A Bìbbia corsa

Gènesi
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50

Pruvèrbii
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31

Ecclesiasta
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12

Salmi
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67 - 68 - 69 - 70 - 71 - 72 - 73 - 74 - 75 - 76 - 77 - 78 - 79 - 80 - 81 - 82 - 83 - 84 - 85 - 86 - 87 - 88 - 89 - 90 - 91 - 92 - 93 - 94 - 95 - 96 - 97 - 98 - 99 - 101 - 102 - 103 - 104 - 105 - 106 - 107 - 108 - 109 - 110 - 111 - 112 - 113 - 114 - 115 - 116 - 117 - 118 - 119 - 120 - 121 - 122 - 123 - 124 - 125 - 126 - 127 - 128 - 129 - 130 - 131 - 132 - 133 - 134 - 135 - 136 - 137 - 138 - 139 - 140 - 141 - 142 - 143 - 144 - 145 - 146 - 147 - 148 - 149 - 150

Evangelu secondu san Lucca
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24

Atti di l’Apòstuli
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28

prima epìstula di san Ghjuvanni
1 - 2 - 3 - 4 - 5


  ou faire une recherche par mot corse :   ou par mot français :  
Evangelu secondu san Lucca - 15 - A Bìbbia corsa - Traduction de la Bible en corse


voir le manuscrit



Evangelu secondu san Lucca
capìtulu 15
Évangile selon saint Luc
chapitre 15

a pècura persa è a dramma persa
1
Tutti i publicani è a ghjente di vitàccia s’avvicinàvanu per sente à Ghjesù.

la brebis perdue et la drachme perdue
1
Tous les publicains et les gens de mauvaise vie s’approchaient de Jésus pour l’entendre.
2
È i Farisei è i scribi murmucinàvanu, dicendu : St’omu accòglie ghjente di gattiva vita, è manghja cun elli.
2
Et les Pharisiens et les scribes murmuraient, disant : Cet homme accueille des gens de mauvaise vie, et mange avec eux.
3
Ma li disse sta paràbula :
3
Mais il leur dit cette parabole :
4
Quale hè, di voi tutti, quellu chì, s’ellu hà centu pècure, è ch’ellu ne perde una, ùn lasciarà e novanta nove altre in lu desertu per andà appressu à quella chì hè persa, finu à ch’ellu a trovi ?
4
Quel homme d’entre vous, s’il a cent brebis, et qu’il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
5
Quand’ellu l’hà trova, a si mette nantu à e spalle, tuttu cuntentu,
5
Lorsqu’il l’a retrouvée, il la met avec joie sur ses épaules,
6
è, di ritornu in casa, chjama i so amici è i so vicinanti, è li dice : Raligràtevi cun mè, chì aghju trovu a mio pècura chì era persa.
6
et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue.
7
Di listessa manera, a vi dicu, ci sarà più aligria in lu celu per un solu piccatore chì si pente, ca per novanta nove ghjusti chì ùn hanu bisognu di pintimentu.
7
De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance.
8
Quale hè a donna chì, s’ella hà dece dramme, è ch’ella nè perde una, ùn accende una lumera, ùn ispazza a casa, è ùn cerca cun primura, finu à ch’ella a trovi ?
8
Ou quelle femme, si elle a dix drachmes, et qu’elle en perde une, n’allume une lampe, ne balaie la maison, et ne cherche avec soin, jusqu’à ce qu’elle la retrouve ?
9
Quand’ella l’hà trova, chjama e so amiche è e so vicine, è dice : Raligràtevi cun mè, chì aghju trovu a dramma ch’e aviu persu.
9
Lorsqu’elle l’a retrouvée, elle appelle ses amies et ses voisines, et dit : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la drachme que j’avais perdue.
10
Di listessa manera, a vi dicu, ci hè aligria davanti à l’ànghjuli di Diu per un solu piccatore chì si pente.
10
De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.

u figliolu spindione
11
Disse dinò : Un omu avia dui figlioli.

