27 Oct 14, 15:17 Répondre en citant ce message   

Mon idée est plutôt qu'on a longtemps considéré dans l'Histoire que les femmes étaient douées de peu de raison (voir le temps qu'il a fallu pour leur donner le droit de vote ou de posséder un compte en banque).
Alors une femme soûle, quelle capacité de raisonnement pourrait-il lui rester ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Géli



Inscrit le: 04 Nov 2014
Messages: 8
Lieu: Midi-pyrénées

Messageécrit le Sunday 09 Nov 14, 15:36 Répondre en citant ce message   

Hommasse
- femme qui a les manières, le langage, ou bien le physique d'un homme. On peut dire aussi "s'hommasser" ...

Marie-couche-toi-là
- attesté au 17ème, se dit d'une femme facile ou très portée sur le sexe. C'est tombé en désuétude depuis la libération de la femme, bien sûr.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11048
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 10 Nov 14, 10:12 Répondre en citant ce message   

@ Géli :
- ces 2 mots sont déjà cités plus haut dans ce Fil (03.10.2011 et 19.11.2011)
- pense à mettre en gras les mots que tu proposes, cela rend la lecture de ce Fil plus facile (merci)


Géli a écrit:
On peut dire aussi "s'hommasser".

- S'hommasser, verbe pronom.[Sur le modèle de s'efféminer] Devenir hommasse. [ TLFi ]

- Quoi qu'en aient dit quelques moralistes qui ont voulu donner aux deux sexes la même éducation physique, la femme qui s'hommasse n'a pas plus d'empire sur les hommes, que l'homme qui s'effémine n'en a sur les femmes.
(Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 330)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10459
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 10 Nov 14, 10:21 Répondre en citant ce message   

Géli a écrit:
Marie-couche-toi-là
- attesté au 17ème, se dit d'une femme facile ou très portée sur le sexe. C'est tombé en désuétude depuis la libération de la femme, bien sûr.

Je ne suis pas sûr que cette locution soit vraiment tombée en désuétude. Les plus âgés d'entre nous - et les jeunes puritains - doivent bien encore l'utiliser de temps en temps.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11048
Lieu: Lyon

Messageécrit le Wednesday 12 Nov 14, 16:55 Répondre en citant ce message   

Italien versiera
- LITT diablesse - démone
- (FIG / rare) femme acariâtre - sorcière

Lire les Fils suivants :
- versiera (italien)
- diable (Dictionnaire Babel)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11048
Lieu: Lyon

Messageécrit le Wednesday 07 Jan 15, 14:13 Répondre en citant ce message   

Italien befana
- PEJ (donna brutta) femme laide (et éventuellement vieille)

- che befana, quella ragazza!
= (mauvais caractère) quelle chipie !
= (laideur) quelle mocheté, cette fille !


Lire le MDJ épiphanie.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11048
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 04 Jan 16, 11:50 Répondre en citant ce message   

- 'My client? She's a disagreeable old trout', says defence barrister.
= "Ma cliente ? C'est une vieille bique désagréable !", déclare son avocat.

[ The Daily Telegraph - 14.12.2015 ]


Royaume-Uni old trout (= vieille truite)
- PEJ vieille bique

Lire le Fil Expressions : autre langue, autre animal.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
RAS



Inscrit le: 27 Jan 2018
Messages: 1
Lieu: lyon

Messageécrit le Saturday 27 Jan 18, 18:07 Répondre en citant ce message   

Azwaw a écrit:
On a également la fameuse morue pour désigner une femme laide...

D'après le Larousse, les femmes qualifiées de morues sont des prostituées et non pas des femmes laides.

