Histoire & Patrimoine
des Rivières & Canaux


Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >

 

 

Rivière Rhône

 

Sur cette même page sont traités :

1. le haut Rhône (de la Suisse à Lyon)

2. le canal de Jonage

3. le Rhône dit "canalisé", de Lyon à la mer

4. le "Petit Rhône", c'est à dire le petit bras du delta du Rhône

Une image typique de l'époque de la grande batellerie du Rhône : un grand remorqueur à roues à aubes passe, montant, devant Beaucaire

 

Haut-Rhône

 

Le haut Rhône est isolé du réseau fluvial.

Bourget

Le haut Rhône à la hauteur du lac du Bourget, que l'on voit à gauche (photo Françoise Amiel-Hébert)

 

 

Bassin versant
Rhône

Type de voie d'eau
Rivière en partie canalisée et aménagée

Relie
Le Parc
à Lyon

Origine physique et administrative de la partie navigable
Le Parc (Ain)
à la cote 259,80 m

Extrémité physique et administrative
Lyon (Rhône) à la cote 160 m

Sens conventionnel de descente
Du Parc à Lyon (bien logiquement)

Longueur de la partie classée navigable
154 km


 

Structures administratives de rattachement
Service navigation de Rhône-Saône, subdivisions de Lyon-est et Lyon-nord

Compagnie Nationale du Rhône

Statut actuel
Partiellement en service
Radiée du Parc à Seyssel

Raisons de son aménagement
Rivière importante sur le plan commercial

Compagnie concessionnaire à l'origine de son aménagement pour la production d'électricité : Compagnie Nationale du Rhône

Personnalités importantes ayant contribué à sa canalisation

Préfiguration
1774 : ingénieurs Aubry et Céard
vers 1840 : Ingénieur Brien

1843 : inspecteur Général Vallée

Conception
??

Commencée en
1888

Ecluse de Sault-Brenaz mise en service en
1890

Racheté par l'Etat en
?

Déclassé en
?

À l'origine : aucune canalisation, sauf un aménagement du bras nord à l'entrée de Lyon, nommé "Canal de Miribel"

Puis, à la fin du XIXe siècle (1880) :

Nombre d'écluses
1 à Sault-Brenaz (les écluses du canal de Jonage sont comptées dans celui-ci)

Gabarit de l'écluse de Sault-Brenaz
160 m sur 16 m

mouillage minimum 0,50 m, hauteur libre 5,33 m.

Depuis 2010 :

Deux groupes de deux écluses chacun à Brens-Belley et Chautagne

Gabarit des écluses : 
Freycinet (40 m x 5,25)

Chutes
allant de 16 m à 18,20 m pour chacun des deux groupes d'écluses

Longueur rendue ainsi à la navigation (de Seyssel à Bregnier-Cordon) :
57 km


 

L'écluse de Sault-Brenaz toute neuve, au début du XXe siècle

Sault-Brenaz

La même en 1991

 

Aujourd'hui :

Le haut Rhône est navigable de Bregnier-Cordon à Jons seulement par de petites embarcations. Les chutes des centrales hydro-électriques de  Bregnier-Cordon et Sault-Brenaz sont franchies au moyen de bers (engins élévateurs et transbordeurs sur pneus) par des bateaux au gabarit maximum de 9 m sur 3,40 m, poids maxi 5 tonnes. L'écluse de Sault-Brenaz est neutralisée. L'usine de Miribel interdit l'accès par l'amont au canal éponyme.
La Compagnie Nationale du Rhône a engagé en 2007 la construction de deux groupes de deux écluses de gabarit Freycinet destinées à rendre le haut Rhône navigable de Brégnier-Cordon à Seyssel. Celles-ci ont été ouvertes en juin et juillet 2010, à quinze jours d'intervalle.

Voici, données par Eric Gallisa, éclusier de la CNR, les hauteurs des chutes des nouvelles écluses du haut-Rhône :
Chautagne : de 16 m à 17.30 m
Belley : de 17 m à 18.20 m

Ces écluses ouvrent une distance navigable de 57 km (malheureusement encore isolée du reste du réseau fluvial)

En amont, la navigation bute sur le barrage de Seyssel.

