Histoire & Patrimoine
des Rivières & Canaux


Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
  Rivière Seine
et canal de Tancarville
 

 

La Seine navigable se décompose en cinq parties : la Petite Seine, la Haute Seine, la traversée de Paris, la Basse Seine, et la Seine Maritime avec le canal de Tancarville. Chacune de ces parties est présentée individuellement.

Mais la "Seine" est une usurpatrice. Et par deux fois qui plus est...

source

La déesse Sequana, par le sculpteur Auban, aux sources de la Seine, à Saint-Germain-Source-Seine, en Côte d'Or

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
Rivière canalisée

Relie
Méry-sur-Seine
au Havre

Origine physique et administrative de la partie navigable
Méry (Aube)
à la cote 80 m

Extrémité physique et administrative
Le Havre (Seine-Maritime) à la cote 0 m

Sens conventionnel de descente
De Méry au Havre (bien logiquement)

Longueur de la partie classée navigable
563 km

Système alimentaire
La rivière elle-même

Origine du nom de la rivière
La "petite soeur de l'Yonne"
César mentionne Sequana, qui pourrait provenir de Is-Ica-Onna, dans lequel on retrouve les racines hydronymiques celtes Is et Onna, reliées par celle, préceltique Ica. Celà ferait de la Seine une seconde Yonne, une "petite soeur" de l'Yonne. Notons qu'à l'aval de Lutèce, la Seine s'appelle alors Rhodanus, comme le Rhône.

 

Structures administratives de rattachement
DDE de l'Aube, Service navigation de La Seine

Statut actuel
En service

Raisons de sa construction
Rivière importante commercialement, ce qui lui a certainement valu le titre de fleuve au détriment de l'Yonne, plus importante mais moins accessible depuis la Saône.

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
La Seine est propriété de l'Etat

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfigurations
La Seine est naviguée depuis l'Antiquité
Projet de dérivations éclusées par Sganzin et Cessart en 1796

Conception
Charles Poirée

Canalisation commencée en
1811 (écluse de Pont de l'Arche)

Mise en service
progressive à partir de 1838

Racheté par l'Etat en
Propriété de l'Etat

Radiée
de Mery à Marcilly le 27.07.1957

 

source

Les premiers mètres de la Seine, à Saint-Germain-Source-Seine (Côte d'Or). Au premier plan, le pont Paul Lamarche, du nom d'un gardien du site décédé en 2003 à l'âge de 101 ans. Le site de la source de la Seine est propriété de la Ville de Paris depuis 1864. À l'époque gallo-romaine, était ici rendu un culte important à la déesse Sequana, comme en témoigne la découverte à partir de 1836 d'un sanctuaire riche de plusieurs ex-votos conservés aujourd'hui dans le musée de Dijon. La longévité assez exceptionnelle de Paul Lamarche tend à prouver le caractère bienfaisant de l'eau de cette source !

La déesse Sequana, à Châtillon-sur-Seine

 

Remarque importante

La Seine : une usurpatrice

Signalons tout de même que d'après les géographes et les hydrologues, la Seine se jette dans l'Aube non loin de Romilly, et que cette dernière se jette dans l'Yonne à Montereau (ce que confirment les chiffres des surfaces de bassins versants et des débits, et qui est très net en vues aériennes, merci Géoportail). La "Seine" qui traverse Paris et Rouen n'est donc qu'une usurpatrice, qui vole par deux fois à d'autres rivières le titre de cours principal. Ce que nous présentons ici n'est donc autre que le prolongement de l'Aube navigable, et celui de l'Yonne, ce qui fera au moins plaisir aux Bourguignons. En fait, il semble que nos ancêtres aient nommé ainsi un axe commercial, sans se soucier de questions de débit ou de longueur. Or, de l'Aube, de l'Yonne et de la Seine, c'est cette dernière qui est la plus facile à rejoindre par roulage depuis la Saône. Pour information, le bassin versant de l'Aube à son confluent avec la Seine est de 4 700 km², tandis que celui de cette dernière n'est que de 4 000 km². Le débit moyen et le bassin versant de l'Yonne à Monterau sont respectivement de 93 m³/s et de près de 10 800 km², tandis que ces mêmes valeurs pour la Seine sont de à peine 80 m³/s et 10 300 km². Sur ce sujet, voir ce site.
Signalons aussi que l'on cherchera en vain une mention de cette usurpation sur les panneaux explicatifs placés sur le site des sources de la Seine, à Saint-Germain-Source-Seine, en Côte d'Or.

