Histoire & Patrimoine
des Rivières & Canaux


Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
  Canal de la Haute Seine  

 

Le canal de la Haute Seine se décompose en deux parties distinctes : le canal de la Haute Seine proprement dit, et son prolongement vers l'amont, jamais mis en service, et nommé "canal sans eau". Nous les présentons tous deux mais, une fois n'est pas coutume, de l'aval vers l'amont.

Barberey

Le pont-canal en fonte de Barberey-Saint-Sulpice (photo Eric Berthault)

 

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
canal latéral

Devait relier
Bar-sur-Seine
à l'Aube près de son confluent avec la Seine

Origine physique et administrative
Bar-sur-Seine (Aube) à la cote approximative 153 m.

Extrémité physique et administrative
Marcilly-sur-Seine (Marne) à la cote 68 m

Sens conventionnel de descente
De Bar à l'Aube

longueur
76 km (mais seulement 44 furent réellement livrés à la navigation)

 

 

Structure administrative de rattachement
DDE de la Marne et de l'Aube, subdivisions de ?

Statut actuel
Radié, et en partie aliéné

Raisons de sa construction
Doubler la Seine dans sa partie navigable devenue insuffisamment efficace

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
(à voir)

Personnalité importante ayant impulsé sa construction
Napoleon 1er

Conception initiale
Descolins, Gagneur, De Limay (1824), Lhoste

Conception finale
Lhoste, Pierre-Olivier Lebasteur

 

Savières

Le pont-canal et l'écluse de Savières
(reconstitution graphique par Charles BERG 1989-1991)

 

 

Savieres

Le pont-canal et l'écluse de Savières aujourd'hui
(photo Eric Berthault)

 

Remarques

Un beau gâchis

Le canal de la Haute Seine est le prototype de l'ouvrage dont on n'a pas su voir l'intérêt patrimonial. Par son aliénation et sa transformation de kilomètres entiers en rocades routières, Troyes s'est privée de la possibilité d'avoir un port touristique en plein centre historique ancien. C'est un gâchis énorme qu'il sera très difficile de réparer. Il était aussi dans les projets de le raccorder au canal de Bourgogne d'un côté (vers Saint-Florentin) et au canal Latéral à la Marne de l'autre côté (vers Vitry-le-François). Rien n'en a été commencé.

 

(au-dessus, présentation globale du canal de la Haute Seine)

Canal de la Haute Seine (proprement dit)

 

 

 

Cette partie du canal fut naviguée, et ses cinq dernières écluses furent même portées au gabarit Freycinet, ce qui lui permit de travailler jusqu'à la fin des années 1960.

St-Just

L'écluse double à guillotines n°12-13 de Saint-Just-Sauvages (photo Eric Berthault)

 

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
canal latéral

Relie
Troyes
à l'Aube près de son confluent avec la Seine

Origine physique et administrative
Troyes (Aube) à la cote approximative 105 m.

Extrémité physique et administrative
Marcilly-sur-Seine (Marne) à la cote 68 m

Sens conventionnel de descente
De Troyes à Marcilly

longueur
44 km

Nombre d'écluses
14 dont une double

Gabarits
A l'origine, gabarit "Becquey" un peu gonflé, soit 34 m sur 5,20 m, mouillage 1,70 m, hauteur libre 3,57 m.
Aujourd'hui : gabarit "Freycinet", soit 39 m sur 5,20 m, mouillage 2 m, hauteur libre 3,70 m, sur les écluses 11 à 15. Gabarit Becquey en amont.

 

 

Structure administrative de rattachement
DDE de l'Aube, subdivision de ?

Statut actuel
Radié, et en partie aliéné

Raisons de sa construction
Doubler la Seine dans sa partie navigable devenue insuffisamment efficace

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
(à voir)

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration

Conception
Pierre-Olivier Lebasteur

Modernisation Freycinet
partielle vers 1933

Commencé en
1806

Mis en service
de Troyes à Méry : 25 octobre 1846
De Méry à Marcilly : 1er novembre 1851

Racheté par l'Etat en
??

Radié
de Troyes à Méry le 16.03.1942 et le 27.07.1957

 

L'écluse de Méry, au début du XXe siècle

Le canal au Pont Vert, au début du XXe siècle. À la fin du même siècle, à cet endroit, plus d'eau, plus de poissons, plus d'arbres, plus d'herbe. Il n'y a plus que du bitume : la technocratie est passée par là.