Je suis étonnée de ne pas voir les fameux chienne, cochonne, truie et chatte (en chaleurs), pour désigner paradoxalement, des femmes " faciles".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ion
Animateur


Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 297
Lieu: Liège

Messageécrit le Saturday 27 Jan 18, 18:56 Répondre en citant ce message   

La Befana est peut-être laide, mais elle est bien gentille ! C'est la sorcière qui distribue des jouets aux enfants le 5 janvier, veille de... l'Épiphanie, d'où elle tire son nom.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3505
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 28 Jan 18, 16:45 Répondre en citant ce message   

Cette sorcière m'a fait penser à une expression amusante qui est un bon exemple de ce qu'une pruderie imbécile peut faire dire à de prétendus érudits.
Il s'agit des rôtisseuses de balai !

Écoutons le TLFi :
TLFi, s.u. balai, a écrit:
rôtir le balai
a) Être réduit, faute de bois, à brûler le balai pour se chauffer.
b) Au fig. Mener une vie misérable, végéter dans la médiocrité.
− P. ext. Mener une vie de débauche et de désordre :
Celui-là, c'est autre chose. C'est un homme du monde... de province, honorable... jusqu'à un certain point... mais seulement un peu brûlé... pour avoir trop rôti le balai... Maupassant, Contes et nouvelles, t. 2, Yvette, 1884, p. 527.

Bien sûr, le dictionnaire de l'Académie y est pour quelque chose :
Ac. 8e éd. a écrit:
Prov. et fig., Rôtir le balai signifiait proprement Le laisser endommager par le feu, et figurément Passer sa vie, ou plusieurs années de sa vie, dans quelque emploi de peu de considération. Il signifie aujourd'hui Vivre dans la galanterie, dans le désordre en parlant d'une femme. Elle a longtemps rôti le balai.

Mais, curieusement, ce sens de médiocrité, prétendu ancien, je ne l'ai trouvé que chez georges Pérec, un auteur bien récent :
Wiktionnaire a écrit:
(Figuré) Mener une vie misérable, végéter dans la médiocrité.
Il comprit, quand il fut sans un rond, qu’il n’allait pas fort, qu’il bambochait trop, qu’il tournait mal, qu’il rôtissait son balai, qu’il n’avait qu’instincts dissolus. — (Georges Perec, La Disparition, Gallimard, Paris, 1969)

Heureusement, un membre helvète du forum WordReference a été capable de dénicher une citation de mon bon Giacomo en plein XVIIIe :
Casanova, Histoire de ma vie, a écrit:
C'était un sénateur qui à l'âge de soixante et dix ans, ne voulant plus se mêler d'affaires d'État, menait une vie heureuse dans son palais, mangeant bien, et ayant tous les soirs une assemblée très choisie de dames qui avaient toutes rôti le balai, et d'hommes d'esprit qui savaient tout ce qui arrivait de nouveau dans la ville.

Et là, nous avons enfin un sens cohérent qui nous permet d'illustrer combien le symbolisme permet de subtils passages entre exotérisme et ésotérisme :

niveau 0 : cette servante (ou jeune mariée) est incompétente et brouillonne, elle pose le balai près de la cheminée comme si elle ne savait pas qu'il est en bois et va brûler …
niveau 0 bis : cette femme est tellement paresseuse qu'elle a brûlé le balai pour ne pas avoir à balayer …
niveau 0 ter : cette pauvre veuve n'a plus que son balai à brûler pour réchauffer ses bambins malades … (snif)
niveau 1 : cette sorcière a chevauché tant de balais et si près de l'Enfer qu'ils s'en sont trouvés tout roussis …
niveau 2 : cette Messaline ne s'est pas privée d'introduire de nombreux et fermes membres dans son ventre brûlant …

Je laisse le lecteur évaluer le plus ou moins grand degré de misogynie de ces diverses interprétations, chacun a là-dessus ses propres critères. Moi, si je n'ai illustré « rôtir le balai » qu'au féminin, ce n'est que parce que je ne l'avais jamais lu qu'ainsi. Quant à Georges Pérec, je comprends bien aussi que dans la Disparition il n'avait guère le choix …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues d'ici & d'ailleurs Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 6 sur 7









phpBB (c) 2001-2008