Histoire & Patrimoine
des Rivières & Canaux


Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
  Rivière Loire  

 

Le fleuve soit disant "dernier fleuve sauvage d'Europe" a été depuis des siècles l'objet d'aménagements pour la navigation, et contre ses débordements légendaires. Bien loin de cette prétendue "sauvagerie", c'est un axe de civilisation plusieurs fois millénaire.

La Loire, par Charles-Louis Picaud, 1908, préfecture de Saint-Etienne (Photo Dane)

 

Bassin versant
Loire

Type de voie d'eau
Rivière naturelle aménagée

Relie
Vorey
à l'Océan Atlantique

Origine physique et administrative de la partie flottable
Vorey (Haute-Loire)
à la cote 530 m

Origine physique et administrative de la partie navigable
La Noirie (Loire)
à la cote 397,30 m

Extrémité physique et administrative
Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) à la cote 0 m

Sens conventionnel de descente
De La Noirie à Saint-Nazaire (bien logiquement)

Longueur de la partie classée navigable
À l'origine : 825 km

Longueur de la partie actuellement navigable
2 km de Decize à Saint-Léger-des-Vignes (jonction des canaux du Nivernais et Latéral à la Loire)
147 km de Bouchemaine à Saint-Nazaire dont
56 km inscrits maritime de Nantes à Saint-Nazaire

Nombre d'écluses
1 (barrage-éclusé de la centrale nucléaire de Belleville)

Gabarit de l'écluse
Environ 20 m sur 4 m, mouillage 1 m, hauteur libre 3,70 m, (un téléphone est sur place à la disposition des usagers pour appeler le préposé à la manoeuvre à la centrale)

Plus long bief :
Sans objet

Plus court bief :
Sans objet

Plus haute écluse :
Sans objet

Moins haute écluse :
Sans objet

Ouvrages remarquables
Vestiges de la digue de Pinay (détruite par EDF après 280 ans de bons et loyaux services !), quand la rivière est très basse.
Ponts de Roanne, Decize (sur la Vieille Loire), Nevers, La Charité, Châtillon/L., Orléans, Blois, Tours, Saumur, Ponts-de-Cé, Montjean, Saint-Nazaire...
Ponts-canaux
de Digoin et Briare
Passage en Loire du canal Latéral à Châtillon/L.

 

 

Structures administratives de rattachement
Etablissement Public Loire, DDE de Haute-Loire, Loire, Allier, Nièvre, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loir et SMN de Loire-Atlantique

Statut actuel
Radiée sur la plus grande partie de son cours,
en service
essentiellement à l'aval de son confluent avec la Maine (Bouchemaine)

Raisons de son exploitation
Longue rivière idéalement placée sur l'isthme entre la Méditerranée et l'Atlantique, et arrosant une grande partie du pays, avec ses affluents, et d'une navigation aidée par la nature entre Orléans et Nantes (courant à la descente, vent à la remonte). Son haut cours a été aménagé pour la descente exclusive au début du XVIIIe siècle.

Confrérie ayant organisé son exploitation
Communauté des Marchands Fréquentants la Rivière de Loyre et autres Fleuves descendant en Ycelle (1402)

Compagnie ayant effectué son aménagement en amont de Roanne
Compagnie Lagardette (1704)

Structures ayant effectué son bouzillage au même endroit :
EPALA, EDF (1984)

Personnalités importantes ayant contribué à son aménagement

Préfiguration
Jacques Coeur

Conception
Colbert, JB et L. de Régemorte entre autres...

Commencée en
??

Mise en service en
??

Racheté par l'Etat en
?

Radiée
de Vorey à Candes le 27.07.1957
de Candes à Bouchemaine le 13.11.1997

 

gerbier

Au centre de la photo, le mont Gerbier de Joncs vu depuis le crêt de la Perdrix, dans le massif du Pilat

Les premiers mètres de la Loire "géographique" : un caniveau. Pas terrible pour un fleuve royal !

À un kilomètre de là, sa source dite "véritable" est plus bucolique...

...mais quelques mètres plus bas, elle rencontre déjà son premier barrage qui forme ce joli étang !

L'unique écluse établie sur la Loire (à gauche sur la photo), à Neuvy-sur-Loire, au barrage de la centrale nuclaire de Belleville, et ci-dessous, son canal d'accès aval ménagé dans le lit de la rivière, à Neuvy-sur-Loire. Le slogan préfabriqué de "dernier fleuve sauvage d'Europe" en prend un sacré coup...

Artaix port

Un port de la haute Loire : Artaix

Le bac au même endroit, au début du XXe siècle. L'auteur de ce site aurait pris ce bac au cours de ses très jeunes années, dixit ses parents.