Sequana : "la rivière de l'Yonne"

Le nom latin de la Seine, Sequana, serait, d'après les linguistes, une déformation due à César du nom celte de la rivière "Is-Ica-Onna", ce qui peut se traduire par "la rivière de lca-Onna (l'Yonne)", soit "la rivière qui rejoint l'Yonne". Cela tend à corroborer l'idée que les Anciens avaient déjà repéré que la Seine était moins importante, hydrologiquement parlant, que l'Yonne. Mais elle était plus importante commercialement..
Remarquons qu'à l'aval de Paris, on lui a trouvé le nom de Rhodanus, comme le Rhône, c'est à dire une rivière "qui roule".

 

Le confluent à Montereau (source Geoportail)
(Promener la souris sur l'image)

 

 

(au-dessus, présentation globale de la Seine)

Petite Seine

 

 

 

La "Petite Seine" va de Marcilly/Seine à Montereau

Bernières

L'écluse de Marnay avant 2007. On aperçoit au loin le joli panache blanc de la centrale de Tchernob... Nogent-sur-Seine. (photo Eric Berthault)

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
Rivière canalisée à partir de Marcilly-sur-Seine


Dérivations :
En fait, cette partie comprend plusieurs longues dérivations en site propre qui sont autant de canaux latéraux :
1. dérivation de Bernières à Conflans, 13 km, 3écl.
2.dérivation de Beaulieu à Villiers, 9 km, 2 écl.
3. ancienne dérivation de Bray à la Tombe, 11 km, 3 écl.

Relie
le canal de la Haute Seine
à la Haute Seine

Origine physique et administrative de la partie navigable
Méry (Aube)
à la cote 80 m

Origine physique de la partie réellement navigable
Marcilly (Marne)
à la cote 68 m

Extrémité physique et administrative
Montereau (Seine-et-Marne) à la cote 47 m

Longueur de la partie classée navigable
94 km (dont 68 réellement navigables)

Temps minimum de parcours
2 à 3 jours

 

Structure administrative de rattachement
Service navigation de la Seine, subdivision de Nogent

Statut actuel
En service (sauf de Méry à Marcilly. Et la partie de Marcilly à Nogent est en attente d'importants travaux de dragage)

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
??

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
??

Conception
??

Commencée en
1ère moitié du XIXe siècle

Mise en service en
??

Racheté par l'Etat en
?

 

Conflans

Sur la Petite Seine : le barrage de Conflans (photo Eric Berthault)

Deux vues de l'écluse de Conflans-sur-Seine, au début du XXe siècle.

L'ancienne écluse de Bray

 

Nombre d'écluses
À l'origine : 13
Aujourd'hui : 11

Gabarits
A l'origine,
49 m sur 7,80 m (sauf Nogent : 38 m sur 7,80 m), mouillage 1,60 m, hauteur libre 3,55 m.

Aujourd'hui ,
de Marcilly à Nogent (4 écl.): 49 m sur 7,80 m (sauf Nogent : 38 m sur 7,80 m), mouillage 1,60 m, hauteur libre 3,40 m.