On trouvera de plus amples renseignements sur les sites suivants :

Remarques

Flou artistique...

Un grand flou artistique nimbait jusqu'à présent le haut-Rhône au sujet de son statut et de sa réelle navigabilité. Ce flou tend à se dissiper avec les nouveaux aménagements de Chautagne et de Belley (voir ci-contre)

Rhône-Rhin par la Suisse ?

Un réel effort de réhabilitation de ses ouvrages dans l'optique d'une voie à grand gabarit présenterait une belle alternative à la toujours hypothétique liaison Rhône-Rhin, à condition que la Suisse poursuive cet effort entre le Léman et le Rhin, par les vallées de l'Orbe et de l'Aar en reprenant le tracé de l'ancien canal d'Entreroches. Il semble que ce ne soit pas encore à l'ordre du jour...

La sisselande

C'est dans la ville de Seyssel, 8 km en aval du Parc, qu'étaient construits les premiers bateaux du Rhône, ces grandes barques appelées, pour rappeler leur origine, "sisselandes". Leur forme typique s'est ensuite répandue dans tout le bassin rhodanien, Saône et Doubs compris.

L'écluse genevoise

Pour info, le Rhône est aussi navigable (et navigué) depuis le lac Léman jusqu'au barrage de Verbois, soit 14 kilomètres. Le barrage du Seujet, à Genève, est franchi grâce à une écluse.

Fleuve Rhône
Les Echos de Chanay
Groupe Les Verts Rhône-Alpes (nettement moins intégristes que les Amis de la Terre et la Frapna, cette dernière visiblement très mal informée sur les motivations et le réel standing du public amateur de plaisance fluviale qu'elle assimile directement à une jet-set friquée uniquement amatrice de frime-vroum-vroum sur l'eau. Risible (1) )
La CNR
Terre Armée (procédé de BTP)
ANPEI

(1) Comme la Frapna, les amateurs de tourisme fluvial sont des amoureux du calme et de la Nature. Ils aiment les aigrettes, les hérons, les loutres et les martins-pêcheurs. Ils n'aiment pas voir les semi-remorques envahir les routes, et ils se saignent aux quatre veines pour s'offrir le bateau de leurs rêves ou une semaine annuelle de location. Mais à l'inverse de la Frapna, ils savent qu'un petit bateau de type Freycinet porte l'équivalent de 10 semi-remorques, poussé par un moteur d'une puissance deux fois moindre à celle d'un seul de ces camions... Ils savent aussi que sur une voie d'eau bien conçue (pas comme le Rhône aval dans les années 50-60), la Nature reprend très rapidement ses droits, et c'est tant mieux, bien sûr.

Une écluse était déjà venue, au cours des années 1990, permettre le franchissement du barrage de Saint-Clair, à la Feyssine, à l'amont immédiat de Lyon. Elle est au gabarit Freycinet soit 39 m sur 5,20 m, mouillage 2,20 m, hauteur libre 3,50 m

 

Sault-Brenaz

L'écluse de Sault-Brenaz
(reconstitution graphique de Charles BERG 1994)

 

Ouvrages remarquables
Ecluse de Sault-Brenaz
Nombreux sites sauvages

Système alimentaire
La rivière elle-même

Voies d'eau adjacentes :
Canal de Savières, Ain

Principales villes traversées :
Seyssel, Culoz, Belley, Sault-Brenaz

Départements concernés :
Ain, Savoie, Isère, Rhône

Origine du nom de la rivière
César évoque Rhodanus. Le nom provençal du Rhône est lou Roze.
Plusieurs possibilités : soit on voit une racine hydronymique gauloise ou pré-celtique Dan- (qu'on retrouve dans Danube ou Don) précédée d'un élément -Ro d'origine obscure, soit on voit plutôt la racine hydronymique indo-européen Rod- (présente dans de nombreux noms de rivières et même de villes arrosées) et signifiant "couler", suivi d'un suffixe atone -Anus. On retrouve cette construction dans les Rhonne, Rosne, Rhonelle, Rounel, etc.

