Projet Babel

Histoire & Patrimoine

des Rivières & Canaux

recherche par mot-clé :

(Faire "Entrée" ensuite)
Accès direct à la carte de France des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

  L  

Lamaneur : sur la Dordogne et l'Isle, pilote engagé sur les bateaux pour les passages difficiles comme les malpas. Curieusement, dans les autres régions, c'est le matelot qui est employé à toutes les tâches, excepté piloter.

Lanard : sur le Rhône, bateau principal d'un moulin-bateau, celui qui porte tout le système de meunerie. Le petit bateau flotteur est le chênard.

Lanche : bateau de pêche de la Gironde. Synonyme : filadière.

Large : élargissement du canal. Permet aux mariniers de pivoter.

Larron : débouché d'un tambour dans le sas de l'écluse.

Larrons

Trois larrons de l'écluse d'Orléans, en cours de réhabilitation


Las : harnais du haleur. Synonyme "bricole".

Latil : tracteur sur pneus affecté au halage mécanique à partir de l'entre-deux-guerres, jusqu'à la fin des années 1960. "Latil" est en fait une marque.

Latil

Halage par tracteur Latil.

Latte : terme spécifique à la batellerie occitane (sapine, coutrillon, barque de patron...) et désignant un madrier transverval qui soutient le pont des cabines, voire la totalité du pont dans la sapine.

Lège : bateau de commerce vide (tend à disparaître au profit de "vide" ou "vidange").

Légumier : petit bateau de transport hollandais, spécialisé dans le transport des fleurs et des légumes. La faible densité de ces marchandises lui permet d'avoir une coque basse sur l'eau, ce qui en fait un bateau facile et agréable à aménager en bateau de plaisance. Pas rare en France.

Lembus : bateau gallo-romain de petite taille, manoeuvré à la rame, et utilisé pour la pêche ou le transport de passagers. Dans ce dernier cas, cet ancêtre du coche peut avoir un certain luxe.

Lest, lester : on peut être amené à lester, c'est à dire augmenter le tirant d'eau d'un bateau, notamment un ancien bateau de commerce transformé en bateau-logement, pour plusieurs raisons, dont principalement pour pouvoir passer sous les ponts. A cet effet, on garnit le fond du bateau de matériaux lourds : rails découpés, pavés, blocs de béton, chutes de métal, sable... (le plomb et le mercure sont quand même fortement déconseillés !). Il est vivement préconisé d'employer un lest amovible, et non de couler une dalle de béton par exemple : les voies d'eau se voient mieux et plus rapidement, avant d'avoir fait d'importants dégâts, et les réparations sur le fond du bateau sont plus aisées.
A la différence du ballast qui est temporaire, le lest a un caractère définitif.

Lettre à la poste : en canoë-kayak, manoeuvre proche du bac, mais plus rapide et audacieuse. Lorsque le bateau est engagé dans la veine d'eau, face à elle, le pagayeur augmente l'incidence ainsi que la gîte, en même temps qu'il pagaie énergiquement pour rejoindre l'autre rive.

Levée : forme typiquement fluviale appliquée à l'avant, et souvent aussi à l'arrière, des anciens bateaux fluviaux. La levée consiste en un prolongement de la sole, avec une courbure vers le haut, jusqu'à l'extrèmité du bateau, très largement au-dessus de l'eau. Très souvent, la courbure s'accompagne d'un rétrécissement en largeur, de façon à donner en plan une forme ogivale, souvent tronquée, mais pas toujours. La levée permet au bateau d'aborder frontalement une berge ou un quai en pente, et de s'y échouer en partie, afin de charger ou décharger le fret par l'avant. Cette forme très ancienne tend à revenir sur les barges modernes.


levée avant
Levée avant d'un bateau de Loire (maquette)

Autre sens : ce mot désigne aussi les hautes digues qui resserrent, depuis des siècles, le lit moyen de la Loire, pour juguler les crues de ce fleuve qui n'a en fait de sauvage que son aspect. Synonyme dans ce sens : turcie.

 Levée de Loire
Coupe d'une levée de Loire (manuel de l'ingénieur De Bauve 1878)

Ligérien(ne) : relatif à la Loire comme rivière, et tend à s'appliquer au département éponyme. Exemple : "la batellerie ligérienne". Etymologie : de "Liger", nom prélatin de la Loire.

Ligne de partage des eaux : voir "Bassin versant".