De Nogent à Bray-sur-Seine (la Grande Bosse) (5 écl.) : 120 m sur 8 m, mouillage 2 m, hauteur libre 4,35 m

De Bray-sur-Seine (la Grande Bosse) à Montereau (2 écl.) : 180 m sur 11,40 m, mouillage 2,50 m (enfoncement admis 2,20 m), hauteur libre 5,60 m

Ouvrages remarquables
Pont-levis
de Pont-sur-Seine
Pont-canal de Crancey
Moulins
de Nogent

Système alimentaire
La rivière elle-même et ses affluents

Voies d'eau adjacentes :
Aube, canal des Ravois, canal de Courtavant, canal de la Voulzie

Principales villes traversées :
Mery-sur-Seine, Pont-sur-Seine, Nogent-sur-Seine, Bray-sur-Seine, Montereau

Départements concernés :
Aube, Marne, Seine-et-Marne

Remarques


Mise à grand gabarit

Les travaux de mise à grand gabarit de 3000 tonnes de la Seine jusqu'à Nogent avancent progressivement. Actuellement on remonte jusqu'à Nogent avec des bateaux de 1000 tonnes. Il reste à réunir Port Montain à Nogent par le tronçon rectiligne dont les "casiers" sont déjà prêts depuis plusieurs années. (retour au texte)


Vestiges

Il subsiste un bajoyer gauche, vestige d'une ancienne écluse de petit gabarit (49 m) à Montereau, un peu à l'amont du confluent, en rive gauche, ainsi que les maçonneries d'un pertuis juste en face, en rive droite. C'était l'écluse et le barrage de Courbeton, les premiers construits en 1850 sur la petite Seine, et détruits entre 1891 et 1921. Le barrage était était un des premiers à hausses Chanoine. (retour au texte)


Une voie d'eau qui va s'effilochant

Cette partie de la rivière qui, soi-disant, arrose la capitale donne l'impression d'une voie d'eau qui va s'effilochant d'aval en amont, jusqu'à aboutir au cul-de-sac du canal de la Haute Seine, fermé. C'est dommage, car à partir de Nogent, il serait logique et relativement facile de lui faire rejoindre Vitry-le-François pour l'ouvrir sur l'Est de la France, et les pays germaniques.


Attention à la confusion

De plus en plus, l'on a tendance à inclure la partie de Marcilly à Nogent dans le canal de la haute Seine, ce qui est une erreur, même si un programme commun de réhabilitation concerne ces deux voies d'eau. La section concernée appartient à la Seine et non au canal de Haute Seine.

 

Vestiges de l'écluse et du barrage de Courbeton, à Montereau. (Photos Maurice Ballery, site Bord à bord)

Dans les années 1960, cette ancienne écluse de Courbeton est encore visible. On la devine à droite, grâce à sa maison éclusière. (Coll. Maurice Ballery)

Jaulnes

L'écluse et le barrage, encore à aiguilles, de Jaulnes, avant leur modernisation

L'écluse de Marnay est à présent équipée d'un ponton coulissant pour les plaisanciers (Photo Eric Berthault)

 

Liens : des photos de la Petite Seine sur ce blog
 

(au-dessus, présentation de la Petite Seine)

Haute Seine

 

 

 

La "Haute Seine" va de Montereau à Paris.

L'ancienne écluse de la Madeleine, entre Montereau et Saint-Mammès, aujourd'hui abandonnée

 

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
Rivière canalisée

Relie
La Petite Seine
à la Seine parisienne

Origine physique et administrative de la partie navigable
Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne)
à la cote 47 m

Extrémité physique et administrative
Paris-Bercy (Seine) à la cote 26,35 m

Longueur de la partie classée navigable
97 km

Nombre d'écluses
À l'origine : 12
Aujourd'hui : 8

Gabarit
A l'origine, 172 m sur 11,80 m (De Villeneuve-saint-Georges à Paris : 180 m sur 16 m) , mouillage 2 m, hauteur libre 4,26 m.
Aujourd'hui : 180 m sur 11,40 m, mouillage 3 m, hauteur libre 5,50 m

Temps minimum de parcours
Un jour et demi

Ouvrages remarquables
Pont suspendu de Port à l'Anglais

Système alimentaire
La rivière elle-même et ses affluents

Voies d'eau adjacentes :
Yonne, canal du Loing, canal de l'Essonne, Marne

Principales villes traversées :
Montereau, Saint-Mammès, Champagne, Melun, Evry, Corbeil, Draveil, Villeneuve-Saint-Georges, Ivry, Vitry...

