Histoire & Patrimoine
des Rivières & Canaux


Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
    Canal du Loing,
et canal de Puy-la-Laude
  

 

Le canal du Loing prolonge les canaux de Briare et d'Orléans vers la Seine, et complète la liaison de Loire en Seine.

Bateau montant vide sortant de l'écluse d'Ecuelles

 

Sur ce lien, la carte du canal avec les sites intéressants

Sur celui-ci, la carte du canal par Lattré (XVIIIe siècle)

 

Bassin versant
Seine

Sous-bassin
Loing

Type de voie d'eau
canal latéral

Relie
les canaux de Briare et d'Orléans à la Seine
(voir remarques)

Origine physique et administrative
Buges (Loiret) à la cote approximative 81,30 m.

Extrémité physique et administrative
Saint-Mammès (Seine-et-Marne) à la cote 45 m

Sens conventionnel de descente
De Buges à Saint-Mammès

longueur
50 km

Nombre d'écluses
A l'origine : 21 + 1 pour l'embranchement de Puy-la-Laude (voir remarques)
Aujourd'hui : 19
(dont une de garde)

Gabarits

A l'origine,
un gabarit conçu par Jean-Baptiste de Régemorte pour sasser quatre bateaux à la fois : 60 m de long, 10 à 12 m de large, ouverture des têtes : environ 5 m. Bajoyers en pente. (Voir remarques)
Puis elles furent progressivement rétrécies au gabarit "Becquey", soit 30,40 m sur 5,20 m, mouillage 1,60 m, hauteur libre 3 m. (l'attente de 4 bateaux était plus nuisible qu'utile à la fluidité du trafic, et les sassées étaient très longues)
Aujourd'hui : gabarit "Freycinet", soit 39 m sur 5,20 m, mouillage 2 m, hauteur libre 3,70 m

Plus long bief :
Néronville, n°7 (4,735 km)

Plus court bief :
Brisebarre, n°6 (780 m)

Plus haute écluse :
Episy, n°16 (3,16 m)

Moins haute écluse :
Egreville, n°8 (0,48 m)

Temps minimum de parcours
Un jour et demi

 

 

Structure administrative de rattachement
DDE Service navigation de la Nièvre, subdivision de Montargis

Statut actuel
En service, géré par l'Etat (VNF)

Raisons de sa construction
Remplacer la rivière Loing devenue insuffisamment efficace et surtout dangereuse par ses pertuis, suite à l'augmentation du trafic des canaux d'Orléans et de Briare. (plaintes répétées des mariniers)

Personnage concessionnaire à l'origine de sa création
Duc Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration

Conception
Jean-Baptiste de Régemorte et son fils Noel (vraisemblablement son autre fils Louis aussi)

Modernisation Freycinet
?

Modernisation à grand gabarit
Il en fut question dans les années 1960...

Commencé en
1719 (sauf l'écluse de Cepoy construite en 1680 : elle était sur le canal d'Orléans)

Mis en service en
1723

Racheté par l'Etat en
1860

 

 

loing canal carte

 

 

L'écluse de Cepoy, originellement sur le canal d'Orléans.

La date MDCLXXX (1680) gravée sur le musoir aval de l'écluse de Cepoy

Néronville

Le canal au pont-canal de Néronville. En-dessous coule le Fusin, qui descend de Château-Landon.

Le même endroit au début du XXe siècle, avec une flûte bourguignonne chargée montante.

Le même endroit sur une carte postale ancienne colorisée. On distingue nettement au loin la butte de Lorroy, dont il est question dans la vue suivante.

En janvier 1910, les pluies diluviennes qui provoquèrent la fameuse crue, minèrent la colline de Lorroy, qui surplombait le canal, tout près de l'écluse et du pont-canal de Néronville. Et une nuit, tout le coteau s'effondra, avec ses maisons, dans le canal en contrebas. Les sinistrés furent évacués par bateaux. De nombreuses cartes postales d'époque relatent l'évènement. Depuis, le canal a été reconstruit, légèrement détourné.Ici, nous voyons le chargement d'un bateau, une toue du Centre en l'occurence, dans le pont-canal de Néronville.