Le canal à Troyes, pas encore réduit à l'état de pièce d'eau d'agrément...

Vue aérienne du bassin de Troyes. Les ponts sont déjà condamnés mais tout en haut de l'image, on voit encore le départ du canal vers Bar-sur-Seine, qui n'a pas encore été comblé et transformé en boulevard Jules Guesde. Le château en bas de l'image est la préfecture.

 

Ouvrages remarquables
Ponts-canaux
de Barberey-Saint-Sulpice, Riancey, Savières et Droupt-Sainte-Marie
Écluse double
de Saint-Just-Sauvage

Système alimentaire
Prises d'eau à Troyes, Barberey, Saint-Mesmin, Mery et Saint-Oulph
À l'aval de l'écluse 14, le canal devait recevoir aussi l'eau de l'Aube par une dérivation de celle-ci navigable, appelée "canal du Docteur". Des vestiges de ce canal sont encore visibles sur place.

Voies d'eau adjacentes :
Canal du Docteur

Principales villes traversées :
Troyes, Méry-sur-Seine

Départements concernés :
Aube, Marne

Remarques


Le pont-canal de Barberey

Ce pont-canal, aujourd'hui dans un triste état malgré une protection au titre des MH, est un fleuron du patrimoine fluvial français : il est le plus ancien pont-canal métallique de France, en fonte, encore en place. Localement, on l'appelle le "pont Eiffel", sans que le fait qu'au moment de sa mise en service en 1846, le jeune Gustave n'était âgé que de 14 ans, ne dérange quiconque. En fait, il est dû à un ingénieur méconnu qui a travaillé auparavant sur le canal Latéral à la Loire : Pierre-Olivier Lebasteur. Lebasteur n'a même pas une rue ou un quai qui porte son nom à Troyes... La maçonnerie en aurait été faire par l'entreprise nivernaise Cavy, tandis que la bâche métallique viendrait des établissements parisiens du maître de forges Jean-Victor André. (Merci à Eric Berthault pour ces compléments) (retour au texte)


Le "canal du Docteur"

Une dérivation sans écluse, quittant l'Aube un peu à l'aval de l'écluse d'Anglure, devait rejoindre le canal de la Haute-Seine un peu à l'aval de son écluse 14 à Saint-Just-Sauvage, certainement dans le but d'éviter aux bateaux les derniers méandres de la rivière. Cette dérivation portait le nom de "canal du Docteur". Des vestiges en sont néanmoins encore visibles sur place. Les travaux auraient été effectués par des prisonniers de guerre encadrés par les soldats du maréchal Brune. Il n'a jamais été raccordé à ses deux extrémités. À la chute de l'Empire, il fut vendu au docteur Cserwinsky, médecin à Anglure, d'où son nom. (Renseignements aimablement transmis par Monsieur Jean-Paul Fénot)

 

Deux vues de la grande gare d'eau de Barberey, juste à l'amont de l'écluse n°3, de temps de leur splendeur. Tout au bout, le pont-canal et son écluse..

PC Barberey

Le pont-canal de Barberey, dans la construction duquel Gustave Eiffel n'est pour rien !

Troyes

L'écluse de Troyes, disparue aujourd'hui
(reconstitution graphique par Charles BERG 1990-1991)


La même vue, en vrai au début du XXe siècle. Le bateau est une flûte bourguignonne ou de Saint-Dizier de la H.P.L.M. montante vide vers le port de Troyes.

 

Liens :

Des photos du canal de la Haute-Seine, et l'avancement des travaux de réhabilitation, sur ce blog sympa

Le canal sur Wikipédia

La réhabilitation du canal est commencée

 

(au-dessus, présentation du canal de la Haute Seine utilisé)

Partie amont du canal de la Haute Seine, dite "Canal sans eau"

 

 

 

Cette partie du canal ne fut jamais naviguée. Mais contrairement à son surnom, elle fut mise en eau, et quelques portions de sa cuvette le sont encore.

Canal sans eau

Pont et écluse abandonnés sur le "canal sans eau"

 

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
canal latéral

Devait prolonger le canal jusqu'à
Bar-sur-Seine et même Polisot.

Origine physique et administrative
Bar-sur-Seine (Aube) à la cote approximative 153 m.