Départements concernés :
Seine-et-Marne, Essonne, Val-de-Marne, Paris


 

Structure administrative de rattachement
Service navigation de la Seine, subdivisions de Melun et Joinville

Statut actuel
En service

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
??

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
??

Conception
??

Commencée en
??

Mise en service en
??

Racheté par l'Etat en
?

Remarques

La haute Seine n'est pas la même pour tout le monde

Pour le kayakiste et le canoëiste, la "haute Seine", c'est en amont de Troyes, voire de Bar-sur-Seine. Ne pas confondre, et bien savoir à qui on s'adresse !

 

Au début du XXe siècle, deux berrichons vont monter l'écluse de Champagne.

L'écluse de Samois, aujourd'hui supprimée

L'ancienne écluse de Melun. Ci-dessous, l'arrivée du toueur et de son convoi.

 

 

(au-dessus, présentation de la Petite Seine et de la Haute Seine)

Seine parisienne

 

 

 

C'est la Seine dans sa traversée de Paris.

paris XVIIIe 1

La Seine parisienne au XVIIIe siècle, avec la tour de Nesles. En bas à droite, on reconnaît, amarrée, une besogne (gravure du XIXe siècle)

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
Rivière canalisée

Relie
La Haute Seine
à la Basse Seine

Origine physique et administrative de la partie navigable
Paris-Bercy
(Seine) à la cote 26,35 m

Extrémité physique et administrative
Paris-Saint-Cloud (Seine) à la cote 26,35 m

Longueur de la partie classée navigable
13 km

Nombre d'écluses
À l'origine : 1 (la Monnaie)
Aujourd'hui : 0

Temps minimum de parcours
Une heure et demi

 

Structure administrative de rattachement
Service navigation de la Seine, subdivision de Paris

Statut actuel
En service

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
??

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
??

Conception
??

Commencée en
1838 par la création du barrage de Bezons

Mise en service en
1838, écluse de la Monnaie : avril 1854

Modernisée en
1880 puis les années 1960

Racheté par l'Etat en
?

 

Paris XVIIIe 2

La Seine parisienne au XVIIIe devant l'hôtel de ville et la place de Grève (dont on comprend l'origine du nom). Le bon peuple se réjouit du spectacle de quelques exécutions capitales... (gravure du XIXe siècle)

 

 

Gabarit
A l'origine,172 m sur 11,80 m, mouillage 3,20 m, hauteur libre de 4,09 m (PHEN) à 6,31 m. (l'écluse de la Monnaie avait pour gabarit 117 m sur 12 m, mais son franchissement n'était pas obligatoire et sa chute était très faible, voire nulle par moments. Elle est désaffectée puis détruite en 1923)
Aujourd'hui : 180 m sur 11,40 m, mouillage 3,50 m à l'amont du pont de Bir-Hakeim (Tirant d'eau admis : 3 m), 4 m à l'aval du pont (Tirant d'eau admis : 3,50 m), hauteur libre 6 m

Ouvrages remarquables
Ponts de Paris

Système alimentaire
La rivière elle-même et ses affluents

Voies d'eau adjacentes :
Canal Saint-Martin

Principales villes traversées :
Paris

Départements concernés :
Paris

 

Remarques

Au niveau des îles, la traversée de Paris est réglementée : le petit bras (ou bras de la Monnaie) est réservé aux bayeaux montants, le grand bras est réglementé par un alternat.

 

L'écluse de la Monnaie, presque sous le Pont Neuf. Sa chute est nulle.

La même écluse et son barrage vus depuis, justement, le Pont Neuf

 

 

Liens :

un site intéressant sur la Seine au niveau des îles de Paris

Les ponts de la Seine parisienne au début du XXe siècle

 

 

(au-dessus, présentation de la Petite Seine, de la Haute Seineet de la traversée de Paris)

Basse Seine

 

 

 

La "Basse Seine" va de Paris à Rouen.