Liens : 

Escale Haut-Rhône
, musée récent (ouvert en 2007), qui parle du fleuve sous de multiples aspects, avec la particularité de le faire également sous l'axe des rapports hommes-fleuve.
La Bruyère, 01300 BREGNIER-CORDON
Standard : 04 79 42 06 06
Fax : 04 79 42 19 97
Lien : Escale Haut Rhône

La navigation sur le haut Rhône

Le haut Rhône en 1939, par Jean Aubert

 

(au dessus : haut Rhône)

Canal de Jonage

 

 

Un bel ouvrage de la fin du XIXe siècle. Qu'attend-on pour le réhabiliter pour la navigation ??

Cusset

L'usine hydro-électrique de Cusset en 1902. L'écluse double est à gauche.

 

 

Bassin versant
Rhône

Type de voie d'eau
court canal latéral ou dérivation, au choix

Relie
le Rhône à Jons
au Rhône à Vaulx-en-Velin

Origine physique et administrative de la partie navigable
Jons (Isère)
à la cote approximative 180 m

Extrémité physique et administrative
Vaulx-en-Velin (Rhône) à la cote aproximative 163 m

Sens conventionnel de descente
De Jons à Vaulx (bien logiquement)

Longueur de la partie classée navigable
18,850 km

Nombre d'écluses
2 dont une double

Gabarit
105 m sur 16 m, mouillage 2,80 m, hauteur libre 5 m.

Plus long bief :
Cusset, n°2 (10,100 km)

Plus court bief :
Jonage, n°1 (5,600 km)

Plus haute écluse :
Cusset, n°26, (14 m) mais elle est double. Chacun des sas est un peu moins haut que l'unique de Jonage...

Moins haute écluse :
Jonage, n°2 (7,50 m)

 

Structures administratives de rattachement
Electricité de France

Statut actuel
En service pour la production d'électricité, radié pour la navigation

Raisons de sa construction
Production d'électricité, tout en favorisant la navigation

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
(Société Lyonnaise des Forces Motrices du Rhône, nationalisée le 8 avril 1946)

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
??

Conception
Joannis Raclet, M.Gotteland, René Chauvin

Commencé en
1894

Mis en service en
1897

Racheté par l'Etat en
Propriété de l'Etat dès l'origine

Concédé à EDF
jusqu'à jenvier 2042

 

 

Cusset

La même usine en 1991. L'écluse double est bien visible à gauche.

 

Ouvrages remarquables
barrage éclusé de Jons
Écluse double
et usine de Cusset (Vaulx-en-Velin)
Déversoir des Balmes Viennoises (juste à l'amont du Grand Large, en rive droite)

Système alimentaire
Prise d'eau dans le Rhône à Jons
Un élargissement du canal, nommé "Grand Large", en amont de l'usine de Cusset, assure à cette dernière une réserve d'eau supplémentaire

Voies d'eau adjacentes :
Aucune

Principales villes traversées :
Jonage, Villeurbanne

Départements concernés :
Isère, Rhône

Origine du nom du canal
Jonage est le nom d'un village riverain du canal. Peut-être ce nom est-il à rapprocher des rivières Jouanne, Juine, Joigne, Jugnon, Janon ?

Remarques

Un prototype

Le canal de Jonage représente le propototype des aménagements ultérieurs du Rhône, en particulier dans sa partie aval. L'usine de Cusset, à l'époque de sa mise en service, était l'usine électrique la plus importante de France, et elle alimentait sans peine l'agglomération lyonnaise. Il n'est pas impossible qu'elle bénéficie actuellement d'une protection au titres des Monuments Historiques. (à voir)

un ouvrage de référence

Le Musée de la Batellerie possède, dans sa documentation, un très intéressant ouvrage en deux volumes publié en 1902 par René Chauvin, qui a participé aux travaux du canal.