 

 

L'Atlas de Trudaine (seconde moitié du XVIIIe siècle) montre le canal du Loing dans sa première configuration. Il emprunte alors à huit reprises le lit du Loing, en râcles. Il emprunte même les derniers mètres du Fusain à l'aval de l'écluse de Néronville avant de rejoindre, par le Loing, celle d'Egreville (ci-dessus). Par la suite, l'écluse sera déplacée et un pont-canal créé au-dessus du Fusain.

À Nemours aussi, il emprunte le lit du Loing au niveau de l'actuel camping avant de le quitter pour contourner la ville par l'ouest (sur les deux images, le nord est à gauche. Promener la souris pour suivre le tracé du canal)

puylalaude

Cette carte d'état-major des années 1840 montre le canal de Puy-la-Laude, ainsi que l'écluse de jonction de Montigny (promener la souris sur l'image)

 

Ouvrages remarquables
Site de l'ancien canal à Episy
Pont-canal de Néronville

Non loin, site de Château-Landon, la "Rocamadour du Gâtinais"

Système alimentaire
Par le Loing dès Montargis, puis à Nemours où le canal l'emprunte sur 2 km en râcle.

Voies d'eau adjacentes :
Aucune

Principales villes traversées :
Cepoy, Souppes-sur-Loing, Nemours, Episy, Ecuelles, Moret-sur-Loing, Saint-Mammès

Départements concernés :
Loiret, Seine-et-Marne

Liens :

De nombreux renseignements complémentaires sur ce site de la DRAC-Centre.

Plaisances : le canal du Loing

Les canaux du loing, de Briare et Latéral à la Loire en photos par Sally Andrew

 

Les vestiges du canal de 1723 à Episy

La grande écluse du Bois de la Ferme, à Episy, et son bout de canal, beaux vestiges du premier tracé du canal par Régemortes. Aujourd'hui, c'est dans une propriété privée.

Un peu en aval de l'écluse du Bois de la Ferme se trouvent les vestiges de ce "passage de niveau" (pont pour le halage d'un côté, qu'on devine au fond à gauche, et déversoir au premier plan) par lequel le Lunain traversait le canal primitif à Episy.

Le déversoir du "passage de niveau" du Lunain

L'ancien canal juste à l'amont du "passage de niveau" du Lunain

Vue aérienne (Google Earth) du site d'Episy. Promener la souris sur l'image pour voir apparaitre les différents éléments du site : le Loing, le canal actuel avec son écluse (facile !), le vieux canal (facile aussi), l'écluse du Bois de la Ferme, le Lunain, le pont-canal du Lunain, le passage de niveau du Lunain dans le vieux canal, le mounlin, l'ancienne maison éclusière de l'écluse d'Episy d'origine.

 

 

Le canal à Moret, sous l'écluse de Bourgogne que l'on aperçoit au loin sous le pont. Un bateau berrichon se prépare à monter. Sisley venait s'installer ici pour peindre le canal, mais il regardait de l'autre côté, vers l'aval !

La même écluse, mais vue depuis l'amont.

Passage d'un bateau montant dans la même écluse en 2009

L'écluse d'Egreville, à Mocpoix, près de Souppes. C'était à l'origine une écluse de garde. De nos jours, c'est la moins profonde du canal avec un chute de 50 cm

Le canal à Moncourt, au début du XXe siècle. Le bateau, une flûte bourguignonne de la HPLM, monte sur Nemours.

Le canal à Souppes au début du XXe siècle. La sucrerie est toujours là, son port est devenu une halte nautique.

 

Remarques

Dans des textes ou plans anciens, le canal du Loing est parfois appelé "Canal de Montargis"


Le "canal de Puy-la-Laude"

Sous ce vocable se cache un court embranchement qui quittait le canal par une écluse non loin de celle de Montabon, pour traverser le Loing et continuer de l'autre côté de celui-ci, en rive droite, pour créer un petit port à bois. Seul ce port est encore décelable à travers la végétation, l'écluse de jonction a disparu. (retour au texte)


L'écluse du Bois de la Ferme

Cette écluse, aujourd'hui incluse dans une propriété privée, est la seule bien visible et encore à peu près entière du canal d'origine. Elle se trouve à Episy. (retour au texte)

 


Nançay

Le moulin de Nançay, au bord du canal

Le même au début du XXe siècle. Rien n'a vraiment changé.

L'écluse de Berville dans les années 1950. L'automoteur montant semble être un gros numéro.