ND du Rocher

Les écluses de Notre-Dame-de-la-Garenne

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
Rivière canalisée

Relie
La Seine Parisienne
à la Seine Maritime

Origine physique et administrative de la partie navigable
Paris-Saint-Cloud (Seine)
à la cote 26,35 m

Extrémité physique et administrative
Rouen, pont Boieldieu (ou Jeanne d'Arc ??) (Seine-Maritime) à la cote 0,50 m

Longueur de la partie classée navigable
234 km

Nombre d'écluses
À l'origine : 1 (Pont de l'Arche) puis 9
Aujourd'hui : 7
(mais Bougival et Chatou correspondent à la même chute, soit en fait 6 écluses)

Temps minimum de parcours
Un jour et demi à deux jours

 

 

Structures administratives de rattachement
Service navigation de la Seine, subdivisions de Suresnes, Bougival, Pontoise-Andrézy, Limay-Méricourt, Amfreville-sous-les-Monts,
Service navigation maritime de Rouen

Statut actuel
En service

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
??

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
Napoleon 1er

Conception
??

Commencée en
1811 (écluse de Pont de l'Arche), puis globalement en
1838 par la création du barrage de Bezons

Mise en service en
Progressivement dès 1811

Modernisée en
1880 puis les années 1960

Racheté par l'Etat en

 

Les écluses et le barrage de Notre-Dame de la Garenne (ou "du Rocher"), vus d'avion. On remarque les différents gabarits proposés aux bateaux. Le plus grand sas, au centre, mesure 200 m sur 24. Le plus petit, juste à côté, est plus grand que du gabarit Freycinet.

Les écluses de Bougival, au début du XXe siècle. Bougival est un des sites fluviaux les plus réussis de la Seine. Le navigateur a le choix entre plusieurs sas selon le gabarit de son bateau, l'ensemble se trouvant dans un cadre verdoyant. Nous sommes à deux pas, ou deux tours d'hélice de la Maison Fournaise, où se retrouvaient les peintres impressionnistes.

Les écluses des Mureaux, au milieu du XXe siècle, mises hors-service en 1964 par suite du relèvement du barrage éclusé de Méricourt.

L'écluse de Notre-Dame de la Garenne au début du XXe siècle

L'écluse et le barrage de Poses-Amfreville au début du XXe siècle

Le site des écluses de Poses-Amfreville dans les années 1950. Aujourd'hui, les petits sas au milieu de l'ensemble d'ouvrages ont été comblés et seuls restent en service les grands bassins latéraux.

 


Gabarit
A l'origine, ce sont des groupes d'écluses dont les plus grandes ont pour gabarits
170 m sur 11,80 m à Suresnes,
230,70 m sur 11,80 à Bougival,
151,70 m sur 11,80 m pour les autres
mouillage 3,20 m, hauteur libre de 2,70 m (PHEN) à 4,32 m.

Aujourd'hui, le gabarit minimum est de 180 m sur 11,80. Mouillage : 4 m, hauteur libre : 6,90 m
de Paris à Genevilliers, 7,50 m de Genevilliers à Poses, variable selon marées de Poses à Rouen.

Ouvrages remarquables
groupe d'écluses de Bougival
Nombreux ponts

Système alimentaire
La rivière elle-même et ses affluents

Voies d'eau adjacentes :
Canal Saint-Denis, Oise, Andelle, Eure

Principales villes traversées :
Bougival, Conflans-Sainte-Honorine, Mantes, la Roche-Guyon, Vernon, les Andelys, Poses, Rouen

Départements concernés :
Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Yvelines, Eure, Seine-Maritime

Remarques

La marée se fait sentir jusqu'au pied des écluses de Poses-Amfreville, à 40 km en amont de Rouen.