 

Merci à M.Bernard Gallesco pour les précisions sur le statut du canal

 

Le barrage éclusé de Jons alors tout neuf, au début du XXe siècle. L'écluse est à gauche de l'image, on voit bien la maison éclusière.

Belle vue du début du XXe siècle, montrant l'usine de Cusset et son écluse double (à gauche) tout neufs.

Jonage

L'usine et l'écluse double de Cusset
(reconstitution graphique de Charles BERG 1993)

 

Lien : le canal de Jonage à travers les cartes postales anciennes et le Grand Large (réservoir du canal pour la centrale de Cusset) en cartes postales anciennes et semi-modernes (Nombreux et beaux documents)
 

(au dessus : haut Rhône et canal de Jonage)

Rhône canalisé

 

 

Une grande voie d'eau très largement sous-exploitée

Bollène

L'écluse de Saint-Pierre, plus connue sous le nom de Bollène : 23 m de chute

Vu du poste de commande de l'éclusier, ce n'est pas mal non plus.
Bref, c'est Bollène : royal !

 

Bassin versant
Rhône

Type de voie d'eau
Rivière canalisée

Relie
Lyon
à la mer Méditerranée

Origine physique et administrative de la partie navigable
Lyon (Rhône)
à la cote 160,05 m

Extrémité physique et administrative
Port-Saint-Louis (Bouches-du Rhône) à la cote 0 m

Sens conventionnel de descente
De Lyon à la mer (bien logiquement)

Longueur de la partie classée navigable
310 km

Nombre d'écluses
12

Gabarit
Grand gabarit, soit 190 m sur 11,40 m, mouillage 3,50 m, hauteur libre 6 m

Plus long bief :
Bollène (30 km)

Plus court bief :
Pierre-Bénite (4 km)

Plus haute écluse :
Bollène, (23 m). Bollène fut en son temps (1952) la plus haute écluse du monde. Elle a depuis été largement distancée par Zaporoje en Ukraine (27 m) et Carapatello au Portugal (34 m)

Moins haute écluse :
Vaugris, (6,70 m). Située juste en aval de Vienne, cette écluse est la plus récente, et la seule qui soit implantée dans le lit du fleuve et non sur une dérivation.

Temps minimum de parcours
(Selon les circonstances, ces données peuvent beaucoup varier)
À la descente : 2 jours
À la remonte : 3 à 4 jours

 

Structures administratives de rattachement
Service navigation de Rhône-Saône, subdivisions de Vienne-Valence et Avignon-Arles

Compagnie Nationale du Rhône

Statut actuel
En service

Raisons de sa canalisation
Production d'électricité, tout en favorisant la navigation

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
Compagnie Nationale du Rhône

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
André Blondel

Conception
??

Commencée en
1947

Mis totalement en service en
Années 1980

Racheté par l'Etat en
?

 

 

Vue panoramique du Rhône à Vienne

Derivation Bollène

Un pont du TGV sur la dérivation de Donzère

Bollene sortie

Sortie aval de l'écluse de Saint-Pierre (Bollène)

Le Rhône au Pouzin, au début du XXe siècle. On voit nettement un toueur à droite, et une grande sisselande à quai, en partie échouée.

À Saint-Pierre-de-Boeuf, la chute de l'écluse de Sablons a permis l'implantation d'une rivière artificielle de classe internationale pour canoës et kayaks.

 

Ouvrages remarquables
Site du défilé de Donzère
Ponts suspendus
de Tournon, Andance...
Écluses de haute chute,
dont Saint-Pierre (ou "Bollène") : 23 m et Châteauneuf : 18,50 m
Viaduc double du TGV, vers Avignon

Système alimentaire
La rivière elle-même

Voies d'eau adjacentes :
Saône, canal de Givors, Isère, Ardèche, canal du Rhône à Sète, canal d'Arles à Bouc, canal de Marseille au Rhône, canal Saint-Louis

Principales villes traversées :
Vienne, Valence, Montélimar, Avignon, Arles

Départements concernés :
Rhône, Isère, Loire, Ardèche, Drôme, Gard, Vaucluse, Bouches-du-Rhône

