Dictons de mars en wallon
Spots so l’tins
Dictons météorologiques wallons




MǺS
MARS


Quand i ploût al sint Aubin, vos n’aros ne fwin ne strin (Céroux-Mousty)
Quand il pleut à la saint Aubin (1-3), vous n’aurez ni foin ni paille

Al sint Aubin, l’avône å vint
A la saint Aubin, l’avoine au vent (il est temps de semer)

Li Sinte-Colète, C’èst l’djoû dès-âlouwètes
La sainte Colette (6-3), C’est le jour des alouettes

Al sint Grégwère c’èst l’djoû k’on sème les ognons, minme dins l’brous (Céroux-Mousty)
A la saint Grégoire( 12-3), c’est le jour où on sème les oignons, même dans la boue

Cinsîs (8), si vos v’los m’crwère, tondo vos bèdos (9) al sint Grégwère (Céroux-Mousty)
Censiers, si vous voulez m’en croire, Tondez vos moutons à la Saint Grégoire

A l’Sinte-Djètrou, On t’chåffe si cou
A la sainte Gertrude (17-3), On chauffe son cul

A l’ Notru-Dame di Mås, c’èst l’prumî bizåhe(1) des hanteûs
A Notre-Dame de mars (Annonciation : 25-3), c’est la première fugue des amoureux

Brouillard di mås, djèlèyes di mè (Nivelles)
Brouillard de mars, gelées de mai

Cand la ronche goute ou mwès d' mârs, l' iviêr est houte.
Quand la ronce goutte au mois de mars, l’hiver est passé

Cand mârs truve ses potet plins, i lzî lêche; s'i n' î sont nin, i lz aplani louminme.
Quand mars trouve des flaques d’eau pleines, il les laisse là; si elles ne le sont pas, il les remplit lui-même

Comme mås troûve lès potès, I lès lêt
Comme mars trouve les flaques d’eau, il les laisse
(Il pleut jusqu’à la fin du mois, le mois finit comme il a commencé)

Come maus' i trove ses potias, c’est insi k’i lès lèye là (Nameûr )
Comme mars trouve les flaques, c’est ainsi qu’il les laisse là (Namur)

Håle(2) di mås’ si d’håsse(3), håle d’avri d’mane todi
Hâle de mars disparaît (se déchausse), hâle d’avril perdure (reste toujours)

Ès meus d’mås, On s’deut vèye dihåssi ses tchåsses
Au mois de mars, on doit se voir ôter ses bas

Freûd mås èt tchôd avri Fêt lès heûres (4) rimpli
Froid mars et chaud avril emplissent les granges

On n’èst nin r’sètchi d’one nûleye(5) K’il arive cor one djiboulèye (NAMUR)
On n’est pas séché d’un nuage, qu’il arrive encore une giboulée

Qwand i ploût è meus d’mås, Li laboureû a håsse (6)
Quand il pleut au mois de mars, le laboureur a hâte

Qwand i tone è mås, Li laboureû a håsse,
Qwand i tone èn- avri, I deut s’réjoui

Quand il tonne en mars, le laboureur a hâte
Quand il tonne en avril, il doit se réjouir


Qwand l’abricotî pwète ses fleûrs, Les djoûs, les nutes ont l’minme longueûr
Quand l’abricotier porte ses fleurs, Les jours, les nuits ont la même longueur

Qwand l’bîhe rouvèye févrîr, èle ni rouvèye nin mås
Quand la bise oublie février, elle n’oublie pas mars

Qwand mås’ troûve des potês, El’ zè lêt (HUY)
Quand mars trouve des flaques d’eau, il les laisse
(Mars finit comme il a commencé, en ce qui concerne la pluie)

Sètch mås èt frèh (7) avri, Li laboureû si rèdjouwit
Sec mars et avril mouillé, le laboureur se réjouit


Si è meûs d’mås, i fêt dè vint, Nos årans dès pomes to plin
Si au mois de mars, il y a du vent, nous aurons beaucoup de pommes (des pommes tout plein)





1) Bizåhe :de bizer, afiler, s'enfuir. Ancien fr. : beser, francique bisôn, courir ça et ,là

2) Ici : hâle. Mais « les håles di mås » signifient aussi : les bises de mars

3) d’håssi : du latin discalceus : déchaussé

4) heûres : anc.fr : scure, de l’ancien haut allemand”scûr”, néerl : schuur

5) ancien français “niulée”, dérivé de niule, nuage, latin nebula

6) håsse : ancien français « haste », d’origine germanique (hasten : se précipiter)

7) frèh, du germ. « frisk », ancien français « freis », français: frais. (En liégeois, frais se traduit par « fris »)

8)une "cense": ferme, métairie

9)bèdot: terme enfantin, désignant un agneau, un jeune mouton






Tous les dictons :
Printemps - Eté - Automne - Hiver
Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre


index & contact