L'écluse de Pont de l'Arche

La première écluse à sas implantée sur la Seine semble être celle de Pont de l'Arche, disparue aujourd'hui. Implantée en rive droite sur une canalette appelée parfois "canal de Pont de l'Arche", large de 10 m, longue de 75 m et surmontée d'un pont, elle est due à la volonté de Napoléon 1er (1811) de faciliter le passage du pont de la Seine en implantant cet ouvrage dans le fossé du châtelet de la rive droite. Lorsque le grand programme de canalisation de la Seine par barrages mobiles éclusés fut lancé vers le milieu du XIXe siècle, cette première écluse fut neutralisée par celles de Martot-Saint-Aubin-lès-Elbeuf à l'aval, et de Poses-Amfreville à l'amont, pour être finalement abandonnée en 1858. Par suite des opératins de draguage de la rivière, l'écluse de Martot-Saint-Aubin fut à son tour supprimée au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

 

Le pasage du pont de Pont de l'Arche au XVIe siècle

L'ancienne écluse de 1811 de Pont de l'Arche

Le site de Pont de l'Arche sur l'Atlas de Trudaine (seconde moitié du XVIIIe siècle). L'écluse était implantée dans le petit fossé ceinturant le châtelet en rive droite. La carte est orientée nord en bas, et la Seine coule du bas-gauche vers le heut-droit de l'image.

Autre vue de cette écluse de Pont de l'Arche déjà abandonnée au début du XXe siècle. (Merci à Eric27, site Bord à Bord)

Trois vues anciennes de l'écluse de Martot-Saint-Aubin-lès-Elbeuf, aujourd'hui abandonnée et recyclée en port. Ci-dessus la tête aval, ci-dessous la tête amont.

 

 

(au-dessus, présentation de la Petite Seine, de la Haute Seine, de la traversée de Paris et de la Basse Seine)

Seine Maritime

 

 

 

La Seine Maritime s'étend de Rouen à la mer.

Bac de Caudebec

Le bac de Caudebec en Caux (photo Françoise Amiel-Hébert)

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
Rivière canalisée

Relie
La Basse Seine
à la mer Manche

Origine physique et administrative de la partie navigable
Rouen, pont Boieldieu (ou Jeanne d'Arc ??)
(Seine-Maritime) à la cote 0,50 m

Extrémité physique et administrative
Le Havre (Seine-Maritime) à la cote 0m

Longueur de la partie classée navigable
126 km

Nombre d'écluses
0

Gabarit
A l'origine : bataux jusqu'à 7000 tonnes, mouillage 6 m, hauteur libre illimitée
Aujourd'hui : normes de navigation maritime, mouillage important, hauteur libre 50 m

Temps minimum de parcours
1 à 2 jours selon la marée

Ouvrages remarquables
Pont suspendu de Tancarville (1959)
Ponts à haubans de Brotonne (1977) et de Normandie (1995)
Pont levant Gustave Flaubert à Rouen (2008)

Système alimentaire
La rivière elle-même

Voies d'eau adjacentes :
Risle, canal d'Harfleur

Principales villes traversées :
Rouen, Tancarville, Le Havre

Départements concernés :
Seine-Maritime, Eure, Calvados


 

Structure administrative de rattachement
Service navigation martime de Rouen

Statut actuel
En service

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
??

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
??

Conception
??

Commencée en
??

Mise en service en
??

Racheté par l'Etat en
?

Remarques

Le mascaret

Cette partie de la Seine était soumise au phénomène du mascaret, grosse vague créée par la rencontre de la marée montante et du courant descendant de la rivière, accentuée par le bouchon vaseux déposé alternativement par la rivière et la marée.
Contrairement à une légende bien établie, ce n'est pas le mascaret qui est responsable de la mort de la fille de Victor Hugo, Léopoldine et de son mari partis en bateau dans l'estuaire, mais un problème de lest de leur barque. Voir Ce site qui rétablit la vérité.
Aujourd'hui, des dragages du bouchon vaseux ont permis d'atténuer très fortement ce phénomène.

 

Mascaret

Le terrible mascaret de Caudebec (gravure du XIXe siècle)
(Merci à Françoise Amiel-Hébert)

 

 

(au-dessus, présentation de la Petite Seine, de la Haute Seine, de la traversée de Paris, de la Basse Seine, et de la Seine Maritime)

Canal de Tancarville

 

 

 

Le canal de Tancarville double l'estuaire de la Seine.