Origine du nom de la rivière
César évoque Rhodanus. Le nom provençal du Rhône est lou Roze.
Plusieurs possibilités : soit on voit une racine hydronymique gauloise ou pré-celtique Dan- (qu'on retrouve dans Danube ou Don) précédée d'un élément -Ro d'origine obscure, soit on voit plutôt la racine hydronymique indo-européen Rod- (présente dans de nombreux noms de rivières et même de villes arrosées) et signifiant "couler, rouler", suivi d'un suffixe atone -Anus. On retrouve cette construction dans les Rhonne, Rosne, Rhonelle, Rounel, Rhodon, Roudon, etc.

Remarques

Petit couplet au sujet de la canalisation du Rhône

La canalisation du Rhône, au cours des "trente glorieuses", a notoirement bouleversé l'aspect de cette rivière réputée indomptable.
Il n'empêche que le Rhône domestiqué n'est pas vraiment une voie d'eau de tout repos, une "suite de lacs tranquilles séparés par des écluses" comme on a pu le lire parfois. Le courant y reste vif, et si le mistral se met de la partie, l'adrénaline monte vite !
De plus, cet aménagement très bétonnier n'est pas un modèle de respect de l'environnement, préoccupation qui n'était guère prise en compte à l'époque.
Mais aujourd'hui, alors que ces équipements existent, le Rhône est très largement sous-exploité, et il pourrait, en reprenant une bonne part du trafic du couloir rhodanien, devenir un exemple de multimodalité des transports, enjeu écologique s'il en est.


C'est Bollène. Royal !

Le Rhône possède la plus haute écluse de France : c'est Saint-Pierre ou Bollène avec 23 m de chute, qui fut, à l'époque de sa mise en service en 1952, l'écluse la plus haute du monde. Mais à présent il est loin derrière le Douro, au Portugal qui, avec Carapatello, affiche 34 m de chute ! (retour au texte)

Hauteur des écluses

À titre indicatif, voici, d'amont en aval, les hauteur de chute des écluses du Rhône entre Lyon et la mer, aimablement transmises par Eric Gallisa, éclusier à Châteauneuf :

Pierre Bénite : 11,8 m

Vaugris : 6,7 m

Sablons : 15,3 m

Gervans : 11,8 m

Bourg-lès-Valence : 12,5 m

Beauchastel : 13,65 m

Logis neuf : 13,5 m

Chateauneuf : 18,5 m

Bollène : 23 m

Caderousse : 9,5 m

Avignon : 10 m

Beaucaire-Vallabrègues : 15,5 m

auxquelles on peut ajouter les écluses de Barcarin, sur le canal du Rhône à Fos (jonction du Rhône avec l'ancien canal d'Arles à Bouc), et Port-Saint-Louis, sur le canal Saint-Louis. Les chutes de ces deux dernières, officiellement de 2 m chacune, ne sont en fait que de 30 cm la plupart du temps.

Le canal de Roquemaure

Un petit canal de dérivation reliait Roquemaure au Rhône, qui existe toujours. S'il n'est plus ouvert à la navigation, il accueille sur ses rives un jardin botanique.


Roquemaure cpa
Deux vues anciennes du canal à Roquemaure
Roquemaure cpa

Roquemaure 1850
Le canal de Roquemaure vers 1850 (source IGN Géoportail)
   

 

Lien utile : la Compagnie Nationale du Rhône (C.N.R.)

 

 

Donzere convoi

Convoi poussé à l'entrée du défilé de Donzère

Ecluse sortie

Les bouillons à la sortie aval de l'écluse de Logis Neuf. Et dire que certains qualifient le Rhône de "succession de lacs tranquilles" !

Viaduc TGV

Les courbes élégantes du viaduc du TGV, en Avignon

 

 

(au dessus : haut Rhône, canal de Jonage et Rhône canalisé)

Petit Rhône

 

 

Le petit Rhône assure la jonction du Rhône avec le réseau du sud et de l'Aquitaine

Delta

Quand on est sur le Rhône, il faut chercher un peu l'entrée du Petit Rhône. On la devine entre les arbres, légèrement sur la droite.