L'écluse et le château des Buttes, à Nemours. Ce dernier était le siège central de l'administration du canal. Il abrite toujours le service navigation.

Le canal débouche dans le Loing qu'il va emprunter sur 2 km, à Nemours. Le château de la vue précédente est bien visible tout à gauche de l'image. La passerelle permet la continuité du halage. L'endroit n'a guère changé.

La vue vers l'aval, depuis la passerelle

La halte nautique de Nemours, au port des Buttes, ouverte fin 2007 (Photo Robert Gadet)

 


Les râcles du canal

À l'origine, le canal empruntait le lit du Loing par des râcles à huit reprises, par souci d'économie, et pour en profiter de l'eau. Ces râcles, soutenues par des pertuis, étaient relativement gênantes en temps de crues, et elles furent supprimées l'une après l'autre en séparant simplement le canal de la rivière par une digue, ce qui se voit très bien sur place. Seules ont subsisté la râcle de Nemours-Fromonville, et la dernière, à Saint-Mammès. (Retour au texte)


La jonction des trois canaux

La jonction, en 1723, des trois canaux de Briare, d'Orléans et du Loing a quelque peu changé la configuration des extrémités respectives des deux premiers. Remarquons simplement que l'écluse n°1 actuelle du canal du Loing, "Cepoy", appartenait initialement au canal d'Orléans qui venait ici rejoindre le Loing : elle porte encore la date de MDCLXXX (1680). En suivant ce lien, vous verrez une animation powerpoint qui explicite cela graphiquement. (retour au texte)

Liens :

Plan linéaire du canal du Loing en 1899, par Bruno Vital

Les dernières nouvelles du canal du Loing sur le site de l'Entente des Canaux du Centre

Pour en savoir plus sur le canal du Loing, voir l'ouvrage "Les canaux du Loing, de Briare, d'Orléans ". (cliquer sur le titre)

Voir aussi, sur l'ensemble des canaux du centre de la France, dont celui du Loing, l'ouvrage "Les Canaux du Centre de la France", par Jean Sénotier, et auquel l'auteur de ce site a contribué, en vente ici.

 

Nançay 1

Le canal vers Nançay

L'écluse de Nargis au début du XXe siècle

L'extrémité du canal, à Saint-Mammès. Cette écluse est désaffectée par suite du relèvement du barrage de Champagne, sur la Seine.

Dans les années 1950, un bateau de plaisance s'apprête à monter l'écluse de Saint-Mammès.

La même écluse et son barrage à aiguilles

Un automoteur chargé se prépare à sortir de l'écluse de Saint-Mammès pour entrer en Seine, peu avant la mise hors service de l'écluse et du barrage par suite du relèvement de ceux de Champagne, un peu en aval sur la Seine.

 

 

Le même endroit vu par Mathilde, une amie photographe, avec son aimable autorisation. (photo non libre de droits)

On peut admirer son travail sur son site "Chemins de travserse" (cliquer sur l'image)

 

 

Le canal dans son dernief bief qu'il partage en râcle avec le Loing, à Saint-Mammès. Le viaduc ferroviaire porte la ligne de la Bourgogne.

Contre-champ de la vue précédente, prise depuis le viaduc dans les années 1950. Au loin, au-delà de la dernière écluse et son barrage mobile, on devine la Seine.

Le canal descend dans le Loing sous l'écluse de Moret. L'endroit a peu changé, il s'est équipé d'une halte fluviale pour les bateaux de plaisance.

 

Lien : le canal du Loing est traité dans le guide fluvial n°2 des Editions du Breil
Au cours du troisième trimestre de 2010, Jacques de La Garde, auteur, avec son épouse Anna, de plusieurs ouvrages sur les canaux, dont l'ouvrage "Les canaux du Loing, de Briare, d'Orléans " paru en 1993, s'en est allé vers d'autres rives, à l'âge de 88 ans. Cette page lui est affectueusement dédiée.
< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
Retrouvez les bateaux fluviaux du Bassin Parisien dans le CDrom "Bateaux des Rivières et Canaux de France", version très enrichie (plus de textes, plus d'illustrations, et même quelques bateaux supplémentaires) du département "Bateaux" du présent site, édité par l'association HiPaRiCa. Voir la présentation et la commande ici et ici.