Saint-Rambert. Les "rambertes" étaient fabriquées ici...
(carte postale ancienne)

...puis elles passaient là
(Château de la Roche, dans les gorges aujourd'hui noyées par le barrage de Villerest)
(Carte postale des années 1960)

La Loire au niveau de la papèterie de Villerest, avant son engloutissement sous le barrage. La route étroite passait ici entre la Loire et le petit canal d'amenée des eaux à la papèterie. L'endroit avait beaucoup de charme. Cette papèterie a appartenu aux frères Montgolfier.

ramberte St-Maurice

Ramberte dans le Saut du Perron, sous Saint-Maurice-sur-Loire (reconstitution de Charles Berg)

Roanne. Au premier plan, l'ancien cours de la Loire, avant que celle-ci soit rectifiée par les grands travaux des années 1830.
(Carte postale ancienne)

Cette célèbre lithographie de Charles Pensée montre Orléans aux plus beaux jours de la marine de Loire, c'est à dire au cours de la première moitié du XIXe siècle. On y voit à peu près toutes les sortes de bateaux qui fréquentaient alors le fleuve royal : chalands, toues, accélérés, rambertes... L'appellation "fleuve sauvage" aurait suscité bien des sourires ironiques à cette époque...

borne de Loire

Borne de Loire à Artaix (Saône-et-Loire)

 

 

Système alimentaire
La rivière elle-même et ses affluents

Voies d'eau adjacentes :
Canal de Roanne à Digoin, canal du Centre (jusqu'en 1955), canal Latéral à la Loire, canal du Nivernais, Nièvre, Allier, canal de Briare, canal d'Orléans, Cher, Vienne, Thouet, Authion, Layon, Goulaine, Sèvre Nantaise, Erdre, Acheneau, Brivet, canal maritime de la Basse Loire

Principales villes traversées :
Saint-Rambert, Montrond-les-Bains, Feurs, Roanne, Marcigny, Digoin, Decize, Nevers, La Charité-sur-Loire, Cosne-Cours-sur-Loire, Briare, Gien, Châteauneuf-sur-Loire, Orléans, Blois, Tours, Saumur, Ponts-de-Cé, Montjean, Ingrandes, Nantes, Saint-Nazaire, Paimboeuf

Départements concernés :
Haute-Loire, Loire, Saône-et-Loire, Allier, Cher, Nièvre, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Loire-Atlantique

Origine du nom de la rivière
Liger est le nom préceltique puis latin de la Loire, mais son origine reste obscure. Il semblerait qu'il fasse allusion à la vase, la boue (le nom commun lie serait de même origine).

 

Remarques

Un axe commercial de toute première importance et une rivière mythique

La Loire est un axe commercial de première importance depuis l'Antiquité, sa proximité avec le Rhône entre Lyon et Roanne facilitant le transport de marchandises de Méditerranée en Atlantique. C'est certainement cela qui lui valut le titre de fleuve au détriment de l'Allier qui, selon les géographes, serait le cours d'eau principal, mais se trouve plus éloignée du Rhône. Il faut s'imaginer cette rivière, jusque vers 1850, comme l'autoroute de la France, par laquelle transitent des milliers de tonnes de marchandises chaque année.
Alors, "dernier fleuve sauvage d'Europe" ? Tu parles ! C'est un slogan inventé pour faire rêver notre civilisation par trop bétonnée. Mais la Loire n'a de vraiment sauvage que son aspect superficiel. Comment peut-on imaginer qu'un cours d'eau aussi idéalement placée sur un isthme entre le monde méditerranéen et le monde atlantique puisse être resté "sauvage" ???

La Nièvre

L'embouchure de la Nièvre a été longtemps utilisée comme port à l'abri du fleuve. Pour celà, on a même édifié au XIXe siècle un ouvrage étonnant, le "Pont Mal-Placé", équipé d'imposantes portes de garde qui se fermaient en cas de crue de la Loire. Depuis, la Nièvre a été busée à cet endroit où a été édifié la maison de la Culture. Le "Pont Mal-Placé" a été complètement défiguré.

 

Le "Pont Mal-Placé", à Nevers, avant sa défiguration.

Le confluent de la Loire et de l'Allier au Bec d'Allier, sur Géoportail.(Promener la souris sur l'image)
En bas, l'Allier, à droite, la Loire, en vers le haut à droite ? Allier, Loire ou "Alloire" ?

 

Loire ou Allier ?