 

Bassin versant
Rhône

Type de voie d'eau
Rivière naturelle aménagée

Relie
Fourques
à la mer

Origine physique et administrative de la partie navigable
Fourques (Bouches-du-Rhône)
à la cote 0,62 m

Extrémité physique et administrative
Les Saintes-Maries (Bouches-du-Rhône) à la cote 0 m

Sens conventionnel de descente
De Fourques aux Saintes-Maries (bien logiquement)

Longueur de la partie classée navigable
58 km

Nombre d'écluses
0

Présence d'un bac au Sauvage

Gabarit
de Fourques à l'entrée du canal du Rhône à Sète : 120 m sur 8 m, mouillage 2,20 m, hauteur libre 5,15 m.
À l'aval de l'entrée du canal du Rhône à Sète : mouillage moyen 1 m, hauteur libre 2,70 m (à cause du bac de Sauvage)

Temps minimum de parcours
2 à 3 heures de Fourques à l'écluse de Saint-Gilles


 

Structures administratives de rattachement
Service navigation de Rhône-Saône, subdivision de Avignon-Arles

Compagnie Nationale du Rhône

Statut actuel
En service

Raisons de sa construction
Le Petit Rhône permet de joindre le Rhône au canal du Rhône à Sète depuis l'isolement de celui-ci à Beaucaire par l'aménagement hydro-électrique du Rhône

Compagnie concessionnaire à l'origine de sa création
??

Personnalités importantes ayant contribué à sa construction

Préfiguration
??

Conception
??

Commencée en
??

Mise en service en
??

Racheté par l'Etat en
?

 

Petit Rhone

Rencontre sur le Petit Rhône

 

Ouvrages remarquables
Rien de spécial, mais l'impression de naviguer sur un bras de l'Amazone !

Système alimentaire
La rivière elle-même

Voies d'eau adjacentes :
Canal du Rhône à Sète, canal de Capettes, canal de Sylvéréal

Principales villes traversées :
Aucune

Départements concernés :
Gard, Bouches-du-Rhône

Origine du nom de la rivière
César évoque Rhodanus. Le nom provençal du Rhône est lou Roze.
Plusieurs possibilités : soit on voit une racine hydronymique gauloise ou pré-celtique Dan- (qu'on retrouve dans Danube ou Don) précédée d'un élément -Ro d'origine obscure, soit on voit plutôt la racine hydronymique indo-européen Rod- (présente dans de nombreux noms de rivières et même de villes arrosées) et signifiant "couler", suivi d'un suffixe atone -Anus. On retrouve cette construction dans les Rhonne, Rosne, Rhonelle, Rounel, etc.

Remarques

Non fréquenté par la navigation commerciale à l'aval du débouché du canal du Rhône à Sète, le Petit Rhône y offre des conditions de navigabilité bien moins favorables qu'en amont. On y trouve aussi le débouché du canal de Sylvéréal, fermé à la navigation.

 

Liens :

Fleuve Rhône

Un autre site Fleuve Rhône, très riche en informations et iconographie, et plein d'humour.

Au printemps 2012, le Conseil Régional de Rhône-Alpes consacre son magazine au Rhône, avec une large part à sa batellerie.

Dans le cadre du Plan Rhône, la Maison du Rhône de Givors présente, entre autres, des exposition de 2012 à 2014.

Le musée des Mariniers du Rhône de Serrières

 

St-Gilles

En quittant le Petit Rhône : l'entrée de l'écluse de Saint-Gilles, sur le canal du Rhône à Sête

 

< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
Retrouvez les bateaux du bassin rhodanien dans le CDrom "Bateaux des Rivières et Canaux de France", version très enrichie (plus de textes, plus d'illustrations, et même quelques bateaux supplémentaires) du département "Bateaux" du présent site, édité par l'association HiPaRiCa. Voir la présentation et la commande ici et ici.