le fils prodigue
11
Il dit encore : Un homme avait deux fils.
12
U più giòvanu disse à u babbu : Ò bà, dammi a parte di bè chì mi deve tuccà. È u babbu spartì i so bè.
12
Le plus jeune dit à son père : Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien.
13
Pochi ghjorni dopu, u figliolu più chjucu, avendu pigliatu tuttu u sòiu, si n’andò in un paese luntanu duv’ellu spulò u so bè fendu una vita currotta.
13
Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche.
14
Quand’ellu ebbe tuttu spesu, ci fù in ssu paese una gran fame, è cuminciò à truvassi in lu bisognu.
14
Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin.
15
Andò à mèttesi à u servìziu d’unu di l’abitanti di u paese chì u mandò à curà i porci.
15
Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux.
16
Saria statu bellu cuntentu di pudessi sazià cù e carrube ch’elli manghjàvanu i purcelli, ma nimu li ne dava.
16
Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait.
17
Essendu riintrutu in sè stessu, disse : Quanti ghjurnatanti ind’è babbu hanu pane à bundanza, ed èiu, quì, morgu di fame !
17
Étant rentré en lui-même, il se dit : Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim !
18
M’arrizzaraghju, andaraghju à truvà à babbu, è li diciaraghju : Ò bà, aghju fattu piccatu contru à u celu è contru à tè, ùn sò più degnu d’esse chjamatu u to figliolu ; tràttami cum’è unu di i to uperai.
18
Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes mercenaires.
20
Si livò è andò à truvà u babbu. Cum’ellu era sempre luntanu, u babbu u vide è fù cummossu di cumpassione, corse ad abbracciallu, è u basgiò.
20
Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa.
21
U figliolu li disse : Ò bà, aghju fattu piccatu contru à u celu è contru à tè, ùn sò più degnu d’esse chjamatu u to figliolu.
21
Le fils lui dit : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.
22
Ma u babbu disse à i servitori : Purtate prestu u più bellu vistitu, è mittìtelilu ; mittìteli un anellu à u ditu, è scarpi à i pedi.
22
Mais le père dit à ses serviteurs : Apportez vite la plus belle robe, et l’en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds.
23
Purtate u vitellu grassu, è tumbàtelu.
23
Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous ;
24
Manghjemu è fistighjemu, chì u mio figliolu quì presente era mortu, è ghjè rinvivitu ; era persu, è ghjè ritruvatu. È cumincionu à raligrassi.
24
car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir.
25
Ma u figliolu maiò era in li chjosi. Quand’ellu turnò è s’avvicinò da a casa, sintì a mùsica è u ballu.
25
Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses.
26
Chjamò unu di i servitori, è li dumandò ciò ch’ellu ci era.
26
Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c’était.
27
U servu li disse : U to fratellu hè turnatu, è bàbbitu hà tombu u vitellu grassu, perchì l’hà ritrovu in bona salute.
27
Ce serviteur lui dit : Ton frère est de retour, et, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras.
28
Si messe in còllera, è ùn ci fù versu ch’ellu intrissi in casa. U babbu iscì, è u pricò d’entre.
28
Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d’entrer.
29
Ma ellu rispose à u so babbu : Eccu, sò tanti anni ch’e ti servu, senza avè mai disubbiditu à i to òrdini, è mai tù m’hai datu un caprettu pè raligrammi cù i mo amici.
29
Mais il répondit à son père : Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis.
30
È quandu u to figliolu hè ghjuntu, quellu chì hà manghjatu u to bè cù e prustituite, ghjè per ellu chì tù hai tombu u vitellu grassu !
30
Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras !
31
U mio figliolu, disse u babbu, tù sì sempre cun mè, è tuttu ciò ch’e aghju hè tòiu ;
31
Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi ;
32
ma ci vulia bè à raligrassi è à fà festa, perchì u to fratellu era mortu è ghjè rinvivitu, era persu è ghjè ritruvatu.
32
mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé.





chapitre précédent : 14   |   chapitre suivant : 16




index