Des deux, quel est le véritable cours d'eau principal du bassin ligérien ? La question n'est pas tranchée facilement, et ce que nous avons appris à l'école primaire apparait bien simpliste dès lors que l'on y réfléchit un tant soit peu. Cependant, la mesure des débits annuels relevés en amont du confluent fait apparaitre une moyenne un peu supérieure pour la Loire : Allier : 147 m³ par seconde, Loire : 170 m³ par seconde. À cet endroit, la Loire possède aussi un bassin versant légèrement supérieur à celui de l'Allier. Il semble donc que la Loire soit bien le cours principal du bassin ligérien, mais d'une courte tête.

(Références : Wikipédia)

Etiers de l'estuaire

L'estuaire de la Loire est bordé sur ses deux rives par de grandes étendues marécageuses parcourues et drainées par des étiers. Sur la rive gauche se trouve le riche et dense réseau du Pays de Retz (voir Acheneau, Tenu, Boulogne, lac de Grandlieu et canal maritime de la Basse Loire). Sur sa rive droite se trouve également un réseau de drainage et de petite navigation, dont les étiers de Vair, qui descend de Saint-Etienne-de-Montluc, de Couleuvrou, de Giquelais et de la Musse constituent les pièces maitresses.

 

L'étier du Vair, à l'écluse de Vair, au début du XXe siècle

La même refaite en 2009 (source Internet)

La Loire à Montjean, au début du XXe siècle. Il y a alors encore un trafic de chaux à destination de la Bretagne.

Presque en face de Montjean, les quais d'Ingrandes au début du XXe siècle. Relarquer le chaland, de type gabarot de Mayenne.

Cette belle et très connue photo du début du XXe siècle montre deux chalands sous voile à Gennes. Le premier des deux a troqué sa piautre contre un gouvernail axial à ferrures, et le gros guinda pour un treuil métallique à l'avant.

Très connu aussi, ce site près de Champtoceaux est encore souvent présenté comme un poste de péage sur la Loire. On sait aujourd'hui qu'il s'agit en fait des ruines d'un moulin.

Le pont à transbordeur de Nantes, avant son démantèlement
(carte postale semi-moderne des années 1950). Une association milite actuellement pour sa reconstruction (site)

La Loire coulait au pied du château d'Anne de Bretagne. Et puis, dans les années 1920, les technocrates (les grands-pères des actuels) sont arrivés, et ont bouché ce bras pour y faire passer des voitures... L'eau et les bateaux, c'était trop beau, et la beauté est une notion qui leur est désespérément inaccessible...

Sur cette autre vue du bras pas encore comblé de la Loire à Nantes, on distingue des bateaux nantais, dont plusieurs en métal, et peut-être même motorisés pour certains.

 

Liens :

La marine de Loire, en maquettes au 1/40e : les petits bateaux ligériens, un blog très sympa !

Le blog du musée de Saint-Clément-des-Levées

Naviguer à Candes-St-Martin (confluent de la Vienne dans la Loire)

Plaisances : la basse Loire

Le livre "Naviguer sur la Loire publié par la DRAC-Centre

La riche histoire de la Loire et de sa marine (disparue entre 1860 et 1900) a fait l'objet de très nombreuses études, thèses, ouvrages... Il n'entre pas dans le cadre de ce modeste répertoire d'en entreprendre le récit.

L'Eurovéloroute des Fleuves

La Loire nantaise, angevine, tourangelle et solognote porte sur ses levées l'Eurovéloroute n°6 (Nantes-Budapest), dite "Eurovéloroute des Fleuves".

 

St-Léger DV

Le barrage de Saint-Léger-des-Vignes

Ce tableau célèbre du milieu du XIXe siècle de Charles Pensée montre, derrière une grosse barque, un chaland de Loire échoué et démâté.

 

< voie d'eau précédente
Voie d'eau suivante >
Accès direct à la carte de France interactive des voies navigables

Page d'accueil
patrimoine fluvial

Lexique
fluvial et batelier

Dictionnaire
des bateaux

Les rivières et les canaux Index alphabétique des rivières et canaux Index des rivières et canaux par bassins Index des rivières et canaux par types M'écrire
Pensez à visiter le (modeste) rayon librairie, conférences et animations.... ...et les niouzes !
Cette page peut comporter des imprécisions, voire des erreurs. Merci à vous de me les signaler !
Retrouvez les bateaux fluviaux du bassin de la Loire dans le CDrom "Bateaux des Rivières et Canaux de France", version très enrichie (plus de textes, plus d'illustrations, et même quelques bateaux supplémentaires) du département "Bateaux" du présent site, édité par l'association HiPaRiCa. Voir la présentation et la commande ici et ici.