Lignes de partage
Lignes de partage des grands bassins de France.
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Lime : fossé ou drain éventuellement navigable par des barques, dans les marais du Cotentin et du Bessin.
Le mot a la même origine que "limite".

Limite d'inscription maritime : point de transition entre la navigation soumise à la réglementation fluviale et celle soumise à la réglementation maritime. Dans la pratique, cette limite est souvent matérialisée par un pont (Pont Boieldieu à Rouen, pont de pierre à Bordeaux) ou, plus rarement, par une écluse (écluse de Saint-Valery sur la Somme).

Limnimètre : voir "échelle de crue".

Linquet (ou linguet) : goulet, passage de communication entre une gare d'eau et une rivière (Saint-Jean-de-Losne) ou une rivière et le canal qu'elle alimente (Roanne).
Nous sommes tenté de rapprocher ce terme du mot anglais "link", lien, communication.

Linquet de Roanne

Le linquet de Roanne, entre la Loire et le canal de Roanne à Digoin, sur un plan de l'ingénieur Léonce-Abel Mazoyer. (Document de la Médiathèque de Roanne)

Linter : bateau de transport ou de pêche gallo-romain, mû à la perche, à la pagaie ou à la rame.

Lisse de guidage : suite de forts madriers, généralement en bois, fixés bout à bout horizontalement, à quelques décimètres au-dessus de l'eau, le long d'un quai ou du couronnement d'un ouvrage pour protéger mutuellement la coque des bateaux en mouvement et la paroi verticale de l'ouvrage. Cela se trouve fréquemment sur les ponts-canaux, les estacades, certains quais, notamment lorsqu'ils sont constitués de palplanches.

Liston : protection d'un bateau, consistant en un long cordage tressé courant tout autour de la coque, là où celle-ci est la plus ventrue, ou en longs renforts en caoutchouc dur.

Lit à graveleine : dans la cabine centrale des anciens bateaux de commerce : lit disposé dans le sens de la largeur (souvent deux lits bout à bout) contre la cloison du fond de la cabine, faisant saillie en équerre sur la cale comme une grande marche, et sous laquelle la marchandise est étalée (définition adaptée de celle d'Annette Pinchedez in "Le logement du marinier", cahier du Musée de la Batellerie n°33).

Lit majeur : espace géographique occupé par une rivière lors de ses plus hautes crues. Cet espace peut être fort vaste et s'étendre très loin du cours habituel de la rivière. L'implantation d'habitations et d'industries n'y est pas exempte de risques.

Lit mineur : espace géographique occupé habituellement par un cours d'eau.

Lit moyen : espace géographique occupé par un cours d'eau lors de ses crues ordinaires. L'implantation d'habitations et d'industries y est interdite.

Lliagut ou llaïut : bateau de transport de l'Ebre, en Espagne. Le llagut (prononcer "liagoutt") mesure au maximum 20 m pour une largeur de 2. Il est gréé de deux voiles carrées superposées à la manière des bateaux accélérés de la Loire, et porte 30 tonnes.

Lône ou losne : bras mort sur le Rhône et la Saône. Ce terme se retrouve aussi sur la Loire forézienne et brionnaise, sans doute par proximité géographique.

Longs-jours : particulier qui se loue avec ses animaux pour le halage. On dit "un longs-jours".

Lourd : pour un employé des services de navigation, un bief est "lourd" quand il est un peu trop plein. Ça peut poser des problèmes aux bateaux un peu hauts au niveau des ponts.
Mais pour le marinier, ce mot a le sens exactement inverse !... car c'est son bateau qui lui paraît lourd par manque de portance dû à un trop faible mouillage. Comment voulez-vous qu'on se comprenne si on ne parle pas le même langage ?

Lunette : Sur les bateaux tractionnés, surface de safran supplémentaire, repliable ou rabattable sur le safran principal pour occuper le moins de place possible dans les écluses.

lunette
Lunette (dessin de l'auteur)


Luxemotor ou luxmotor : bateau de transport d'origine hollandaise, de forme effilée, capable de naviguer en mer. Souvent aménagé en bateau-logement et courant en France.
 

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Accès direct à la carte de France des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Retrouvez les bateaux fluviaux de France dans le CDrom "Bateaux des Rivières et Canaux de France", version très enrichie (plus de textes, plus d'illustrations, et même quelques bateaux supplémentaires) du département "Bateaux" du présent site, édité par l'association HiPaRiCa. Voir la présentation et la commande ici et ici.