Tancarville

Le pont tournant de Tancarville au début du XXe siècle (coll. Françoise Amiel-Hébert)

 

Bassin versant
Seine

Type de voie d'eau
Canal maritime

Relie
la Seine Maritime
au port du Havre

Origine physique et administrative de la partie navigable
Tancarville (Seine-Maritime)
à la cote 0 m

Extrémité physique et administrative
Le Havre (Seine-Maritime)à la cote 0 m

Sens conventionnel de descente
De Tancarville au Havre (bien logiquement)

Longueur de la partie classée navigable
25 km


Nombre d'écluses
1

Gabarit
A l'origine, gabarit inconnu, mouillage 3,50 m, hauteur libre 7 m.
Aujourd'hui, 180 m sur 23 m, mouillage 3,50 m, hauteur libre 7 m

Temps minimum de parcours
3 heures

Ouvrages remarquables
Pont suspendu de Tancarville

Système alimentaire
La Seine et la Lézarde

Voies d'eau adjacentes :
Aucune

Principales villes traversées :
Tancarville, Le Havre

Départements concernés :
Seine-Maritime


 

Structure administrative de rattachement
Service navigation maritime de ?

Statut actuel
En service

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
Aucune : propriété de l'Etat

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
Vauban (canal d'Harfleur), Lamblardie (1785), Fresnel (1827)

Décision
23 janvier 1877

Conception
Ingénieurs Alfred-Henri Soclet et Ernest Bellot, Pierre-François Frissard

Commencé en
1880 (sauf embranchement d'Harfleur : 1838)

Mis en service le
27 juillet 1887

Concédé par l'Etat au Port Autonome du Havre en
1925

 

 

L'inauguration du canal de Tancarville, le 27 juillet 1887.
Ci-dessous, présentée dans l'Illustration

Les images de l'inauguration du canal de Tancarville nous sont fournies par Françoise Amiel-Hébert, que nous remercions.

Cumuls :

Longueur navigable :
à l'origine : 563 km,
aujourd'hui : 532 km

Nombre d'écluses :
à l'origine : 33
aujourd'hui : 27 avec celle de Tancarville (deux sas jumelés)

Remarques


Les écluses du Havre

Le canal de Tancarville débouche dans le port du Havre. Ce dernier possède d'autres écluses dont l'écluse François 1er construite de 1967 à 1972, la plus grande de France avec 400 m de longueur utile, 67 m de largeur, et 24 m de profondeur. La chute est fonction des marées. Une autre écluse havraise intéressante est l'écluse dite "de Floride", puis "Quinette de Rochemont", construite en 1911. (retour au texte)


Le canal de Bossière et la Lézarde

Le canal de Tancarville possède deux embranchements. Le canal dit "d'Harfleur" ou Lézarde redressée et canalisée (ne pas confondre avec le canal d'Harfleur de Vauban), en cul de sac, a été aménagé en 1838 par l'ingénieur P-F. Frissard.  Le canal Bossière fait communiquer le canal de Tancarville avec le "grand canal du Havre" d'une part, et le bassin René Coty d'autre part par l'écluse François 1er.


Le "grand canal du Havre"

Il s'agit d'un projet inachevé de canal maritime, au sud du canal de Tancarville.

 

L'écluse de Tancarville au début du XXe siècle

Vue aérienne du pont de Tancarville, peu avant son ouverture en 1959, et de l'écluse d'entrée du canal homonyme

Ecluse François 1er

L'écluse François 1er, au Havre (photo Françoise Amiel-Hébert)

 

Liens :

Des informations importantes et de belles photos sur la Seine sur le site Cap Breizh (suivre "Découvertes touristiques")

La Seine en partage (portail géographique de la Seine)

Le barrage et les écluses de Poses-Amfreville

Une descente de la Seine en nombreuses photos (in english, sorry !)

Plaisances : la Seine

< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
Retrouvez les bateaux fluviaux du Bassin Parisien dans le CDrom "Bateaux des Rivières et Canaux de France", version très enrichie (plus de textes, plus d'illustrations, et même quelques bateaux supplémentaires) du département "Bateaux" du présent site, édité par l'association HiPaRiCa. Voir la présentation et la commande ici et ici.