Extrémité physique et administrative
Troyes (Aube) à la cote 105 m

Sens conventionnel de descente
De Bar à Troyes

longueur
32 km

Nombre d'écluses
18

Gabarit
Gabarit "Becquey" un peu gonflé, soit 34 m sur 5,20 m, mouillage 1,70 m, hauteur libre 3,57 m.

 

 

Structures administratives de rattachement
Communes riveraines et propriétaires fonciers (emprise revendue)

Statut actuel
Aliéné

Raisons de sa construction
Doubler la Seine dans sa partie navigable devenue insuffisamment efficace

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
(à voir)

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration

Conception

Commencé en
1848

Mis en service
Jamais

Racheté par l'Etat
??

Déclassé en
?

Aliéné en
?

 

Le départ de la partie amont du canal avant son comblement. Le bâtiment est la piscine du Vouldy, construite dans les années 1930, et dont la façade Arts Décos est aujourd'hui protégée au titre des Monuments Historiques.

Saint-Julien

L'écluse de Saint-Julien-les-Villas, disparue aujourd'hui
(reconstitution graphique par Charles BERG 1991-1992)

Le même site aujourd'hui. L'écluse est toujours là, sous le terre-plein.

L'écluse des Bas-Trévois, aujourd'hui disparue, était la première en montant de Troyes à Bar-sur-Seine.

Juste à l'aval de l'écluse des bas-Trévois se trouvait le port à bois, et stationnait le bateau-vidange "Réséda", qui semble du type "nantais"

Le "canal sans eau" à Bréviandes, au début du XXe siècle. Les deux ponts existent toujours. En-dessous passe aujourd'hui la RN 71.

Deux vues de l'écluse de Saint-Parres-lès-Vaudes, attendant en vain d'être équipée de portes et mise en service, au début du XXe siècle.

Bourguignons

L'écluse de Bourguignons, la première en descendant de Bar-sur-Seine à Troyes, disparue aujourd'hui. On en voit encore la maison éclusière ainsi que la grosse maison de droite qui était destinée à l'administration du canal, aujourd'hui chambres d'hôtes.
(reconstitution graphique par Charles BERG 1993)

Le "canal sans eau" en avait bien, la preuve ! Nous sommes ici à Bar-sur-Seine, à l'extrémité amont du canal. On remarquera les arbres plantés entre le canal et les chemins de halage, empèchant celui-ci.

Toujours Bar-sur-Seine. Aujourd'hui, à cet endroit, il serait difficile de tirer le moindre poisson : c'est la RN 71 !

 

 

Ouvrages remarquables
Pont-canal
de l'Hozain
Divers vestiges
d'écluses et de ponts

Système alimentaire
Prises d'eau à Bar-sur-Seine et sur des affluents de la Seine

Voies d'eau adjacentes :
Aucune

Principales villes traversées :
Bar-sur-Seine, Troyes

Départements concernés :
Aube

Remarques

Un canal sans eau

Ce tronçon fantomatique du canal, construit effectivement de Troyes à Bar-sur-Seine, mais pas au-delà, tire son nom du fait que dans un bief, il fuyait (car il y eut des essais de mise en eau). Le remède est simple : un corroyage d'argile. Mais la compagnie des chemins de fer de l'Est qui construisait à la même époque sa ligne parallèle de Troyes à Châtillon-sur-Seine, fit pression sur les banques pour que jamais les crédits pour acheter l'argile ne soient débloqués. L'affaire traina en longueur, le chantier s'arrêta, le canal servit de dépôt d'ordures, et fut enfin remblayé, à la grande satisfaction du chemin de fer qui ne vit pas arriver la concurrence du camion, et se fit marginaliser à son tour. L'histoire du chat, de la belette et du lapin...

 

Deux vues de l'ancienne écluse des Marots ou de Saint-Thibault, aujourd'hui paysagée et intégrée dans la zone industrielle de l'écluse des Marots

 

< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
Retrouvez les bateaux fluviaux du Bassin Parisien dans le CDrom "Bateaux des Rivières et Canaux de France", version très enrichie (plus de textes, plus d'illustrations, et même quelques bateaux supplémentaires) du département "Bateaux" du présent site, édité par l'association HiPaRiCa. Voir la présentation et la commande ici et ici.